Nomades land

Cette année, le Festival des 38e Rugissants fête donc sa vingtième édition. Retour le travail accompli au cours des deux décennies écoulées, sur sa réflexion pragmatique autour de la notion sans cesse mouvante de musique contemporaine. François Cau

On a tout entendu, en termes de clichés redoutables, sur le festival des 38e Rugissants. Elitiste, fermé, trop intello (comme si c’était une insulte…Bref, passons), trop barré, trop abscons… Et pourtant, dès sa création en 1989, le but de la manifestation était de décloisonner un champ artistique par trop engoncé dans son institutionnalisation forcenée, presque autiste : celui des musiques contemporaines. Une discipline cherchant, pour résumer, à contourner le système tonal, à trouver d’autres voies d’expressions musicales, à dénicher, même, d’autres médias pour faire entendre un son résolument différent. Au cœur de ce vaste chantier, le Festival des 38e Rugissants ne participe à aucune querelle de chapelles (pourtant légions), mais entend au contraire faire connaître au plus grand nombre les innombrables facettes de cet art à part, à faire voler en éclat sa représentation commune, qui la voudrait réservée aux seuls chercheurs. Pour accomplir cette mission a priori impossible, la manifestation privilégie au fil des années des créations singulières, croise les disciplines (la musique s’y mélange avec bonheur à la danse, au théâtre, au cinéma, ou aux performances en tous genres), et surtout, reste ouverte aux artistes et pratiques culturelles du monde entier. Les passeurs
Témoins de cette curiosité, l’institution dès 1997 du cycle de concerts mensuels des Musiques Nomades, prolongeant le souci de découverte du Festival tout au long de l’année, ou encore l’attachement de l’événement à favoriser lors de chaque édition les créations transculturelles entre artistes du Nord et artistes du Sud. En demeurant attentif aux bouleversements esthétiques à travers le globe, les 38e Rugissants se font les représentants les plus vibrants de la pluralité culturelle mondiale, de ses correspondances souvent signifiantes, de ses passerelles détonantes, tout en restant alerte sur les problématiques sociales et géopolitiques dans leurs plus larges acceptions. L’intitulé de cette année, Composer le monde, pourrait à ce titre être mis en balance avec celui de la création d’Ernst Reijseger sur les films du génial Werner Herzog, Requiem for a Dying Planet… On vous encourage dans ce même ordre d’idée à ne pas louper la “conférence engagée poétiquement“ de Samuel Sighicelli, Marée noire, sur les massacres opérés en toute inconscience par les grands consommateurs de pétrole, ou la Messe un jour ordinaire de Bernard Cavanna, basée sur le bouleversant témoignage d’une femme à peine sortie de prison. Un goût de revenez-y
Le Festival des 38e Rugissants, c’est également des créations aux postulats complètement barrés, à même de susciter un haussement de sourcil réprobateur chez la personne que vous souhaitez amener avec vous, avant de voir son visage s’illuminer une fois le spectacle commencé. Parmi ces grands moments définitivement “autres“, on pourra citer le grand concert subaquatique de Michel Redolfi, qui fit la joie du public des 38e en 1992, et qui revient pour cette édition au Stade Nautique d’Echirolles pour une session de dix heures : vous vous laissez flotter, et les vibrations transmises sous l’eau parviendront directement à votre oreille interne. Citons encore les récitals d’oiseaux de Bernard Fort, sis cette année dans le Parc du Musée Hébert, ou l’imposant projet Champs magnétiques, prévu en en soirée de clôture de l’événement, le véritable choc esthétique à prévoir de cette édition, où s’ensuivront des créations faisant le pont entre les technologies, les esthétiques et les caractères artistiques bien trempés de ses différents protagonistes. Autant de soirées qui vous prouveront que le meilleur moyen de vaincre sa défiance de la programmation des 38e Rugissants reste de se plonger dedans.38e Rugissants
du 14 au 29 novembre, lieux divers
Détails de la programmation en pages agendaet sur www.38rugissants.com

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 17 octobre 2023 L'édito du Petit Bulletin n°1221 du 18 octobre 2023.
Vendredi 13 octobre 2023 Une nouvelle boulangerie a ouvert au 7 rue Millet, dans l’hyper-centre. Enfin, pas tout à fait. Le Habert du pain, c’est « d’abord et avant tout » une (...)
Vendredi 13 octobre 2023 De même que Clouzot avait cherché à percer le Mystère Picasso, Wim Wenders tente d’élucider le secret Kiefer. Coïncidant avec la remise de son Prix Lumière (et précédant la sortie de Perfect Days), ce documentaire rappelle que le cinéaste a toujours...
Vendredi 13 octobre 2023 Pour célébrer sa 11e édition et donc sa première décennie complète, le festival jeune public Voir Ensemble s’offre rien moins que le double parrainage des auteurs de "Linda veut du poulet !", primé à Annecy. Entre autres invités de prestige attendus...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X