Strangers in the night

Ils sont à Grenoble depuis quelques semaines, quelques mois, voire quelques années. Ils ne peuvent pas rentrer chez eux parce que c’est trop loin, trop cher ou pas pratique. Les étrangers qui étudient à Grenoble nous racontent leurs projets en cette période de fêtes. Propos recueillis par Reine Paris

Kai, Chinois, étudiant en Langues étrangères appliquées (LEA)
« C’est la deuxième fois que je reste à Grenoble pendant la période des fêtes. J’ai essayé de trouver des amis avec qui célébrer Noël, mais j’ai remarqué que les Français aiment passer cette fête en famille. Il y a probablement d’autres Chinois dans ma situation, mais je ne les connais pas. Dans ma classe, il n’y a que des Français et des Allemands. Alors, cette fois-ci, pour ne pas être tout seul, j’irai peut-être dans une église, même si je suis athée. L’année dernière, je m’étais promené dans les rues de Grenoble. C’était triste. Tout était fermé et il n’y avait presque personne dehors. C’était comme dans un film, quand il y a une épidémie et que tout le monde s’enferme chez lui. Je ne peux pas rentrer chez moi car ma famille habite très loin, dans le nord de la Chine, à côté du Kazakhstan. L’été, j’y retourne car les vacances durent plusieurs mois, mais pour deux semaines, ce n’est pas pratique et c’est trop cher. Et puis, on n’a pas la tradition de fêter Noël. Pour nous, c’est surtout une mode commerciale. Heureusement, pour le Nouvel An, c’est sûr, je vais faire quelque chose. J’irai dans un bar du quartier Sainte-Claire ou écouter un concert avec des amis de ma classe. »

Linda, Canadienne, étudiante en français
« C’est ma première année d’échange. Je suis arrivée à Grenoble en septembre et je ne peux pas rentrer chez moi parce que c’est beaucoup trop cher : je dois prendre un train jusqu’à Lyon, puis un avion jusqu’à Londres, puis un autre pour aller à Toronto et un dernier pour aller jusqu’à chez moi. J’habite dans une petite ville au Québec, au nord-ouest de l’Ontario, qui s’appelle Thunder Bay. En dehors des périodes de fêtes, ça coûte déjà à peu près 1300 € l’aller-retour. Alors, pendant les vacances, je vais plutôt aller à Disney Paris et puis je reviendrai à Grenoble fêter Noël avec quelques amis brésiliens et américains. On va dîner chez un ami qui a un appartement un peu plus grand que nos chambres d’étudiants. Je ne bois pas et j’aime me coucher et me lever tôt, je ne suis donc pas très « fête », mais pour le Nouvel An, je ferai un effort. Je sortirai pour être avec mes amis et je serai encore levée à minuit ! J’en profiterai pour appeler mes parents sur skype. Ca sera une bonne heure pour eux, avec le décalage horaire. »

Barbara, Costaricaine, en terminale au lycée du Grésivaudan
« Je ne rentre pas parce que je suis à Grenoble depuis seulement une semaine et je ne vais y rester que deux mois. Je suis accueillie dans une famille française à Meylan pour un échange. Pour Noël, je dînerai avec eux. Je suis excitée de voir comment ça se passe ici. Pour le Nouvel An, je pense que je vais sortir, mais je ne sais pas encore où et avec qui parce que je ne connais personne pour le moment. »

Julia, Canadienne, étudiante en français et en droit
« J’ai vu le Canada pendant vingt ans. Là, j’ai presque un mois devant moi pour voyager et découvrir la France et l’Europe. Je vais aller à Paris, en Espagne, en Irlande et en Écosse pendant mes vacances. Pour le Nouvel an, je serai à Barcelone avec des amis. Mais avant, mon père vient passer neuf jours avec moi à Grenoble. On ira sûrement faire une randonnée, voir un match de hockey et visiter Lyon. Le 24, je cuisinerai le repas traditionnel de Noël et on dînera tous les deux. Dans la ville où je suis née, à côté de Toronto, il n’y a pas de marché de Noël et il n’y a pas autant de décorations, mais il y a de la neige ! On a une tradition avec ma famille : le « Christmas Tree cutting ». On va dans une sorte de ferme pour couper nous-mêmes notre sapin. Ici, c’est quelque chose qu’on ne peut pas faire. »

Jake, Canadien, étudiant en français
« Je vis à côté des chutes du Niagara et c’est probablement la seule fois que j’aurai l’occasion de passer les fêtes en Europe. Pour le Nouvel An, je serai à Barcelone avec Julia et d’autres personnes dont mon meilleur ami qui vient du Canada pour me voir. Je pense que le soir de Noël, on va faire du camping tous les deux sur le mont Saint Eynard. On écoutera la messe de minuit à Notre-Dame et puis on grimpera de nuit. »

Yanyun, chinoise, étudiante aux Beaux Arts de Grenoble
« Ma famille habite à Guiyang, dans le sud de la Chine, à côté du Tibet. Le trajet depuis Grenoble dure deux jours : ça ne vaut pas le coup de faire le voyage pour deux semaines de vacances. C’est la troisième année que j’étudie à Grenoble et que je ne rentre pas chez moi à la période de Noël. La première fois, je suis allée à Amsterdam avec des amis. L’année dernière, j’étais chez le père de mon copain qui est français. J’avais trouvé le repas de Noël un peu long : on s’est mis à table à 21h et on a fini à une heure du matin. Cette fois-ci, j’ai un ami qui vient d’Angleterre me rendre visite. On va aller avec lui chez ma belle-mère qui habite à côté de Lyon. En Chine, Noël est une excuse pour faire la fête, mais ce que j’aime ici, c’est les décorations et faire des cadeaux aux gens. J’ai fabriqué des savons comme le faisait ma grand-mère pour les offrir autour de moi. Pour le Nouvel An, on aurait voulu faire une grosse soirée chez nous et en profiter pour fêter notre emménagement, mais comme notre machine à laver la vaisselle est cassée, on va peut-être plutôt aller dans un bar vers Notre-Dame. »

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 17 octobre 2023 L'édito du Petit Bulletin n°1221 du 18 octobre 2023.
Vendredi 13 octobre 2023 Une nouvelle boulangerie a ouvert au 7 rue Millet, dans l’hyper-centre. Enfin, pas tout à fait. Le Habert du pain, c’est « d’abord et avant tout » une (...)
Vendredi 13 octobre 2023 De même que Clouzot avait cherché à percer le Mystère Picasso, Wim Wenders tente d’élucider le secret Kiefer. Coïncidant avec la remise de son Prix Lumière (et précédant la sortie de Perfect Days), ce documentaire rappelle que le cinéaste a toujours...
Vendredi 13 octobre 2023 Pour célébrer sa 11e édition et donc sa première décennie complète, le festival jeune public Voir Ensemble s’offre rien moins que le double parrainage des auteurs de "Linda veut du poulet !", primé à Annecy. Entre autres invités de prestige attendus...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X