Franck-Emmanuel Comte : « On imagine une programmation plus festive pour la Chapelle de la Trinité »

Renouvellement / Fondateur et chef du Concert de l'Hostel Dieu, formation baroque lyonnaise qui joue depuis déjà 32 ans en France et 10 ans à l'international, Franck-Emmanuel Comte et son ensemble ont été désignés pour reprendre la Chapelle de la Trinité, après 24 ans sous l'égide des Grands concerts.

Quelles sont les inspirations artistiques et musicales qui ont influencé votre parcours ?

Je suis un pur produit du conservatoire, je viens du classique. J'ai rencontré le baroque un peu avant l'âge de 20 ans. Le son des instruments anciens m'a instantanément fasciné, comme si toute ma vie j'avais regardé la télé en noir et blanc et que là, j'avais rencontré la couleur. Toutes ces harmoniques aiguës, ces imperfections m'ont attrapé. Aussi, l'engagement des interprètes de musique baroque, passionnés, m'a captivé.

à lire aussi : Chapelle de la Trinité : l'historique appel à manifestation d'intérêt

Je reste cependant un « touche-à-tout », on me l'a d'ailleurs souvent reproché. Au CNSM de Lyon, j'étais en composition. J'ai écrit des musiques de film, de scènes pour le théâtre, dans un esprit très contemporain. Je m'inspire aussi beaucoup de l'opéra. Tout cela a rejailli sur le répertoire du concert de l'Hostel Dieu, qui exprime cette interdisciplinarité. D'ailleurs, dès qu'on a pu collaborer avec l'Opéra de Lyon, le théâtre des Célestins, la Fête des lumières, on l'a fait.

Comment envisagez-vous de programmer à la Chapelle de la Trinité ?

On a collaboré avec les Grands concerts pendant de nombreuses années, et on en a ressorti plein de positif. Cependant, on imagine un baroque qui "déborde" un peu plus, en travaillant des passerelles artistiques vers plus de diversité, de métissage artistique.

à lire aussi : Le concert de l'Hostel Dieu reprend la Chapelle de la Trinité

Nous souhaitons ouvrir les potentialités scéniques du lieu pour toucher un public plus divers. Ce qui pose la question de la forme concertante elle-même : on imagine un travail avec de la danse, ou des arts visuels, du théâtre. Pourquoi pas des musiciens qui se détachent de la partition, qui peuvent se mouvoir dans l'espace. Est-ce qu'on n'envisagerait pas de pouvoir mettre la scène au milieu, et de mettre des gradins autour ? Le baroque est aussi un art visuel, ce serait super d'avoir une plus grande proximité avec les musiciens, comme au théâtre italien. 

On envisage aussi d'explorer de nouveaux formats et horaires, avec, comme dans la pop, des premières et des secondes parties. On imagine aussi des week-ends un peu festifs, des brunchs baroques, des concerts ''expresso'' le vendredi midi, en mode ''concerts sandwich'',   mais aussi des formats courts, avec une rue qui sera bientôt piétonnière. Pourquoi ne pas programmer de l'électro, de la pop, de la danse hip-hop ? L'an dernier le Concert de l'Hostel Dieu a joué au Transbordeur, on peut aussi aller dans l'autre sens. 

On veut recréer des temps d'échanges, avant et après les événements. Pourquoi ne pas ouvrir une buvette dans cette chapelle ? Il faut évidemment qu'on concerte tous nos partenaires, et notamment l'école qui jouxte le bâtiment ; mais cela fait partie de nos pistes de réflexion. On réfléchit à toutes formes de positionnement, qui pourraient nous permettre d'ouvrir un peu plus grand les portes de la Chapelle de la Trinité. 

à lire aussi : La grâce baroque de Jean-Christophe Spinosi à la Chapelle de la Trinité

Dans quelle temporalité imaginez-vous instaurer ces changements ?

On a trois mois pour lister le champs des possibles. Ensuite, à partir de septembre, la première saison « starter » va essuyer les plâtres d'une programmation qu'on a dû réaliser un peu précipitamment et on va entamer notre cheminement. On veut quand-même montrer rapidement des choses qui sont dans notre ADN, pour tester la réception du public. On imagine une saison avec des micro événements, des festivals, sans oublier de programmer des concerts pour les amateurs de musique baroque habitués du lieu, qui sont au cœur de nos préoccupations.

En gérant un lieu comme celui-ci, les tournées internationales qui ont fait la renommée du Concert de l'Hostel Dieu vont-elles se raréfier ?

Je ne serai pas directeur de la Chapelle de la Trinité, je garde mon rôle de chef et d'artiste, même si je ferai moins de tournées. Notre ensemble ne fera pas plus de 15% de la programmation de la Chapelle de la Trinité. Le reste, ce sera d'autres ensembles, d'autres artistes. On s'appuiera donc sur tout l'écosystème de la musique baroque lyonnais.

Côté gestion et programmation, on pense en ce moment-même l'organigramme des directions exécutives du lieu. Pourquoi pas doubler nos équipes, accueillir d'autres talents. On pense aussi la partie coproductions et privatisations, on réfléchit à comment la traiter. 

Avez-vous déjà une idée claire du modèle économique qui sera celui de la Chapelle de la Trinité ? Envisagez-vous de garder des privatisations comme Candlelight ? 

Candlelight est un point au sujet duquel nous dialoguons beaucoup avec la Ville de Lyon et la Métropole. On n'y est pas opposés mais je m'interroge sur la viabilité dans le temps de ce type de concept, on ne sait pas si cela marchera dans trois ans. Ce qui est sûr, c'est qu'on ne va pas jeter tout ce qui existait avant notre arrivée, nous allons marquer des transitions, avec le souci de trouver un modèle économique assez vite, en phase de démarrage. 

On n'oublie pas l'autre brique incontournable d'un modèle économique pérenne : les mécènes. Le Concert de l'Hostel Dieu était déjà accompagné par un certain nombre d'entreprises qui aimeront sans doute nous suivre, mais on ne sait pas jusqu'où, dans quelles proportions, donc on en démarche d'autres.

La Métropole s'est engagée à nous aider, la Ville aussi. Il y a un énorme effort à faire sur l'équipement technique, les Grands concerts ont annoncé partir avec leur matériel, mais on ne sait pas ce que cela représente. Il faut donc qu'on fasse l'état des lieux, qu'on réceptionne des préconisations et qu'on fasse les achats qui s'imposent.

Le modèle économique des Grands concerts était parfait. Nous, on va apporter autre chose, qui s'appuie sur notre agilité à exister ici et ailleurs. Depuis des années, on a dû trouver des moyens de se produire partout, des solutions complexes, lourdes administrativement, mais dans lesquelles nous sommes passés experts. Je suis sûr que cela nous sera très utile pour cette nouvelle aventure qui s'annonce.

Le Petit Bulletin a suivi avec attention l'appel à manifestation d'intérêt de la Chapelle de la Trinité. Découvrez notre suivi et nos décryptages :
- Chapelle de la Trinité : l'historique appel à manifestation d'intérêt
- Le concert de l'Hostel Dieu reprend la Chapelle de la Trinité

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Mardi 17 octobre 2023 Nicolas Piccato a quitté à la rentrée ses fonctions de directeur de Lyon BD, à sa demande. Arrivé en 2021 en remplacement du fondateur Mathieu Diez, parti au (...)
Jeudi 17 août 2023 [mise à jour mercredi 23 août 2023] Déjà interdit à Paris, Montpellier et Toulouse ces derniers jours, le spectacle de Dieudonné a été interdit à Lyon, amis s'est tenu dans un champs privé à Décines, et est interdit à Grenoble une semaine plus tard....
Vendredi 19 août 2022 Les élus et élues du 2e appel à candidature pour la direction du NTH8 sont connus. 14 candidats se sont manifestés à la date-butoir du 10 juin. Cinq d’entre eux seront auditionnés en octobre. Voici lesquels.
Mardi 26 avril 2022 Weavers, association villeurbannaise qui a pour ADN l’inclusion des personnes exilées, utilise les leviers d’intégration économique et sociale afin de faciliter leur recrutement. Le but : créer des liens sociaux pour les inscrire dans...
Mardi 12 avril 2022 ADOS est une association qui prône des valeurs d’inclusion et d’égalité des chances. Un lieu ressource à destination des jeunes collégiens, lycéens et de leur famille. Objectif : les accompagner au mieux dans leur scolarité.
Mardi 29 mars 2022 L’association parisienne Le Recho inaugurait, début mars à Lyon, la première étape de son Itinéraire Solidaire : un projet itinérant réunissant habitantes et habitants de plusieurs villes de France et personnes exilées, autour de la cuisine....
Mardi 1 mars 2022 Le préavis de grève aux Célestins, lancé il y a une semaine pour la journée du 1er mars, a été levé lundi 28 février. "La Mouette" de Cyril Teste et "La Ligne solaire" se joueront bien dès les mercredi 2 et jeudi 3 mars, aux dates prévues cette...
Mardi 1 mars 2022 Au Marché Gare, les travaux s'approchent de leur terme prévu en mai, avant le passage de la commission de sécurité, en juin pour une réouverture de la SMAC en septembre, avec l'inauguration suivie des premiers concerts, pour...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X