Dragons

ECRANS | De Dean DeBlois et Chris Sanders (ÉU, 1h38) animation

Dorotée Aznar | Vendredi 26 mars 2010

N'en déplaise aux fans de Shrek dont il a fait le succès, le studio Dreamworks a fait mal au cinéma d'animation depuis dix ans. Trop de démystification, de vulgarité, de connivence à renfort de second degré, bref l'antithèse de Pixar où règnent classicisme et bon goût. Sans sortir entièrement du tunnel, Dragons sauve enfin l'honneur du studio dont l'esthétique et le ton définissent l'identité des films. On ne change pas les mauvaises habitudes : ironie, jeunisme, coolitude et modernisme putassier répondent toujours présents. Mais ce récit d'amitié entre un jeune viking et son dragon révèle de beaux moments d'initiation et d'apprivoisement. Quelques jolies scènes d'ivresse aussi, en action et en vol, lors d'ascensions vertigineuses menant à la contemplation de paysages soignés, comme l'ensemble du film. Bien sûr, les références inavouées à «Pokémon» font sourire en coin. Les tentatives de greffe avec le preteen movie (l'adolescent viking marginal rêvant de s'intégrer à sa communauté est la honte de son père, chasseur de dragons aguerri) sont parfois forcées par un scénario balisé. En dépit de ses faiblesses, Dragons trouve un réel souffle de mise en scène et sait faire exister son personnage. Ce n'est pas le Pérou, mais Dreamworks tient son chef d'œuvre.

Jérôme Dittmar

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Loup y es-tu ? : "L'Appel de la forêt"

Aventure | La destinée de Buck, bon gros chien arraché à sa famille du sud des États-Unis pour être revendu au Yukon en pleine fièvre de l'or ; son parcours de maître en maître et son éveil à son instinct primitif, jusqu'à ce que le loup en lui parvienne enfin à s'exprimer à nouveau…

Vincent Raymond | Mardi 18 février 2020

Loup y es-tu ? :

À l’instar de Joseph Conrad, Jack London “vécut“ avant d’écrire (même s’il sut marier les deux de concert) et donc écrivit sur l’aventure en connaissance de cause. Ce n’est sans doute pas un hasard si ses romans d’apprentissage rencontrent encore aujourd’hui un succès inentamé par-delà les générations et au-delà des transpositions — en témoigne la récente variation sur Martin Eden signée par Pietro Marcello. Plus remarquable encore est le fait que le roman d’apprentissage d’un non-humain, un chien, touche autant nos congénères ; d’autant qu’à rebours de son époque exaltant l’industrialisation triomphante, London y exaltait des valeurs quasi rousseauistes de retour à la nature ! Par un des étranges renversements auxquels l’Histoire nous a habitués, les notions de recherche ou de préservation de l’étincelle de sauvagerie innée sont au cœur des préoccupations contemporaines : à l’asservissement et la standardisation urbaine jadis célébrés, on préfère désormais l’authentique et la nature. L’Appel de

Continuer à lire

La flamme de sa vie : "Dragons 3 : Le monde caché"

Animation | De Dean DeBlois (É-U, 1h34) avec les voix (v.o.) de Jay Baruchel, America Ferrara, F. Murray Abraham, Cate Blanchett…

Vincent Raymond | Mardi 5 février 2019

La flamme de sa vie :

Mâle alpha et donc roi des dragons, Krokmou n’est plus tout à fait le seul survivant de son espèce : une femelle Furie Éclair existe et elle est entre les mains de Grimmel, un féroce exterminateur de dragons. Harold et Astrid vont devoir faire feu de tout bois pour le sauver, ainsi que leur village… Cela devait arriver. Non pas qu’un troisième volet de la franchise méga-rentable voie le jour, mais que Krokmou fasse des petits. Encore faut-il qu’il déclare au préalable sa flamme à sa dulcinée, ce qui donne lieu à une réjouissante parade où l’animal, mélange indéfinissable de félin et de saurien, balance entre le grotesque et le touchant de l’ado faisant sa cour. Harold et Astrid en étant au même stade (avec des roucoulades moins dandinantes, il est vrai), cet opus printanier exhale une fragrance saison des amours, soutenue par la thématique secondaire du film : la question du détachement, doublement métaphorisée. Car si les appariements entre jeunes entraînent le départ du nid familial, la découverte d’un nouveau monde perdu où les dragons peuvent vivre en paix implique la fin de

Continuer à lire