Bienvenue au 6e Continent, terre de musiques et de partage

Festival | De Guillotière à Gerland, le festival associatif 6e Continent œuvre pour la promotion des cultures du monde et pour la valorisation des diversités et mixités culturelles. À l'occasion de l'ouverture de la 19e édition, nous avons discuté avec Mohamed Sidrine, directeur du festival.

Corentin Fraisse | Jeudi 1 juin 2017

Photo : © Johan Faure


Le festival 6e Continent a été créé en 1997, c'est la 19e cette année : comment a-t-il évolué selon vous ?
Mohamed Sidrine : Quand on l'a créé, c'était un petit festival. Lors de la première édition, il y a eu 300 personnes ; là on en est à plusieurs milliers. On a gardé le même esprit : musiques du monde, accessibilité à tous avec un festival à prix libre, un public intergénérationnel de toutes les origines sociales, économiques et culturelles. Le principe, au-delà du projet artistique du festival, c'est un projet de société : on crée des espaces où les gens peuvent se rencontrer, échanger, dialoguer. C'est encore aujourd'hui un projet culturel, mais aussi militant, pour pouvoir mieux vivre ensemble.

Pouvez-vous nous parler de Tous à la Guill', qui ouvre le premier soir ?
MS : Ce seront 120 événements, qui se passeront simultanément dans le quartier. Ça va d'un petit concert latino dans un bar, à un concert de chansons devant les buralistes, des fanfares sur la place Mazagran… Mais toujours en partenariat avec des associations du quartier. Sur la place Mazagran, c'est dans le cadre d'un dîner partagé et organisé par l'association Brin d'Guill'.
On a aussi un loto pour les plus âgés, dans un café social : Le Patio des Aînés. C'est festif, mais on pense aussi à nos aînés, on a deux conteuses qui vont raconter des histoires au foyer Notre-Dame des Sans-Abri pour les SDF… Et évidemment on a aussi les concerts. C'est une grosse fête dans le quartier qui concerne tout le monde.

La programmation musicale est très éclectique : comment l'avez-vous construite ?
MS : Après Tous à la Guill', on part à Gerland le vendredi et on est plutôt sur une thématique "musiques du monde et électroniques". C'est ce qu'on appelle Ethnotek, un label qu'on a créé. C'est un mélange : électro-swing, électro tzigane... On aura Kanka, c'est du dub, Saadji c'est de la trance avec des sonorités orientales. On ne voulait pas faire une soirée électro pure et dure, mais s'ouvrir et tirer des passerelles vers des publics différents. Le samedi on aura deux groupes émergents : Radio Kaizman et Maurice Klezmer, puis HK et les Ramoneurs de Menhir pour leur soutien militant.

L'année dernière Rachid Taha, cette année Imhotep (IAM) : comment un festival associatif, à prix libre arrive à faire venir ces grands noms ?
MS : Parce que c'est mon métier (rires) ! Oui, c'est compliqué parce qu'on ne peut leur offrir que de petits cachets, mais bon c'est 25 ans d'expérience, de réseau et les artistes sont généralement compréhensifs.

C'est aussi parce que ces artistes sont dans une logique d'ouverture et de partage ?
MS : Absolument ! Ces artistes sont très sensibles à la question que l'on défend, aux pertes de financements publics, et ils viennent encore plus par soutien. Imhotep nous soutient énormément : il vient aussi par militantisme.

Festival 6e Continent
À la Guillotière et au parc de Gerland du 1er au 4 juin


Nuit Ethnotek

Imothep + Kanka + Dj Click + Saadji + Dj Frogg
Parc de Gerland Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Tous à la Guill'

150 évènements dans le quartier de la Guillotière
Quartier Guillotière Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

6e Continent, c'est fini

Politique Culturelle | Vendredi, le 6e Continent, salle emblématique de la Guillotière, dansera pour la dernière fois.

Sébastien Broquet | Mardi 19 décembre 2017

6e Continent, c'est fini

La nouvelle était redoutée depuis de longs mois : la salle du 6e Continent, dédiée à la sono mondiale et située dans le 7e arrondissement, met la clé sous la porte. Mohamed Sidrine, son directeur, nous l'a confirmé de vive voix ce lundi : face à la désaffection progressive de tous ses partenaires publics, il ne peut plus continuer. Le coup de grâce aura été porté par la suppression des trois emplois aidés le 9 août dernier par le gouvernement, qui permettaient à la salle de tourner et d'assurer aussi les cours de danse qui apportaient du cash dans la machine. Depuis cette date, la salle fonctionnait en pointillés, uniquement grâce aux bénévoles et aux membres du conseil d'administration : seul un technicien son étant payé en cachet, grâce à la billetterie. Ce système n'était évidemment pas viable et il prendra définitivement fin ce vendredi 22 décembre, avec une grande fête finale confiée au Monde Collectif (regroupant rappeurs et graffeurs comme NM Scratcherz et Wone2)

Continuer à lire

Le 6e Continent dans une impasse

Politique Culturelle | Confrontée aux baisses de subventions, l'équipe de 6e Continent menée par son emblématique directeur Mohamed Sidrine tente de trouver des solutions. La mairie est à l'écoute, mais souhaite un projet revu et corrigé.

Sébastien Broquet | Mardi 7 mars 2017

Le 6e Continent dans une impasse

C'est un lieu emblématique et fondamental pour la culture comme pour la diversité, dans le 7e arrondissement de Lyon, qui est actif depuis 2004 dans des locaux ayant autrefois hébergé le mythique collectif Frigo. C'est encore un festival depuis bientôt 19 ans et une première édition au Pez Ner à Villeurbanne, maintenant installé du côté de Gerland, depuis 2002. Mais l'association 6e Continent est aujourd'hui dans une impasse. Les comptes sont au plus bas : le budget de l'association autofinancée à 80% est dans le rouge, depuis que la Région mais aussi l'État se sont désengagés. Comme nous l'expliquions ici, la Région a retiré ses 15 000€ annuels, subvention versée pour le fonctionnement de la salle. Et a diminué son apport au festival de 5000€, accordant désormais 10 000€ à l'événement qui se tiendra du 1er au 3 juin, où sont d'ores et déjà programmés

Continuer à lire

A la croisée des mondes

MUSIQUES | Fondée au milieu des années 1990, l'association 6e Continent fête cette semaine les dix ans de l'espace qu'elle anime. L'occasion de retracer le parcours, semé d'embûches, de cette bande de potes de la Guillotière devenue l'un des principaux vecteurs de mixité culturelle et sociale de la ville. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Vendredi 24 janvier 2014

A la croisée des mondes

Dans le langage courant, l'expression "sixième continent" est sujette à bien des interprétations. Pour les plus formalistes, il s'agit de l'Antarctique, exclu de la famille pour cause d'inhospitalité. Pour d'autres, le terme désigne le Vortex de déchets du Pacifique nord, gigantesque amas de plastiques et de débris de bateaux dont la désagrégation "nourrit" jusqu'à l'empoisonnement des centaines de milliers d'oiseaux et mammifères marins. Enfin, depuis sa découverte à l'hiver 2013, ce serait un bout de terre préhistorique dont les secrets, enfouis sous l'océan Indien depuis le Jurrasique, pourraient nous en apprendre long sur les mécanismes tectoniques qui ont façonné la surface, fragmentée et disparate, de notre planète. C'est à cette troisième acception que l'association lyonnaise qui porte ce nom s'apparente le plus, elle qui, depuis sa fondation en 1995 et jusqu'à ce week-end, durant lequel elle célébrera avec force concerts les dix ans d'existence de son espace pluridisciplinaire (sis au 51 de la rue Saint-Michel, dans le septième arrondissement), dessinent loin des projecteurs les contours d'espaces d'échanges aux airs de berceaux de l'humanité. Les copains d'abor

Continuer à lire

Brésil en Rhône-Alpes

CONNAITRE | Jusqu’au samedi 5 juin, la 12e édition du festival 6e Continent vous invite à un voyage au Brésil. Musique, cinéma, arts de rue, contes, danse, mode, arts (...)

Dorotée Aznar | Mardi 25 mai 2010

Brésil en Rhône-Alpes

Jusqu’au samedi 5 juin, la 12e édition du festival 6e Continent vous invite à un voyage au Brésil. Musique, cinéma, arts de rue, contes, danse, mode, arts plastiques, gastronomie… une variété d’expressions artistiques sera proposée aux 30 000 visiteurs attendus pour cette édition qui se déroulera au Parc de Gerland mais aussi dans divers lieux de Lyon et de l’agglomération lyonnaise.

Continuer à lire