The Danish Girl

ECRANS | De Tom Hooper (GB, 2h) Avec Eddie Redmayne, Alicia Vikander, Ben Whishaw…

Vincent Raymond | Mardi 19 janvier 2016


The Danish girl

De Tom Hooper (EU-Angl-All, 2h) avec Eddie Redmayne, Alicia Vikander...

De Tom Hooper (EU-Angl-All, 2h) avec Eddie Redmayne, Alicia Vikander...

voir la fiche du film


La remarquable histoire d'amour de Gerda Wegener et Lili Elbe, née Einar Wegener, l'artiste danoise connue comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930. Le mariage et le travail de Lili et Gerda évoluent alors qu’ils s’embarquent sur les territoires encore inconnus du transgenre.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Peinture Fraîche prolongé d'une semaine

Street Art | Le festival de street art Peinture Fraîche, co-organisé par Le Petit Bulletin et l'association Troi3, est prolongé d'une semaine : l'exposition de la Halle (...)

Sébastien Broquet | Vendredi 22 octobre 2021

Peinture Fraîche prolongé d'une semaine

Le festival de street art Peinture Fraîche, co-organisé par Le Petit Bulletin et l'association Troi3, est prolongé d'une semaine : l'exposition de la Halle Debourg, dans le 7e arrondissement, sera ainsi visible jusqu'au dimanche 7 novembre inclus. Parmi les artistes les plus impactants de cette troisième édition, on notera Lady Bug (photo ci-dessus). Toutes les infos ici.

Continuer à lire

Peinture Fraîche, toujours plus technologique

Street Art | La troisième mouture du festival Peinture Fraîche marque à la fois une transition et un retour de la vie culturelle. Un festival qui s’inscrit dans l’air du temps : zoom sur les innovations amenées par le directeur artistique, Cart'1.

Alpha Saliou Diallo | Mercredi 6 octobre 2021

Peinture Fraîche, toujours plus technologique

Sous la direction artistique de Cart’1, ce festival est une prise de température du street art aujourd’hui et à l'international. Une cinquantaine d’artistes sont réunis durant un mois dans un spot, la Halle Debourg, confirmant l’implantation de Lyon sur la carte mondiale de la discipline. Peinture Fraîche 2 était une introduction aux nouvelles technologies dans le street art. L'édition 3 lui consacre une place centrale avec l’essentiel des œuvres en réalité augmentée via l’application dédiée et la caméra de nos smartphones. « J’aime bien rappeler que le spray de peinture est une évolution technologique, que son premier but était de colorier du mobilier avant de faire des fresques, puis les artistes s’en sont emparés » explique Cart’1. Une complémentarité rétine-téléphone : là où l’écran marque habituellement une distance entre virtuel et instant présent, il devient dans cette édition la clé ouvrant les portes d’une second

Continuer à lire

Peinture Fraîche, acte 3 : les premiers noms

Street Art | Peinture Fraîche sera de retour à la Halle Debourg du 1er au 31 octobre 2021, pour une troisième édition sous le signe des nouvelles technologies, de l’écologie, des regards féminins et de l’abstraction. Les premiers noms viennent d’être dévoilés.

Sarah Fouassier | Mardi 29 juin 2021

Peinture Fraîche, acte 3 : les premiers noms

Le lieu du festival reste inchangé, mais la programmation sera, elle, entièrement renouvelée : vingt artistes locaux se joindront à vingt artistes internationaux et nationaux pour repeindre les murs de la Halle Debourg. La réalisation de chacune des œuvres sera filmée puis timlapsée — c’est-à-dire accélérée, afin de montrer au public, en quelques secondes, les conditions de réalisation. Ainsi seront dévoilées toutes les étapes du processus de production d’une œuvre. Ces vidéos seront visibles sur nos téléphones à l’aide de la réalité augmentée. Parmi les premiers noms révélés, on retrouve le Belge Ceepil et ses animaux en bandes qui paraissent comme emprisonnés dans une condition dont ils ne maîtrisent pas la destinée. L’Espagnol Angel Toren fera vivre au public une véritable expérience optique et numérique. Ses peintures murales mêlent tradition et innovation en jouant sur les lettrages, la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Le Suisse Ygrek installera l’une de ses créations typographiques sur fil de fer qu’il expérimente depuis 2012, tandis que le Danois Dais

Continuer à lire

De Lascaux à Lasco

Street Art | Scientifique le jour, street artiste la nuit, Lasco peint le passé sur les murs du présent. Inspiré par l’art pariétal du Paléolithique, il sort de la grotte les trésors d’il y a des milliers d’années pour les emmener dans la rue. Rencontre.

Manon Ruffel | Mardi 10 novembre 2020

De Lascaux à Lasco

D’où vient cette passion de la préhistoire et de l’art pariétal ? C’est l’addition de plusieurs choses. Enfant, j’ai aimé découvrir cette période préhistorique à l’école, comme beaucoup d’autres. J’ai fait une formation scientifique, mais je vivais à côté d’une école d’art lyonnaise, donc j’ai fréquenté pas mal d’artistes. Mes études et mon métier [NdlR : en recherche scientifique] m’ont permis de découvrir des grottes ornées et non-ornées. Avoir la chance de voir ces dessins de 20 ou 30 000 ans, ça m’a ému. Le street art préhistorique m’est apparu il y a quatre ans presque comme une évidence. Pour moi, le côté scientifique et artistique font sens ensemble. Je suis conscient qu’il n’y a pas la même charge émotionnelle quand on voit mon dessin et quand on est dans une grotte de 20 000 ans, mais je trouvais intéressant de vulgariser l’art pariétal, à la fois sur le plan artistique et scientifique. Justement, il y a dans votre travail et sur vos réseaux un aspect pédagogique. Est-ce important pour vous de transmettre, de vulgariser l’art pariétal à travers le street art ?

Continuer à lire

Le Festival Peinture Fraiche prolongé d'une semaine

Street Art | Initialement prévu jusqu’au 25 octobre et malgré une édition chamboulée par les dernières annonces gouvernementales, le festival Peinture Fraîche est prolongé d'une (...)

Manon Ruffel | Mardi 20 octobre 2020

Le Festival Peinture Fraiche prolongé d'une semaine

Initialement prévu jusqu’au 25 octobre et malgré une édition chamboulée par les dernières annonces gouvernementales, le festival Peinture Fraîche est prolongé d'une semaine. L’occasion pour les retardataires de découvrir pendant encore quelques jours les cinquante street artistes français et internationaux qui ont investi la Halle Debourg, cet ancien entrepôt de fret-triage du 7e arrondissement transformé en parcours de street art pour l’occasion. Vous pourrez donc déambuler à travers les différentes expositions d’œuvres dont plusieurs prennent vie grâce à l’application de réalité augmentée, et vous prêter aux jeux des ateliers interactifs et autres murs d’expression libre jusqu’au dimanche 1er novembre.

Continuer à lire

Peinture Fraîche fait fusionner créativité et technologies

Street Art | Cette deuxième édition de Peinture Fraîche (co-organisé par Le Petit Bulletin) tient ses promesses : nouvelles technologies, profusion d’œuvres sur divers supports et parcours renouvelé sont au rendez-vous. Une visite inédite qui convoque la réalité augmentée et ravira les amateurs de street art.

Sarah Fouassier | Mercredi 7 octobre 2020

Peinture Fraîche fait fusionner créativité et technologies

Il en fallait du courage et de la volonté pour maintenir cette seconde édition du festival Peinture Fraîche. Malgré les quelques modifications et annulations occasionnées par la crise sanitaire, la grande célébration du street art a bien lieu jusqu’au 25 octobre. En tant que premier événement culturel d’envergure de cette rentrée, l’équipe a donné le ton dès les premières heures avec une inauguration masquée et distanciée en présence des partenaires, de la presse et des élus locaux. Cette épreuve du feu a rassuré les organisateurs quant à la capacité de chacun à respecter les règles du nouveau monde : on ne se colle pas au voisin, on boit et on mange assis, on se désinfecte les mains à l’entrée et on ne porte pas le masque sous le nez mais bien au-dessus. Des règles peu réjouissantes, mais auxquelles le secteur culturel doit se plier s’il veut survivre. Une survie qui ne se fera pas sans le public qui se montre plutôt timide sur l’ensemble des manifestations culturelles. Alors, lorsqu’un événement se maintient il est important, voire militant de s’y rendre ! Au prix de 5€ la visite d

Continuer à lire

Les Dames de la Cantine ont toujours du rab

Food | Reconversion, réflexion, cuisson et le tout avec raison : Guillaume Wohlbang et Juliette Plailly fondent le traiteur d'aujourd'hui, zéro déchet et circuit court, avec les Dames de la Cantine. Jusqu'au 25 octobre à Peinture Fraîche.

Adrien Simon | Jeudi 8 octobre 2020

Les Dames de la Cantine ont toujours du rab

Le changement c’était maintenant : d’aucuns en cuisine n’ont pas attendu la promesse d’un monde d’après pour effectuer leur mue. Il y a bien sûr cette lame de fond bio-healthy-locale, mais pas que ! Nouveaux chevaux de bataille : l’anti-gaspi et le zéro déchet. Un questionnement qui touche notamment la livraison de repas, les gros du secteur ayant été enjoints par le ministère de l’Écologie à se pencher sur ses détritus. Mais aussi la haute-gastronomie : ainsi l’exemple de Mauro Colagreco qui a engagé son resto triple étoilé de la Côte sur la voie du plastic free. La vue de plages souillées au Mexique l’aurait sensibilisé sur cette question. Entre les industriels et les étoilés, il y a de petites structures qui prennent le sujet à bras le corps. Tenez, par exemple, Les Dames de la Cantine (dont Le Petit Bulletin est actionnaire minoritaire), en charge de la restauration durant les trois semaines du festival Peinture Fraîche. Les Dames en question sont en quelque sorte un produit de la précédente édition du festival : déjà sollicitées pour susten

Continuer à lire

Theo Haggaï ou la solidarité sans faille

Street Art | Il est hypersensible, intuitif, utopiste (mais les pieds sur terre), indigné par les injustices, en colère. Son remède ? Dessiner, traiter de sujets graves en s’amusant (ou l’inverse) et délivrer un message de solidarité. Portrait.

Julie Hainaut | Jeudi 8 octobre 2020

Theo Haggaï ou la solidarité sans faille

Il ne se considère pas comme un street artist, mais comme un touche-à-tout, un artiste multidisciplinaire qui dessine partout, quand ça lui chante, peu importe le support. « J’ai du mal avec le terme de ‘’street art’’ parce que je passe plus de temps chez moi que dehors, à créer, penser, imaginer. Je m’adapte à toutes les surfaces. Il faut juste que ça m’amuse et que ça ait un sens » explique Théo Haggaï. Il traite de sujets qu’ils considèrent « normaux » et qui devraient révolter « absolument tout le monde » : le racisme, l’homophobie, le réchauffement de la planète, la guerre, l’exil… « Je suis constamment en colère. Il me paraît normal de s’indigner contre les discriminations. Quand je vois des gens s’opposer ou tempérer une cause, ça me tord le bide. » Alors il dessine. Des personnages (non genrés) qui essaient de sauver la terre par tous les moyens, d’autres qui pleurent la mort de Georges Floyd, d’autres qui, exilés de leur terre, cherchent la liberté (en vain). Des mains qui s’empoignent, aussi, preuve de la nécessité de la solidarité. Les traits sont simples, minimalistes, fins, ronds, profonds, dram

Continuer à lire

Peinture Fraîche déplacé en octobre

Street Art | Peinture Fraîche maintient la majeure partie de sa programmation et déplace ses dates à octobre.

Sébastien Broquet | Mardi 12 mai 2020

Peinture Fraîche déplacé en octobre

Le festival de street art Peinture Fraîche, qui devait se dérouler initialement en mai et a été reporté suite à la pandémie de Covid-19, a fixé ses nouvelles dates : ce sera du vendredi 2 au dimanche 25 octobre 2020, toujours au même endroit, la Halle Debourg dans le 7e arrondissement de Lyon. Le programme est en cours d'ajustement, mais la présence de toutes les principales têtes d'affiche est confirmée : ainsi, il sera possible d'admirer sur place les œuvres de Adam Fujita, Ben Eine, Alber, Bond Truluv, Astro, Soda, The Blind et El Pez. De même, tous les artistes locaux ont confirmé leur présence lors de cette seconde édition du festival née sous l'égide d'une collaboration réunissant l'association Troi3 et Le Petit Bulletin. Pour en savoir plus sur la programmation de cette seconde édition de Peinture Fraîche, c'est par ici.

Continuer à lire

Peinture Fraîche à l'avant-garde du street art

Festival | Peinture Fraîche a dévoilé sa programmation et son ambition de métamorphoser la Halle Debourg sous l’impulsion des nouvelles technologies. Un parti pris qui installe Lyon à l’avant-garde du street art.

Sarah Fouassier | Mardi 18 février 2020

Peinture Fraîche à l'avant-garde du street art

Lyon n'a jamais fait figure de ville novatrice en matière de street art. C'est ce que Peinture Fraîche s'évertue à changer depuis sa première édition. Si le lieu où se déroulera le festival se révèle inchangé, son contenu connaîtra des évolutions puisque la totalité de la programmation artistique est renouvelée. Seuls les artistes locaux invités lors de la première édition seront à nouveau conviés à montrer et à vendre leurs œuvres dans l’espace d’exposition. Ce qui favorise l’émergence d’un marché de l’art urbain lyonnais et la professionnalisation des artistes. Une initiative bienvenue dans un milieu où la rémunération de peintures dans l’espace public est rare. Qui seront les têtes d’affiche de cette édition 2020, et qu’espérer de ce Peinture Fraîche 2.0 ? Les nouvelles technologies seront sans aucun doute les invités d’honneur de ce festival puisque 80% des fresques seront animées grâce à la réalité augmentée, offrant aux visiteurs une double visite et une double lecture des pièces. L’usa

Continuer à lire

123klan, premier nom pour Peinture Fraîche

Street Art | La programmation du festival de street art Peinture Fraîche sera annoncée le mardi 18 février. Mais un premier nom se dévoile déja, et il va provoquer l'impatience de tous les amateurs de graffiti oldschool et de graphisme : 123klan.

Sarah Fouassier | Mardi 11 février 2020

123klan, premier nom pour Peinture Fraîche

Klor et Scien, l'inséparable duo derrière le crew 123klan fera prochainement escale à Lyon. Le couple originaire de Dunkerque aura un emplacement de choix lors du festival Peinture Fraîche qui aura lieu du 1er au 17 mai. 123klan a changé la face du graffiti ainsi que l’usage des premiers iMac et du logiciel Illustrator à la fin des années 90. C’est grâce à l’utilisation du dessin vectoriel que le couple de vandales a inventé un nouveau style de graffiti et une toute nouvelle esthétique. Avec 123klan, la culture urbaine naissante a rencontré la technologie et le graffiti a fusionné avec le design graphique. Grâce à eux, l’esthétique B-Boy de la vieille école s’est vectorisée, et les lignes et blocs de couleurs sont devenus tranchants. Fatale graffiti Grâce au dessin vectoriel, le style 123klan se décline sur tous les supports (murs, stickers, posters, vêtements), pourvu qu’ils soient apparents

Continuer à lire

Graine de malheur : "Little Joe"

Thriller | Et si le bonheur de l’Humanité se cultivait en laboratoire ? Jessica Hausner planche sur la question dans une fable qui, à l’instar de la langue d’Ésope, tient du pire et du meilleur. En témoigne son interloquant Prix d’interprétation féminine à Cannes pour Emily Beecham.

Vincent Raymond | Mardi 12 novembre 2019

Graine de malheur :

Amy travaille dans un laboratoire de phytogénétique sur le projet Little Joe, une plante rendant ses possesseurs heureux. Mais à la suite d’une série de dysfonctionnements, le “prototype“ contamine son fils et certains chercheurs, qui commencent à agir étrangement… Sur le papier, Little Joe aguiche plus qu’il ne promet tant ce conte moral paraît en phase avec des préoccupation sociétales, éthiques, biologiques et écologiques. Jessica Haussner coche toutes les cases en abordant autant les dangers encourus par la manipulation du vivant que le désir illusoire de fabriquer un bonheur universel… mais totalement artificiel — sur ce chapitre, la science n’est pas la seule concernée par cette philippique filmique : les religions affirment à leurs adeptes que leurs doctrines aspirent aux mêmes résultats. Cette promesse de mieux vivre ne peut qu’aboutir à une catastrophe, au nom de l’adage « le mieux est l’ennemi du bien » : le pollen de Little Joe transforme ceux qui le respirent en monstres dépourvus d’empathie. À cette fable effrayante, la cinéaste ajoute une dimension plastique stupéfiante : palette trav

Continuer à lire

Some Faces, de Lise Stoufflet

L’œuvre de la semaine | Les masques tombent, mais que révèlent-ils ? C’est l’énigme qui entoure cette huile sur toile de la jeune peintre parisienne Lise Stoufflet, présentée à (...)

Sarah Fouassier | Mardi 24 septembre 2019

Some Faces, de Lise Stoufflet

Les masques tombent, mais que révèlent-ils ? C’est l’énigme qui entoure cette huile sur toile de la jeune peintre parisienne Lise Stoufflet, présentée à Slika à l’occasion de l’exposition du collectif de peintres Paris Peinture Plus, en résonance avec la Biennale. La force de cette peinture se niche dans le non-dit. La narration est en suspens, invitant le spectateur à questionner son propre imaginaire face au contexte caché qui nous intrigue. Une antinomie profonde est cultivée par la naïveté apparente de ces corps lisses aux aplats francs de couleur pastel, et par le mystère qui entoure ces visages ébauchés sur des tissus disposés au sol ou dans les mains des protagonistes. De ces clones sans têtes, en attente d’on-ne-sait-quoi, émanent une beauté limpide, secrète, naïve, très vite troublée par une tension que la peintre ritualise dans toutes ses œuvres. Traversée par l’urgence de représenter le corps, en particulier le corps féminin, Lise Stoufflet engendre des contes suspendus sur la corde qui sépare la réalité de la fiction. Paris Peinture Plus À Slika jusqu'au 19 octobre

Continuer à lire

Reso signe une fresque rue Moncey

Street Art | Le festival de street art Peinture Fraîche continue de retentir dans la ville avec notamment l'ouverture d'une boutique éphémère (au 25 rue Burdeau jusqu'au (...)

Sarah Fouassier | Mardi 24 septembre 2019

Reso signe une fresque rue Moncey

Le festival de street art Peinture Fraîche continue de retentir dans la ville avec notamment l'ouverture d'une boutique éphémère (au 25 rue Burdeau jusqu'au 12 octobre) et la commande d'une fresque par la mairie du 3e arrondissement. Peintes par le graffeur toulousain Reso, deux peintures murales se font face sous le porche de la rue Moncey. L'inauguration de l’œuvre a marqué l'amorce du chantier de réhabilitation de la place Ballanche. En amont de sa composition, Reso a dialogué avec les habitants dans l'objectif de produire une peinture à l'image du quartier : animée et cosmopolite.

Continuer à lire

Peinture Fraîche, un succès

Street Art | Après dix jours intenses, la première édition du festival Peinture Fraîche s'est achevé ce dimanche. Bilan.

La rédaction | Mardi 14 mai 2019

Peinture Fraîche, un succès

La Halle Debourg a fermé ses portes, ce dimanche soir. Après avoir reçu la visite de 37 615 festivaliers, venus admirer les œuvres peintes par 68 artistes au cours de ces dix jours de Peinture Fraîche. Une première édition pour ce festival de street art concocté en joint-venture entre l'association Troi3 et Le Petit Bulletin, placée sous l'égide du directeur artistique Cart'1, qui s'achève sur un succès au vu de l'affluence. C'est un public transgénérationnel et conquis qui s'est déplacé en nombre, dont 500 ont bénéficié d'une visite avec l'un des quatre médiateurs formés (27 retraités, 50 étudiants en architecture, l'association Singa ou encore près de 300 scolaires). Du mur d'expression libre, où 3000 sprays ont été vendus, squatté en permanence par les artistes en herbe comme par leurs parents, aux divers ateliers (la sérigraphie, Lor-K, la réalité virtuelle, etc.), l'affluence ne s'est jamais démentie, occasionnan

Continuer à lire

Kid Kreol & Boogie, artistes d'une île pas si proche

Street Art | Véritables artistes visuels, Kid Kreol & Boogie travaillent ensemble depuis onze ans à la création d’un imaginaire longtemps annexé par les dominants. L’histoire douloureuse de l’île de La Réunion se mue en des éclats poétiques où les voyages, les connaissances historiques et anthropologiques s’alimentent : l’expérience personnelle habite un récit universel.

Sarah Fouassier | Vendredi 26 avril 2019

Kid Kreol & Boogie, artistes d'une île pas si proche

Vous vous êtes rencontrés à l’École des Beaux-Arts de La Réunion, quel était le regard porté sur votre travail de graffiti dans cette institution ? Kid Kreol : Quand on s’est rencontré, on avait déjà quelques années de graffiti dans les pattes. Arrivés aux Beaux-Arts, ça s’est plutôt mal passé, les professeurs ne comprenaient pas ce qu’était le graffiti. Quand on disait graffiti, on parlait de Warhol, Basquiat ou Keith Haring, du coup c’était assez brutal car on nous disait que notre boulot c’était de la merde. Ça nous a beaucoup servi, on a passé quatre ans à peindre ensemble et à déconstruire notre univers. La culture réunionnaise étant plutôt orale et sacrée, comment les anciennes générations perçoivent votre retranscription de celle-ci ? Boogie : On a un peu de tout comme réaction, aussi bien des réactions positives, que des gens disant que ce qu’on fait, c’est le diable, le démon. Après, ce sont justes des interprétations… L’idée de notre travail c’est vraiment de faire apparaître un imaginaire dans l’espace public, donc c’est gagné quand les gens le voient et le ressentent. Kid Kreol : On tou

Continuer à lire

Bordalo II et Skeleton of Colores invités à Peinture Fraîche

Street Art | Bordalo II, Satr, Gleo, Marcela, Miss Me, Skeleton of Colores... la crème de la crème des street artistes du monde entier se donne rendez-vous à Peinture Fraîche, du 3 au 12 mai prochain.

Lisa Dumoulin | Mardi 12 février 2019

Bordalo II et Skeleton of Colores invités à Peinture Fraîche

On vous en a déjà parlé ici, Le Petit Bulletin co-organise avec Cart'1 et l'association Troi3 le festival Peinture Fraîche qui se déroulera du 3 au 12 mai à la Halle Debourg, un ancien entrepôt du 7e arrondissement de Lyon. Nous avions annoncé dès septembre la venue de quatre artistes d'envergure : Inti, Jace, Fin Dac et Alex Face. Voici aujourd'hui l'intégralité des artistes invités. Le portugais Bordalo II est l'une des superstars de cette édition aux côtés de la chinoise Satr. La Colombienne Gleo, la Brésilienne Marcela Ondasdamar, la Canadienne Miss Me et l'Américain Skeleton of Colores viendront représenter l'Amérique latine et du Nord. Côté Europe, direction l'Est : serons accueillis par le festival le Slovaque Suck et les Roumains Ocu et Kero, et un autre compatriote de Fernando Pessoa : Hazul. Parmi les invi

Continuer à lire

Bordalo II : « changer le monde et y prendre part est plus important que tout le reste »

Street Art | Invité au festival Peinture Fraîche, l’artiste portugais Bordalo II fait voyager son bestiaire constitué de déchets pour dénoncer la surconsommation. Ses sculptures gigantesques représentent des animaux à l’aide de son bourreau de matériau : le plastique. Faisant de lui un artiste à part dans le milieu du street art, puisqu'engagé dans une cause qu'il semble défendre plus que ses propres œuvres.

Sarah Fouassier | Mercredi 13 février 2019

Bordalo II : « changer le monde et y prendre part est plus important que tout le reste »

Vous avez fait les beaux-arts à Lisbonne, comment s’est faite la transition entre les Beaux-Arts et le street art ? Bordalo II : Le temps que j’ai passé dans l’espace public m’a appris à être à l’aise avec le fait d’avoir de la visibilité rapidement, j’ai ensuite pris conscience du potentiel de faire quelque chose que les gens vont voir et interpréter, c’est comme être une publicité mais avec de meilleures intentions. Le street art ou l’art urbain est très important, car il permet d’avoir une visibilité et accès au public. Quand vous avez de la visibilité, c’est nécessaire d’avoir un message, sinon c’est juste superficiel et pas pertinent. Votre grand-père était peintre, que vous a-t-il enseigné que l’on peut retrouver dans votre travail aujourd’hui ? Dans mon enfance, j’ai passé beaucoup de temps avec mon grand-père, Real Bordalo, qui était un peintre. Il a été une grande inspiration en tant que précepteur : la plupart des choses que j’ai apprises grâce à lui, et les valeurs qu’il m’a transmises se reflètent sur mon travail. Hormis ses aq

Continuer à lire

Art bien urbain

Street Art & Tatouage | Art vivant par excellence, le street art a conquis les murs des galeries mais ne s’arrête pas là : des festivals s'implantent et des liens se tissent avec d’autres disciplines.

Lisa Dumoulin | Mardi 8 janvier 2019

Art bien urbain

Côté expos, c’est chez Superposition que ça se passe, avec le premier solo show de Mani, équilibriste du noir et blanc mêlant fresques murales, dessin et animations, intitulé La mécanique du vide : prometteur (du 31 janvier au 2 mars). Mais aussi avec l’exposition Inking Board du projet Skate Station, deuxième édition de ce rendez-vous mixant les univers du tatouage et du skate : seize tatoueurs lyonnais (dont Pandido, Mathias Bugo, Gladys to meet you...) sont invités à encrer deux skateboards en bois brut, comme ils le feraient sur le bras d'une personne (du 11 au 26 janvier). Côté visites, on guette l’incontournable balade dans les pentes organisée par Nomade Land et Flo 81 le 19 janvier, mais aussi une nouvelle visite insolite sur le street art à la Croix-Rousse, proposée par Les Visites des Filles le 12 janvier. Côté festivals, il ne faudra pas manquer la première édition de Peinture Fraîche qui se tiendra du 3 au

Continuer à lire

Emily Blunt : « Mary Poppins est une super-héroïne »

Le Retour de Mary Poppins | Suite lointaine d’un des plus grands triomphes des Studios Disney qui avait glané cinq Oscar (dont celui de la meilleure actrice pour Julie Andrews), "Le Retour de Mary Poppins" est le Disney de Noël 2018. Rencontre avec le réalisateur et l’interprète de la nounou magique…

Vincent Raymond | Lundi 24 décembre 2018

Emily Blunt : « Mary Poppins est une super-héroïne »

Signer la suite d’un film considéré comme un classique depuis un demi-siècle a de quoi impressionner, non ? Rob Marshall : À chaque étape, cela a été impressionnant. Et un travail colossal. Mais si quelqu’un devait s’atteler à la tâche, je voulais que ce soit moi, car ce film signifie énormément pour beaucoup de personnes de ma génération. Il fallait que cette suite reflète dignement l’esprit du film de 1964, même si la barre était particulièrement haute. Avec mes co-scénaristes Dave Magee et John de Luca, nous avons dû créer un script pour lier les parties musicales entre elles. Car les livres de P. L. Travers fonctionnent par épisodes ; il n’y a pas vraiment de narration liant les chapitres les uns aux autres. Puisque Le Retour de Mary Poppins dépeint l’époque de la Grande Dépression à Londres, il fallait comprendre les difficultés de cette période, qui trouve un écho très contemporain. C’était un exercice

Continuer à lire

Mary à tout prix (et pareille à elle-même) : "Le Retour de Mary Poppins"

Comédie Musicale | De Rob Marshall (É-U, 2h10) avec Emily Blunt, Lin-Manuel Miranda, Ben Whishaw…

Vincent Raymond | Mardi 18 décembre 2018

Mary à tout prix (et pareille à elle-même) :

Trente ans se sont écoulés depuis le départ de Mary Poppins. La voici de retour, quasi identique pour s’occuper des enfants de Michael Banks, alors que leur père, jeune veuf, s’emploie à sauver leur maison d’une saisie. Heureusement, sa magie sera le sucre qui aidera la médecine à passer… Disons-le tout net, cette suite est une délicieuse mine de paradoxes. Tout d’abord parce qu’elle s'applique davantage à répliquer l’opus initial qu’à le prolonger, histoire de montrer l’immutabilité de la nounou — laquelle pourtant à changé de physionomie en changeant d’interprète. Ainsi le ramoneur est-il ici remplacé par un allumeur de réverbères (même genre de monte-en-l’air, en plus propre sur lui), l’oncle Albert s'envolant au plafond troqué par une cousine Topsy vivant tête-bêche, la séquence champêtre en animation par… une séquence champêtre en animation (avec une touche de cabaret en sus). Bénéficiant des évolutions techniques contemporaines, cette Mary Poppins est donc plus une 2.0 qu’une n°2. Mais si la trame se conforme à l’original, cet épisode se distingue

Continuer à lire

Bien cuites, les baguettes : "Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald"

Fantastique | de David Yates (G-B-É-U, 2h14) avec Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Dan Fogler…

Vincent Raymond | Mardi 13 novembre 2018

Bien cuites, les baguettes :

1927. Le sournois Grindelwald s’évade durant son transfert, affolant toutes les polices magiques du globe. Dumbledore expédie en secret Norbert Dragonneau sur ses traces, à Paris. Mais le collectionneur d’animaux fantastiques étant assigné à résidence sur le territoire britannique, il lui faut donc ruser… Désormais recyclée scénariste et productrice de ce cycle spin-off de Harry Potter, J. K. Rowling ne risque-t-elle pas, à force de tirer sur sa corde, de griller son aura auprès de ses plus fidèles fanatiques ? Oh, l’autrice dispose d’un confortable capital sympathie, et beaucoup de dragées surprises de Bertie Crochue seront avalées avant que ses émules ne commencent à douter de son infaillibilité, à renoncer à leur vénération pour ce gourou au sourire si doux. Prendre un tant soit peu de recul permet pourtant de constater la platitude paresseuse de cet épisode, qui pourrait tenir en deux formules de première année à Poudlard : Dillutio salsa (on rallonge la sauce) et Revelatio caudalix (on balance un vieux cliffhanger

Continuer à lire

Attention, Peinture Fraîche !

Street Art | Le pôle événémentiel du Petit Bulletin est fier de vous présenter son nouveau projet monté en collaboration étroite avec le directeur artistique Cart'1 et l'association Troi3 : Peinture Fraîche, un festival international de street art qui se déroulera en mai prochain dans une friche industrielle du 7e arrondissement de Lyon.

La rédaction | Mardi 11 septembre 2018

Attention, Peinture Fraîche !

C'est l'histoire d'une rencontre. D'une connexion entre Le Petit Bulletin et Cart'1, street artist dans la place depuis la fin des eighties qui portait en lui l'envie de lancer dans sa ville (Lyon, donc) un festival d'ampleur dédié à sa discipline artistique. On lui doit déjà un festival en Colombie, où il a vécu un temps, dans la cité de Barranquilla : le KillArt Festival, quatre éditions à ce jour. Il a aussi concocté deux événements remarqués par ici, Wall Drawings en 2016 avec le Musée d'Art Contemporain puis Trublyon en 2017. Peinture Fraîche prend donc aujourd'hui la suite de ces deux rendez-vous. Rappel des faits : en 2016, les artistes de l’exposition Wall Drawings au MAC (Seth, Jace, Kid Kréol & Boogie, Wenna, Teck….) avaient pu performer sur l’ancien collège Maurice Scève (Lyon 4e), devant 3500 personnes en une seule journée. En 2017, profitant des liens de Cart’1 avec la Colombie, quatre street artistes de ce pays avaient été conviés : Guache, Yurica, Omar Alonzo et Joyce, en compagnie de c

Continuer à lire

Un sport qui se joue à bronze contre bronze : "Cro Man"

Animation | de Nick Park (Fr, 1h29) avec les voix (v.o./v.f.) de Eddie Redmayne/Pierre Niney, Maisie Williams/Kaycie Chase, Tom Hiddleston…

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Un sport qui se joue à bronze contre bronze :

La tenue de la Coupe du Monde en juin prochain est un prétexte commode pour nous faire manger du ballon rond à toutes les sauces : en salade russe en l’honneur du pays hôte, à la française (en hommage aux vingt ans de la victoire de 1998), et même en pâte à modeler dans Cro Man grâce aux Studios Aardman — jadis mieux inspirés. A priori, rien ne laisse supposer qu’un film se déroulant à l’âge du bronze se raccroche ainsi à la grand-messe footballistique. Elle en est pourtant l’alpha et l’omega, puisque Nick Park y “dévoile” les origines accidentelles du jeu, en attribuant son invention à des hommes des cavernes pré-mancuniens. Et il montre comment leurs héritiers, menés par Doug, doivent affronter l’équipe de l’âge de Bronze dirigée par le cupide Lord Nooth, afin de conserver leur vallée. Même si les productions Aardman, référence dans le domaine du stop-motion, restent d’une constante qualité technique, Cro Man se révèle une petite déception, à l’instar de Les Pirates ! Bons à rien, mauvais en tout

Continuer à lire

Ex_Machina

ECRANS | Pour son premier film derrière la caméra, l’ex-scénariste de Danny Boyle Alex Garland s’aventure dans la SF autour du thème de l’intelligence artificielle, dont il livre une variation qui peine à trouver sa forme, entre didactisme dialogué et sidération visuelle. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 juin 2015

Ex_Machina

Imitation Game a popularisé la figure d’Alan Turing auprès du grand public ; sans le succès du film, il est peu probable que les spectateurs comprennent spontanément à quoi Alex Garland fait référence dans Ex_Machina. On y voit un informaticien remporter, lors d’un prologue expéditif, une sorte de loterie interne à son entreprise pour aller passer un séjour auprès de son patron dans sa somptueuse villa isolée du reste du monde. Assez vite, il se rend compte que loin d’être des vacances, il s’agit encore et toujours de travail — n’y voyez pas là une quelconque critique sociale, nous sommes dans le futur. En l’occurrence, faire passer un test de Turing à une androïde sexy dotée d’une intelligence artificielle, histoire de voir si celle-ci prend conscience de son caractère robotique ou si elle persiste à se considérer comme humaine — auquel cas, le test est réussi. Ex_Machina devient alors un long développement autour de la scène inaugurale de Blade Runner, le réplicant moustachu étant remplacé par une bimbo diaphane au corps inachevé, laissant appa

Continuer à lire

Une merveilleuse histoire du temps

ECRANS | La vie de Stephen Hawking transformée en mélodrame très anglais par James Marsh, dans un film qui vise de façon ostentatoire les récompenses, de la performance de son acteur Eddie Redmayne à l’académisme de sa mise en scène. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 20 janvier 2015

Une merveilleuse histoire du temps

«C’est sans doute la phrase la plus anglaise que j’ai jamais entendue» dit Jane Hawkins (la très belle et très douée Felicity Jones) à sa mère (la revenante Emily Watson) qui lui propose d’aller chanter dans la chorale de sa paroisse. Une merveilleuse histoire du temps est, de même, le film le plus anglais qui soit, du moins selon une image internationale faite de patrimoine littéraire et de patrimoine tout court. Pourtant, cette bio filmée du cosmologiste Stephen Hawking, atteint de la maladie de Lou Gehrig (popularisée récemment par les pitreries humanitaires des stars lors du Ice Bucket challenge), paraissait bien éloignée de ce programme. Or, le film ne s’attarde guère sur les racines de son génie, sa passion des trous noirs, du big bang et de l’origine du temps, et son infirmité est surtout un formidable véhicule pour que le comédien qui l’incarne, Eddie Redmayne, offre une performance remarquable au sens où, des spectateurs aux votants de l’académie des oscars, tout le monde se plaira à la remarquer. Non, ce qui intéresse Anthony McCarten, le scénariste, et James Marsh, réalisateur du très fort

Continuer à lire

Les Misérables

ECRANS | À force d’adaptations, le roman de Victor Hugo devait en arriver là : la version filmée de la version anglaise de la comédie musicale. Elle confirme les limites de Tom Hooper derrière une caméra et accumule les faiblesses manifestes et les fautes de goût impardonnables. Pourtant… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 5 février 2013

Les Misérables

Les Misérables n’est pas un bon film. On pourrait même passer la critique entière à en lister les défauts. À commencer par le travail de Tom Hooper lui-même, dont le trop admiré Discours d’un roi montrait déjà les limites : par exemple, Hooper s’avère absolument incapable de donner une forme aux passages non chantés. Alternant grand angle et longues focales, ils sont cousus n’importe comment par un montage aberrant réduisant l’action à une bouillie d’images incohérentes. On peut aussi s’interroger sur la valeur musicale de la partition de Schönberg et Boublil : ces "tubes" pensés pour des chanteurs à voix ont pris du plomb dans l’aile et seul l’investissement des comédiens permet de leur donner un nouveau souffle. Au milieu de ce casting all stars, on trouve une incroyable faute de goût : Russell Crowe dans le rôle de Javert. L’acteur sort sa grosse voix dans les passages parlés, mais part dans les aigus dès qu’il se met à chanter, sapant toute la crédibilité du personnage. Le récit est ce qui résiste le mieux à ce duplicata musi

Continuer à lire

Royal affair

ECRANS | De Nicolaj Arcel (Danemark, 2h16) avec Mads Mikkelsen, Alicia Vikander…

Christophe Chabert | Jeudi 15 novembre 2012

Royal affair

Pour ceux qui se demandent ce que le mot "académisme" veut dire, on conseille la vision de Royal affair, véritable modèle du genre. Soit un sujet historique — la passion entre la Reine Caroline Matilde et le médecin du roi Christian VII, imprégné de philosophie des Lumières et qui va peu à peu, politiquement et sentimentalement, remplacer un souverain plus préoccupé par le jeu et les prostituées à gros seins que par le pouvoir — que Nicolaj Arcel prend soin de ne jamais bousculer par des idées de mise en scène. Il se contente de l’illustrer avec une reconstitution parfaite, une direction artistique top chic, de la musique bien pompière. Propret, Royal affair se contente d’exposer scolairement l’affair(e), sans jamais prendre le risque de l’ambiguïté ou de la zone d’ombre, faisant à la fois le musée et l’audio-guide, le roman et le dossier pédagogique qui l’accompagne. On serait bien en peine d’y trouver un quelconque point de vue, une once de trouble ou de regard contemporain. Christophe Chabert

Continuer à lire

My week with Marilyn

ECRANS | Il n’y a paradoxalement que peu de genres cinématographiques aussi balisés que le biopic (pour “biographic picture“), alors que dans un monde parfait, (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 30 mars 2012

My week with Marilyn

Il n’y a paradoxalement que peu de genres cinématographiques aussi balisés que le biopic (pour “biographic picture“), alors que dans un monde parfait, chaque personnalité ainsi transfigurée par le 7e art devrait au moins voir ses singularités respectées… Hélas : l’œuvre d’une vie est vouée à y être résumée et expliquée par les plus petits dénominateurs communs, et l’interprète se doit de foncer dans un mimétisme outré, garant de nombreuses nominations. Dans ce contexte lénifiant, un film comme My week with Marilyn, où les comédiens courent moins à l’imitation qu’à la réinterprétation, fait donc a priori un bien fou – il ne se concentre que sur une parenthèse désenchantée de la tumultueuse vie de Marilyn Monroe, lors d’un tournage en Angleterre sous la houlette du très pincé Laurence Olivier. L’occasion pour le réalisateur de nous amuser du choc des cultures entre le professionnalisme guindé de l’establishment cinématographique anglais et le capricieux star system américain ne jurant que par la «method» chère à l’Actors Studio. Dans l’écrin d’une mise en scène discrète mais élégante, l’expérience se révèle même savour

Continuer à lire

Le Discours d'un roi

ECRANS | De Tom Hooper (Ang-Austr-ÉU, 1h58) avec Colin Firth, Geoffrey Rush, Helena Bonham Carter…

Christophe Chabert | Mercredi 26 janvier 2011

Le Discours d'un roi

La razzia effectuée par "Le Discours d’un Roi" sur les nominations aux Oscars n’a rien d’étonnant ; le film semble calibré pour séduire l’Académie, répondant au cahier des charges du cinéma historico-culturel. Il y a un sujet, véridique — l’accession au trône du Roi Georges VI, contrainte et forcée, et ses déboires oratoires liés à un bégayement intempestif ; des numéros d’acteurs au cabotinage gênant — on a vu Colin Firth meilleur qu’ici, même s’il en fait moins que Bonham Carter en précieuse ridicule. Et il y a une forme, emphatique et arty, un surfilmage constant fait de décadrages voyants et de courtes focales sur des décors sans profondeur, qui donne parfois l’impression de regarder autant les tapisseries que les acteurs. Le film hurle si fort sa subtilité qu’il en devient lourd, notamment dans des dialogues qui ne ratent jamais l’occasion de récapituler avec des grandes sentences théâtrales le propos et les états d’âme des personnages. Les séquences de rééducation sont censées fournir un contrepoint comique à cette grandiloquence ; mais voir le futur Roi éructé tel un malade de la Tourette des «fuck» et des «shit» est amusant une fois, pas dix. On regrette amèrement la dis

Continuer à lire

Bright star

ECRANS | De Jane Campion (ÉU-Ang, 1h59) avec Abbie Cornish, Ben Whishaw…

Christophe Chabert | Mercredi 23 décembre 2009

Bright star

L’histoire d’amour entre le poète romantique John Keats et sa jeune voisine Fanny Brawne, amour d’abord hésitant, puis passionné et finalement tragique, semblait un sujet en or pour Jane Campion, un peu en déshérence depuis sa Palme d’or avec "La Leçon de piano". Mais "Bright star" repose sur une convention envahissante qui, si on la rejette, met le film par terre. Campion dénie à ses personnages le droit à la quotidienneté, et les fige dans un langage et des situations qui renvoient sans arrêt à leurs aspirations poétiques. Il y a quelque chose comme un cliché absolu à voir Keats et Brawne se réciter toutes les cinq minutes un poème en prenant un air pénétré, ou à les regarder se tourner autour, n’osant pas se rapprocher charnellement malgré leur évidente communion spirituelle. L’humour cynique à la Oscar Wilde apporté par le personnage de Brown, ami et négatif de Keats, sonne tout aussi artificiel… La mise en scène de Campion, corsetée jusqu’au pléonasme, accentue encore la sensation d’être devant la vision fantasmée d’une époque, comme peuvent l’être certains péplums où tous les personnages s’expriment avec des dialogues de tragédie antique. La cinéaste, autrefois chantre d’u

Continuer à lire

L’art et la guerre au XXe siècle

ARTS | Guerre de 1914-1918En 1916, en pleine boucherie, Hugo Ball, Tristan Tzara, Jean Arp inventent «Dada», vomissant les valeurs bourgeoises établies, l’art (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 30 octobre 2008

L’art et la guerre au XXe siècle

Guerre de 1914-1918En 1916, en pleine boucherie, Hugo Ball, Tristan Tzara, Jean Arp inventent «Dada», vomissant les valeurs bourgeoises établies, l’art coupé de la vie, l’esprit de sérieux… On considère souvent Dada comme un mouvement purement nihiliste (Éric de Chassey, dans le passionnant catalogue de Repartir à zéro, qualifie Dada de période de deuil et de négation ; à tort selon nous !). Tzara, Jean Arp, Duchamp, Picabia, Raoul Hausmann, Hannah Höch, Kurt Schwitters et consorts, ont pourtant inventé ou réinventé plusieurs formes artistiques majeures : la performance, le photomontage, l’assemblage, le ready-made… VietnamDans les années 1960-1970, certains artistes du pop Art et les peintres de la Figuration Narrative (Fromanger, Erro, Rancillac…) réagissent directement aux problèmes politiques de leur époque et à la Guerre du Vietnam en particulier…

Continuer à lire

Artistes, rompez !

ARTS | Expo / Mêlant célébrités de l’art moderne et artistes méconnus, « Repartir à zéro » rouvre le dossier des années 1945-1949, période de traumatismes autant que d’ébullition créative… Une très grande exposition ! Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 30 octobre 2008

Artistes, rompez !

Entre conflit mondial et Guerre froide, traumas de la Shoah ou d’Hiroshima et allégresses utopistes de la Libération : cinq petites années, de 1945 à 1949, où tout redevient possible sur fond d’horreurs, et où beaucoup d’artistes repartent à zéro, convaincus de la nécessité d’une rupture… C’est une période restreinte et très spéciale, située avant que les choses ne se rigidifient, avant que les artistes ne se définissent comme abstraits ou figuratifs, autonomes ou engagés, pro-soviétiques ou pro-américains, précise Éric de Chassey, commissaire de l’exposition avec Sylvie Ramond. Le parcours de Repartir à zéro est thématique, égrenant ses sections déroutantes : témoigner, expérimenter, balbutier, remplir/vider… D’où un curieux et intelligent mélange des genres, où le propos historique s’entremêle à des problèmes formels et artistiques, sans démonstration rigide ni point de vue uniforme. L’exposition invite plutôt à se perdre, redistribuant les cartes, pour mieux donner à voir des œuvres… Et quelles œuvres ! La première salle rassemble plusieurs artistes qui ont sciemment désiré témoigner des horreurs de la guerre. Et l’on tombe, là, d’emblée, nez à nez a

Continuer à lire