Play it again, une réunion de classiques

ECRANS | Première édition pour Play it again, festival national consacré au cinéma de patrimoine, relayé à Lyon par l'Institut Lumière et le Comœdia.

Christophe Chabert | Mardi 21 avril 2015

Est-ce l'influence grandissante du festival Lumière ? Toujours est-il que pour la première fois, une opération nationale aura lieu cette semaine autour du cinéma de patrimoine, à l'initiative de l'ADFP (Association des Distributeurs de Films de Patrimoine), permettant de redécouvrir dans une centaine de salles françaises des classiques restaurés, certains fort populaires, d'autres beaucoup plus méconnus.

À Lyon, avec un certain sens du tirage de bourre que nos confrères ne se privent pas de relayer, Play it again — nom de la manifestation, en référence à une réplique fictive de Casablanca — se partagera entre l'Institut Lumière et le Comœdia, soit treize films au total (avec deux doublons) et une sélection on ne peut plus éclectique. Pas la peine de revenir sur Paris, Texas et La Vie de château, dont nous avons déjà largement causé par ici — car, contrairement aux dits confrères qui ne s'y intéressent que les 36 du mois, nous parlons de cinéma de patrimoine presque toutes les semaines ; pointons plutôt quatre raretés dans la programmation.

En particulier Peppermint frappé, qui contribue à la redécouverte de Carlos Saura, cinéaste espagnol majeur de la période franquiste, ici sous forte influence buñuelienne, et Dragon Inn, magistral film de sabre taïwanais signé par l'immense King Hu, dont l'influence sur Tsui Hark et plus globalement sur tous les stylistes du cinéma d'action asiatique fut décisive.

Encore plus rare, deux curiosités devraient exciter les cinéphiles les plus pointus : un film sri-lankais, Le Trésor de Lester James Peries, et un exemple de ce que le cinéma français engagé — et dégagé autour de la nuque — pouvait produire dans les années 70, La Coupe à dix francs de Philippe Condroyer. Mais là, on est autant dans la découverte pure que dans la redécouverte…

Christophe Chabert

Play it again
Au Comœdia et à l'Institut Lumière, du 22 au 28 avril


La Coupe à 10 francs

De Philippe Condroyer (1974, Fr, 1h40)
Institut Lumière 25 rue du Premier-Film Lyon 8e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Paris, Texas

De Wim Wenders (Fr-Ang-All-ÉU, 2h27) avec Harry Dean Stanton, Nastassja Kinski... Un homme réapparaît subitement après quatre années d'errance, période sur laquelle il ne donne aucune explication à son frère venu le retrouver. Accompagné de son fils, il part au Texas à la recherche de Jane, la mère de l'enfant.
Institut Lumière 25 rue du Premier-Film Lyon 8e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


La Vie de château

De Jean-Paul Rappenau (1966, Fr, 1h33) avec Catherine Deneuve, Pierre Brasseur...
Juin 1944, dans un château du bord de mer normand vit Jérôme avec sa charmante épouse, Marie. Excédée par le flegme de son époux, Marie ne désire qu’une seule chose : vivre à Paris. Pendant ce temps là, un résistant est parachuté dans la région, il rencontre la belle châtelaine et en tombe fou amoureux. Le château occupé par des allemands, dont un commandant sous le charme de Marie, sera le théâtre de ce quatuor amoureux. Institut Lumière 25 rue du Premier-Film Lyon 8e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Trésor

ECRANS | Touchant à tous les registres sans faire de tapage, Corneliu Porumboiu compose, film après film, une peinture méticuleuse de la société roumaine contemporaine et s’impose comme le plus important cinéaste actuel de son pays. Nouvelle perle à sa filmographie, “Le Trésor” le confirme.

Vincent Raymond | Mercredi 10 février 2016

Le Trésor

Qu’est-ce qu’un trésor ? À cette question, chacune et chacun possède au moins deux réponses. L’une sentimentale, se référant à un objet matériel ou immatériel dénué de toute valeur marchande ; l’autre, absolue, désignant un bien universellement reconnu comme précieux, source de richesse potentielle pour son détenteur. Il est rare dans notre monde matérialiste que les deux définitions se superposent ou que l’une parvienne à se substituer à l’autre, à moins que l’on ait conservé une âme innocente. C’est le cas de Corneliu Porumboiu, qui malgré sa lucidité d’adulte, sait encore décocher des regards en direction d’un naturel merveilleux. Avoir un tel sens de l’absurdité et faire preuve d’autant de poésie relève du prodige. De l'ironie à la pelle Chaque époque connaît sa quête du Graal, plus ou moins ludique ou comique. Ce film en est une, qui renvoie à un temps et à un imaginaire révolus — celui des romans peuplés de pirates dissimulateurs, ou de ces contes que le héros Costi lit le soir à son fils. Seulement, en étant transposée de nos jours à l’échelle d’un jardin, l’aventure se trouve comme vidée de sa substance héroïque, de son éclat, d’une forme de danger

Continuer à lire