Les secrets de La Licorne

Benjamin Mialot | Dimanche 18 mars 2012

Il y a une petite quinzaine de jours, les librairies La BD et La Petite Bulle recevaient, à l'occasion de la parution chez Drugstore du deuxième tome de la série 3 Souhaits, le dessinateur italien Paulo Martinello. Cette semaine, Expérience boucle en quelque sorte la boucle en accueillant le scénariste de ladite série, Mathieu Gabella. En quelque sorte, car ce n'est pas pour ce trépidant blockbuster inspiré des Contes des mille et une nuits qu'il fera le déplacement de son Rouen natal, mais pour La Licorne, dont le quatrième et dernier volet sort ces jours chez Delcourt. Qu'est-ce que La Licorne ? Un thriller historico-fantastique aussi imaginatif qu'alambiqué (on n'en attendait cependant pas moins d'un titre prenant pour cadre, grosse documentation à l'appui, une Renaissance bouleversée par les progrès de la médecine) et qui constitue rien de moins que son travail le plus fameux, dans tous les sens du terme. Anthony Jean, diplômé de la pépinière graphique Émile Cohl, n'est évidemment pas étranger à ce succès, lui dont le trait marie la rigueur de l'illustration encyclopédique et le punch des comic-books. La preuve : il sera lui aussi de la dédicace, programmée jeudi 22 mars à 17h30.
Benjamin Mialot

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Attention les vieux

SCENES | Oubliez tout ce que vous savez du cirque. Le chapiteau coloré, les fauves aux manières de gros chatons, les acrobates aux corps élastiques, les clowns attifés (...)

Benjamin Mialot | Lundi 4 février 2013

Attention les vieux

Oubliez tout ce que vous savez du cirque. Le chapiteau coloré, les fauves aux manières de gros chatons, les acrobates aux corps élastiques, les clowns attifés comme des figurants d'une publicité pour lessive, tout ça, c'est bon pour un samedi soir chez Patrick Sébastien. Quand Les Encombrants font leur cirque, comme ils le feront vendredi 8 février au Théâtre de Vénissieux, c'est sur une piste aux étoiles improvisée dans une décharge, avec la complicité d'une mante religieuse équilibriste, d'une famille de boîtes de sardines passée maître dans l'art du trapèze volant ou d'une carcasse de cheval à la voix de stentor, et le résultat est anti-spectaculaire au possible. Il faut dire que les encombrants en question, marionnettes à taille humaine manipulées avec une dextérité et un sens du burlesque sans pareils par les membres du Théâtre La Licorne, sont des vieillards un peu séniles sur les bords et très arthritiques au milieu. Un handicap qu'ils compensent par une fantaisie de tous les instants, faisant de cette mise à jour du Bestiaire forain, dans lequel la metteur en scène Claire Dancoisne multipliait déjà les visions poétiques à base d'animaux bricolés et d'ai

Continuer à lire

Le génie des grandeurs

CONNAITRE | Au printemps 2010, nous avons commis l'irréparable : nous avons jugé une bande-dessinée à sa couverture. En l'occurrence celle du premier tome de 3 Souhaits (...)

Benjamin Mialot | Vendredi 2 mars 2012

Le génie des grandeurs

Au printemps 2010, nous avons commis l'irréparable : nous avons jugé une bande-dessinée à sa couverture. En l'occurrence celle du premier tome de 3 Souhaits qui, avec son espèce de nizârite s'élevant en tapis volant d'une vertigineuse mégalopole orientale et son logo Drugstore (collection fourre-tout de Glénat, où l'érotisme chic de Milo Manara côtoie la lie de l'humour politique), fleurait bon le navet pour geek ensuqué. Genre adaptation déguisée de la calamiteuse transposition cinématographique de la série de jeux de plates-formes Prince of Persia. La parution du deuxième tome et la venue, le 8 mars à La BD puis le 11 mars à La Petite Bulle, de Paolo Martinello, dessinateur de la chose, nous donnent l'occasion de battre notre coulpe. Car au contraire de nombre de leurs contemporains, qui lancent des clins d’œil au jeu vidéo comme on met des petits coups de coude après une blague grasse, lui et son compère scénariste, Mathieu Gabella, font montre dans cette relecture musclée des Contes des mille et une nuits d'une franche passion pour l'auto-proclamé dixième art. Le scénario, malin et bien rythmé, et la mise en images, sublime de maniaquerie,

Continuer à lire