Fatima

Fatima
De Philippe Faucon (Fr, 1h19) avec Soria Zeroual, Zita Hanrot...

S’attachant depuis des années à décrire la vie dans les familles originaires comme lui du Maghreb, à aborder sans angélisme ni candeur les questions de ségrégation sociale, Philippe Faucon atteint avec "Fatima" un sommet. Et réalise un absolu de son cinéma.

La quarantaine, ne parlant pas français. Fatima élève seule ses deux filles. Et s’épuise en faisant des ménages pour subvenir à leurs besoins. Lorsqu’un accident la force à conserver la chambre, elle commence à consigner ses pensées en arabe ; à révéler tout ce qu’elle a porté en silence durant des années…

Au cinéma, aucune parole n’est censée demeurer cryptique, grâce au secours de cet interprète universel qu’est le sous-titrage. Quelle supériorité sur la vraie vie, où l’absence de langue commune peut faire croire mutuellement à deux savants qu’ils sont analphabètes ! En demeurant au plus près de cette "vraie vie", Fatima nous permet d’entendre des voix inaudibles — parce qu’elles n’osent pas parler ou parce que nous n’en maîtrisons pas l’idiome.

Exaltant les vertus cathartiques de l’écriture, sa fonction édificatrice dans l’estime de soi, Philippe Faucon n’omet pas d’évoquer la puissance du langage au quotidien. Il montre ainsi par quels biais sournois le microcosme quartier/famille tente d’empêcher les filles de Fatima de s’émanciper. En exerçant une violence psychologique insidieuse à travers des insinuations visant à déconsidérer l’honneur de l’aînée, Nesrine ; à humilier et exclure Fatima de la communauté, au motif jaunâtre qu’elle, a réussi — puisqu’elle a favorisé la réussite de ses filles. Nabil Ayouch avait déjà exposé dans Much Loved l’emprise ravageuse du qu’en-dira-t-on dans les cultures du Sud : lorsque son ombre menace les apparences, il n’y a plus de lien familial qui tienne — on abandonne la brebis désignée comme galeuse par la foule.

Il faut qu'on parle

Faucon démontre que l’éducation a donné à Nesrine, outre la force morale d’affronter les ragots, des arguments à opposer à son père lorsque s’engage entre eux une discussion sur la différence de traitement entre une fille et un garçon. Au fil de leur joute dialectique, la jeune femme renvoie calmement son père à ses archaïsmes, à ses a priori, à ses contradictions d’homme prétendument ouvert d’esprit. CQFD.

Posé, composé, resserré et cependant d’une incroyable densité, Fatima devrait être projeté à tous les réalisateurs estimant indispensable de se calquer sur certaines formes ou certains formats pour donner une coloration "sociale". Vous ne trouverez pas ici de plan-séquence interminable, de caméra à l’épaule épileptique ou d’image crasseuse. Le superflu a été écarté ; seule reste une quintessence de film, portée par des interprètes (professionnels ou non) tous intenses.

Fatima
De Philippe Faucon (Fr, 1h19) avec Soria Zerroual, Zita Hanrot, Kenza-Noah Aïche…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 5 janvier 2023 La 23e édition du festival vaudais du film court francophone se tiendra comme d’habitude aux Amphis, avec son florilège de rendez-vous scandant sa grosse semaine d’événements. Carte blanche en ouverture accordée à un réalisateur ayant décoché...
Jeudi 12 mai 2022 Figure de la solidarité à Lyon, Fatima Ait Abderrahim est l'une des fondatrices de Mamaraude, association au service des plus démunis et des sans-abris. Rencontre.
Mardi 2 octobre 2018 Chronique de l’existence d’un travailleur sénégalais entre sa famille restée au pays et son parcours en France, Amin marque le retour d’un Philippe Faucon comme “dardennisé“ après le triomphe de Fatima dans une tranche de vie élargie à l’entourage...
Mardi 5 avril 2016 Les rues que vous traversez, les quais que vous arpentez ont peut-être été les décors d’un film plus ou moins récent. Lyon, qui a vu naitre le cinéma en 1895, accueille de nombreux tournages.
Mardi 1 septembre 2015 Cette rentrée 2015 ressemble à une conjonction astronomique exceptionnelle : naines, géantes, à période orbitale longue ou courte, toutes les planètes de la galaxie cinéma s’alignent en quelques semaines sur les écrans. Sortez vos télescopes !...
Mercredi 14 janvier 2015 La première moitié du programme de Nuits Sonores 2015 est tombée, entraînant dans sa chute son lot d'impatiences et de surprises. Brace yourselves, habitants de la Confluence, spring is coming. Benjamin Mialot
Jeudi 9 février 2012 Cinéaste d’intervention à la fois empreint de réalisme et partisan d’une certaine austérité, Philippe Faucon trouve dans La Désintégration un sujet à sa mesure : (...)
Jeudi 6 mars 2008 de Philippe Faucon (Fr, 1h13) avec Sabrina Ben Abdallah, Ariane Jacquot…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X