Quand le jazz est là…

Sélection / … on aurait grand tort de lui claquer la porte au nez. Déjà, parce que c’est grossier, et ensuite, on se priverait de grands moments. La preuve par six. FC

Résurrection
Quoi ? Une surréaliste beauté suédoise à la voix de velours qui ne s’est pas encore faite coopter par la programmation du Ciel ? C’est possible, et ça se passe ce mardi à Echirolles. Venue de la pop un rien trop acidulée, Viktoria Tolstoy a revisité sur son dernier album, My Russian Soul (arrêtez tout de suite de vous poser la question : oui, elle n’est autre que l’arrière-arrière-petite-fille de Léon), le répertoire classique et folklorique de la Russie, le tout avec un swing jazz qui devrait faire son petit effet.
Viktoria Tolstoy
Mardi 16 mars à 20h, à la Rampe
(Echirolles)Science friction
Le ciné-concert a méchamment le vent en poupe. Célébré comme un événement messianique quelques années en arrière dans notre sculpturale agglo, il s’est désormais immiscé dans toutes les programmations, tant et si bien qu’on a pu se confronter à ses écueils (illustrations trop démonstratives de la matière visuelle, hors sujets patents…) comme à ses meilleures tentatives de sublimation des matériaux de base. Le ciné-concert proposé par le Grenoble Jazz Festival, en cheville étroite avec La Semaine du Plaisir et les Cinéphiles Anonymes, ne s’attaque rien moins qu’à une œuvre emblématique du patrimoine science-fictionnel, le légendaire Metropolis de Fritz Lang, film qui eut par ailleurs l’honneur d’une partition originale signée du grand Giorgio Moroder en 1984. Autant dire que la pression doit être assez énorme pour le musicien local Stéphane Plotto, dont on a pu apprécier les talents de claviériste aux côtés de Djazia Satour et au sein du groupe les Shamiz. On lui fait confiance pour s’acquitter du défi avec panache.
Metropolis
Lundi 22 mars à 20h, à EVE (campus)Partouze sonore
Du beau monde va se bousculer sur le plateau de La Vence Scène pour le projet Urban Connexions… Les membres du big band alpin “historique“ L’Usine à Jazz tout d’abord, qui seront rejoints par les précieux sbires d’Electro Deluxe, formation tout terrain revisitant le hip hop électro et les indispensables racines funk en un maelstrom toujours convaincant, et enfin, il faudra également compter sur l’appui vocal soul du chanteur James Copley. Le tout pour une soirée qui rendra dans un premier temps hommage aux pionniers du jazz-fusion, puis mélangera toutes ces énergies vives pour créer un big band orgiaque qui revisitera les compositions d’Electro Deluxe. Avis de tempête…
Urban Connexions
Mercredi 24 mars à 20h30, à La Vence Scène (St-Egrève)La Hollande, l’autre pays de la fusion
A l’écoute de la musique de Rubatong, quatuor d’origine néerlandaise incontrôlée, on est immédiatement saisis par un mélange singulier de rugosité éthylique et de chaleur imbibée, un peu comme si Arno ou Tom Waits (références vocales décidément incontournables pour ce qui est des timbres cassés) n’avaient pas tourné le dos à leurs années punk pour verser dans une fusion sonore tous azimuts. Pour ce qui est du versant rock d’une formation piochant dans moult autres répertoires, on n’est pas surpris de constater que le bassiste Luc Ex est un ex de The Ex (vous suivez ?), mythique formation dont la liberté formelle se retrouve ici de façon pour le moins explosive.
Rubatong
Jeudi 1er avril à 18h30, au Petit Théâtre de la MC2Une poignée de dynamite
Des innombrables Bandes Originales de Films composées par Ennio Morricone, les moins BOF restent celles destinées aux chefs-d’œuvre de Sergio Leone. A peine moins connue que celle de l’homme à l’harmonica, la musique d’Il était une fois la Révolution est durablement inscrite dans l’esprit des spectateurs du film, lesquels ne peuvent décemment s’empêcher de siffloter sa mélodie et de répéter ses fameux « Chom-chom » dès que l’occasion se présente. Ces irrécupérables nostalgiques ne manqueront pas de se précipiter comme un seul homme au concert du septet formé autour du génial Médéric Collignon, Il était une fois la Ré(s)olution…, réinterprétation en partie improvisée de la partition originale. Quant à ceux qui renâcleraient à l’idée de partager cette aventure, il n’y a qu’une chose à leur dire : «Duck, you suckers !».
Médéric Collignon Septik + Hélène Laberrière Quartet
Jeudi 1er avril à 20h, au Grand Théâtre de la MC2Connaître Parker
Clôture en fanfare de cette 38e édition avec l’immense Maceo Parker, saxophoniste de génie à la générosité scénique sans faille, ayant ourdi ses armes auprès du regretté James Brown avant de voler bien rapidement de ses propres ailes mélodiques. Pour avoir assisté à plusieurs de ses shows, on vous garantit que le bonhomme fait feuler son instrument comme personne, que l’énergie en live de ce pimpant sexagénaire a de quoi humilier les jeunots dans l’assistance, lesquels, à genoux, lessivés par tant de groove, en demanderont cependant encore.
Maceo Parker
Samedi 3 avril à 23h, à la Salle de Création de la MC2

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 17 octobre 2023 L'édito du Petit Bulletin n°1221 du 18 octobre 2023.
Vendredi 13 octobre 2023 Une nouvelle boulangerie a ouvert au 7 rue Millet, dans l’hyper-centre. Enfin, pas tout à fait. Le Habert du pain, c’est « d’abord et avant tout » une (...)
Vendredi 13 octobre 2023 De même que Clouzot avait cherché à percer le Mystère Picasso, Wim Wenders tente d’élucider le secret Kiefer. Coïncidant avec la remise de son Prix Lumière (et précédant la sortie de Perfect Days), ce documentaire rappelle que le cinéaste a toujours...
Vendredi 13 octobre 2023 Pour célébrer sa 11e édition et donc sa première décennie complète, le festival jeune public Voir Ensemble s’offre rien moins que le double parrainage des auteurs de "Linda veut du poulet !", primé à Annecy. Entre autres invités de prestige attendus...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X