Michel Chomarat : « On est militant toute une vie et pas seulement un jour ! »

Expo Martin Luther King | Bien connu des Lyonnais, Michel Chomarat a œuvré pendant 12 ans auprès de Gérard Collomb pour la défense de la mémoire de la ville. Éditeur, militant LGBT, grand collectionneur, il est un homme ressource et le commissaire de cette exposition.

Sarah Fouassier | Mardi 6 février 2018

Photo : Michel Chomarat à la manif mariage pour tous, Lyon, Décembre 2012, photo © Julien Adelaere


Quels sont les enjeux du travail de mémoire aujourd'hui ?
Michel Chomarat :
C'est à la fois transmettre et se nourrir des combats, comme ceux portés par Martin Luther King, et les faire vivre au quotidien dans la cité. Qu'il n'y ait toujours pas de rue Martin Luther King à Lyon est tout à fait significatif de ce qui reste à faire. Comment voulez-vous faire du lien entre les citoyens si les noms de rues à Lyon continuent de porter des noms bien franco-français comme Vendôme, Rabelais, Saxe, Lafayette, Créqui ? Faisons une large place dans l'espace public aux Noirs, aux Arabes, aux femmes, aux homosexuels, etc. Car avec ce manque de reconnaissance de la diversité, on encourage le communautarisme et le repli sur soi. Ne pas accepter ces différences est d'une grande hypocrisie, car elles existent et elles finissent toujours par s'organiser en dehors du cadre républicain.

Vous dites qu'il y a encore plus de combats à mener aujourd'hui qu'au temps de Martin Luther King, quels sont les risques engendrés par ce qu'on pourrait appeler le militantisme Facebook ou virtuel ?
Le monde me paraît de plus en plus indifférent aux autres, il y a moins d'engagement personnel et je refuse de signer les pétitions en ligne, car c'est totalement virtuel. On préfère partager et regarder les photos et vidéos des manifs sur les réseaux sociaux, plutôt que d'y être physiquement, mais tant que l'on n'est pas dans la mêlée, dans le bruit et la fureur, on n'a rien compris à la dureté du monde dans lequel on vit. Au-delà des discussions du café du Commerce, on se doit d'être concret comme par exemple, quand je soutiens la candidature au prix Nobel de la Paix de Latifa Ibn Ziaten (dont le fils a été tué par Mohamed Merah), portée par le père Christian Delorme et l'Hospitalité d'Abraham dont je suis le vice-président.

Avez-vous peur d'un recul des avancées législatives ?
Il est tout à fait naïf et illusoire de croire que ce que nous avons obtenu par les luttes va durer éternellement. L'histoire n'est qu'une succession d'avancées et de reculs, nous le voyons aujourd'hui avec l'IVG. Les minorités sont perpétuellement en sursis et le combat et la vigilance doivent rester permanents. On est militant toute une vie et pas seulement un jour !

Mais les réseaux sociaux peuvent aussi déclencher des actions progressistes comme la Women's March à Washington, ou la libération de la parole des femmes après l'affaire Weinstein.
Oui, mais concrètement combien y a-t-il eu de poursuites judiciaires au-delà du déballage médiatique généralisé ? On n'est que dans l'affect et l'émotion, et cela peut conduire à toutes les manipulations. Il faut rester vigilant, avoir des sources d'information contradictoires, s'informer sur ce qui se passe ailleurs pour avoir une vraie conscience politique, notamment sur le plan international. Et il faut voyager, rencontrer beaucoup de personnes, surtout celles qui ne pensent pas comme vous, aimer le débat contradictoire, c'est-à-dire le contraire de la pensée unique. Je ne suis pas sur les réseaux sociaux, car je crois trop aux contacts humains.


Martin Luther King : Le rêve brisé ?


Bibliothèque de la Part-Dieu 30 boulevard Vivier Merle Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Martin Luther King à Lyon : une visite historique

I had a dream | À l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Martin Luther King, la bibliothèque municipale de la Part-Dieu rend hommage à ses combats, à travers une exposition à la documentation inédite plongeant le spectateur dans les divers contextes de la lutte pour l’égalité entre Noirs et Blancs, avec comme point d’orgue une visite lyonnaise bien trop méconnue.

Sarah Fouassier | Mardi 6 février 2018

Martin Luther King à Lyon : une visite historique

« C’est un grand réconfort pour moi d’être en France, berceau des libertés et des idéaux, pour réfléchir avec vous aux problèmes que nous affrontons. Nous sommes réunis ce soir, motivés par le souci de faire disparaître les barrières. » Ainsi débute le discours tant attendu de Martin Luther King. En ce jour de mars 1966, la Bourse du Travail est bondée. Environ 5 000 personnes ont fait le déplacement pour saluer l’apôtre de la non-violence. La salle est plongée dans une obscurité dense. Seuls les flashs des appareils photo éclairent les visages de Martin Luther King et du pasteur Paul Eberhard qui traduit simultanément son discours devant un public jeune et enthousiaste. Lyon, une ville ouverte sur le monde Pendant les années soixante, Lyon est en ébullition sur le plan des idées. De nombreuses associations sont créées et aspirent à réfléchir à un nouveau vivre ensemble, à ouvrir la ville sur le monde. Pour preuve, vingt-sept associations dont Le Cercle pour la liberté de la culture, présidé par Robert Vial, ont pris l’initiative, indépendamment des pouvoirs publics, d’in

Continuer à lire

20 ans en 68

MUSIQUES | Entretien / Michel Chomarat est chargé de mission «Mémoire» à la Ville de Lyon, fondateur des Assises de la mémoire Gay et Lesbienne et du Centre de ressources documentaires gays et lesbiennes à la Bibliothèque Municipale de Lyon. En 1968, il avait 20 ans. Il a accepté d'évoquer ses souvenirs de vie nocturne. Propos recueillis par Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Mercredi 21 mai 2008

20 ans en 68

Petit Bulletin : Vous aviez 20 ans en 1968. À quoi ressemblait la vie nocturne à cette époque ?Michel Chomarat : Il y avait un côté provincial absolument terrifiant à Lyon, donc pas de vie la nuit. Lyon était une ville ouvrière, qui n'avait ni le temps ni l'esprit à la fête. Les années 60, c'est l'époque du travail aux cadences infernales, mon père qui était ouvrier faisait des semaines hallucinantes ! Et c'est d'ailleurs l'une des racines du mouvement de 68... On ne faisait pas la fête et cela n'était pas propre à la classe ouvrière. La bourgeoisie était très discrète et ne s'affichait pas. Éventuellement, elle s'encanaillait à la Foire de Lyon, mais rien de plus... En fait, c'était la préhistoire ! Les femmes ne travaillaient pas, la majorité était fixée à 21 ans, il n'y avait qu'une seule chaîne de télévision aux allures soviétiques et en sortant la nuit on avait toujours peur de croiser son voisin, son patron, de perdre son travail... On ne peut donc pas parler d'une nuit structurée, la nuit était d'une pauvreté qui explique que beaucoup de jeunes, et de jeunes gays surtout passaient par l'étape du voyage à Paris où l'offre de lieux était un peu plus impor

Continuer à lire