Razzle : ça coince !

Clubbing | Le Razzle devait ouvrir le 19 janvier. Il n'en a rien été, et il semble que ce ne sera jamais le cas : l'équipe n'a pas réussi à obtenir d'emplacement où amarrer son bateau-phare à vocation culturelle.

Sébastien Broquet | Mardi 31 janvier 2017

Photo : © Thibault Maurel de Maillé


« En fait, c'est simple : on ne comprend pas. » déclare, désabusée, Rihab Hdidou, co-directrice du Razzle avec son conjoint, Christophe Clément. Ce bateau-phare devait ouvrir ses portes le 19 janvier dernier, autour d'un projet à haute valeur culturelle ajoutée : du clubbing, des concerts alternatifs, un restaurant de nuit tenu par un chef étoilé lyonnais, une terrasse pour des rendez-vous festifs... La programmation établie sur plusieurs semaines a été entièrement annulée ces derniers jours, à l'exception de deux concerts déplacés à l'Ayers Rock Boat et au Sonic. Après, nada : le bateau est toujours à Marseille, même si les travaux sont terminés. Pour rien ?

Aujourd'hui, pour les initiateurs du projet, l'aventure touche à sa fin : « J'ai perdu espoir. Je pense que le Razzle n'ouvrira jamais à Lyon. Nous sommes abattus. » poursuit Rihab. Mais la raison du blocage reste obscure. Ce qui était un atout pour le public est devenu un problème insurmontable : le Razzle est un bateau, et doit donc trouver un point d'accostage, forcément sur l'espace public. C'est là que les soucis surviennent : l'accord n'a jamais été donné et l'équipe a été ballotée depuis trois ans maintenant, sans jamais se résoudre à une issue négative.

Nous avons de très nombreux soutiens, à la Métropole, au service culturel, à la mairie centrale... Mais il semble que ça bloque tout en haut, au niveau de Gérard Collomb, qui n'a jamais voulu nous recevoir et s'opposerait à notre projet. On voudrait juste savoir pourquoi.

Le Razzle

Un projet pourtant financé entièrement par des fonds privés : 1, 7 millions d'euros ont déjà été investis, dont 700.000 euros d'investisseurs en grande partie lyonnais, un prêt du brasseur Heineken et des fonds propres. Le projet est porté par une équipe qui a fait ses preuves : Mona Van Cocto, le propriétaire, a déjà lancé à Paris le Batofar et à Bordeaux l'Iboat. Avec succès. Seul bémol : ce dernier a subi une fermeture administrative suite à une affaire de trafic de drogue ayant touché plusieurs lieux de Bordeaux, il y a deux ans. Mais l'arrêté pris par Michel Delpuech, alors préfet d'Aquitaine et désormais en poste à Lyon, a été annulé et l'Iboat entièrement blanchi par une décision de justice. Alors, pourquoi ?

Dans le petit monde de la musique locale, certains évoquent une sur-offre en matière de lieux de nuit électro risquant de perturber l'équilibre des clubs déjà existants, argument avancé au début par la mairie de Lyon. Le Razzle a vite répondu, arguant que leur jauge inédite ici (300 personnes) et leur programmation (très alternative) allaient plutôt venir en complément des lieux existants. Les services culturels de la mairie de Lyon se sont alors montré favorables à l'avancée du projet, l'étape suivante étant la Métropole. Roland Bernard, en charge des dossiers "fleuve", a suivi celui-ci. Au début, c'était encore Confluence qui était visé comme emplacement. Face aux difficultés rencontrées, un emplacement provisoire a été envisagé : à Caluire. Après quelques mois, l'accord oral aurait été donné.

Les deux directeurs du Razzle procèdent alors aux premières embauches de leur équipe, établissent une programmation, louent des bureaux, partent à la rencontre des acteurs culturels locaux. L'accueil est enthousiaste. Mais le courrier officiel fini par arriver après plusieurs semaines et surprise : l'emplacement fluvial est soumis à un appel d'offres qui n'est même pas encore rédigé... Seule solution : que la mairie de Caluire donne son accord et affirme désirer ce projet. Nouveau branle-bas de combat : nous sommes en décembre dernier. Le 23 décembre, trois jours après avoir été reçus au cabinet du maire, l'avis des élus tombe : négatif. Officiellement, le manque de parkings et l'éloignement par rapport au public visé sont opposés à l'équipe. Officieusement, il se dit aussi que la mairie de Caluire aurait peu goûté d'avoir à régler en urgence une situation laissée en jachère par la Métropole.

Aucun des soutiens du Razzle, persuadés du bien-fondé de ce projet créateur d'emploi, financé sans aucune subvention, porteur d'une offre culturelle alléchante, n'a réussi à infléchir le cours des choses jusque-là. Aujourd'hui, ce sont les artistes qui s'y essayent : une pétition a été lancée à l'initiative de Sacha Mambo. C'est le dernier recours pour un lieu qui a annoncé à ses équipes la fin de leur contrat (ces derniers ont décidé de continuer à travailler bénévolement jusqu'à fin février), a posé le préavis de ses bureaux, et commence à regarder la possibilité de se replier ailleurs.

Le Razzle

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Razzle : les raisons d'un refus

ACTUS | Gérard Collomb s'oppose à l'ouverture du Razzle, qui souhaitait ouvrir une salle de concerts et un restaurant sur un ancien bateau-phare. Si le projet est attirant, tout n'est pas si simple en coulisses.

Sébastien Broquet | Mardi 7 février 2017

Razzle : les raisons d'un refus

Une pétition ayant dépassé les 10 000 signataires, des réseaux sociaux indignés, des affiches placardées dans la ville : la non ouverture du Razzle a agité le petit monde des cultures alternatives, depuis le mardi 31 janvier et l'annonce sur Facebook et sur notre site de l'abandon de ce projet qui avait fédéré une large part de la scène locale autour de lui. La semaine dernière, l'équipe du bateau-phare, par la voix de sa co-directrice Rihab Hdidou, nous confiait son incompréhension : « Il semble que ça bloque tout en haut, au niveau de Gérard Collomb, qui n'a jamais voulu nous recevoir et s'opposerait à notre projet. On voudrait juste savoir pourquoi. » Le Razzle, c'est ce ba

Continuer à lire

Du mouvement pour les salles de spectacles

Lieux de Culture | Ça bouge du côté des salles de l'agglomération : le CCO s'apprête à déménager tout en insufflant de la créativité à un projet d'envergure, le Razzle repousse son ouverture et le 6e Continent cherche des solutions pour éviter la tourmente.

Sébastien Broquet | Mardi 10 janvier 2017

Du mouvement pour les salles de spectacles

Le Razzle L'ouverture était prévue le week-end du 20 janvier, un nouveau festival, Transfer, devait s'y dérouler en partie en février et une large part de la programmation était déjà établie : l'on attendait avec impatience de vous en conter plus sur ce lieu qui risque fort de prendre rapidement une place prépondérante dans la vie nocturne (un restaurant de nuit est également prévu sur le bateau) et culturelle de la ville, nombre d'activistes et collectifs locaux ayant déjà été contactés, mais malheureusement, la nouvelle est tombée il y a quelques jours par le biais d'un post sur leur page Facebook : le Razzle repousse son ouverture à une date ultérieure. « Malgré les efforts importants déployés par nos équipes et nos nombreux soutiens, nous faisons face à plusieurs imprévus techniques qui nous empêchent de maintenir l’inauguration aux dates annoncées. Nous sommes évidemment très déçus et nous faisons le maximum pour vous accueillir à bord du Razzle le plus rapidement possible. » est-il communiqué. Certains concerts sont en cours de relocalisation dans d'autres salles de la v

Continuer à lire

Une rentrée foisonnante

Les concerts à venir | Une nouvelle salle (le Razzle, dont l'ouverture est repoussée) et un nouveau festival (Transfer) marquent cette rentrée des classes côté concerts, l'agglomération étant dotée d'une offre toujours aussi foisonnante. Faites vos choix !

Sébastien Broquet | Mardi 3 janvier 2017

Une rentrée foisonnante

Du côté des festivals Aux Nuits de Fourvière, l'on a commencé à dévoiler quelques noms : ainsi, c'est Lamomali qui ouvrira les festivités ; si ce nom ne vous dit encore rien, sachez que sont ici réunis deux virtuoses de la kora, Toumani et Sidiki Diabaté, autour de M (Matthieu Chedid) pour un projet dédié au Mali, en compagnie également de la chanteuse Fatoumata Diawara et du rappeur Oxmo Puccino (du 1er au 3 juin au Grand Théâtre). Le transversal Titi Robin sera lui en résidence à l'Épicerie Moderne pour préparer une création donnée live dans le cadre du festival, sur la scène de l'Odéon, le 5 juillet. Enfin, Vianney est annoncé le 24 juillet au Grand Théâtre. Côté Nuits Sonores, l'on peut noter les dates : du 24 au 28 mai. Et le changement de lieu : ce sera dans l’ancienne usine Fagor-Brandt, dans le quartier de Gerland. Les noms viendront plus tard. Plus proche de nous, le Reperkusound (au Double Mixte du 14 au 16 avril) a lâché une grande partie de sa programmation : des cartes blanches prometteuses, dont une à

Continuer à lire

Le Razzle en approche

Nouveau Lieu | La fin de l’arlésienne serait-elle proche ? Il semblerait que oui, à l’écoute des indiscrétions filtrant de ci, de là : le Razzle, ce fameux bateau-phare sensé illuminer la nuit lyonnaise, est en approche et bientôt prêt à accoster.

Sébastien Broquet | Mardi 20 septembre 2016

Le Razzle en approche

Si l’on ne sait pas encore où s’installera le Razzle, nouveau phare dans la nuit lyonnaise, ce ne sera pas au pied du musée des Confluences comme initialement évoqué, du moins pour l’instant. Le lieu d'implantation sera dévoilé dans quelques semaines. Ce que l’on sait, c’est qu’une ouverture au public est envisagée pour le jeudi 19 janvier 2017, avec trois jours de mini-festival en guise de lancement jusqu'au samedi 21 janvier. Les mois nous séparant de ces grands débuts correspondent au temps nécessaire à la mise aux normes de ce vieux bateau qui n’avait plus navigué depuis longtemps, qui est actuellement en travaux au chantier naval de Marseille où il est arrivé début juin, qu'il quittera pour rejoindre Lyon courant décembre prochain. Ce qui laissera le temps à l’équipe en place de finaliser dans les normes les demandes d’autorisation en cours, comme nous l'indique un proche du dossier. Il

Continuer à lire