Ça sent le sapin : "Petits contes sous la neige"

dès 3 ans | Un film d'animation de Filip Diviak, Krishna Chandran A. Nair, Eugenia Zhirkova, Han Zhang, Ekaterina Filippova (Fr-Tch-Rus, 0h40)

Vincent Raymond | Mardi 13 novembre 2018

Photo : © Folimage


Perpétuant l'image (de moins en moins conforme à la réalité sous nos latitudes) d'un Noël blanc, ce joli petit programme de films brefs animés est à nouveau à mettre au crédit de Folimage — qui en a réalisé l'assemblage, non la production. De fait, la seule réalisation-maison du lot, le désopilant Drôle de poisson, se déroule sous l'eau, où l'on ne croise pas la queue d'un flocon ! Ils sont bien rares également dans le cocasse Biquettes en papier découpé et le tendre La Famille Tramway, une animation en volume qui renvoie aux classiques de Tex Avery (Little Johnny Jet et Tu seras un taxi mon fils). L'esprit hivernal se glisse malgré tout dans Pêcheurs d'étoiles, où Han Zhang ressuscite une animation 2D traditionnelle du plus bel effet. Quant aux trois films restants, s'ils sont recouverts d'un blanc manteau, ils déploient des univers bien différents : Le Réveilleur joue une carte tempus fugit/parent se sacrifiant pour son enfant (mais ça finit bien, quand même), La Luge et le dragon célèbre l'imagination débridée des petits ; enfin l'hilarant Sceptre du Père Noël donnera de bonnes idées de bêtises aux enfants pas sages. Des étrennes anticipées.


Petits contes sous la neige

De Filip Diviak, Krishna Chandran A. Nair (Fr-Tchè-Rus, 40 min) L’entraide et la créativité sont au rendez-vous dans ce programme de sept courts métrages à destination des plus petits. D’une montagne enneigée en passant par une mer étoilée, d’une ville tranquille à un océan agité, les héros de ces films transportent le spectateur dans leurs histoires joyeuses et poétiques, pour la plupart empreintes d’une magie toute hivernale.
Espace Aragon 19 boulevard Jules Ferry Villard-Bonnot
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Gastéro-potes : "La Baleine et l'Escargote" de Max Lang

Animation | Un très délicat film d’animation à la réalisation somptueuse.

Vincent Raymond | Lundi 26 octobre 2020

Gastéro-potes :

Une aventureuse escargote devient la passagère d’une baleine et fait sur sa nageoire le tour du monde. Leur amitié improbable illustrera une morale bien connue : on a toujours besoin d’une plus petite que soi… Symphonie de bleus et de textures d’eaux, ce très délicat film d’animation à la réalisation somptueuse rappelle, en moins triste, L’Oiseau et la Baleine vu en complément de programme de L’Odyssée de Choum. Lui aussi doté de deux ultra court-métrages de qualité, il constitue par ailleurs l’une des ultimes apparitions (vocales, dans sa V.O.) de la regrettée Diana Rigg. La Baleine et l'Escargote ★★★☆☆ Un film d'animation de Max Lang, Daniel Snaddon, Filip Diviak (G-B-Tch-Sui, 0h40)

Continuer à lire