S'enivrer au Bouchon Comtois

Bar à Vins | La campagne présidentielle nauséabonde, le thermomètre bloqué à 10, votre service raté à cette dernière partie de ping-pong : peu importe la raison, vous avez certainement besoin d’oublier. Bonne nouvelle : ce bar à vins spécialisé dans les produits francs-comtois propose des ballons salvateurs*.

Julie Hainaut | Mardi 9 mai 2017

Photo : © Anne Bouillot


D'habitude, on ne jure que par du Cornas, du Côte de Nuits (tant qu'à faire), du Côte Rôtie (ctrl+c) ou du Châteauneuf-du-Pape (ctrl+v, vous avez compris le principe). Bref, des vins de Bourgogne et de Côtes-du-Rhône au caractère bien trempé. Et un jour, en sortant de chez Ha&Mi, le mini-resto vietnamien bio (et bon) du 6ème, on a vu sur le trottoir d'en face une ardoise vantant le terroir franc-comtois. On a pensé « Franche-Comté = Jura = vin jaune = bof ». Et on a voulu vérifier la théorie. On s'est planté. Franche-Comté = Doubs et Haute-Saône aussi = vins à haut potentiel = top.

Le lieu est petit et calme, les tables sont suffisamment grandes pour poser ses coudes tranquillement après quelques verres (de trop) et assez espacées pour pouvoir parler sans entendre son voisin faire ses pronostics sur les législatives. « J'ai imaginé ce lieu pour qu'on s'y sente bien, comme à la maison, que la musique ne prenne pas le dessus sur la parole des gens et que chaque table ait un minimum d'intimité. Je souhaite faire découvrir le territoire franc-comtois aux Lyonnais à travers les vins, les fromages, la charcuterie et quelques bières et limonades. Tout est local, raisonné ou bio. Je propose des produits du Jura, du Doubs et de la Haute-Saône. Rien de Belfort, je n'ai rien trouvé d'intéressant pour le moment » explique le maître des lieux, Didier Pelletier, passionné par sa région.

On déguste certes du classique – comté, morbier, saucisse de morteau, cancoillotte – mais aussi du surprenant, dont du chorisson (une sorte de chorizo en moins épicé), du brési (bœuf fumé séché), de la brunette comtoise (petite saucisse fumée au metton). Pour arroser le tout, deux choix. Version soft : du Jura-Cola ou du Jura-Lim (cola et limonade locaux). Version préférée : de la bière en provenance de Blettrans ou du vin qui titille les babines.

Côté blanc, on sélectionne la Haute-Saône si on les aime fruités et doux (comme le vin de Charcenne) ou le Jura, un poil plus puissant et plus terroir (comme le Savagnin). Côté rouge, les fans de vins tanniques risquent d'être déçus, les vins rouges du territoire sont généralement très légers. Mais fruités et subtils, ça compense. Une hésitation ? Ça tombe bien, Didier est fin connaisseur, affable et aux petits soins pour ses convives. D'ici quelques semaines, il lancera des soirées accords mets-vins autour du fromage et des chocolats de Morteau (il n'y a pas que la saucisse, à Morteau).

Mais d'ici là, on s'essaie aux toutes nouvelles tartines et aux croque-monsieurs maison réalisés à base de produits du terroir. On vous conseille d'ailleurs la tartine comté-pomme-coriandre et amandes à siroter avec un Pinot Noir d'Arbois (ctrl+v, vous suivez ?).

Bouchon Comtois
129 rue de Sèze, Lyon 6e
Tél. : 07 86 73 92 17

*L'abus d'alcool nuit gravement à la santé

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Hallucinations, c’est maintenant !

ECRANS | La deuxième édition d’Hallucinations collectives propose pendant cinq jours au Comœdia un recueil de ce que le cinéma compte de films bizarres, originaux, provocants, rappelant au passage que ce cinéma-là est en voie d’extinction sur les écrans… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 30 mars 2012

Les Hallucinations, c’est maintenant !

Cette semaine, deux événements se font concurrence en matière de cinéma : sur la rive gauche du Rhône, l’arrivée au sein du «pôle de loisirs» (notez le mot «loisirs», il est important) Confluence d’un nouveau multiplexe UGC Ciné Cité ; de l’autre côté du fleuve, au Comœdia, ce sera la deuxième édition d’Hallucinations collectives, où il s’agira de montrer tout ce qui a peu de chances d’atterrir sur les écrans d’en face, la position du groupe UGC étant par exemple de ne plus sortir les films interdits aux moins de 16 ans — soyons justes, beaucoup de cinémas indépendants font implicitement la même chose… Car Hallucinations collectives et ses organisateurs (l’association Zone Bis) aiment justement ce qui, de l’Histoire du cinéma à son actualité, bouscule le spectateur et lui rappelle qu’un film, ce n’est pas qu’une sortie, mais aussi une expérience. Que les émotions au cinéma, ça ne se fabrique pas dans les bureaux d’un studio mais ça se contrôle par le travail de la mise en scène. Et qu’en définitive, cette marge-là restera quand les pages des nouveautés hebdomadaires auront depuis longtemps été déchirées des mémoires. Voyage au bout de l’enfer

Continuer à lire

Les dix ans de La Passe du vent

CONNAITRE | Le mercredi 13 mai à partir de 17h, la librairie Le Bal des ardents consacre une soirée aux éditions La Passe du vent, qui fêtent leurs 10 ans en lançant une (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 7 mai 2009

Les dix ans de La Passe du vent

Le mercredi 13 mai à partir de 17h, la librairie Le Bal des ardents consacre une soirée aux éditions La Passe du vent, qui fêtent leurs 10 ans en lançant une nouvelle collection de poésie. une collection qui propose des livres constitués d’un recueil de poèmes et d’une conversation avec son auteur. Les premiers ouvrages publiés sont ceux de Lionel Bourg, Stéphane Juranics (tous deux présents mercredi) et Yvon Le Men.

Continuer à lire