Que Viva Eisenstein!

ECRANS | Eisenstein fait son coming out au Mexique dans une farce queer et lassante de Peter Greenaway.

Christophe Chabert | Mardi 7 juillet 2015

Continuant à honorer les génies artistiques, Greenaway s'attaque à Eisenstein après Rembrandt et Goltzius ; et, toujours dans une logique où sa forme à lui se calquerait sur leur forme à eux, il se lance ici dans un pastiche du style Eisenstein, avec effets de montage et même quelques plans (libres de droits) piqués directement au maître, incarné à l'écran par un Elmer Bäck complètement halluciné.

Contre toute attente, l'introduction du film est ce que Greenaway a fait de plus plaisant depuis longtemps ; la visite d'Eisenstein au Mexique où il se pavane et pérore en grand maître cinématographique de la Révolution russe avant d'y tourner un de ses chefs-d'œuvre (Que viva Mexico!) se transforme en grande farce bouffonne et scato. Il faut voir Eisenstein parler à sa bite sous la douche ou, ivre, vomir et chier en même temps dans les égouts pour comprendre que Greenaway ne prend pas son héros du tout au sérieux.

En revanche, quand le film dévoile son vrai sujet — le coming out d'Eisenstein au contact d'un diplomate mexicain qui le déflore longuement avant de lui enfoncer un drapeau rouge dans l'anus — Greenaway retombe dans ses vieux travers : bavardages verbeux et mise en scène théâtrale qui use et abuse de la frontalité. La vulgarité remplace la trivialité, les artifices cinématographiques finissent par lasser, le film patine autant que le tournage de Que Viva Mexico! et le cinéaste semble manifestement ravi d'exposer au grand jour son côté queer, même mal caché derrière la figure d'Eisenstein.

Sortie le 8 juillet


Que viva Eisenstein !

De Peter Greenaway (PB-Mex-Fin-Bel, 1h45) avec Elmer Bäck, Luis Alberti...

De Peter Greenaway (PB-Mex-Fin-Bel, 1h45) avec Elmer Bäck, Luis Alberti...

voir la fiche du film


En 1931, fraîchement éconduit par Hollywood et sommé de rentrer en URSS, le cinéaste Sergueï Eisenstein se rend à Guanajuato, au Mexique, pour y tourner son nouveau film, Que Viva Mexico ! Eisenstein vit à Guanajuato dix jours passionnés qui vont contribuer à façonner le reste de sa carrière.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Berlinale 2015, jour 7. Les revenants.

ECRANS | « Life » d’Anton Corbijn. « Eisenstein in Guanajuato » de Peter Greenaway. « Gone with the bullets » de Jiang Wen. « Ned Rifle » d’Hal Hartley.

Christophe Chabert | Jeudi 12 février 2015

Berlinale 2015, jour 7. Les revenants.

Ce septième jour à la Berlinale a été marqué par le retour de quelques cinéastes qui ont connu leur heure de gloire à une époque déjà lointaine. Mais, surprise, ce ne sont pas ceux que la compétition berlinoise a consacré qui ont le plus brillé, et c’est en définitive d’un outsider surgi du Panorama qu’a eu lieu la plus belle renaissance. Life, un Corbijn dévitalisé Mais avant de parler de ces revenants, attardons-nous sur un des films qu’on attendait le plus au festival cette année : Life, quatrième long d’Anton Corbijn avec le désormais incontournable Robert Pattinson. C’est une déception, laissant penser que le cinéaste ne fera sans doute jamais mieux que son premier opus, le magnifique Control. Pourtant, il y avait dans le sujet quelque chose qui semblait taillé sur mesure pour Corbijn. En 1955, un jeune photographe ambitieux, Robert Stock, tombe par hasard dans une fête à LA sur le jeune James Dean, qui vient de tourner À l’est d’Eden et postule pour le rôle principal de La Fureur de vivre. Pattins

Continuer à lire