Caprice

Caprice
D'Emmanuel Mouret (Fr, 1h40) avec Virginie Efira, Anaïs Demoustier...

Après le virage dramatique raté d’"Une autre vie", Emmanuel Mouret revient à ce qu’il sait faire de mieux, le marivaudage comique autour de son éternel personnage d’amoureux indécis, pour une plaisante fantaisie avec une pointe d’amertume. Christophe Chabert

L’ingrédient typique d’une bonne comédie pourrait se résumer à cela : prenez un individu ordinaire, plutôt bien dans sa vie et dans sa peau, puis faites-lui traverser des épreuves dramatiques pour lui mais drôles pour le spectateur, avant de le ramener dans son environnement initial. Le discret culot dramaturgique de Caprice, le nouveau film d’Emmanuel Mouret, consiste à renverser ce schéma.

à lire aussi : Une autre vie

Au départ, Clément — Mouret lui-même, retrouvant avec délectation son registre d’amoureux indécis et maladroit — est un instituteur pas franchement en veine : divorcé et gérant tant bien que mal la garde alternée de son fils, il passe ses soirées seul au théâtre à admirer Alicia — Virginie Efira, une actrice hors de sa portée sociale. Le bonheur va lui tomber dessus sans prévenir : non seulement Alicia s’éprend de lui, mais il séduit sans le vouloir une autre fille, Caprice — Anaïs Demoustier, aussi charmante qu’envahissante.

Trop de bonheur

Le problème de Clément, c’est donc que tout va (trop) bien et ce soudain accès de félicité provoque en retour atermoiements et culpabilité. Mouret ne fait ici que retrouver ce qui a toujours été son territoire de prédilection : le marivaudage, où l’homme désire autant qu’il est désiré, sans savoir s’il doit écouter sa passion ou sa raison, la première provoquant une série d’actes manqués — Clément couche avec Caprice alors qu’il fait tout pour l’éviter — la seconde des lapsus qui confèrent une réelle saveur à des dialogues élégamment théâtraux. L’expérience loupée d’un film ouvertement mélodramatique — Une autre vie — semble avoir servi de leçon à Mouret : plus qu’une comédie douce-amère, Caprice est un drame gai où la légèreté de l’exécution distrait de la gravité des enjeux.

à lire aussi : L’Art d’aimer

Car l’amertume reste longtemps à l’orée du film, parquée dans un enclos étroitement surveillé dont on sait qu’à un moment où un autre, elle finira par s’extraire. Clément vit comme un poisson hors de son bocal, évoluant dans un monde — la bourgeoisie bohème d’Alicia, où il ne trouve jamais totalement sa place. À l’inverse, celui que lui propose la fantasque Caprice ressemble à ce que ce gentil fonctionnaire pouvait attendre de plus naturellement aventureux.

Le dernier acte, où Mouret s’essaie à nouveau au mélodrame n’est pas forcément ce qu’il réussit le mieux, mais c’est là où il exprime la vérité de son film, inversant à nouveau la donne, l’image édénique de bonheur retrouvé se heurtant à une mélancolie insidieuse qui en souligne la fragilité.

Caprice
De et avec Emmanuel Mouret (Fr, 1h40) avec Virgine Efira, Anaïs Demoustier…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 28 ao?t 2020 Virginie, Aristide et Erik sont flics au sein de la même brigade parisienne, enchaînant les heures et les missions, sacrifiant leur vie privée aux aléas de leur métier. Un soir, on leur confie une mission différente : convoyer un réfugié à...
Mardi 21 mai 2019 Une psy trouve dans la vie d’une patiente des échos à un passé douloureux, s’en nourrit avec avidité pour écrire un roman en franchissant les uns après les autres tous les interdits. Et si, plutôt que le Jarmusch, Sibyl était LE film de vampires en...
Lundi 14 janvier 2019 Alors qu’elle s’apprête à figurer dans le nouveau film de Paul Verhoeven, Benedetta — en sélection officielle lors du prochain festival de Cannes ? Le doute (...)
Mardi 27 novembre 2018 Le parcours d’un pompier parisien, de l’adrénaline de l’action à la douleur du renoncement après l’accident. Une histoire de phénix, né à nouveau par le feu qui faillit le consumer, marquant (déjà) la reconstruction d’un cinéaste parti de guingois...
Mercredi 14 septembre 2016 de Justine Triet (Fr, 1h36) avec Virginie Efira, Vincent Lacoste, Melvil Poupaud…
Mardi 24 mai 2016 Curieuse, cette propension des cinéastes étrangers à venir filmer des histoires pleines de névroses en France. Et à faire d’Isabelle Huppert l’interprète de cauchemars hantés par une sexualité aussi déviante que violente. Dommage que parfois, ça...
Mardi 19 avril 2016 Cinéaste aux inspirations éclectiques (mais à la réussite fluctuante), Christophe Honoré jette son dévolu sur deux classiques de la Comtesse de Ségur pour une surprenante adaptation, à destination des enfants autant que des adultes.
Mardi 12 janvier 2016 De Marion Vernoux (Fr, 1h35) avec Grégoire Ludig, Virginie Efira, Géraldine Nakache…
Mardi 21 avril 2015 Depuis Laissons Lucie Faire, son premier film, nous avons noué un dialogue fructueux et passionnant avec Emmanuel Mouret, et c’est un plaisir de le prolonger pour la sortie de Caprice. Propos recueillis par Christophe Chabert
Mardi 24 mars 2015 Entre vaudeville et étude des indécisions sentimentales, Jérôme Bonnell livre sa vision du triangle amoureux dans un film qui ne manque ni de charme, ni de sincérité, mais plutôt de rigueur dans sa mise en scène et son scénario. Christophe Chabert
Mardi 4 novembre 2014 De François Ozon (Fr, 1h47) avec Romain Duris, Anaïs Demoustier, Raphaël Personnaz…
Mardi 3 juin 2014 De Pascale Ferran (Fr, 2h07) avec Anaïs Demoustier, Josh Charles…
Mercredi 15 janvier 2014 D’Emmanuel Mouret (Fr, h35) avec JoeyStarr, Jasmine Trinca, Virginie Ledoyen…
Mardi 19 mars 2013 De et avec Patrick Ridremont (Belg, 1h41) avec Virginie Efira, François Berléand…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !