Comédies en vrac : le rire médecin au Ciné-Club

Comédie / On dit de l’humour qu’il est « la politesse du désespoir » ; il est aussi un formidable remontant autant qu’une incomparable récompense lorsque le moral a subi des effets yoyo. Parfait, donc, pour conclure cette saison du Ciné-Club. 

Soumise à de cruelles incertitudes durant toute l’année, l’équipe du Ciné-Club ne s’est pas laissé abattre : elle a fourbi un nouveau site Internet (à l’adresse tout de même plus intuitive www.cine-club-grenoble.fr) et concocté pour rasséréner les troupes ainsi que – surtout – son public une sélection de comédies ayant le bon goût d’explorer divers recoins de cet inépuisable registre. Au total, sept films révélant indirectement des parentés ou des cousinages, incitant à dévorer le programme dans sa totalité. Débutant le 26 avril sous les auspices des grands aînés avec Billy Wilder et son rare Kiss me Stupid (ondulante Kim Novak), le cycle ne peut qu’inciter à remonter sur les traces de son maître Ernst Lubitsch pour savourer un échantillon de ses pétillants chefs-d’œuvre, Haute Pègre (1932, le 10 mai).

Place aux (plus si) jeunes

La génération suivante, également héritière slapstick, fait une apparition remarquée dans Le Distrait de & avec Pierre Richard mais aussi les gazous-gazous de Maria Pacôme (1970, le 3 mai) ; également dans le désopilant Prends l’oseille et tire-toi de & avec Woody Allen, alors quasi débutant (1969, le 24 mai). La comédie décalée à la française ayant vu le jour à l’orée du siècle se taille la part du lion avec trois brillants représentants : le post-rohmérien Emmanuel Mouret pour sa fantaisie sentimentale Fais-moi plaisir ! (2009, le 17 mai) ; les grolando-punks-libertaires Kervern & Delépine pour Le Grand Soir (2012, le 31 mai) qui avait bien mis le dawa à Cannes en son temps ; last but not least, ce génie natif de Grenoble qu’est Antonin Peretjatko pour La Fille du 14 juillet (2013, le 7 juin), manifeste de son cinéma libre, inventif – mais cependant référentiel –, hilarant et sensuel. S’il ne devait y avoir qu’une séance à voir, ce serait celle-ci. Méditons pour conclure sur cet immortel aphorisme « C’est bon de rire parfois ; c’est bon de rire – ah ah ! » (les Nuls, qui figurent ainsi en contrebande dans cette rétrospective).

Cycle Comédies en vrac du 26 avril au 7 juin à 20h au cinéma Juliet-Berto, 5, 50€/7€/12€

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 21 septembre 2021 Retour aux activités pour le Ciné-Club de Grenoble, qui ouvre sa saison avec un cycle dédié au road movie, inauguré par deux projections au cinéma Juliet Berto. (...)
Lundi 13 mai 2019 Troisième édition déjà pour ce festival dédié au passionnant collectif d’art politique slovène Neue Slowenische Kunst. L’occasion d’explorer cette fois son intervention en 1995 à Sarajevo, en plein cœur d’une ville exsangue car assiégée depuis trois...
Mardi 20 septembre 2016 En plein centre-ville de Grenoble, place Saint-André, se cache le cinéma Juliet Berto. Une très belle salle occupée par la Cinémathèque, mais aussi par le Ciné-Club de Grenoble, association qui fêtera ses cinquante ans en 2017. On est allés...
Mardi 14 juin 2016 Comment faire rire ? Ce casse-tête d’un jour pour les candidats au bac de philo est le lot quotidien du réalisateur Antonin Peretjatko,  qui reçoit les félicitations du jury grâce à sa dernière copie – pardon, son nouveau film : "La Loi de...
Vendredi 7 juin 2013 Premier long-métrage d’Antonin Peretjatko, cette comédie qui tente de réunir l’esthétique des nanars et le souvenir nostalgique de la Nouvelle Vague sonne comme une impasse pour un cinéma d’auteur français gangrené par l’entre soi. Qui mérite, du...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X