Benoît Poelvoorde : « Sempé observe le détail et le rend énorme »

Raoul Taburin
De Pierre Godeau (Fr) avec Benoît Poelvoorde, Edouard Baer...

Raoul Taburin / En incarnant le personnage dessiné par son idole Sempé, Benoît Poelvoorde se laisse aller à son penchant pour la tendresse. Et force sa nature en effectuant une performance physique : du sport…

Pensez-vous que Raoul Taburin soit un conte philosophique ?
Benoît Poelvoorde
: En tout cas, c’est une histoire très humaniste. Il faudrait poser la question à Sempé — moi-même j’avais envie — mais il ne répondra jamais. Pour moi, faire du vélo, c’est l’image de l’apprentissage ; faire du vélo en retirant les petites roulettes, c’est entrer dans la vie. Une fois que tu commences à pédaler, c’est exponentiel, tu vas bouger et te dire : « comment ai-je pu avoir si peur ? ». D’ailleurs, on pourrait réfléchir : est-ce que mettre les roulettes n’encombre pas ? À force d’être tombé trois ou quatre fois, on se dit qu’on va faire du vélo uniquement pour le plaisir de ne plus tomber. Et une fois qu’on commence à pédaler, on se dit : « c’était aussi con que ça ? ». C’est un peu comme rentrer dans l’eau froide.

à lire aussi : Le supplice du deux-roues : "Raoul Taburin"

Alors, est-ce qu’on a fait un film philosophique ? Sempé en tout cas a fait un ouvrage philosophique. On peut le prendre comme toutes les choses très simples et universelles, de manière philosophique : il est plus compliqué qu’il n’y paraît, mais en même temps on peut le regarder de manière simple. C’est pour cela qu’il peut s’adresser aux enfants.

De quand date votre rencontre avec l’univers de Sempé ?
D’un livre qui s’appelle Saint-Tropez ; je devais avoir six ans. C’est le seul album où il a trouvé qu’il avait été méchant et qu’il ne referait pas. Mais ça n’avait rien à voir avec le sens du livre. À l’époque, je l’avais trouvé en occasion, édité en Folio, et je pensais qu’il dessinait au format. Comme je suis maniaque, tout ce qui est petit me fascine. Mais la plume et le porte-mine ne marchaient pas, alors j’ai dû acheter des Rotring 0, 3mm qui coûtaient 320 francs belges. Et j’ai commencé à dessiner comme ça… Après, on m’a expliqué que Sempé faisait des planches taille normale qui étaient réduites (rires).

Ensuite, je suis entré dans le sens, et il ne m’a jamais quitté, dans tout ce que j’ai fait. La bonté, la bienveillance… C’est un humaniste, quelqu’un qui observe le rien et je trouve que je me caractérise assez bien dans son travail, en tant qu’acteur du dimanche — dans le bon sens du terme. Qui mieux que Sempé a dessiné les gens du quotidien ? Ce qu’il observe, c’est le détail qu’il rend énorme.

Vous avez fait Le Vélo de Guislain Lambert avec Philippe Harel. À votre avis, pourquoi les cinéastes vous associent-ils à la bicyclette ?
Alors ça… C’est comme les films avec les piscines : pourquoi on pense à moi ? J’ai été maître-nageur, on m’a foutu au bord d’une piscine avec une bite énorme — bon, d’accord c’est moi qui avais écrit le rôle, mais c’est assimilé à du sport. Or s’il y a bien un mec qui fait pas de sport, c’est moi ! J’ai quand même fait Les Randonneurs et je déteste marcher ! Est-ce que j’ai un physique de sportif ?? Non !

Il faut quand même imaginer l’ironie de l’histoire, j’ai été cinq ans la voix de Décathlon — (il hurle : « à fond la forme ! »— jusqu’à ce qu’un jour on voie une image de moi bourré qui dise « je ne suis pas persuadé que ce type pue la forme ». Et on m’a retiré les pubs. Il a fallu cinq ans pour qu’ils se rendent compte que je ne présentais aucune aptitude pour le sport, ni pour la randonnée. Je fume comme un pompier, je buvais de l’alcool, j’ai rien à voir avec le sport, et pendant cinq ans ma voix a pourri les radios en faisant « à fond la forme ! » Va comprendre l’imbécillité des publicitaires…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 21 janvier 2020 « Mes jeunes années (…) / Courent dans les sentiers / Pleins d'oiseaux et de fleurs » chantait Charles Trenet. À ce tableau pastoral, Fabrice Du Welz ajoute sa touche d’intranquillité et de dérangement faisant d’une fuite enfantine une course...
Mardi 3 juillet 2018 Si le script de "Garde à vue" avait eu un enfant avec le scénario de "Inception", il aurait sans doute le visage de "Au poste !", cauchemar policier qui commence par un concert et s’achève par un éternel recommencement. Du bon Quentin Dupieux avec...
Mardi 14 février 2017 Prenez l'imprévu et décomplexé chef d'œuvre post-romantique de Camille Saint-Saëns. Incorporez-y une grosse dose de jazz façon big band et vous obtenez un Carnaval Jazz des Animaux racontée par un grand méchant loup affamé. Un spectacle à dévorer en...
Mardi 10 janvier 2017 C'est à Radio Nova qu'Édouard Baer s'est fait un nom. Quand Jean-François Bizot, le maître de maison (à qui Ouvert la nuit est dédié), l'a mis à l'antenne et en (...)
Mardi 10 janvier 2017 Farandole joyeusement erratique à travers un Paris nocturne sublimé, cette déambulation d’un directeur de théâtre aussi fantasque qu’impécunieux signe le retour du cinéaste-interprète Édouard Baer pour un film-synthèse superlatif : la plus...
Mardi 29 novembre 2016 Le nœud papillon savamment défait, le cheveu en bataille et un vers d’Aragon sur les lèvres, Édouard Baer promène sa nonchalante élégance d’artiste en quête d’un (...)
Mercredi 2 mars 2016 Le millésime 2016 des plus illustres cinéastes grolandais est arrivé, et il n’a rien d’une pochade : derrière son nez rouge de clown, Saint Amour dissimule une histoire d’amour(s) tout en sobriété.
Mardi 26 janvier 2016 De et avec Bouli Lanners (Fr/Bel, 1h33) avec Albert Dupontel, Suzanne Clément, Michael Lonsdale, Max von Sydow…
Mardi 26 janvier 2016 De Benoît Graffin (Fr, 1h33) avec Sandrine Kiberlain, Édouard Baer, Bulle Ogier…
Mardi 1 septembre 2015 La vérité fait parfois mal à entendre : Dieu est misanthrope, sadique et résident bruxellois. S’épanouissant dans la création de catastrophes, ce pervers se (...)
Mardi 21 juillet 2015 De Jean-Pierre Améris (Fr-Belg, 1h36) avec Benoît Poelvoorde, Virgine Efira…
Mardi 6 janvier 2015 Cette odyssée dérisoire de deux pieds nickelés décidés à voler le cercueil de Charlie Chaplin creuse surtout la tombe de son réalisateur Xavier Beauvois, qui signe un film apathique à tous les niveaux, sans forme ni fond. Christophe Chabert
Mardi 7 octobre 2014 De Xavier Dolan (Can, 2h18) avec Antoine-Olivier Pilon, Anne Dorval, Suzanne Clément…
Mardi 16 septembre 2014 De Benoît Jacquot (Fr, 1h46) avec Benoît Poelvoorde, Chiara Mastroianni, Charlotte Gainsbourg, Catherine Deneuve…
Mercredi 3 juillet 2013 De Nicolas et Bruno (Fr, 1h45) avec Benoît Poelvoorde, Fred Testot, Kad Merad…
Mardi 5 février 2013 De Fabien Onteniente (Fr, 1h42) avec Édouard Baer, Alain Chabat, Lucien Jean-Baptiste…
Jeudi 11 octobre 2012 Passant après le calamiteux épisode Langmann, Laurent Tirard redonne un peu de lustre à une franchise inégale en misant sur un scénario solide et un casting soigné. Mais la direction artistique (affreuse) et la mise en scène (bancale) prouvent que...
Mercredi 11 juillet 2012 Bonne nouvelle : Xavier Dolan fait sa mue et commence à devenir le cinéaste qu’il prétend être. Si Laurence anyways est encore plein de scories, d’arrogances et de références mal digérées, on y trouve enfin de vraies visions de cinéma. Christophe...
Jeudi 7 juin 2012 Avec cette fable très personnelle où un homme de quarante ans pense retrouver l’enfant qu’il était et le père qu’il a perdu, Jean-Paul Rouve témoigne, à défaut d’un vrai style, d’une réelle ambition derrière la caméra. Christophe Chabert
Vendredi 1 juin 2012 Comme s’ils étaient arrivés au bout de leur logique cinématographique, Gustave Kervern et Benoît Delépine font du surplace dans cette comédie punk qui imagine la révolution menée par deux frères dans un centre commercial. Christophe Chabert
Mercredi 2 novembre 2011 D’Anne Fontaine (Fr-Belg, 1h43) avec Isabelle Huppert, Benoît Poelvoorde…
Vendredi 21 octobre 2011 Dans Poulet aux prunes, Marjane Satrapi fait mieux que transformer l’essai de Persépolis : avec son comparse Vincent Paronnaud, ils retranscrivent en prises de vue réelles l’imaginaire débordant de ses bandes dessinées, en gorgeant les images...
Jeudi 27 janvier 2011 De et avec Dany Boon (Fr, 1h48) avec Benoît Poelvoorde, Bouli Lanners…
Jeudi 16 décembre 2010 De Jean-Pierre Améris (Fr, 1h20) avec Isabelle Carré, Benoît Poelvoorde… Sortie le 22 décembre
Vendredi 26 novembre 2010 De Marc Esposito (Fr, 1h45) avec Edouard Baer, Benoît Magimel…
Mardi 2 février 2010 De Safy Nebou (Fr, 1h45) avec Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde, Dominique Blanc…
Mardi 14 avril 2009 D’Anne Fontaine (Fr, 1h53) avec Audrey Tautou, Benoît Poelvoorde, Alessandro Nivola…
Mardi 8 avril 2008 Tonie Marshall réussit une hilarante et généreuse comédie fourre-tout au casting aussi improbable que réjouissant. Christophe Chabert
Mercredi 2 avril 2008 de et avec Philippe Harel (Fr, 1h45) avec Karin Viard, Benoît Poelvoorde, Vincent Elbaz, Géraldine Pailhas…
Mardi 3 janvier 2006 Music-hall / Edouard Baer et sa troupe débarquent à la Bourse du travail pour un spectacle de music-hall déjanté. Commentaires du principal intéressé. Propos recueillis par Dorotée Aznar
Mercredi 6 février 2008 De Thomas Langmann et Frédéric Forestier (Fr-All-Esp-It, 1h55) avec Gérard Depardieu, Clovis Cornillac, Alain Delon, Benoît Poelvoorde...
Mercredi 12 décembre 2007 Après Les Convoyeurs attendent, Benoît Mariage retrouve Benoît Poelvoorde pour une nouvelle comédie douce-amère ; la comédie est ratée, mais valorise la peinture attachante et jamais méprisante des petites gens belges. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !