Costa-Gavras : « Il faut aller à l'utopie ! »

Entretien | Toujours dans le mouvement, Costa-Gavras prépare un film d’après Conversations entre adultes de Yánis Varoufákis, s’apprête à sortir ses souvenirs et présente la suite de son intégrale en DVD. Entretien exclusif avec un indispensable humaniste.

Vincent Raymond | Mardi 23 janvier 2018

Photo : © DR


Quel regard porte-t-on sur ses propres films au moment de leur restauration ?
Costa-Gavras
: On ne voit pas vraiment les films dans la continuité, on les passe morceau par morceau pour faire ceci ou cela car les couleurs et les sons ont changé. Et on avance… Parfois on décide de les voir, mais ce n'est pas facile d'avoir passé deux jours à les regarder morceau par morceau et de les voir entièrement. Quand même, le retour en arrière est intéressant : on a incontestablement une nouvelle vision d'un film sur ce qu'on a fait par rapport à la technique, aux acteurs. Surtout lorsqu'on ne l'a pas touché depuis des années.

A posteriori, voyez-vous une continuité se dessiner à travers vos œuvres ?
Comme je n'ai jamais eu de programme, je ne vois pas de continuité — et je n'en cherche pas. La seule continuité, c'est que ce sont des sujets qui m'ont intéressé au moment où ils ont été tourné. Des situations qui me touchaient profondément. J'ajoute qu'il y a des choses qui m'ont touché, mais que je n'ai pas eu les moyens de faire en film.

Votre projet d'adapter La Mort est métier de Robert Merle en fait partie…
Absolument. Je l'ai présenté aux Américains, qui ne connaissaient pas le livre de Robert Merle, malgré la traduction. L'un des vice-présidents de Universal m'a dit que ça ferait un film formidable (c'est la montée du fascisme, avec un jeune type avec des qualités d'organisation qui finit par être un monstre) que personne ne voudrait voir en Amérique, car il faut un happy end. Plus tard, j'en ai parlé à Claude Berri qui m'a dit la même chose, donc c'est un problème de cinéma.

Le spectateur ne peut pas être matraqué pendant deux heures par un personnage de monstre total ; il en sort désespéré.

Un livre, c'est différent : on s'arrête, on reprend, on réfléchit, on va déjeuner, on revient… Un film, c'est deux heures que l'on vit dans un univers.

Cette seconde partie de votre œuvre traite de la résurgence des extrémismes (La Main droite du diable, 1988), du deuil des idéologies (La Petite Apocalypse, 1992), de la crise économique, de l'accroissement des inégalités… Comme si vous aviez anticipé les nouveaux totalitarismes du XXIe siècle…
On les voyait venir. Dans notre société, les idées et les choses n'arrivent pas du jour au lendemain : elles s'annoncent, entrent, se développent ou se meurent parce qu'elles ne trouvent pas prise sur les Hommes. Aujourd'hui, on est dans une sorte d'individualisme épouvantable, et il y a comme un trop-plein : les gens commencent à revenir en arrière. Cette espèce de religion de l'argent, le fait de préférer les biens à la qualité de la vie, j'ai essayé de le raconter dans Conseil de famille (1986). Le capitalisme du Couperet (2005), du Capital (2012) est là, partout ; on commence à réagir dans l'autre sens…

Entre les films, un metteur en scène a le temps ; il lit, il observe, il voit ce qui se passe. C'est un grand avantage que d'autres individus n'ont pas, qui travaillent tous les jours. En ce qui me concerne, nous avons avec ma femme Michèle organisé la vie de telle manière à ce que je puisse faire ce que j'ai envie de faire ; qu'on n'ait pas l'obligation de faire des films alimentaires.

Quel totalitarisme vous inquiète le plus aujourd'hui ?
Mais qu'est-ce que le totalitarisme, finalement ? Le pouvoir dans son excès. On a tous du pouvoir et, à un moment, quelques-uns outrepassent un pouvoir acceptable dans la société pour des raisons personnelles, idéologiques.

Nous souffrons d'un autre problème qui me préoccupe depuis quelque temps : le pouvoir européen n'en est pas un. Il est devenu un pouvoir bureaucratique, orienté uniquement vers l'économie, qui est devenu la plus importante dans notre société.

À moins qu'elle ne change, nous sommes dans la catastrophe européenne.

Pourriez-vous consacrer un film à l'emprise du numérique ?

Le numérique, c'est lié à l'économie. Le numérique est aux mains de grosses sociétés américaines qui n'ont comme objectif que les gains. Il y a une possibilité formidable avec le numérique de promouvoir la culture, l'éducation… L'Europe pourrait être le centre de tout cela ; elle ne l'est pas pour le moment.

Netflix peut détruire le cinéma complètement. Les Américains parlent de l'entertainment industry — or ce n'est pas qu'une industrie : comme Malraux le disait, c'est de la culture.

Et le numérique est lié à toujours plus de bénéfices. Il y a un livre qui m'a touché, c'est Le Capitalisme total de Jean Peyrelevade, qui n'est pas un homme de gauche, et qui dit des choses terrifiantes. Nous sommes toujours en plein dedans.

Dans ce coffret, un film “manque” : Mon Colonel (2006) de Laurent Herbiet, dont vous êtes “seulement” coscénariste, et qui traite de la guerre d'Algérie…
(sourire) Un jeune homme est arrivé avec un sujet qui partait dans tous les sens. Parce qu'on avait de très bonnes relations avec l'Algérie, il a voulu voir si on pouvait l'aider. Ce n'était pas un film, mais je lui ai proposé avec mon collègue Jean-Claude Grumberg d'essayer de l'organiser en scénario, parce que c'était une histoire formidable : toute l'histoire de l'Algérie.

Le film a été fait, mais pas par moi : c'était l'histoire de quelqu'un d'autre, je ne pouvais pas la lui piquer. Et sans vouloir le critiquer, je pense qu'il était plus passionné à l'idée de faire un film que par le sujet. Une passion de film, c'est l'histoire elle-même, les personnages, comment on rentre dedans, comment on devient chacun des personnages — le metteur en scène doit devenir chacun des personnages. Les comprendre, les jouer intérieurement et les faire jouer par quelqu'un d'autre. Il n'a pas eu ça. Malheureusement, le film n'a pas eu l'impact, la force qu'il fallait pour ce sujet. Un film, c'est très délicat, ça dépend de tellement de choses… Le choix des acteurs, comment on place sa caméra. Ça ne s'apprend pas, ça vient de l'intérieur.

La société française était-elle alors prête à affronter ce passé ?
Le problème algérien pour les Français est très difficile à aborder ; il y a des plaies ouvertes de tous les côtés. Des gens qui ont quitté l'Algérie, qui se sont battus en Algérie pour une idée qui n'était pas la leur. C'est très confus dans la mémoire de la société, et ils préfèrent ne pas y toucher. Regardez ce qui s'est passé avec La Bataille d'Alger (1966) de Pontecorvo, c'est absurde, c'était un grand film, qui est toujours accueilli d'une manière favorable par le grand public.

Je crois que cette plaie est restée ouverte parce qu'il n'y a pas eu de volonté des deux côtés d'essayer de l'aborder d'une autre manière. Algériens et Français sont tombés dans cette espèce de délectation d'être la victime : d'un côté on est sortis conquérants, de l'autre battus et humiliés. Le sujet est très difficile. Mais un film peut l'emporter si ses qualités sont très fortes. Il peut s'imposer.

Dans la tribune "La Création doit refonder l'audiovisuel public" que vous avez récemment co-signée, on peut lire cette exhortation : “osons être utopistes”. Y a-t-il donc encore des utopies réalisables ?
Utopie, c'est un mot grec : “lieu qui n'existe pas“. Le livre que je viens d'écrire et qui va bientôt sortir s'appelle Va où il est impossible d'aller. Il faut aller à l'utopie. C'est le meilleur de l'Homme, c'est la poésie. Quand j'étais jeune, on voulait aller sur la lune parce que c'était impossible.

L'utopie est là quand l'Homme le veut, quand on veut se donner complètement, quand il n'y a pas les petites choses, les ambitions quotidiennes pour écraser la poésie de l'utopie.

Ce texte, on l'a élaboré pendant un moment. Il y a une semaine, nous sommes allés voir la nouvelle commissaire européenne à la Culture pour lui dire que nous, cinéastes, n'étions pas un lobby et que nous pensions au cinéma dans son ensemble. Il faut que chaque pays ait ses propres images — pour se voir et pour que les autres puisse le voir. Elle nous a écouté attentivement, elle a l'air de vouloir changer les choses par rapport à d'autres comme Barroso, qui nous écoutait d'une oreille et pensait uniquement à la concurrence, aux consommateurs — c'est quoi, c'est qui les consommateurs ? Comme s'il avait la vision des consommateurs. C'est cette rencontre qui nous a paru importante et conduits à faire avec cette tribune.

La culture peut-elle aider à améliorer le sentiment d'appartenance européenne ?

Pourquoi on n'oblige pas les chaînes nationales de tous les pays à avoir un quota de films européens ? Le cinéma, c'est une sorte d'accoutumance.

On s'est habitué au cinéma américain, on le regarde quel qu'il soit. Si on s'habitue un petit peu à voir d'autres films d'autres pays, à voir comment sont les gens, comme ils vivent, ça peut nous intéresser davantage. Et ça ne coûterait pas cher. Si cette réunion n'est réussie qu'à 50%, c'est un avantage formidable pour toutes les générations à venir.

La plus grande chose faite en Europe, c'est Erasmus. Pourquoi on n'en ouvre pas un peu partout, chez les jeunes agriculteurs — ou dans d'autres domaines —, afin qu'ils se baladent pour voir ce que font les autres ?

L'Europe, ce devrait être cela aujourd'hui : dépenser beaucoup d'argent pour que les Européens connaissent les autres Européens.

Je dis à tous les jeunes qu'il faut apprendre au moins deux langues en plus de la sienne. L'anglais, qui se parle en Europe, et une autre langue européenne. Parce que c'est le moyen de communiquer.

En tant que président de la Cinémathèque française, comment avez-vous vécu la polémique autour de la déprogrammation des films de Jean-Claude Brisseau ?
Mal, et ça n'a pas été présenté suffisamment bien, à mon avis. En même temps, il ne faut jamais oublier que le mouvement est important, essentiel, formidable et que tout d'un coup on découvre des choses que l'on soupçonnait un tout petit peu, mais dont on n'osait pas imaginer l'étendue.

La bêtise ou la sauvagerie masculine par moment, c'est énorme quand même !

L'histoire Polanski nous a éclaté à la figure. Or, depuis cette histoire qui a 40 ans, Polanski a beaucoup changé : il est devenu un homme avec des enfants, avec une famille, avec des films. Il a eu des prix partout, que ce soit en France (les César) ou en Amérique ; il a présenté ses films à Cannes. On avait préparé cette programmation depuis un an, et tout d'un coup, on nous dit : « Interdisez-le ! Ne le célébrez pas ! » On ne célèbre pas, il vient présenter son film. Et puis, par hasard, je découvre que deux mois plus tard, il y avait aussi Brisseau.

On s'est aperçu avec Frédéric Bonnaud [le directeur de la Cinémathèque, NDR] que si on gardait Brisseau, on allait avoir pendant deux mois des manifestations. La chose a gonflé, on m'a prévenu qu'on avait parlé de Brisseau, dans une question au Sénat posée à la ministre de la Culture. Vous vous rendez compte ? Pour la Cinémathèque, c'était une histoire complètement absurde. Et j'ai dit de le déplacer plus tard, pour calmer les esprits et que l'on voie son film — et les autres — d'une autre manière.

Naturellement, il y avait une contradiction : on a accepté Polanski et on déplaçait Brisseau. Ce n'est pas parce qu'il est moins connu, mais pour préserver la Cinémathèque et les dizaines d'autres films qui passent chaque semaine. Et éviter de les avoir sous une tension permanente. J'ai aussi demandé à Frédéric de faire un colloque pour parler du problème de l'auteur et de l'œuvre.

Qu'est-ce qu'on fait avec Polanski, avec Brisseau ? En plus, avec Polanski, est-ce qu'on tient compte du pardon dans notre société ou pas du tout ? Est-ce qu'il faut condamner à vie quelqu'un comme Brisseau, qui a payé des amendes ? Le problème se pose pour beaucoup d'auteurs.

Prenez Hitchcock : Tippi Hedren raconte qu'il ne l'a pas lâchée pendant deux films. Qu'est-ce qu'on fait avec lui ? Et avec d'autres auteurs américains passés ? Est-ce qu'on peut passer leurs œuvres ? Quelqu'un m'a dit : « non, il ne faut pas les célébrer ; quand on présente un film, indirectement, on célèbre »… C'est un vaste débat qu'il faut faire, le colloque va aller dans ce sens. Je ne sais pas quel sera le résultat et s'il y en aura un, on verra…

Durant les trente dernières années, vos enfants sont tous “entrés en cinéma”. Comment avez-vous vécu ce choix de leur part ?

Comme immigré, j'aurais préféré avoir des enfants avec des vrais métiers (rires) : médecin, ingénieur, architecte, c'est très bien.

Je leur ai toujours dit de faire autre chose — des études, ce qu'ils ont fait. Parce qu'il faut avoir la passion pour le cinéma. Et que c'est quotidiennement une aventure. C'est vrai qu'ils ont vécu dans un monde de cinéma : quand on allait tourner en Amérique, ils venaient… Donc ils ont décidé comme un fils de médecin devient médecin ou d'agriculteur devient agriculteur. C'est leur liberté. Mais ils subiront le positif et le négatif de ce métier.

L'un des courts-métrages présent dans ce coffret a été tourné pour Lumière et compagnie (1995) avec une caméra Lumière. Qu'avez-vous ressenti en l'ayant entre les mains ?
Ça, c'est émouvant ! La première émotion, c'est de l'avoir vue à Chaillot [ancien emplacement de la Cinémathèque, NDR] quand Kast et Doniol-Valcroze m'ont présenté à Langlois. Langlois m'avait demandé si je connaissais son musée. « Il y a des choses que tu dois voir !» Il m'avait montré la caméra, et c'était émouvant parce que c'était elle que l'on filmait et que l'on projetait successivement.

C'était une grande émotion de tourner un film contemporain avec cette caméra, parce qu'il fallait le faire dans les mêmes conditions, avec la minute de pellicule, avec quelqu'un qui la fait marcher…

Lumière, c'est la naissance d'un art et d'un monstre à la fois, qui envahit le monde en quelques mois.

Quelques années après la mise en action de cette caméra, le monde entier commençait à faire des caméra. Et au bout de dix ans, il y avait des films partout. Je ne sais pas s'il y a un autre art qui a aussi vite avancé et conquis le monde.

Mais pour le court Parthenon, qui raconte les saccages successifs du monument grec, vous n'avez pas eu recours à une caméra…
Il n'y avait pas moyen d'utiliser une caméra. Mais finalement, les nouveaux moyens de faire des images, ce sont des caméras aussi, en quelque sorte, sans pellicule. Cette invention a pris une extension incroyable. Cela m'a permis de résumer en un seul plan la catastrophe de ce monument qui aurait pu être en excellent état s'il n'y avait pas eu trois interventions humaines fondamentales qui l'ont détruit. Pas les changements de religions — on en a fait une église (on l'appelait la Sainte-Vierge d'Athènes), une mosquée. Tout cela, le monument l'a supporté car il est fait d'une manière extraordinaire quand on rentre dans le détail et que l'on voit comment ces pierres sont agencées : les pierres sont imbriquées et sculptées les unes dans les autres, sans mortier. Pour les enlever, il faut les casser.

J'ai voulu raconter cela grâce à ces nouveaux moyens, à cause de cette haine que j'ai vis-à-vis de ce monstre anglais, Elgin, qui a été le pire de tous. Il n'a rien respecté. Que les Vénitiens bombardent, c'est la guerre ; que les religieux cassent, ils l'ont fait à l'époque, ils continuent à le faire, ils n'ont jamais cessé — les Byzantins l'ont fait énormément, d'une manière profonde. Et les nouvelles religions le font encore, ils ont fait sauter Palmyre. Mais qu'un homme, Elgin, se le soit permis pour des raisons commerciales et qu'un État lui ait acheté pour exposer dans un musée sous le nom Les marbres d'Elgin, qui n'a rien à voir avec le Parthenon, ni les statues, ni l'art antique, c'est une monstruosité qui continue ! Il y a des choses essentielles qui doivent retrouver leur place d'origine. La Venus de Milo et La Victoire de Samothrace sont très bien là où elles sont ; personne ne demande de les déplacer.

L'Intégrale, volume 2, 11 DVD, Arte Éditions/KG Productions, 90€

Rencontre avec Costa-Gavras
À la FNAC Bellecour le samedi 27 janvier à 15h


Costa-Gavras

Rencontre-dédicace

Rencontre-dédicace

voir la fiche du film


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Quand l’Europe tentait le régime sans Grèce : "Adults in the Room"

Thriller | Comment la Grèce a tenté de résister, grâce à Yánis Varoufákis, au chantage de l’Eurogroupe et à l’intrusion humiliante des technocrates dans son économie… Costa-Gavras revient en force avec un thriller économico-politique constatant un déni de démocratie ordinaire.

Vincent Raymond | Mardi 5 novembre 2019

Quand l’Europe tentait le régime sans Grèce :

Grèce, janvier 2015. Syriza, parti de gauche radicale, remporte les législatives. Élu député, l’économiste Yánis Varoufákis est nommé aux Finances et s’emploie à convaincre les instances européennes de renégocier la dette, sans nouveaux sacrifices. Une mission quasi impossible… La Providence aurait-elle un goût pervers pour l’ironie ? Aurait-elle ourdi cette tragédie grecque 2.0 que constitue la crise de la dette publique ayant frappé la République hellénique à partir de 2008, pour qu’au terme d’un infernal sirtaki dans les hautes sphères, Costa-Gavras puisse signer ce thriller économico-politico-diplomatique, retrouvant le mordant combatif faisant défaut à sa dernière réalisation en date, Le Capital (2012) — promenade dans l’univers de la haute finance plus désabusée qu’à l’accoutumée ? À l’instar des précieux Z, L’Aveu ou Missing, Adults in the Room relate le parcours d’un individu contre une machine étatique que sa puissance bureaucratique et sa doctrine économique ou politique ont transformée en monstr

Continuer à lire

Costa-Gavras, acte 2 : Nos culpabilités

Intégrale, saison 2 | On aurait envie de parler de deuxième round tant l’œuvre de Costa-Gavras compte de coups de poings et de coups de force cinématographiques. Réunissant ses (...)

Vincent Raymond | Mardi 23 janvier 2018

Costa-Gavras, acte 2 : Nos culpabilités

On aurait envie de parler de deuxième round tant l’œuvre de Costa-Gavras compte de coups de poings et de coups de force cinématographiques. Réunissant ses longs-métrages tournés entre 1986 et 2012, ce coffret prend la suite des “années Montand” et étrangement, coïncide avec la première cohabitation — donc la déception de la gauche mitterrandienne. Après deux films américains, Costa revient en France avec une comédie policière interprétée par un Johnny Hallyday inattendu, Conseil de Famille (1986). En souterrain, il interroge le déterminisme social et déjà, le sentiment de culpabilité qui contamine profondément la suite de son œuvre. Jamais procureur ni juge, le cinéaste met en lumière des tendances ou des faits sous des prismes insoupçonnés. Ce sont d’abord les spectres de l'extrême-droite et du nazisme, à rebours, à travers ses rejets contemporains dans La Main droite du diable (1988), puis Music Box (1989) mettant face à face présent et passé, et enfin Amen. (2002) qui plonge au cœur de la mach

Continuer à lire

Costa-Gavras ou la preuve par 9

ECRANS | La première partie de l’indispensable œuvre de Costa-Gavras est à redécouvrir en DVD. Et l’homme, prodigieux d’humanité comme d’humilité, à rencontrer.

Vincent Raymond | Mardi 22 novembre 2016

Costa-Gavras ou la preuve par 9

Comme Roman Polanski, Costa-Gavras est de ces auteurs multiculturels dont le cinéma français peut s’enorgueillir. Et qui a pu accomplir une carrière aussi diverse grâce à l’ouverture d’esprit et l’accueil bienveillant de la profession hexagonale à son égard dans ses jeunes années — c’est, en tout cas, le constat que le cinéaste opère aujourd’hui dans le passionnant entretien réalisé par Edwy Plenel, bonus de L’Intégrale Volume 1 (1965 – 1983) (Arte Cinéma). Un coffret réunissant ses neuf premiers longs-métrages, dont la parution vaut la visite lyonnaise de cet indispensable géant. Gavras, de Costa à Z À la fois conteur et conscience de son époque, Costa-Gavras n’a cessé de secouer des mentalités assoupies par des œuvres lucides sur l’état du monde. Son cinéma, qui ne se réduit pas au champ du seul “cinéma politique”, est davantage celui de plusieurs interrogations : peut-on s’affranchir des carcans et des idéologies barbares — voir la “trilogie Montand” avec Z

Continuer à lire

Oliviero Toscani : Vous le reconnaissez ?

Portrait | Tirer le portrait d’un photographe relève à tout le moins de l’exercice saugrenu. Sauf lorsqu’il s’agit d'Oliviero Toscani, qui s’est toujours arrangé pour sortir des cadres trop contraignants. À la fois artiste et homme d’appareil, graphiste et homme d’affaires, ce Milanais aux allures tranquilles, maintes fois couronné pour ses créations, n’est pas à un paradoxe près.

Vincent Raymond | Mardi 26 avril 2016

Oliviero Toscani : Vous le reconnaissez ?

À l’origine, le tête-à-tête avec Oliviero Toscani avait été fixé dans un bar de la Presqu’île, dont le nom ronflant résonnait malicieusement : L’Institution. Mais l’établissement ayant fermé ses portes de manière inopinée et anticipée ce jour-là, l’entrevue se translata aux Négociants voisins. Comme si le hasard avait voulu manifester un brin d’ironie taquine au Janus italien de la photographie. Artiste ou boutiquier ? Créateur inspiré ou adroit faiseur ? Agitateur de conscience ou provocateur rétribué ? Depuis plus d’un demi-siècle, Toscani suscite le débat et clive l’opinion par des images à double-face, qui vendent en faisant parler ; qui donnent une aura singulière à ce que les yeux ne regardent pas, qui interrogent le consommateur au lieu de lui servir une réponse immédiate. Stratège de la communication — pour les autres comme pour sa propre personne —, le Milanais affiche à 74 ans un flegme souriant et souverain de gentleman farmer, ne masquant cependant pas totalement quelques envies de ruer dans les brancards. Photo de famille Ainsi se montre-t-il interloqué, au sortir d’une rencontre avec des apprentis photographes : « Les é

Continuer à lire

Costa-Gavras, une conscience en action

ECRANS | ​Avec Costa-Gavras, plus d’un demi-siècle d’images et d’histoire nous saisissent. L’institut Lumière lui rend hommage par une rétrospective, une exposition et deux soirées en son indispensable présence.

Vincent Raymond | Mardi 8 septembre 2015

Costa-Gavras, une conscience en action

Si durant les cinquante dernières années, moult intellectuels se sont laissé berner par les miroirs aux alouettes tendus à droite comme à gauche, il en est un qui a su résister aux aveuglements idéologiques : Costa-Gavras. Usant du cinéma pour dessiller les yeux de ses contemporains, le réalisateur a consacré l’essentiel de son œuvre à mettre au jour les atteintes aux libertés fondamentales et à l’humanité. À cartographier les impasses sociales et politiques sous les régimes dictatoriaux autoritaires (L’Aveu) comme sous les démocraties (Le Couperet) ; en temps de guerre (Section spéciale, le mésestimé Amen.) comme en temps de paix (Mad City). Malgré de rares accidents (Le Capital), son parcours artistique demeure l’un des plus éblouissants du cinéma mondial ; et son style nerveux — non dénué de causticité ni d’élégance — a su rendre visibles puis sublimes des causes honnêtes. Ce que l’on pourra constater mardi 15 avec Z, explosive critique du régime des Colonels, Oscar du montage et du film étranger. Costa

Continuer à lire

Le Capital

ECRANS | De Costa-Gavras (Fr, 1h53) avec Gad Elmaleh, Gabriel Byrne, Natacha Régnier…

Christophe Chabert | Mercredi 7 novembre 2012

Le Capital

Incorrigible Costa-Gavras ! Il semble être le dernier à croire aux vertus du cinéma à thèse, ce rouleau compresseur de la dénonce courroucée dont l’objet varie au gré des circonstances politico-sociales. Ici, c’est le libéralisme qui en prend plein les dents, du moins en apparence. En montrant l’accession d’un énarque anonyme à la tête d’une grande banque européenne pour préparer sa reprise en main par des actionnaires avides, puis sa détermination à conserver le poste et les avantages qui vont avec, Gavras décrit un prototype de crapule que l’on devrait se plaire à détester. Conçu comme un thriller (la musique, envahissante, nous le fait bien comprendre), Le Capital s’égare toutefois dans une triple intrigue sentimentale aussi démonstrative et lourde que son propos politique. Mais là n’est pas le plus grave : par scrupule ou par paresse, Gavras invente une conscience à son anti-héros, qui se manifeste à l’écran par des flashs de violence fantasmée avant retour à la réalité. Le procédé est cinématographiquement éculé et dédouane le personnage de sa bassesse, pourtant affichée dès le départ (l’argent, l’argent, l’argent). On a oublié de parler de Gad Elma

Continuer à lire