Willem : « je regrette de ne pas avoir tapé plus méchamment »

Ça Presse !

Métropole de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Dessin de Presse / Interview express avec l’un des invités d’honneur du festival Ça Presse !, grande signature de Charlie, Libé et Siné Mensuel : Willem.

Le tableau actuel de l’actualité est sans doute l’un des plus sinistres que l’on puisse trouver depuis des années mais sans doute une source inépuisable d’inspiration. L’appréhender avec distance vous permet-il de ne pas trop désespérer ?
Willem :
Si tout allait bien il n'y aurait que des jolis dessins gentils à faire, l'ennui...

� lire aussi : Dubouillon et Soulcié invités, Charb à l'honneur

Si, selon Albert Londres, le journaliste doit « porter la plume dans la plaie », quel est le rôle — ou le devoir — de l'illustrateur de presse ?
On dessine pour mettre les choses au point. Dans un dessin on peut mieux le faire que dans un article et cela se lit en deux secondes.

Y a-t-il des sujets qui demeurent hors d’une possibilité de représentation ?
On peut tout dessiner dans les journaux ou je travaille, on ne censure pas.

Les honneurs, comme votre Grand Prix à Angoulême, ne constituent-ils pas un risque pour un dessinateur satirique : celui de le statufier, donc de l’assagir ?
Je me fous des prix.

Vous avez toujours privilégié le noir et blanc. Est-ce pour des raisons purement graphiques, stylistiques, de lisibilité ou bien d’efficacité et de rapidité d’exécution ?
J'aime le noir et blanc. Cela tape plus fort. La couleur adoucit les choses. Faut éviter de faire joli, comme il faut éviter de rendre les gens drôles et sympathiques.

Vous avez pris votre retraite de Libération le 1er avril dernier. Avez-vous participé au choix de Coco qui vous a succédé ?
J'ai proposé le nom de Coco. Je trouve qu'elle fait bien son job (sauf à la télé, comme tous les dessinateurs).

Avez-vous été surpris par la franche hostilité qui a accueilli ses premières publications ?
Je ne suis pas au courant des commentaires ; je ne suis pas les “réseaux sociaux”.

Le taux de refus de dessin entre Libération et Siné Mensuel est-il identique ?
Pas de refus. Je travaille pour Siné Mensuel par amitié pour Siné.

Rétrospectivement, y a-t-il des dessins que vous regrettez ?
Je regrette de ne pas avoir tapé plus méchamment.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 9 juin 2020 Bonne nouvelle ! Lancée à la sortie du confinement, la collecte participative pour la maison d’édition lyonnaise naissante Façonnages Éditions est déjà un succès. (...)
Mardi 7 juin 2016 Plutôt que de s'en méfier, Frédéric Khodja nous invite à faire confiance aux images, et se lance à l'URDLA sur leur(s) piste(s), explorant leurs métamorphoses, leurs devenirs, leurs présences énigmatiques.
Mardi 23 décembre 2014 D’Abel Ferrara (Ita-Fr, 1h24) avec Willem Daffoe, Ninetto Davoli…
Mardi 16 septembre 2014 D’Anton Corbijn (ÉU-Ang-All, 2h02) avec Philip Seymour Hoffman, Rachel MacAdams, Willem Daffoe, Nina Hoss…
Jeudi 23 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, avec d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Mardi 11 décembre 2012 Si l’on devait mesurer la qualité d’un film à la sincérité de son auteur, il n’y aurait aucun doute : 4h44 est un chef-d’œuvre, Abel Ferrara ayant (...)
Mercredi 27 mai 2009 Mélodrame psychanalytique qui vire à mi-parcours à l’ésotérisme grand-guignol, le nouveau Lars Von Trier rate le virage entamé par son auteur en voulant trop en faire sans s’en donner la rigueur. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !