Footnote

ECRANS | Une comédie philosophique — philologique pour être précis — sur fond de rivalité intellectuelle père-fils ; difficile de faire plus singulier que le quatrième film de Joseph Cedar, une originalité qui est à la fois sa qualité et sa limite. Christophe Chabert

Dorotée Aznar | Mercredi 23 novembre 2011

De quoi parle Footnote ? La réponse ne va pas de soi, tant il faut démêler à l'intérieur de son scénario ce qui relève du prétexte spectaculaire et ce qui tient de la substance profonde. Par exemple, dans la relation entre Eliezer et Uriel Shkolnik, doit-on prendre en compte le fait qu'ils sont tous deux philologues spécialisés dans l'étude du Talmud, ou peut-on sauter à pieds joints sur cette notion (qui prend toutefois une place considérable dans le film) et y voir une rivalité beaucoup plus universelle entre un père éternellement frustré par son manque de reconnaissance et un fils qui a mis ses pas dans les siens, réussissant tout ce que lui a raté ? C'est le dilemme que pose le nouveau film de Joseph Cedar, dont l'impressionnant et très sombre Beaufort ne laissait pas soupçonner qu'il s'aventurerait vers un sujet aussi casse-gueule, qui plus est traité sur le ton de la comédie sophistiquée.

Philo bazooka

La sophistication de la mise en scène est l'autre problème à régler pour essayer (mais y arrive-t-on vraiment ?) de savoir si l'on a en face de soi un grand film tortueux ou une œuvre qui, à trop vouloir embrasser, finit par mal étreindre. Cedar passe sans transition de l'ascèse la plus totale — l'ouverture, où l'on entend le discours du fils, mais où l'on ne voit que la réaction en gros plan de son père — au baroque le plus échevelé. Le cinéaste multiplie alors les cadres à l'intérieur du cadre pour résumer le passé des personnages, ou réduit ses plans en miettes, les recollant dans un montage bazooka sur une musique symphonique façon Bernard Hermann. C'est impressionnant, mais Cedar ne va jamais jusqu'au bout de ses envolées ; quand il se hasarde à faire monter une tension fondée sur l'étrangeté kafkaïenne de la situation, il bousille la scène par une chute décevante, comme effrayé par ses propres audaces. Qui plus est, ce plaisir de jouer avec la matière cinématographique, louable en ces temps d'austérité esthétique, rajoute de la confusion à un scénario déjà coton à suivre. C'est finalement quand il retrouve un peu de calme que Footnote se montre vraiment passionnant : un long plan-séquence à la Tati où, pris au piège d'un bureau trop étroit, des intellectuels se mettent sur la gueule verbalement jusqu'à faire trembler les parois. Le meilleur moment d'un film généreux mais plutôt bordélique.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cachées : "Le Dossier Mona Lina"

Espionnage | de Eran Riklis (Isr-All, 1h33) avec Golshifteh Farahani, Neta Riskin, Lior Ashkenazi…

Vincent Raymond | Mardi 3 juillet 2018

Cachées :

Remise d’une mission éprouvante, une agent du Mossad est affectée à une opération en théorie tranquille : veiller le temps de sa convalescence sur une transfuge du Hezbollah libanais, Mona, dans une planque sécurisée en Allemagne. Mais les anciens alliés de Mona sont sur ses traces… Qui manipule qui, qui est l’appât, qui est la proie ? À la base complexe — et plongée dans un vortex diplomatique depuis les décisions intempestives de Donald Trump — la situation géopolitique au Levant constitue un terreau favorable pour un bon thriller d’espionnage en prise avec le réel. Rompu aux questions de frontières (voir notamment La Fiancée syrienne), le réalisateur israélien n’hésite pas ici à critiquer le cynisme officines d’État — y compris le sien — manœuvrant en dépit de la morale et en fonction des intérêts du moment, quitte à sacrifier autant de pions (c’est-à-dire de vies) que nécessaire. Après un démarrage tonitruant porté par une musique et une distribution dignes des grandes productions internationales, le film s’engage dans un face à face prometteur puisq

Continuer à lire

Contre-danse : "Foxtrot"

Drame | de Samuel Maoz (Isr-Fr-All, 1h53) avec Lior Ashkenazi, Sarah Adler, Yonaton Shiray…

Vincent Raymond | Mardi 24 avril 2018

Contre-danse :

Dafna et Michael apprennent brutalement un matin que leur fils Yonatan, militaire affecté sur un poste frontière dans le désert israélien, a été tué. Il faut gérer la douleur, les démarches administratives, la famille, les cérémonies officielles absurdes. Sauf qu’il y a un coup de théâtre… Un film ? Plutôt trois et demi en un, alternant les couches ou les tranches comme dans un sandwich. Or, chacun le sait, le meilleur du sandwich, c’est rarement le pain. L’épisode central le confirme ici : après une ouverture ayant pour fonction de démontrer l’habileté du réalisateur, son goût pour la géométrie et son art à gérer les hauteurs, la spatialité, on découvre ce qui aurait pu (dû ?) demeurer un fantastique court-métrage. Cœur du récit et nœud du drame, la vie au poste frontière est un mélange d’absurde et d’esthétique rappelant Le Rivage des Syrtes, mais revisité par Jean-Pierre Jeunet époque Bunker de la dernière rafale. Un moment de sombre beauté en temps de guerre, où entre deux banalités dans le quotidien de troufions ab

Continuer à lire

Cannes, jour 4 : Beauté volée

ECRANS | Sleeping beauty de Julia Leigh. Miss Bala de Gerardo Naranjo. Footnote de Joseph Cedar.

Dorotée Aznar | Lundi 16 mai 2011

Cannes, jour 4 : Beauté volée

Cette année, Thierry Frémaux a décidé d’inviter dans la compétition officielle deux premiers films, décision qui sent à la fois l’envie de renouveler le cheptel de cinéastes «cannois» et le désir de couper l’herbe sous le pied de la Quinzaine et de la Semaine de la critique (où, pour l’instant, on n’a vu qu’un seul film, le très auteurisant et vain Las Acacias). Sleeping beauty de Julia Leigh était le premier d’entre eux, et c’est pour l’instant le film le plus faiblard de cette compétition assez stimulante. Leigh raconte l’itinéraire de Lucy (Emily Browning, revenue de Sucker punch et qui se jette à corps perdu dans son rôle) lassée des petits boulots foireux qu’elle exerce pour payer son loyer, et qui accepte de participer à un réseau bizarre de prostitution où tout est permis, sauf la pénétration. Cela vaut pour un film qui n’est dérangeant qu’en trompe-l’œil, la mise en scène clinique et glaciale de Leigh ne masquant pas longtemps un certain puritanisme dans ses représentations. Mais ce n’est pas le plus grave dans Sleeping beauty ; ce qui énerve vraiment, c’est la manière dont on nous rabâche du discours à

Continuer à lire