Chut ! Chut ! Chutes….. Les danseurs sur le fil rouge… - Carmen

Par Camille Mazet

Avant d'entrer dans l'arène de la nuit, le silence s'impose tout d'abord à la lumière du jour.
La discipline se tient déjà droite, dans le secret.
Le feutré du rideau de scène est invisible dans les coulisses.
C'est un spectacle où les chutes demeurent sans bruit, toujours sur la pointe des pieds…

Seul le Rouge maintient son siège.

Il y a le Rouge colère de ne réussir un pas.
Il y a le Rouge sang d'un pied blessé.

Et puis le Rouge Carmen.
Le plus passionné, résistant, qui ne s'oxyde pas dans l'air de la musique. Celui qui sait embraser tous ces cœurs essoufflés. Et c'est alors un feu de joie qui crépite par-delà les corps où la gitane ne s'éteint pas, propageant son incendie à travers la flamme qu'est son cœur.