À (premiers) pas de géants

Benjamin Mialot | Jeudi 5 avril 2012

Photo : DR


À New-York, le pont reliant les borroughs de Brooklyn et Staten Island se nomme le Verrazano-Narrows Bridge. Achevé en 1964, il honore l'explorateur lyonnais d'origine florentine Giovanni da Verrazzano, qui découvrit la baie de New York au début du XVIe siècle. Traversé quotidiennement par près de 200 000 véhicules, il fut pendant un temps le fonds de commerce de deux vendeurs de journaux, Robert Diggs et Corey Woods. Vous les connaissez, depuis 1991 et la fondation de l'influent Wu-Tang Clan, sous les nom de RZA et Raekwon.

Rapportée à nos oreilles par une confrère aussi calée en hip-hop qu'en urbanisme, l'anecdote s'est muée le 9 avril dernier en mythe fondateur : Lyon, qu'on se le dise, est la Big Apple tricolore. «Da fuck ? What happened on April 9th ?» (ah bah oui, va falloir s'y mettre). Il happens qu'est paru à cette date le premier album de Fowatile, quatuor bien de chez nous et bien de son temps (il possède son propre label et ses concerts tiennent plus de la recréation live que de la récitation). Et il happens que ledit album, par sa gnaque et sa voracité stylistique (west coast, techno, abstract, tout y passe), ne dépareillerait pas dans la discographie d'Antipop Consortium, autre collectif made in NYC à l'empreinte indélébile. Autant dire que leur (block) release party, programmée jeudi 12 avril au Transbordeur et à laquelle se joindront les adroits platinistes du Scratch Bandits Crew, fera date.
Benjamin Mialot

Fowatile + Dj Fly + Scratch Bandits Crew
Au Transbordeur
Jeudi 12 avril

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Woodstower, toujours vert

MUSIQUES | Battu par les flots, Woodstower ne sombre pas. Deux ans après un déluge qui l'a contraint à revoir ses ambitions à la baisse, le festival du Grand parc (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Woodstower, toujours vert

Battu par les flots, Woodstower ne sombre pas. Deux ans après un déluge qui l'a contraint à revoir ses ambitions à la baisse, le festival du Grand parc Miribel Jonage propose au contraire l'un des week-ends – concerts le samedi, arts de la rue et animations décalées (sauna, retrogaming, sound system sous-marin...) le dimanche – les plus solides de son histoire. Sur la scène principale se succéderont notamment la révélation post-punk Jeanne Added, les exubérants Sud-africains de SKIP&DIE (qui revisitent les traditions tropicales à l'aune d'une bass music éminemment rassembleuse) et un Mr. Oizo plus barré et acide que jamais, tandis que sa petite sœur fera la part belle au hip-hop, fut-il décontracté et old-school (Chill Bump) ou abstrait et futuriste (Fowatile). Quant au club, il accueillera le pionnier de la minimale Ivan Smagghe, Claude (le projet disco/house tout chelou de l'inclassable beatmaker Fulgeance) et Thylacine, magicien de la MPC qui, comme Fakear et Superpoze, réinjecte méticulosité et mélan

Continuer à lire