David Vann : l'être au père

Littérature | Le romancier américain David Vann vient à Lyon présenter son dernier roman, "Un poisson sur la lune". Un récit noir, sec, profond sur ce qui nous fait tenir, ou non, à la vie.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 2 avril 2019

Photo : © Diana Matar


À sa famille, dans un élan lyrique, Jim Vann raconte la légende d'un flétan transporté sur la lune par des astronautes de la NASA. En apesanteur et hors de l'eau, le gros poisson s'envole vers le néant dans une palpitation sans effort… « Ce n'était pas prévu qu'il survive. Il était juste voué à faire un seul vol magnifique, rien d'autre. C'est tout ce à quoi on est destinés, nous autres. Aucun de nous ne survit. On ne peut être, au mieux, que des expériences. »

Parmi ses auditeurs, il y a son fils David Vann, treize ans, qui quarante années plus tard reprend ce récit dans son propre roman autobiographique Un poisson sur la lune. Soit une métaphore de son père suicidaire, où l'on peut déceler la capacité du fils, devenu écrivain, à s'emparer d'un accès maniaque du paternel pour en faire une force d'écriture et une trace mémorielle de ses angoisses et désarrois juvéniles. Entre fiction et réalité, au fil de pages au style précis et abrupt, le livre de David Vann nous immerge littéralement dans la psyché maniaco-dépressive de son père : l'écriture y est tout à la fois une quête de sens, un baume pour les blessures d'enfant, une force qui s'appuie et s'entremêle à une autre force… Celle qui, parfois, émerge en sursaut de la plus profonde et bilieuse mélancolie.

La maladie de la vie

On savait l'œuvre de David Vann hantée par la figure du père, jusqu'à faire de cette figure, dans Sukkwan Island, un matériau sensible, un gaz toxique et culpabilisant qu'inhale peu à peu le fils : « observant l'ombre noire qui bougeait devant lui, il prit conscience que c'était précisément l'impression qu'il avait depuis trop longtemps ; que son père était une forme immatérielle et que s'il détournait le regard un instant, s'il l'oubliait ou ne marchait pas à sa vitesse, s'il n'avait pas la volonté de l'avoir là à ses côtés, alors son père disparaîtrait, comme si sa présence ne tenait qu'à la seule volonté de Roy. »

Dans son septième roman publié en France, David Vann rend ce père beaucoup plus concret, tant sur le plan physique que sur le plan psychique. Et, à travers lui, au-delà de lui, l'écrivain pousse jusqu'en leurs ultimes retranchements des questions valables pour chacun d'entre nous : qu'est-ce que ressent un corps, qu'est-ce qui le pousse à vivre ou à s'y refuser, comment se construit ou se consume un esprit, de quoi est faite l'étoffe de ce qui nous relie aux autres ?

David Vann, Un poisson sur la lune (Gallmeister)
À la librairie Passages le vendredi 5 avril à 19h


David Vann

Pour son roman "Un poisson sur la lune"
Librairie Passages 11 rue de Brest Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Quais du Polar : un festival de littératures noires

Polar | Né en bord de Saône, Quais du Polar s’offre une résurrection post-Covid de luxe en bord de Rhône et à l’air libre. Coups d’éclats, de soleil et lunettes noires à prévoir.

Vincent Raymond | Lundi 28 juin 2021

Quais du Polar : un festival de littératures noires

À quelque chose, malheur est bon : forcée de se décaler à l’aube de l’été pour éviter la parenthèse covidienne, cette 17e édition de Quais du Polar s’est adaptée, démultipliant les interactions avec la ville et l’air libre. Point de Grande Librairie dans le Palais de la Bourse cette année, mais une farandole d’étals s’étirant quai Sarrail en face, le long du Rhône, à la manière des bouquinistes — c’est ici que les autrices et auteurs viendront dédicacer. Pas d’espace jeunesse en intérieur non plus : à l’instar de Lyon BD, le Parc de la Tête d’Or est réquisitionné pour accueillir les auteurs et leur public sur la pelouse des Ébats. Mais ce n’est pas tout : le festival a aussi créé de nouveaux formats, en théorie éphémères (2022 verra en effet le retour du festival à son calendrier normal) de “reconquête” de l’espace public. En plus de la traditionnelle Grande Enquête signée Christelle Ravey, saluons notamment l’hommage

Continuer à lire

David Vann : « Les lois n'ont souvent pas de sens »

Quais du Polar | Révélé par le magistral et outre-sombre Sukkwan Island (Prix Médicis étranger 2010), David Vann revient avec Aquarium, roman apaisé d’une déchirure familiale recousue. Avant de faire escale à Quais du Polar dont il est un des invités de marque, rencontre avec ce géant de la littérature contemporaine.

Vincent Raymond | Mardi 28 mars 2017

David Vann : « Les lois n'ont souvent pas de sens »

Vous venez pour le seconde fois à Quais du Polar. Vous considérez-vous comme un auteur de roman noir ? David Vann : Je suis très heureux de revenir : c’est un grand festival. Bien que je ne considère pas que mes romans s'intègrent dans la “fiction criminelle” aux États-Unis ou au Royaume-Uni, je pense qu'il est possible qu'ils s'inscrivent dans une plus large conception française du roman noir. De la même manière, mes romans ne correspondent pas au nature writing aux États-Unis, alors qu’ils s'inscrivent dans la conception plus large qu’en a Gallmeister, mon éditeur français. Mes romans se concentrent sur le paysage reflétant la vie intérieure des personnages — et cette réflexion est généralement sombre. Je me suis inspiré de cinq suicides et d’un meurtre dans ma famille (ou ma famille élargie), mais aussi de la tragédie Medée. J'écris sur des personnages qui s'aiment, mais se détruisent ; des personnages qui agissent inconsciemment, hors de contrôle, qui brisent des tabous, souvent violemment. Comme je m’intéresse à ces moments où les

Continuer à lire

Nature Writing : La littérature des grands espaces

ECRANS | Aux racines du film d'Iñárritu se trouve un livre éponyme de Michael Punke, romançant l’épopée de Hugh Glass : l’histoire extraordinaire du trappeur de la (...)

Vincent Raymond | Mercredi 24 février 2016

Nature Writing : La littérature des grands espaces

Aux racines du film d'Iñárritu se trouve un livre éponyme de Michael Punke, romançant l’épopée de Hugh Glass : l’histoire extraordinaire du trappeur de la Rocky Mountain Fur Company, abandonné vivant en 1823 par ses compagnons pensant qu’il ne survivrait pas à ses blessures infligées par une ourse, est authentique. Elle appartient même à ces légendes fondatrices du continent nord-américain, circulant de bouche (édentée) de pionnier à oreille (déchiquetée) de maréchal-ferrant, colportées de péripatéticienne en tenancier de saloon. L’auteur évoque dans son ouvrage d’autres figures emblématiques de la conquête de l’Ouest — tel George Drouillard — ayant payé de leur vie leur soif de grands espaces, de fortune et d’aventures. Disposant de sources lacunaires, Punke reconnaît avoir laissé son inspiration galoper : sa trame se révèle d’une tonalité plus noire, moins mystique et complexe que celle développée dans le film. Iñárritu a ajouté la concurrence de pilleurs de peaux, brodé sur le passé familial du trappeur pour lui donner des motifs de vengeance supplémentaires dépassant sa seule personne. Et justifié les attaques indiennes par de sombres antécédents, pour le

Continuer à lire

Quais du polar ouvre les Vann

CONNAITRE | Encore auréolé du succès de sa dixième édition, Quais du polar passe la démultipliée, pavant de rencontres épisodiques le chemin qui nous sépare du printemps 2015. (...)

Benjamin Mialot | Mardi 16 septembre 2014

Quais du polar ouvre les Vann

Encore auréolé du succès de sa dixième édition, Quais du polar passe la démultipliée, pavant de rencontres épisodiques le chemin qui nous sépare du printemps 2015. Premier rendez-vous cette semaine avec David Vann, équivalent littéraire de ces songwriters esseulés qui chantent l'Amérique des grands espaces et des esprits à l'étroit. La musique de l'écorché texan Possessed by Paul James, notamment, ferait une bande son rêvée, ou plutôt cauchemardée, aux trois romans qui ont fait connaître ici ce natif de l'île Adak, un bout de toundra flottant au sud de l'Alaska qui disparaît régulièrement de la planisphère sous un brouillard à couper à la hache. Il y eut d'abord Sukkwan Island, l'histoire, infernale (ah ! le fameux coup de théâtre de la page 113), d'un père raté décidé à refaire sa vie à l'écart du monde, seul avec son fils. Puis Désolations, où l'obsession de Vann pour la folie se nichait cette fois tel le ver dans le fruit au sein d'un couple rendu à une nature tout sauf rédemptrice. Et enfin Impurs, troisième huis clos familial opposant, cette fois sous le soleil californien, un puceau à sa famille de femmes castratrices. Ce ne sont

Continuer à lire