"Celui qui tombe" : le jeu d'équilibriste de Yoann Bourgeois

Celui qui tombe

MC2

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Avec "Celui qui tombe", Yoann Bourgeois a créé un impressionnant et vertigineux spectacle sur le déséquilibre dans lequel l’être humain se retrouve tout petit face aux éléments. Rencontre avec un artiste de cirque qui défend un certain retour à l’essentiel.

Un immense plateau, lourd et bruyant (il est truffé de micro), descend du plafond, tenu par quatre grosses chaînes. Il s’arrête. Penche dangereusement. Se redresse. Tournoie… Dessus, trois femmes et trois hommes tentent tant bien que mal de garder l’équilibre. Celui qui tombe, la nouvelle proposition du circassien Yoann Bourgeois, fait dans le spectaculaire pour paradoxalement retrouver une certaine sobriété comme il nous l’explique. « La consigne de base donnée aux interprètes était : essayer de tenir. Je voulais voir ce qu’il se passe quand le sol est penché, quand il se balance, quand il est en équilibre, quand il tourne… J’ai juste réintégré les grands principes mécaniques du cirque. Ce n’est pas très original ; c’est même tout l’inverse. »

Un besoin de simplicité qui aurait pu être parasité par ce monstre scénographique arrivé plus tard dans le processus de création (ils ont d’abord travaillé sur de multiples petits plateaux). « Non, je n'ai pas eu peur de ça. J'ai plutôt eu peur de retomber dans un travers que connaît le cirque, à savoir exploiter tous les possibles. Je voulais comme aller à l’essentiel. » Soit des humains en danger perpétuel. « La somme du poids des interprètes est beaucoup moins lourde que le poids du plateau. Je voulais donner une représentation de l’homme qui ne soit pas tout puissant, qui ne soit pas au centre de la scène comme j’imagine qu’il n’est pas au centre de l’univers. C’est peut-être pour ça que je travaille avec des éléments plus grands que nous. »

Un danger qui sera l’apothéose de l’aventure, lorsque la machine s’emballera, pouvant à tout moment véritablement écraser les corps. « Le risque est un outil pour la présence. Ça branche les interprètes avec ici et maintenant. Ils n’ont pas le droit de se projeter, de se regarder… Pas le droit de tomber, sinon ça serait terrible. Ils doivent être avec ce qu’ils font. Pour moi, c’est très intéressant d’un point de vue théâtral. »

« Un projet de moins »

Dévoilée en septembre dernier lors de la Biennale de la danse de Lyon (même si une avant-première avait eu lieu à la MC2), la nouvelle création de Yoann Bourgeois tranche de prime abord avec les précédentes qui ont fait son succès – l’écriture bondissante de Cavale, avec son trampoline, ou encore la légèreté de L’Art de la fugue, construite autour de l’œuvre du même nom de Bach, basée sur la notion de contrepoint. « Je ne voulais pas faire un projet de plus, mais plutôt un projet de moins. Je suis dans un processus de simplification, en retirant tout ce qui n’est pas nécessaire pour revenir à l’essence même de ce qui m’intéresse. »

Un projet qui, selon lui, s’inscrit pourtant dans la suite logique de son parcours. « J’approfondis quelque chose d’un spectacle à un autre. J’essaie de développer une théâtralité particulière que je définirais comme polysémique ou poétique. Et mon angle d’attaque, ce sont les rapports de force : se brancher très concrètement avec des contraintes physiques pour faire émerger le sens. Mais un sens particulier, comme pas fini. Un sens qui apparaît. C’est ça qui me plaît : l’apparition de la fiction et du sens. » Une démarche qui laisse donc le spectateur libre de tisser les liens qu’il souhaite, Yoann Bourgeois refusant de « rentrer dans une dimension de personnage ». Sur le plateau, on est ainsi simplement face à une « humanité minimale ».

Une vie « vouée à l’art vivant »

C'est la première fois que Yoann Bourgeois travaille avec autant de monde, lui qui était notamment habitué aux duos. « Après L’Art de la fugue, je me suis trouvé assez clair avec mes problématiques pour pouvoir les partager avec d’autres. » Et avec des spectateurs toujours plus nombreux depuis que ce diplômé du Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne, passé aussi par la danse (il a fréquenté le Centre national de danse contemporaine d’Angers puis a travaillé avec la chorégraphe Maguy Marin), a créé sa compagnie à Grenoble il y a cinq ans.

Il a aujourd’hui « mille projets en tête », qui ne se dérouleront pas que dans des théâtres – il explique adorer multiplier les expériences originales. Au-delà de sa participation à la prochaine biennale de la danse, il va ainsi concevoir un cabaret avec des artistes de cirque pour une scène du prochain film d'Anne Fassio (Une vie après l’autre, avec Fanny Ardant et Gérard Depardieu), ou encore carrément imaginer en 2017 une scénographie pour le prestigieux Panthéon (il a été contacté par le centre des monuments nationaux). « Ces nombreux projets, aux formes variées, expriment l'incessant désir d'embrasser et d'expérimenter le vivant sous ses multiples faces... Sa vie est vouée à l’art vivant » comme il est écrit sur son site internet, et comme il nous l’a aussi déclaré en interview. OK.

Celui qui tombe, jusqu’au samedi 17 janvier, à la MC2

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 26 février 2021 Début février, le circassien et chorégraphe Yoann Bourgeois, codirecteur depuis 2016 du centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2), a été mis en cause dans une vidéo anonyme laissant entendre qu’il aurait pu plagier d’autres artistes. On a...
Vendredi 5 février 2021 L'équipe du Petit Bulletin est repartie à la rencontre des compagnies de théâtre et de danse pour recueillir leurs impressions sur la crise sanitaire et l'évolution de leur travail au quotidien. Cinq d'entre elles nous ont répondu pour témoigner de...
Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Lundi 10 juin 2019 On l’a écrit lors des précédentes éditions, on fait de même pour cette cinquième prévue samedi 15 et dimanche 16 juin aux alentours du Théâtre municipal de Grenoble et de la place Saint-André : les Grands Rassemblements pilotés par le Centre...
Lundi 11 juin 2018 Samedi 16 et dimanche 17 juin, le Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2) et ses partenaires investissent la Bifurk pour un week-end de spectacles, ateliers, concerts, rencontres & co qui donne très envie. Le nom de l’événement ?...
Mardi 23 mai 2017 Samedi 27 et dimanche 28 mai, le centre d’art le Magasin des horizons va accueillir la deuxième édition du Grand Rassemblement proposé par le Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2). Au programme : des spectacles, des performances,...
Mardi 13 décembre 2016 Mardi 20 et mercredi 21 décembre à la MC2, la danse (au sens large) sera à la fête grâce au Centre chorégraphique national de Grenoble dirigé depuis un an par Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois. Voilà qui donne très envie.
Jeudi 6 octobre 2016 « En trouvant super naze de mettre les gens dans des cases » chantait Vincent Delerm dans son morceau "Catégorie Bukowski". Ouais, on a des références au PB. Et on n’obéit pas forcément au chanteur en livrant une sélection on ne peut...
Mardi 23 février 2016 Alors qu’ils vont chacun présenter une pièce début mars dans l’agglo, on est partis à la rencontre de Yoann Bourgeois et Rachid Ouramdane, les tout nouveaux directeurs du Centre chorégraphique national de Grenoble qui succèdent ainsi à Jean-Claude...
Mardi 20 octobre 2015 Avec "Celui qui tombe", Yoann Bourgeois a imaginé un impressionnant et vertigineux spectacle sur le déséquilibre dans lequel l’être humain se retrouve tout petit face aux éléments. Un bijou du nouveau cirque créé la saison passée que la MC2 a la...
Vendredi 12 juin 2015 Il y aura beaucoup à voir et à entendre de septembre à juin sur les différentes scènes de ce temple grenoblois de la culture. On fait le point en trois parties.
Mardi 6 janvier 2015 Dans Du goudron et des plumes (vu à l’Hexagone en 2010), le circassien Mathurin Bolze plaçait ses acrobates sur un immense radeau flottant qui se balançait (...)
Jeudi 23 mai 2013 Pendant cette carte blanche à Alexandre Tharaud, le Grenoblois Yoann Bourgeois reprendra son très bel Art de la fugue, dans lequel le circassien croise (...)
Lundi 8 octobre 2012 Yoann Bourgeois est un artiste vertical : depuis qu’il a fondé sa compagnie en 2010, les créations qu’il dévoile sont élancées et légères. Avec seulement un (...)
Vendredi 6 janvier 2012 Encore Yoann Bourgeois, oui ! Après avoir dévoilé l’automne dernier son très attendu Art de la fugue, le circassien redonnera en mai à Eybens son spectacle (...)
Vendredi 28 octobre 2011 Un an après la naissance de sa compagnie, Yoann Bourgeois voit déjà l’une de ses créations produite par la MC2. Une preuve de plus de l’émulation qui entoure (...)
Lundi 12 septembre 2011 Et revoilà Yoann Bourgeois, le circassien que tout Grenoble s’arrache. Début novembre, il posera ses valises à la MC2 pour dévoiler son Art de la fugue. Soit (...)
Lundi 16 mai 2011 Mardi 24 et mercredi 25 mai à 21h, le circassien Yoann Bourgeois (l’une des nouvelles figures grenobloises les plus enthousiasmantes) et sa compagnie (...)
Jeudi 23 décembre 2010 Depuis la saison dernière, à l’intérieur de la plaquette thématisée de la MC2, est apparue une nouvelle catégorie : "les indisciplinés". Comprendre les artistes qui (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter