Du rock dans les salles de cinéma

Vincent Raymond | Vendredi 2 septembre 2016

Photo : Nick Cave © Picturehouse Entertainment


Cela fait à présent quelques années que les cinémas ont gagné en polyvalence en s'ouvrant à toutes les formes de spectacles vivants (opéra, danse, théâtre, musique), proposant parfois des “saisons” complètes de retransmissions de concerts. Les salles profitent de leurs grandes capacités, de leur confort, de leurs équipements techniques et du fait qu'elles sont implantées partout sur le territoire, pour offrir des shows promotionnels exclusifs — comprenez ressemblant plus à l'atmosphère d'un vrai live que s'ils étaient simplement diffusés en télévision.

Nouvelles pointures annoncées en septembre, Nick Cave & The Bad Seeds et The Beatles ! Pour le premier, c'est la sortie de l'album (9 septembre), Skeleton Tree, qui est prétexte à la diffusion la veille de One more time with feeling, un film consacré à la genèse de cet opus. Un relai promotionnel assuré par les écrans Gaumont-Pathé, comparable à une mini-tournée qui ne devrait pas dépayser le marmoréen chanteur, tant de fois immortalisé par Wim Wenders.

Quant aux Fab Four, ils seront réunis à travers le documentaire Eight Days a Week, composé d'images annoncées comme rares voire inédites, visible le 15 septembre. Là, la surprise vient du réalisateur : Ron Howard. Sûr qu'il voulait retrouver ses Happy Days


One more time with feeling

De Andrew Dominik (Austr, 1h26) documentaire

De Andrew Dominik (Austr, 1h26) documentaire

voir la fiche du film


Performance live de Nick Cave & the Bad Seeds à l'occasion de la sortie de leur nouvel album, Skeleton Tree, entremêlée d’interviews, d’images inédites et intimes, accompagnées par le récit intermittent et les ruminations improvisées de Cave


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Nick Cave aux Nuits de Fourvière en 2022

Festival | Les fans de Nick Cave n'ont sans doute pas oublié, ni ne se sont remis du magistral concert perpétré par l'Australien en juillet 2013 à Fourvière, en sortie du (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 25 mai 2021

Nick Cave aux Nuits de Fourvière en 2022

Les fans de Nick Cave n'ont sans doute pas oublié, ni ne se sont remis du magistral concert perpétré par l'Australien en juillet 2013 à Fourvière, en sortie du classieux Push the sky away. Parmi ces fans, l'une des plus hardcore, Sophie Broyer arrivée l'an dernier aux fonctions de programmatrice des Nuits de Fourvière – et qui n'a guère eu l'occasion d'étrenner de manière satisfaisante ses grandes compétences. Elle se rattrapera manifestement l'an prochain puisque viennent d'être annoncés non pas un mais deux concerts du Cave et de ses Bad Seeds, les 6 et 7 juin 2022 sur la scène du théâtre antique. Certes, ce n'est pas demain la veille – et d'ailleurs la billetterie n'ouvrira pas avant l'année prochaine – mais c'est toujours de la belle perspective de vrai monde d'après. Ce soir là, on repensera sans nostalgie à 2020 et 2021 et on kiffera

Continuer à lire

Le concert de Paul McCartney annulé

Parc OL | C'était prévisible, c'est confirmé : le concert de Paul McCartney au Parc OL, prévu le 7 juin, n'aura pas lieu. Comme l'ensemble de sa tournée européenne, (...)

Sébastien Broquet | Vendredi 10 avril 2020

Le concert de Paul McCartney annulé

C'était prévisible, c'est confirmé : le concert de Paul McCartney au Parc OL, prévu le 7 juin, n'aura pas lieu. Comme l'ensemble de sa tournée européenne, qui comprenait un passage au mythique festival de Glastonbury en Angleterre et quatre dates en France. La production travaille à un report de la tournée de l'ancien Beatles en 2021. « De nouveaux itinéraires de tournée viennent d’être proposés. Pour des concerts en 2021. Mais rien ne sera annoncé tant qu’on n’aura pas de dates de rechange à communiquer » a déclaré la productrice de la tournée en France, Jackie Lombard, au quotidien Sud-Ouest. En attendant l'annonce de la potentielle nouvelle date, on peut se consoler avec cette playlist concoctée par notre critique rock Stéphane Duchêne :

Continuer à lire

Hello, Goodbye, Hello : "Yesterday"

Comédie | Un musicien sans succès se retrouve seul au monde à connaître le répertoire des Beatles et se l’approprie : sa vie change alors radicalement. Après Steve Jobs, Danny Boyle reste dans l’univers Apple pour cette fable morale, musicale, nostalgique aux inspirations multiples…

Vincent Raymond | Mardi 2 juillet 2019

Hello, Goodbye, Hello :

Jack Malik a du succès à la guitare auprès de ses amis ; un peu juste pour vivre de ses chansons. Une nuit, un accident mystérieux le laisse le visage en vrac et riche d’un trésor : il s’est réveillé dans un monde où les Beatles n’ont jamais existé. Et lui seul connaît leurs chansons… Quel musicien, n’a jamais rêvé (ou cauchemardé) connaître le sort de Jack Malick ? Puisque les Beatles, aux dires de Lennon en 1966, étaient « plus populaires que Jésus », cela équivaudrait-il à se retrouver en position mosaïque, recevant les Tables de la Loi ? Débordant largement du registre musical, l’influence du groupe a été — et demeure — telle dans la culture contemporaine pop que son effacement pourrait légitimement causer un hiatus civilisationnel. Le postulat de départ est intellectuellement séduisant et surtout réjouissant pour les amateurs des Quatre de Liverpool. Ils savourent non seulement la renaissance du catalogue entier, mais ont droit en bonus à des surprises moins prévisibles et plus authentiquement émouvantes que celles parfumant d’habitude les biopics musicaux.

Continuer à lire

20000 jours sur Terre

ECRANS | Ni docu rock, ni biopic, 20000 jours sur Terre est un objet aussi étrange que son sujet, Nick Cave. Du moins aussi étrange et énigmatique que ledit sujet (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 23 décembre 2014

20000 jours sur Terre

Ni docu rock, ni biopic, 20000 jours sur Terre est un objet aussi étrange que son sujet, Nick Cave. Du moins aussi étrange et énigmatique que ledit sujet voudrait paraître. Ce pourrait être le simple récit de la journée type d'une rock star : la star écrivant à son bureau sur une antique machine à écrire ; la star chez le psy ; en voiture ; consultant ses archives (ben oui, quand on est une star, on a des archives) ; matant Scarface avec ses deux jumeaux. Si ce n'était qu'une vaste illusion contrôlée. Rien de tout ceci n'est "réel", outre les différents protagonistes jouant chacun leur propre rôle, fut-il fantômatique (sa femme, Susie, rendue au statut d'icône, et quelques autres apparitions premium). Tout a été minutieusement scénarisé, y compris par Cave lui-même, reconstitué et monté, surtout monté, admirablement, (le film a obtenu, à juste titre les prix de la réalisation et du montage à Sundance). Car il s'agit ici de dresser l'esquisse d'un univers où les chansons et le réel fantasmé fusionnent, à la fois réflexion sur la création et la mémoire – plutôt sélective – d'une carrière passionnante, où l'homme Nick fait jaillir la cr

Continuer à lire

A la Cave comme au ciel

MUSIQUES | Sous la voûte céleste de Fourvière, Nick Cave et ses mauvaises graines vont tenter, le 27 juillet, de repousser les limites du ciel aux commandes d'un album bouleversant : le bien nommé "Push the Sky Away". Stéphane Duchêne

Benjamin Mialot | Mardi 18 juin 2013

A la Cave comme au ciel

C'est sans conteste l'un des événements de l'année : la venue à Fourvière de Nick Cave et de ses Bad Seeds, en pleine tournée de Push the Sky Away. Un titre qui sied bien aux circonstances dans lesquelles l'Australien et son groupe vont jouer - sous la voûte étoilée, mais s'il pleut il sera bienvenu de demander au ciel de se pousser un peu. Un titre qui pourrait aussi faire office de résumé d'une carrière ayant toujours repoussé les limites, et même de testament, façon de dire au ciel : «pousse-toi de là et fais moi une petite place dans ton panthéon». Push the Sky Away ressemble en effet à une splendide veillée funèbre, à un dernier gospel – le sublime Wild Lovely Eyes, à un dialogue avec des puissances qui nous dépassent, à une murder ballad dont Cave serait le personnage principal – ce Water's Edge qui résonne du mythique Mercy Seat, merveilleusement repris en son temps par Johnny Cash et donne

Continuer à lire

Kid Loco

MUSIQUES | Américain d'origines mexicaine et apache, Brian Tristan fut très tôt au fait du métissage rock. Son surnom, Kid Congo, il le doit aux deux leaders des Cramps, (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 28 mars 2013

Kid Loco

Américain d'origines mexicaine et apache, Brian Tristan fut très tôt au fait du métissage rock. Son surnom, Kid Congo, il le doit aux deux leaders des Cramps, Poison Ivy et Lux Interior, docteurs ès-sobriquets pour lesquels Tristan quitta quand même rien moins que le Gun Club qu'il venait de fonder avec Jeffrey Lee Pierce en 1979 – avant d'y retourner huit ans plus tard. Avec ces deux groupes cintrés, Kid Congo, qui fut aussi dans sa jeunesse président du fan club des Ramones, a pu abuser à loisir de tous les mélanges, musicaux ou pas. Il ne s'arrêta d'ailleurs pas en si bon chemin puisqu'on trouve à son actif également des piges pour les Bad Seeds, les Angels of Light de Michael Gira – dont les Swans sont venus déployer leurs terrifiantes ailes la semaine passée – et des dizaines de collaborations avec des musiciens d'horizons aussi divers que Barry Adamson et Julee Cruise (galaxie David Lynch) ou son compatriote californien Mark Eitzel (galaxie folk dépressif). C'est dire la plasticité esthétique du bonhomme, pourtant jamais aussi à l'aise que quand il barbote dans u

Continuer à lire

Nuits de Fourvière 2013 - La programmation

MUSIQUES | Pour certains, le début du printemps coïncide avec la floraison des crocus et le réveil des hérissons. Pour d'autres, elle s'incarne dans un bouillonnement hormonal, dans une atmosphère révolutionnaire ou dans une recrudescence de la présence de punks à chien (les hirondelles des citadins). Au Petit Bulletin, le printemps devient réalité au moment où les Nuits de Fourvière dévoilent l'intégralité leur programmation. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Samedi 23 mars 2013

Nuits de Fourvière 2013 - La programmation

Cette année, c'est ve lundi 25 mars à 11h que les Nuits de Fourvière ont annoncé qui, à l'instar de M (13 juin), Dead Can Dance (27 juin), Crosby, Stills & Nash (16 juillet) et Nick Cave (27 juillet), aura cet été l'insigne honneur d'être enseveli sous des coussins – au contraire du Cirque Plume qui, pour rappel, investira le Parc de Parilly du 28 juin au 1er août. La colline a des vieux S'il fallait résumer la teneur de cette édition 2013 des Nuits en un mot qui n'existe pas, ce serait vénérabilité. Et pour cause ! L'événement a beau accueillir chaque année son lot de mythes vivants, on a rarement vu une telle concentration d'artistes aux carrières longues comme des jours sans communiqués de presse (notre pain quotidien) à son affiche. Jugez plutôt : outre le rereretour du metteur en scène Georges Lavaudant (en ouverture du 4 au 12 juin avec un Cyranoc de Bergerac), les antiques hauteurs de Lyon verront défiler les chorégraphes Angelin Preljocaj

Continuer à lire