Au hasard Balthazar

Balthazar

Le Kao

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Pour leur deuxième album, les Belges de Balthazar reviennent des "Rats" pleins les poches sur un navire qui prend magnifiquement l'eau. Où l'évidence tubesque des débuts laisse place à des mélodies coincées sous la botte acoustique, entre mélancolie débraillée et beauté détruite à la Léonard Cohen. Stéphane Duchêne

Il y a sur Rats, le deuxième album de Balthazar, un titre, The Man Who Owns the Place, qui ramène doucement à la mémoire le Leonard Cohen de Memories, en mode Plat Pays et débarrassé de ses afféteries spectoriennes, à vrai dire plus Gainsbourrien, période Melody Nelson.

Cela se voudrait sans relief, au sens premier du terme, sans soleil mais laissant tout de même entrevoir la lumière à travers le quartz de violons grinçants et des chœurs de micro-particules en suspension, juste assez pour qu'on ne puisse espérer en voir davantage.

Si on ajoute la voix à la traîne de Jinte Deprez, il y a de quoi vous foutre le bourdon en écoute prématurée de matins mal peignés.

Pas mieux sur le titre suivant, Lion's Mouth (Daniel), évocation à peine indirecte du prophète Daniel, un type tellement sympa que les lions de Darius ont refusé de le manger et qui évita la lapidation à une femme adultère, une certaine Suzanne qui pourrait presque être celle de Cohen si les deux avaient couché ensemble. Mais quand certains amours prennent un évangile à écrire, d'autres s'invoquent et se goûtent du bout des lèvres : «I did not want to write anything / I just wanted you to taste the ink / I'll shut the lion's mouth if you let me.

Beautiful Losers

Comment imaginer dès lors que tout ne se recoupe pas ? Parce que ce n'est pas le cas. La musique de Balthazar ne recoupe pas grand-chose – ils se refusent d'ailleurs quasiment à parler "influences" – ou alors au hasard de grands chemins désolés où, tel l'exilé fiscal, leur pop millionnaire se balade en guenilles pour ne pas éveiller les soupçons : guitare mal embouchée qui crisse sur la rythmique et ripe sur la mélodie, volonté de la jouer en sourdine quand on pourrait prétendre à l'emphase.

A l'inverse du Principe de Peter, qui veut qu'on réussisse à hauteur de son niveau d'incompétence, il y a des talents qui passent à côté d'une carrière parce qu'ils n'aiment pas se lever tôt ou parce qu'ils préfèrent regarder les nuages. C'est à ce genre cohenien de Beautiful Losers qu'appartiennent les Balthazar. Sauf qu'il n'est pas dit que, comme le Canadien – qui attendit tout de même d'approcher la quarantaine pour se dévoiler, ils n'aillent pas plus loin que tout le monde. Il suffit pour cela d'écouter, simple suggestion, l'ahurissant Any Suggestion et ses violons phénixiens tirés des cendres : tout commence au pas lourd d'une Babylone finissante pour s'achever sur l'espoir d'un envol vers tous les possibles.

Balthazar
Au Kao, mardi 19 mars

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 11 juin 2019 À rebours de l'éternelle fissuration de l'Europe politique, Europavox dévoile chaque année ce que le Vieux Continent a de mieux à offrir en terme de cohésion reposant sur la diversité musicale, entre têtes de liste installées et outsiders...
Mardi 19 janvier 2016 Après le succès de l'exceptionnel "Rats", l'expérience de la vie sur la route aurait marqué Balthazar au point qu'il en accouche de l'album "Thin Walls", récit plus ou moins circonstancié de la dite tournée que le groupe présente désormais... en...
Mardi 5 janvier 2016 Entre Polna, Neil Young, les Insus et même le retour du plus si jeune Jon Spencer (porté pâle au printemps), les aînés seront là en force en 2016. Mais la jeune garde veille et ne s'en laissera pas compter.
Mercredi 24 juin 2015 Après une édition 2014 riche en prises de risques, le festival phare de l'été lyonnais est revenu à ses fondamentaux bankable. On peut le déplorer. On peut, plus prosaïquement, se satisfaire de l'aubaine que constitue la venue d'artistes de haute...
Jeudi 25 octobre 2012 Qui a déjà vu le sketch d'anthologie de l'humoriste Yacine Belhousse, transfuge du Jamel Comedy Club, sur les Québécoises un peu trop bavardes pendant (...)
Jeudi 13 septembre 2012 À force, les salles lyonnaises sont un peu comme le PMU du coin de la rue, elles finissent par avoir des habitués. Ce qui en dit long sur la qualité de l'accueil de nos salles. Ou sur le fait que Lyon soit bel et bien réapparu sur la carte de France...
Mercredi 12 octobre 2011 Musique / Après les Melvins, c'est au tour d'un autre «groupe préféré» de Kurt Cobain de faire halte à l’Épicerie Moderne. Son nom : Chokebore, combo hawaïen auquel le rock indépendant nord-américain doit quelques unes de ses plus touchantes...
Lundi 12 septembre 2011 Une autre victime de l'éclipse Nirvana. En effet, Chokebore a beau avoir été régulièrement désigné par Kurt Cobain comme «son groupe préféré», on ne peut pas dire que (...)
Lundi 13 juillet 2009 Musique / Que ceux qui ont loupé Leonard Cohen l’année dernière aux Nuits de Fourvière se rassurent : l’émotion des retrouvailles se reproduira cet été à Vienne. Aurélien Martinez
Vendredi 27 juin 2008 Bonze juif, poète canadien, folkeux europhile et érotomane, épicurien accablé, Léonard Cohen, vénérable monsieur de la chanson mondiale est, à 74 ans, la tête d’affiche de l’édition 2008 des Nuits de Fourvière. Stéphane Duchêne
Vendredi 14 mars 2008 de Nic Balthazar (Belgique, 1h30) avec Greg Timmermans, Marijke Pinoy…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X