Mendelson - Mendelson

Sur Tout refaire, tiré de l’album Seuls au Sommet, Pascal Bouaziz chantait il y a dix ans : «Le noir c’est plus gai / Le noir c’est plus joli / Le noir empêche de voir le monde / Le monde que la lumière salit». Si l’on s’en tient à cette considération, alors Mendelson serait le plus "joli" album du monde. Car des trois disques qui le composent coule l’encre noire du côté obscur de l’existence humaine. Dès le premier titre, La Force quotidienne du Mal nous étreint et le groupe nous emmène toujours plus loin dans un voyage au cœur des ténèbres. A ceci près qu’ici les ténèbres n’empêchent aucunement de voir le monde, mais projettent sur lui un éblouissant soleil noir qui le révèle pour ce qu’il est.

Loin de «tout refaire», Bouaziz et Mendelson, obsédés par l’idée de ne pas se répéter, ont tout défait, tout cassé : les formats, les genres, la notion même de chanson dont il ne reste que l’échafaudage vacillant. Ils ont brûlé la terre pour fouler la cendre d’un prodigieux post-rock littéraire, quadrature du cercle d'un groupe qui semble arrivé au bout de La Route. Et comme du roman de McCarthy, on aimerait pouvoir dire que Mendelson est post-apocalyptique – c’est l’effet qui en ressort.

Mais il n’est que l’émétique, car étouffant, thésaurus d’un présent bien réel qu’on vit et qu’on ne saurait voir – entre cauchemar social (celui, terrible, de Ville Nouvelle), résignation antalgique (Il n’y a pas d’autre rêve, "tube" de l’album) et exorcisme trompe-la-mort (Le Jour où) – mais qu’il faudrait dire pour mieux respirer. Et Bouaziz de réinventer une manière de dire ses choses "péréciennes" : comme décuplée, sa propension au vertige textuel aspire comme un trou noir, jette des pavés dans la merde, éradique les mélodies – un, deux, trois accords, pas plus, écorchés, lancinants, grondants –, laisse le chant hors-champ, hors-sujet. Joue du silence comme de la seconde qui précède, ou suit, la catastrophe.

Du silence on dit que celui d’après Mozart est encore du Mozart. Un jour c’est sûr, on dira la même chose des silences de Mendelson. Parce que comme le noir, chez Mendelson, le silence aussi est éclairant.

Stéphane Duchêne

Mendelson (Ici d’Ailleurs)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 4 janvier 2022 Avec le grand retour des internationaux et un nombre invraisemblable de reports, le printemps 2022 déborde de concerts prometteurs et/ou attendus. Revue d'effectifs forcément très sélective et un peu subjective.
Mardi 19 mars 2019 Retour de Gontard, avec Gontard 2029, album concept à la forte résonance politique et portrait sans fard d'une ville en perdition, la sienne. Un disque co-produit avec le label Petrol Chips, présenté en live, au Kraspek Myzik, à l'occasion du...
Mardi 5 mars 2019 Toujours pas guéri d'une sociopathie hautement justifiée, Pascal Bouaziz, leader de Mendelson, remet avec son compère Jean-Michel Pirès, le couvert de Bruit Noir. Qui coupe une nouvelle fois le monde en tranches pour en faire l'autopsie radicale,...
Mercredi 24 février 2016 Le bruit blanc, ce son qui comporte toutes les fréquences du spectre émises aléatoirement avec la même énergie est une anomalie pour l'oreille. Il est aussi (...)
Jeudi 14 novembre 2013 Groupe à part dans le paysage rock français Mendelson est de retour après sept ans d’absence avec un triple album éponyme aussi étouffant que le syndrome du même nom, véritable coupe transversale saignante et bileuse de la société d’aujourd’hui. A...
Mercredi 12 septembre 2007 Personne ne le fera pour nous

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !