Le collectif selon Christian Rizzo

SCENES | Alors que le chorégraphe français Christian Rizzo a souvent divisé le public et la critique, sa dernière pièce dévoilée en 2013 au Festival d’Avignon a mis tout le monde d’accord. Bonne nouvelle : "D’après une histoire vraie" est programmée cette semaine à la Maison de la danse, dans le cadre du festival Sens dessus dessous. Un événement immanquable pour les amateurs comme pour les néophytes. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 24 mars 2015

Photo : Marc Domage


Il n'existe pas que des tubes musicaux. C'est le cas aussi en danse contemporaine. Bien sûr, ces succès touchent moins de monde que la chanson d'une popstar anglo-saxonne aux millions de vues sur Youtube, mais tout de même, dans le milieu du spectacle vivant, ils arrivent à engendrer une dynamique pas si courante. En 2012, le hit, c'était Tragédie d'Olivier Dubois et ses dix-huit danseurs nus, vu la saison passée à la Maison de la danse. En 2013, c'était D'après une histoire vraie de Christian Rizzo, qui arrive cette semaine à Lyon.

La comparaison entre les deux pièces prend son sens tant au niveau du rendu (l'une comme l'autre sont de véritables déclarations d'amour au corps) qu'au vu du parcours des deux chorégraphes qui, s'ils ont pu parfois violemment partager le public et les professionnels avec leur précédentes propositions, font cette fois-ci l'unanimité.

Ainsi, presque deux ans après sa première représentation à Avignon et l'impressionnant bouche à oreille qui l'a entourée, la pièce de Christian Rizzo bénéficie toujours d'une immense tournée, qui rend du coup l'homme moins disponible pour les interviews – on a pu l'avoir seulement dix minutes au téléphone, entre deux portes. «Bien sûr que ce succès est très réjouissant ! Mais ça demande de garder la tête froide» nous a-t-il confié. D'autant plus que sur le papier, cette aventure n'était pas forcément calibrée pour le succès.

«Une matière picturale»

En 2004, j'ai assisté à un spectacle de danse à Istanbul dans lequel jaillissait un groupe d'hommes se livrant à une danse traditionnelle, complètement effrénée, avant de disparaître aussitôt. Quand les anciens directeurs du Festival d'Avignon m'ont proposé en 2012 de faire une création pour 2013, ce souvenir a émergé de façon très pugnace. J'ai trouvé ça dingue d'avoir gardé autant de temps en mémoire cette micro danse et de voir à quel point elle s'était logée dans mes souvenirs de façon inconsciente. Ça a donc été le point de départ de la création

explique Rizzo.

D'où le titre D'après une histoire vraie, qui semble illustrer parfaitement cette découverte ? «Entre autres. Il y a toujours une fiction ou une histoire sous-jacente à mon écriture abstraite.»

Oui, abstraite ; c'est le bon mot si on se remémore les précédentes créations de Christian Rizzo, assez conceptuelles et qui ont partagé jusqu'à la rédaction du PB. Mais pour D'après une histoire vraie, le chorégraphe français est parti dans une autre direction : stop aux corps frêles et au sous-texte cérébral, place à une émotion brute et à la puissance du collectif.

Le corps a toujours été présent dans mes pièces. Il était juste moins mouvant avant, venait d'autres sources, y compris scénographiques [on trouvait souvent sur scène une plante verte, un fauteuil ou encore un casque de moto – NDLR]. Là, le mouvement se répartit de façon plus évidente vers le corps, la scénographie étant en plus assez légère, avec un espace vide constamment malaxé par les corps. J'ai travaillé cet espace vide presque comme une matière picturale.

Ça se voit : plastiquement, l'épure scénographique renforce le côté hypnotique de la chorégraphie, notamment grâce à un travail précis sur les lumières. Une approche qui laisse alors ce choc des titans tribal se mettre en place petit à petit, les danseurs envahissant le plateau d'abord seuls ou par petits groupes…

«Mon folklore à moi, c'est le rock»

Avec D'après une histoire vraie, Christian Rizzo rapproche donc les danses folkloriques méditerranéennes et la danse contemporaine, deux monde a priori très éloignés : «Je dirais que c'est un croisement entre des pratiques anonymes et d'autres d'auteur. Forcément, en amont, Rizzo a dû mener un important travail d'ethnologue (ou du moins d'observateur) pour arriver à un tel résultat ?

En fait pas du tout. On s'est plutôt penché sur nos souvenirs pour convoquer les gestes que l'on retrouve dans toutes les danses folkloriques – taper des pieds, se tenir par la main… Aller chercher ces gestes de façon très éparse pour ne pas reproduire une construction de danse folklorique qui existerait. On a vraiment travaillé sur les questions du souvenir et de l'invention…

Un travail de création intense mené par une équipe de huit danseurs hommes («Je voulais proposer une vision sur ce qu'est un espace masculin») qui, au fil de la représentation, se transforme en une véritable explosion, sans fioriture, presque guerrière.

«Du groupe à la communauté»

La pièce se déploie également, en 1h10, grâce à deux batteurs (Didier Ambact et King Q4) présents sur la scène. Ils font progressivement monter la tension, en même temps que les danseurs se redressent, eux qui avaient commencé au sol.

Dès le démarrage du projet, il était très clair que la musique serait live explique Rizzo. On a travaillé ensemble constamment pour que la danse et la musique apparaissent en même temps dans l'écriture, soient réellement imbriquées. Rien n'était prémédité, j'ai tout construit au plateau.

Les coups secs et répétitifs des musiciens battent le rythme, découpe le mouvement. Avec, au centre, la danse ; cette danse que certains artistes contemporains ont pu perdre (l'éternel débat autour de la non-danse), que Christian Rizzo a pu délaisser un temps, lui qui se définit comme chorégraphe-plasticien et qui fut aussi à la tête d'un groupe de rock – Mon folklore à moi, c'est le rock» déclare-t-il d'ailleurs souvent – mais que l'on retrouve avec plaisir entre ses mains.

Une énergie faite de pas, de mains dans le dos, de bras autour du cou, de tournoiements, de rondes.«Une danse collégiale qui creuse le sol en même temps qu'elle cherche l'élévation» comme il l'écrit en note d'intention.

C'est en créant le spectacle sur le plateau que je me suis aperçu qu'au-delà de la joie d'être ensemble, le sujet de la pièce partait de la notion de groupe pour arriver à celle de communauté – d'où la progression que vous évoquez.

Cette ode à la force du collectif donnerait presque envie de se joindre aux danseurs lors du dernier tableau, quand Rizzo met en place une époustouflante rave rock – l'un des plus beaux moments de danse de ces dernières années. Il s'en amuse : «Certains soirs, on doit presque empêcher les spectateurs de monter sur scène !»

D'après une histoire vraie apparaît alors comme l'un de ces spectacles qui, à l'image du Tragédie d'Olivier Dubois évoqué plus haut, peut être mis devant tous les yeux, et surtout devant ceux qui jugent ne pas avoir les prérequis nécessaires pour comprendre la création contemporaine. Un de ces spectacles qui fait tout simplement un bien fou, redonnant foi en un art généreux et intelligent.

D'après une histoire vraie
À la Maison de la danse vendredi 27 et samedi 28 mars


D'après une histoire vraie

Chor. Christian Rizzo
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un trio inattendu à la Maison de la Danse

Danse | Magma (les jeudi 19 et vendredi 20 décembre à la Maison de la Danse) est une création qui réunit, de manière inattendue, trois grandes et très disparates (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 17 décembre 2019

Un trio inattendu à la Maison de la Danse

Magma (les jeudi 19 et vendredi 20 décembre à la Maison de la Danse) est une création qui réunit, de manière inattendue, trois grandes et très disparates personnalités de la danse : le danseur et chorégraphe de flamenco Andrés Marín (qui s'est rapproché récemment du hip-hop), la danseuse classique Étoile (depuis 2014) du Ballet de l'Opéra de Paris Marie-Agnès Gillot, et l'inclassable chorégraphe Christian Rizzo qui avait débuté sa carrière avec des pièces de "non danse" très inspirées des arts plastiques et qui a soudain basculé vers des œuvres beaucoup plus mouvementées et rock ! De ce duo interprété par Andrés Marín et Marie-Agnès Gillot, accompagnés par deux musiciens sur scène, nous ne savons quasiment rien si ce n'est qu'il s'annonce comme un temps fort de la saison. Et que sa composition s'

Continuer à lire

Rizzo, nouveau coup de jeune

Danse | Même ceux qui ne l'apprécient guère ne pourront reprocher au chorégraphe Christian Rizzo de ne pas se renouveler... Musicien rock, styliste et plasticien né à (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 4 décembre 2018

Rizzo, nouveau coup de jeune

Même ceux qui ne l'apprécient guère ne pourront reprocher au chorégraphe Christian Rizzo de ne pas se renouveler... Musicien rock, styliste et plasticien né à Cannes en 1965, il se tourne vers la danse dans les années 1990, signant plusieurs pièces controversées, entre performances et installations plastiques, où la danse se ralentit jusqu'à un quasi immobilisme et quelques gestes très ritualisés. À partir de 2010, le chorégraphe revient soudain au rock et au mouvement, se débarrassant de tout décorum esthétique, pour ne travailler que sur l'énergie physique et des corps libérés. En 2017, nouveau coup d'éclat et bain de jouvence : Rizzo se risque à une première pièce pour jeune public, à partir de six ans ! Spectacle pour trois interprètes, D'à côté tricote ensemble les deux grandes veines chorégraphiques de Rizzo : un travail à partir d'éléments épurés (le corps, le son et la lumière) qui, mis en relations, s'ouvrent peu à peu à la fiction, l'imaginaire, voire la science-fiction. L'immersion, au départ très perceptive, du public parmi une musique rythmique, un bain de

Continuer à lire

Biennale de la danse 2016 : Ce qu'il faut voir

Biennale de la Danse | La 17e Biennale de la Danse garde la tête haute et le tour de bras généreux, malgré un budget au rabais, embrassant une fois encore tous les styles de danse contemporaine actuels. Parmi les trente-sept spectacles proposés, en voici huit à ne pas manquer.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 6 septembre 2016

Biennale de la danse 2016 : Ce qu'il faut voir

Israel Galvan, Flacomen Le « danseur des solitudes » comme l'appelle le critique et historien d'art Georges Didi-Huberman fait son retour sur les scènes lyonnaises, avec un solo datant de 2014, accompagné de musiciens free jazz et flamenco. On sait, et on n'arrête pas d'admirer, la capacité du chorégraphe-danseur à tordre en tous sens les codes du flamenco et à en extraire la pulpe fondamentalement tragique. Galvan hisse ce tragique à la condition de tout individu, montrant, avec humour ou pas, ces forces qui nous traversent et se heurtent à l'intérieur de soi. Ces forces antagonistes qui sont aussi au cœur dialectique de tout geste, de tout mouvement dansé. À la Maison de la Danse du 14 au 16 septembre Yuval Pick, Are Friends Electric ? À l'instar de Galvan, le Lyonnais

Continuer à lire

La danse à contre-pied

SCENES | Avant que la danseuse étoile Sylvie Guillem ne vienne faire ses adieux scéniques aux Nuits de Fourvière (du 29 juin eu 2 juillet), l'année 2015 sera riche en (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 6 janvier 2015

La danse à contre-pied

Avant que la danseuse étoile Sylvie Guillem ne vienne faire ses adieux scéniques aux Nuits de Fourvière (du 29 juin eu 2 juillet), l'année 2015 sera riche en événements chorégraphiques. C'est d'abord Anne Teresa de Keersmaeker qui viendra transmettre, pour la première fois, l'une de ses pièces à une autre compagnie que la sienne, celle du Ballet de l'Opéra de Lyon en l'occurrence (du 7 au 11 avril à l'Opéra). Il s'emparera de Drumming Live, créée en 1998 sur une partition de Steve Reich et qui entrecroise le vocabulaire abstrait et rigoureux de l'artiste belge et une énergie physique explosive. Dans le cadre de la deuxième édition du festival Sens dessus dessous (du 24 au 29 mars à la Maison de la danse), le chantre de la "non danse" Christian Rizzo présentera quant à lui D'après une histoire vraie... Soit un retour à la "danse dansée" propulsant huit danseurs sur les rythmes effrénés de deux batteurs, passant de folklores méditerranéens à de véritables transes rock et tribales. Après ses grandes frasques collectives, le chorégraphe québécois Dave St-Pierre change lui au

Continuer à lire

La saison danse en dix événements

SCENES | La saison danse 2014-2015 s'annonce aussi riche et variée que la Biennale qui l'inaugure. Voici, à ce titre, (au moins) dix rendez-vous chorégraphiques à ne pas manquer cette année.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 9 septembre 2014

La saison danse en dix événements

Hors-champ La chorégraphe belge Michèle Noiret (née en 1960) a été formée à l'école Mudra de Maurice Béjart. Ancienne collaboratrice  du compositeur Karlheinz Stockhausen, son écriture fine, graphique, développe une danse aérée et tonique. Elle vient à Lyon avec une pièce singulière pour cinq interprètes et un cameraman, oscillant entre danse et cinéma (les danseurs sont filmés en direct et des images projetées sur différents écrans). Hors-champ joue de passages entre écrans et plateau, corps réels et corps imaginaires, et nous plonge dans une atmosphère anxiogène, tendue à l'extrême, énigmatique. Jean-Emmanuel Denave Les 16 et 17 octobre à la Maison de la danse      

Continuer à lire

Avignon - Jour 5 - Tout et son contraire

SCENES | "D'après une histoire vraie", "Drums and Digging"

Benjamin Mialot | Mardi 16 juillet 2013

Avignon - Jour 5 - Tout et son contraire

Christian Rizzo a souvent divisé notre rédaction, entre admirateurs de la ligne claire du chorégraphe et pourfendeurs d’un langage hermétique – pour rester poli. D’après une histoire vraie, sa dernière création dévoilée au Festival d’Avignon, rebat les cartes, Rizzo lui-même expliquant avoir changé sa façon de travailler. Stop aux corps frêles et au sous-texte cérébral, place à une émotion brute. Soit huit danseurs et deux batteurs, pour une pièce centrée sur les danses folkloriques de groupe, imaginée à partir d’un souvenir fort – un spectacle vu par Rizzo à Istanbul « dans lequel jaillissait un groupe d’hommes se livrant à une danse traditionnelle, complètement effrénée, avant de disparaître aussitôt ».Un jaillissement retranscrit sur scène en 1h15, dans une lente progression. D’où un spectacle qui prend du corps au fil de la représentation, emportant littéralement l’audience qui finit par se croire à un concert de rock – même si, le jour où nous y étions, personne n’a osé se lever. On ne savait pas Christian Rizzo capable d’une telle intensité, et l’on espère revoir ce spectacle en 2014/2015 dans la région – une autre pièce de Christia

Continuer à lire

Christian Rizzo, bio express

SCENES | 1965 : naissance à CannesFin des années 1980 : monte un groupe de rock à Toulouse, crée une marque de vêtements, puis formation à la Villa Arson à NiceAnnées 1990 : (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 28 octobre 2010

Christian Rizzo, bio express

1965 : naissance à CannesFin des années 1980 : monte un groupe de rock à Toulouse, crée une marque de vêtements, puis formation à la Villa Arson à NiceAnnées 1990 : interprète chez Mathilde Monnier, Hervé Robbe, Mark Tompkins...1996 : fonde sa compagnie L'Association fragile et présente ses premières performances, objets dansants et solos...2004 : création de «Autant vouloir le bleu du ciel et m'en aller sur un âne» ; et avec le ballet de l'Opéra de Lyon de «Ni fleurs ni Ford mustang»2006 : «Jusqu'à la dernière minute, on a espéré que certains n'iraient pas»2009 : «Ni cap ni grand canyon» avec le Ballet de l'Opéra de Lyon2010 : création à Lille de «L'Oubli, toucher du bois», et mise en scène de trois opéras à Toulouse, «Erwartung» et «Pierrot Lunaire» de Schönberg, «La Voix humaine» de Poulenc

Continuer à lire

Corps fragiles

SCENES | Danse / Dans «L'Oubli, toucher du bois», Christian Rizzo épure son univers plastique, mise davantage sur les corps et les mouvements des danseurs, tout en explorant toujours les mêmes questions : la fragilité, la disparition, la finitude. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 28 octobre 2010

Corps fragiles

Jérôme Bel, Alain Buffard et Christian Rizzo forment un trio emblématique de ces chorégraphes français, nés dans les années 1960, qui ont été fortement marqués par les arts plastiques, par les «performeurs» des années 1970 en particulier (Vito Accounci, Bruce Nauman dont on peut voir actuellement des œuvres au Musée d'art contemporain et beaucoup d'autres). Eux-mêmes ont beaucoup utilisé la forme de la performance, parfois aussi celle de l'installation, préférant fouiller les possibilités du corps et sa présence «brute», plutôt que sa virtuosité et ses mouvements «dansés». Aujourd'hui, Jérôme Bel continue à déconstruire avec humour l'espace scénique et à briser les barrières artistiques, collaborant par exemple avec Anne Teresa de Keersmaeker dans «3Abschied», en s'attelant à la musique de Mahler et à la question de la mort. Buffard, dans sa dernière création ironiquement intitulée «Tout va bien», se dirige de plus en plus vers le texte et le théâtre, avec des pièces toujours déclenchées par ses colères devant l'état du monde. Christian Rizzo tente quant à lui de se détacher de l'image de «chorégraphe plasticien» qui lui colle à la peau, notamment depuis 2009 et sa deuxième créatio

Continuer à lire

La perfection est de son monde

SCENES | Danse / Christian Rizzo présente au Toboggan un solo, composé pour la danseuse Julie Guibert fascinant et quasi parfait sur le plan plastique. Jean-Emmanuel Denave

| Mercredi 19 décembre 2007

La perfection est de son monde

Plasticien de formation, ancien rockeur, créateur d'une marque de vêtements, cheminant aussi bien dans les salles de spectacle que dans le milieu de la mode, Christian Rizzo est pour le moins un chorégraphe atypique. Chantre des durées étirées, des métamorphoses Ovidiennes, et de la pureté formaliste, il aime à citer cette phrase d'Oscar Wilde : «Donnez-moi un masque et je vous dirai qui je suis». Philosophie qui vaut pour l'artiste comme pour l'ensemble de ses pièces : partant du principe que tout n'est qu'artifice et masque (derrière un masque il y a un autre masque, et ce à l'infini), ses spectacles explorent et inventent des formes nouvelles, closes sur elles-mêmes, relativement indifférentes au réel qui chez lui existe peu, si ce n'est aux confins des masques... En 2004, il crée Ni fleurs, ni Ford Mustang pour le Ballet de l'Opéra de Lyon, rencontre à cette occasion la danseuse virtuose Julie Guibert et décide quelques années plus tard de composer pour elle un solo, B.C., Janvier 1545, Fontainebleau. Explication de texte : en 1545, à Fontainebleau, Benvenutto Cellini doit livrer deux sculptures à François Ier mais n'a le temps d'en réaliser qu'une ; il évite la colère du monar

Continuer à lire