Les amants réguliers

Nadja Pobel | Mardi 1 avril 2014

Photo : DR


«Ton amant vient aujourd'hui ?» demande le mari à sa femme. D'emblée, en prenant pour protagonistes ceux d'un classique triangle amoureux, la pièce d'Harold Pinter semble limpide. Fausse route : le mari parti, l'amant arrive, mais se distingue de son rival par un léger changement de vêtement ; l'acteur est resté le même. Joue-t-il un amant si semblable au mari qu'il n'est nul besoin de le faire incarner par quelqu'un d'autre ? Le couple se donne-t-il un rôle ? Sont-ils à la fois amant et mari, maîtresse et épouse ? Pinter a beau décrire la seconde hypothèse, la mise en scène d'Olivier Maurin ne tranche pas, entretenant un flou aussi vertigineux que le sentiment amoureux ici mis à rude épreuve.

Dans un décor minimaliste qui dessine cependant un espace très concret, Maurin tend un miroir sur ce qu'il avait produit avec le très réussi En courant, dormez ! de Oriza Hirata (au Théâtre de l'Elysée cet automne), faisant exister un couple dans des petits riens, des silences et le grondement du monde - ici une implosion du couple à venir, auparavant une explosion due à des faits politiques. Dans les deux cas, les comédiens donnent à leur personnage une nonchalante contenance, tenue même lorsque cette cordiale entente commencer à dérailler. Clémentine Allain, déjà au casting de la pièce sus-citée, est passée maître dans l'art de gérer les répliques peu évidentes à manœuvrer, ces acquiescements à demi-mots qui, pourtant, font avancer la narration et pourraient l'emmener vers quelques passages chorégraphiés qui ne feraient pas tache dans cet univers faussement feutré.

Nadja Pobel

L'Amant
Au Théâtre des Clochards Célestes, jusqu'au samedi 5 avril


L'Amant

De Harold Pinter, ms Olivier Maurin, cie Ostinato, 1h15. Un mari, la femme et l'amant transgressent les règles de ce triangle amoureux classique
Théâtre des Clochards Célestes 51 rue des Tables Claudiennes Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"L’Amant double" de François Ozon : maux comptent double

ECRANS | Une jeune femme perturbée découvre que son ancien psy et actuel compagnon mène une double vie. Entre fantômes et fantasmes, le nouveau François Ozon transforme ses spectateurs en voyeurs d’une œuvre de synthèse. En lice à Cannes 2017.

Vincent Raymond | Mercredi 31 mai 2017

Conseillée par sa gynécologue, Chloé, une jeune femme perturbée, entame une psychanalyse auprès de Paul Meyer. Mais après plusieurs séances, la patiente et le thérapeute s’avouent leur attirance mutuelle. Le temps passe et ils s’installent ensemble. C’est alors que Chloé découvre que Paul cache d’étranges secrets intimes, dont une identité inconnue… L’an dernier sur la Croisette, c’est Elle de Verhoeven qui avait suscité une indignation demi-molle en sondant les méandres obscurs du désir féminin et en démontant sa machinerie fantasmatique — sans pleinement convaincre, pour X ou Y raison. Au tour de François Ozon de s’y employer, dans le même registre élégamment sulfureux et chico-provocateur. Car l’on sait, à force, que le réalisateur adore frayer avec les tabous, s’amusant à les titiller sans jamais outrepasser les frontières de la bienséance : courtiser le scandale est à bien des égards plus excitant (et moins compromettant) que d’a

Continuer à lire

"Illusions" : la houle sentimentale d'Olivier Maurin

Théâtre | Olivier Maurin a le goût des pièces délicates et redoutables à mettre en scène. Après le superbe "En courant dormez", voici "Illusions", récit vertigineux sur l'amour et ce qu'il en reste.

Nadja Pobel | Mardi 7 juin 2016

Pour la deuxième fois de la saison, le quadra russe Ivan Viripaev est à l'affiche par ici. Le théâtre de l'Iris avait livré une version imbibée et très bien menée des Enivrés en mars ; une nouvelle occasion d’entendre cette langue tout en méandres est donnée à l'Elysée. De quoi nous parle Viripaev ? De l'effondrement des certitudes. Du fait que personne n'est vraiment celui qu'il incarne (une prostituée et un directeur de festival dans Les Enivrés : le moins sérieux des deux n'est pas forcément celui que sa fonction désigne comme tel). Et d'amour, le plus pur qui soit après cinquante ans de mariage (mais la longévité ne signifie en fait rien). Olivier Maurin voulait porter un texte pas trop à vif des éclats du monde ; il a peut-être trouvé plus cruel encore. Dennis a 84 ans et va mourir. Il fait alors une ultime déclaration d'amour fou et de reconnaissance à Sandra, sa conjointe indéfectible — cet amour n'existe que dans la réciprocité, nous dit-on. Quand elle s’apprête à son tour à trépasser, quelq

Continuer à lire

Douce violence

SCENES | Derrière l'étrange titre En courant, dormez se cache une pièce de Oriza Hirata typiquement japonaise, autrement dit lente et dépouillée. Le plateau construit (...)

Nadja Pobel | Lundi 7 octobre 2013

Douce violence

Derrière l'étrange titre En courant, dormez se cache une pièce de Oriza Hirata typiquement japonaise, autrement dit lente et dépouillée. Le plateau construit par le metteur en scène Olivier Maurin est à cette image : composé de quelques éléments dont aucun n'est superflu et en long, ou plutôt en format "paysage", comme on le dit joliment dans le domaine de l'imprimerie. Un terme qui correspond parfaitement à ce spectacle inattendu dans lequel les comédiens utilisent non seulement tout l'espace visible, mais aussi les portes du Théatre de l'Elysée, nous laissant imaginer l'extérieur et l'horizon de ce pays encore très traditionnaliste. Le pitch, qui évoque le quotidien en 1923 de Osugi Sakae et Ito Noe, un couple d'anarchistes tokyoïtes, est au premier abord un peu décevant : il n'est question que d'une jeune femme enchaînant les grossesses et de son homme, attentif et calme qui, entre deux conversations sur la vie quotidienne, lisent et traduisent des ouvrages, disséminés ici et là comme de précieux éléments de leurs vies. Ils vont et viennent dans leur maison, s

Continuer à lire

Morsure

SCENES | C’est un peu plus qu’une guêpe, son agaçant bruit d’ailes et la peur de la piqûre que sa présence induit qui dérangent le couple Edward/Flora en cette belle (...)

Nadja Pobel | Lundi 4 février 2013

Morsure

C’est un peu plus qu’une guêpe, son agaçant bruit d’ailes et la peur de la piqûre que sa présence induit qui dérangent le couple Edward/Flora en cette belle journée ensoleillée. C’est leur quiétude même qui est ébranlée, d’autant plus que se poste devant leur jardin un marchand d’allumettes n'ayant pas la moindre chance de vendre sa marchandise dans ce coin de compagne profonde. Metteur en scène reconnue, passée par les grands théâtres européens et accueillie ici dans la petite salle des Célestins, Marie-Louise Bischofberger joue la carte du minimalisme avec ce texte de jeunesse d’Harold Pinter (1959), initialement pièce radiophonique pour la BBC, auquel le dramaturge anglais est très attaché car s'y nichent déjà le doute et les prémices de la violence qu’il abordera dans ses classiques Célébrations ou War. Dans un décor épars où sont posés presque en pagaille des symboles domestiques (bar, fauteuils d’extérieurs, lit et amorce de cuisine), le mystérieux et silencieux vendeur révèle le for intérieur des deux membres du couple, qui lui parlent chacun leur tour, de la catharsis de Flora, qui avoue avoir été violée par un braconnier, à la révélation de l'

Continuer à lire