Peinture Fraîche fait fusionner créativité et technologies

Street Art / Cette deuxième édition de Peinture Fraîche (co-organisé par Le Petit Bulletin) tient ses promesses : nouvelles technologies, profusion d’œuvres sur divers supports et parcours renouvelé sont au rendez-vous. Une visite inédite qui convoque la réalité augmentée et ravira les amateurs de street art.

Il en fallait du courage et de la volonté pour maintenir cette seconde édition du festival Peinture Fraîche. Malgré les quelques modifications et annulations occasionnées par la crise sanitaire, la grande célébration du street art a bien lieu jusqu’au 25 octobre. En tant que premier événement culturel d’envergure de cette rentrée, l’équipe a donné le ton dès les premières heures avec une inauguration masquée et distanciée en présence des partenaires, de la presse et des élus locaux.

Cette épreuve du feu a rassuré les organisateurs quant à la capacité de chacun à respecter les règles du nouveau monde : on ne se colle pas au voisin, on boit et on mange assis, on se désinfecte les mains à l’entrée et on ne porte pas le masque sous le nez mais bien au-dessus. Des règles peu réjouissantes, mais auxquelles le secteur culturel doit se plier s’il veut survivre. Une survie qui ne se fera pas sans le public qui se montre plutôt timide sur l’ensemble des manifestations culturelles. Alors, lorsqu’un événement se maintient il est important, voire militant de s’y rendre ! Au prix de 5€ la visite de deux heures — elle est gratuite pour les moins de 12 ans, ce soutien nécessaire s’avère accessible.

Double vision

Le tour de force opéré par cette édition réside dans sa capacité à convoquer les nouvelles technologies. Les fresques, photographies et installations des artistes PF Juin, Brusk, Bond Truluv, Aheneah, The Blind, Soda, Alber One, El Pez, Cart’1, Ben Eine, Adam Fujita, Astro, Mars Yahl et de 9e Concept sont soumises à une double lecture. Celle possible à l’œil nu et celle opérée grâce à son smartphone ou visioguide délivré par le festival. Parmi les animations les plus spectaculaires, l’on peut citer celle de Bond Truluv, artiste allemand qui repousse les frontières des possibilités qu’offre la technologie. L’animation de la fresque guignolesque de Brusk se fend d’un clin d’œil non dissimulé aux violences policières commises lors de diverses manifestations avec des balles de LBD fumantes sur le sol. Le Guignol graffeur montre du doigt l’ordre qu’il vient de mettre KO.

En convoquant la réalité augmentée, Peinture Fraîche permet aux artistes d’explorer de nouvelles possibilités créatives. Tandis que le public prend plaisir à user son smartphone pour une utilisation à caractère artistique, les éloignant quelques instants des notifications. La technologie et l’art se marient, et de cette union naît une capacité à s’émerveiller qui se raréfie.

Avec l’artiste argentin Spidertag, on met de côté la réalité augmentée au profit de la lumière et d’un nouveau type de fresque murale. Faite de câbles de néons flexibles, son intallation de 22 mètres sur 8 apporte une respiration lumineuse à cette exposition. Idem du côté de l’œuvre interactive d’Antonin Fourneau Water Light Graffiti qui donne l’occasion au public d’appréhender le pinceau d’une façon inédite en composant des messages et dessins éphémères sur un mur de LED qui s’illumine au contact du pinceau et de l’eau.

Récits de circonstance

La Halle Debourg se peuple de récits qui sont autant de miroirs à l’actualité. Le Bart Simpson du New-Yorkais Adam Fujita baisse son short, bombe à la main, sourire malicieux aux coins des lèvres et provoque l’Amérique qui se replie. L’artiste qui était venu peindre au mois de février ne pouvait imaginer que la crise Covid pousserait Trump à l’hosto quelques jours, donnant une raison supplémentaire à son Bart fluorescent de se marrer. L’étonnante installation de la Portugaise Aheneah en point de croix s’apprécie dans un temps suspendu, sur le fil d’une représentation de femme qui rêve d’un avenir meilleur pour ses sembables. Du côté du pochoiriste lyonnais By Dav’, le ton se veut toujours aussi incisif : un orang outan déguste tristement la pâte à tartiner coupable de la déforestation de son habitat, une famille regarde son avenir tapissé de bombes atomiques tandis que Trump, Poutine et Kim Jong-un portent des masques chirurgicaux comme des œillères. Plus loin, les installations en papier mâché et carton de Green surplombent la Halle traduisant l’espoir que le nouveau dogme écologique domine un jour nos quotidiens.

Là où l’édition précédente se révélait quasiment d’un bloc, la visite du second volet est morcelée en une multitude d’espaces et de recoins nous permettant de nous faufiler de façon intimiste dans l’univers des artistes exposés. L’installation de containers accueillant l’Artshow, autrement dit l’exposition d’œuvres sur divers supports, met en valeur la volonté de l’équipe de promouvoir les artistes urbains et leurs travaux d’atelier. Des travaux mis en vente dont les recettes encouragent la professionnalisation des artistes et la continuité de leur pratique. Les artistes locaux programmés l’an passé ont ainsi été invités à exposer à l’Artshow et à vendre leurs pièces comme Big Ben, Ememem ou Yandy Graffeur qui ont répondu à l’appel.

Au sein de ces blocs de métal, on s’arrête volontiers devant les dioramas du Grenoblois Okyel. Des décors miniatures de scènes urbaines (portes, devantures de magasins, cabines téléphoniques taguées) qui va à contre courant de la course au gigantisme que connaît actuellement le street art. Ou devant les photographies de Mars Yahl qui s’est imposé comme contrainte la reproduction de peintures classiques en y substituant les éléments originaux par des graffeurs et leur arsenal de bombes, de canettes entamées et de masques de protection de chantier. Tout comme les peintures, la photographie s’apprécie en réalité augmentée avec cette révision de La Cène de De Vinci. Une ode à l’amitié entre graffeurs ainsi qu’à la convivialité et à la fête dont nous sommes tristement privés.

Peinture Fraîche
À la Halle Debourg jusqu'au dimanche 25 octobre ; 5€

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 6 octobre 2021 La troisième mouture du festival Peinture Fraîche marque à la fois une transition et un retour de la vie culturelle. Un festival qui s’inscrit dans l’air du temps : zoom sur les innovations amenées par le directeur artistique, Cart'1.
Mardi 29 juin 2021 Peinture Fraîche sera de retour à la Halle Debourg du 1er au 31 octobre 2021, pour une troisième édition sous le signe des nouvelles technologies, de l’écologie, des regards féminins et de l’abstraction. Les premiers noms viennent d’être dévoilés.
Mardi 10 novembre 2020 Scientifique le jour, street artiste la nuit, Lasco peint le passé sur les murs du présent. Inspiré par l’art pariétal du Paléolithique, il sort de la grotte les trésors d’il y a des milliers d’années pour les emmener dans la...
Jeudi 8 octobre 2020 Reconversion, réflexion, cuisson et le tout avec raison : Guillaume Wohlbang et Juliette Plailly fondent le traiteur d'aujourd'hui, zéro déchet et circuit court, avec les Dames de la Cantine. Jusqu'au 25 octobre à Peinture Fraîche.
Jeudi 8 octobre 2020 Il est hypersensible, intuitif, utopiste (mais les pieds sur terre), indigné par les injustices, en colère. Son remède ? Dessiner, traiter de sujets graves en s’amusant (ou l’inverse) et délivrer un message de solidarité. Portrait.
Mardi 7 juillet 2020 Le festival de street art Zoo Art Show revient pour une troisième édition et aura lieu dans un bâtiment dessiné par Tony Garnier, l’ancien siège de Panzani. Un axe semble se dessiner, celui de l’immersion par le spectacle vivant. Décryptage d’une...
Jeudi 12 mars 2020 Les annulations et reports s'accumulent dans presque toutes les structures de la métropole, impactant durement tout un écosystème déjà fragile. Voici ce qui nous a été communiqué. Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure. (dernière mise à...
Mardi 18 février 2020 Peinture Fraîche a dévoilé sa programmation et son ambition de métamorphoser la Halle Debourg sous l’impulsion des nouvelles technologies. Un parti pris qui installe Lyon à l’avant-garde du street art.
Mardi 11 février 2020 La programmation du festival de street art Peinture Fraîche sera annoncée le mardi 18 février. Mais un premier nom se dévoile déja, et il va provoquer l'impatience de tous les amateurs de graffiti oldschool et de graphisme : 123klan.
Mardi 8 octobre 2019 Le président de la Métropole David Kimelfeld a décidé de faire de l'urbanisme transitoire un axe fort de la fin de son mandat comme de sa campagne électorale à venir, lançant des projets visant Fagor-Brandt, la Halle Debourg ou les Halles Sernam à...
Mardi 24 septembre 2019 Le festival de street art Peinture Fraîche continue de retentir dans la ville avec notamment l'ouverture d'une boutique éphémère (au 25 rue Burdeau jusqu'au (...)
Vendredi 26 avril 2019 Véritables artistes visuels, Kid Kreol & Boogie travaillent ensemble depuis onze ans à la création d’un imaginaire longtemps annexé par les dominants. L’histoire douloureuse de l’île de La Réunion se mue en des éclats poétiques où les voyages, les...
Mardi 8 janvier 2019 Art vivant par excellence, le street art a conquis les murs des galeries mais ne s’arrête pas là : des festivals s'implantent et des liens se tissent avec d’autres disciplines.
Mardi 11 septembre 2018 Le pôle événémentiel du Petit Bulletin est fier de vous présenter son nouveau projet monté en collaboration étroite avec le directeur artistique Cart'1 et l'association Troi3 : Peinture Fraîche, un festival international de street art qui se...
Mercredi 14 novembre 2007 Expo / Les cinq jeunes peintres finalistes du Prix Jean Chevalier 2007 sont exposés dans les tout nouveaux locaux de la Galerie Houg. Cinq peintres en (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !