"Oranges Sanguines" de Jean-Christophe Meurisse : pas de quartier !

Comédie | Deuxième incursion du maître de La Compagnie des Chiens de Navarre au cinéma après le bancal Apnée, Oranges Sanguines rectifie le tir pour viser juste dans plusieurs directions à la fois : politique, économie, famille, adolescence… Un tableau acerbe et féroce de la société française, façon puzzle.

Vincent Raymond | Mercredi 17 novembre 2021

Photo : © Rectangle Productions / Mamma Roman


Pendant qu’un ministre des Finances tente de gérer en coulisses l’étouffement d’un scandale médiatique (en clair, ses fraudes fiscales), un couple de vieillards surendettés essaie de se sortir de sa mouise en participant à un concours de rock. Et une adolescente rêve à sa première fois. Mais, méfiance, dans la campagne profonde, un frappadingue attend son heure pour commettre des agressions sexuelles. La France, en 2021…

Passer des planches à la caméra est rarement une sinécure pour les metteurs en scène, qui doivent apprendre à changer de dimensions : réduire les trois dimensions de la scène à deux pour l’écran, et puis dompter le temps à coup d’ellipses et de montage. Jean-Christophe Meurisse avait sans doute besoin d’ajustements à l’époque d’Apnée, objet peu mémorable aux faux-airs de prototype ; il en a tiré de vertigineuses leçons pour ces Oranges Sanguines. Volontairement “impur” dans sa forme — une construction de saynètes se succédant avant de s’entremêler rend le fil de sa narration discontinu, mais l’effet mosaïque en résultant sert admirablement le propos — ce film choral restitue l’impureté de la chose publique, les arrangements boiteux, les hubris hypertrophiés, les masques sociaux et l’hypocrisie ambiante dont, pourtant, personne n’est dupe. Il se fait également hybride dans son genre puisqu’il emprunte autant à la comédie dramatique sociale anglaise qu’au rape and revenge gore ou au trash belge sans que l’émulsion ne paraisse artificielle.

Dialogue, distribution, jeu sont impeccables, tout particulièrement Christophe Paou, en clone (physiquement parlant) de Michel Noir, avec son sourire carnassier, son regard inquiétant et sa langue de bois. Et si l’on rit devant ces polaroïds du cynisme contemporain érigé en norme, c’est jaune : qui est le plus monstrueux ? L'élu menteur, l'ado traumatisée, l'avocat truqueur, le banquier avide, le prédateur sexuel ? Chacun fabrique le monstre de son prochain. Un bijou corrosif tragiquement drôle.

Produire, dit-elle

Puisque tout démarre par une *banale* histoire de gros sous, évoquons ici — une fois n’est pas coutume —, la figure du producteur. En l’occurrence de la productrice Alice Girard qui, via Rectangle Productions, se retrouve trois semaines consécutives aux génériques de trois des films les plus notables de ce riche mois de novembre. Après l’extraordinaire vrai-faux biopic Aline de Valérie Lemercier et avant le singulier Lion d’Or L’Événement d’Audrey Diwan, Oranges Sanguines complète assez logiquement la série par son originalité de ton. Outre le fait qu’il s’agit de films d’autrices et d’auteur, ces trois réalisations n’ont pas grand chose en commun, et visent des “cibles” différentes. Mais leur présence concomitante dans la ligne éditoriale de Rectangle fait sens non seulement parce qu’elle dessine l’éclectisme de sa ligne éditoriale ainsi qu'une certaine cohérence économique. On ne dira jamais assez l’importance de ce métier dans l’écosystème cinématographique hexagonal, lorsqu’il s’agit non pas de produire (à la chaîne) de la comédie formatée, en définitive, pour le réceptacle télévisuel, mais bien des films aux ambitions artistiques manifestes. Là est la prise de risque justifiant la nécessité de maintenir une authentique exception culturelle…

★★★★☆ Oranges Sanguines
Un film de Jean-Christophe Meurisse (Fr, int. -12 ans, 1h42) avec
Alexandre Steiger, Christophe Paou, Lilith Grasmug, Denis Podalydès, Blanche Gardin…


Oranges Sanguines

De Jean-Christophe Meurisse (Fr, 1h42) avec Alexandre Steiger, Christophe Paou, Lilith Grasmug

De Jean-Christophe Meurisse (Fr, 1h42) avec Alexandre Steiger, Christophe Paou, Lilith Grasmug

salles et horaires du film


Au même moment en France, un couple de retraités surendettés tente de remporter un concours de rock, un ministre est soupçonné de fraude fiscale, une jeune adolescente rencontre un détraqué sexuel. Une longue nuit va commencer. Les chiens sont lâchés.

Oranges Sanguines est à  l'affiche dans 3 salles le mercredi 01 décembre

UGC Ciné-Cité Internationale

80 quai Charles de Gaulle 69006 Lyon
Mer - dim 10h45 - 13h55 - 16h15, jeu - lun - mar 13h55 - 16h15, ven - sam 11h (sf ven) - 13h20 - 15h40 - 18h

Lumière Fourmi

68 rue Pierre Corneille 69003 Lyon
Mer - jeu - mar 18h25, ven 18h30, ven 18h10, dim 15h30, lun 21h10

Comoedia

13 Av. Berthelot 69007 Lyon
21h
Oranges Sanguines est à  l'affiche dans 3 salles le jeudi 02 décembre

UGC Ciné-Cité Internationale

80 quai Charles de Gaulle 69006 Lyon
Mer - dim 10h45 - 13h55 - 16h15, jeu - lun - mar 13h55 - 16h15, ven - sam 11h (sf ven) - 13h20 - 15h40 - 18h

Lumière Fourmi

68 rue Pierre Corneille 69003 Lyon
Mer - jeu - mar 18h25, ven 18h30, ven 18h10, dim 15h30, lun 21h10

Comoedia

13 Av. Berthelot 69007 Lyon
21h
Oranges Sanguines est à  l'affiche dans 3 salles le vendredi 03 décembre

UGC Ciné-Cité Internationale

80 quai Charles de Gaulle 69006 Lyon
Mer - dim 10h45 - 13h55 - 16h15, jeu - lun - mar 13h55 - 16h15, ven - sam 11h (sf ven) - 13h20 - 15h40 - 18h

Lumière Fourmi

68 rue Pierre Corneille 69003 Lyon
Mer - jeu - mar 18h25, ven 18h30, ven 18h10, dim 15h30, lun 21h10

Comoedia

13 Av. Berthelot 69007 Lyon
21h
Oranges Sanguines est à  l'affiche dans 3 salles le samedi 04 décembre

UGC Ciné-Cité Internationale

80 quai Charles de Gaulle 69006 Lyon
Mer - dim 10h45 - 13h55 - 16h15, jeu - lun - mar 13h55 - 16h15, ven - sam 11h (sf ven) - 13h20 - 15h40 - 18h

Lumière Fourmi

68 rue Pierre Corneille 69003 Lyon
Mer - jeu - mar 18h25, ven 18h30, ven 18h10, dim 15h30, lun 21h10

Comoedia

13 Av. Berthelot 69007 Lyon
21h
Oranges Sanguines est à  l'affiche dans 3 salles le dimanche 05 décembre

UGC Ciné-Cité Internationale

80 quai Charles de Gaulle 69006 Lyon
Mer - dim 10h45 - 13h55 - 16h15, jeu - lun - mar 13h55 - 16h15, ven - sam 11h (sf ven) - 13h20 - 15h40 - 18h

Lumière Fourmi

68 rue Pierre Corneille 69003 Lyon
Mer - jeu - mar 18h25, ven 18h30, ven 18h10, dim 15h30, lun 21h10

Comoedia

13 Av. Berthelot 69007 Lyon
21h
Oranges Sanguines est à  l'affiche dans 3 salles le lundi 06 décembre

UGC Ciné-Cité Internationale

80 quai Charles de Gaulle 69006 Lyon
Mer - dim 10h45 - 13h55 - 16h15, jeu - lun - mar 13h55 - 16h15, ven - sam 11h (sf ven) - 13h20 - 15h40 - 18h

Lumière Fourmi

68 rue Pierre Corneille 69003 Lyon
Mer - jeu - mar 18h25, ven 18h30, ven 18h10, dim 15h30, lun 21h10

Comoedia

13 Av. Berthelot 69007 Lyon
21h
Oranges Sanguines est à  l'affiche dans 3 salles le mardi 07 décembre

UGC Ciné-Cité Internationale

80 quai Charles de Gaulle 69006 Lyon
Mer - dim 10h45 - 13h55 - 16h15, jeu - lun - mar 13h55 - 16h15, ven - sam 11h (sf ven) - 13h20 - 15h40 - 18h

Lumière Fourmi

68 rue Pierre Corneille 69003 Lyon
Mer - jeu - mar 18h25, ven 18h30, ven 18h10, dim 15h30, lun 21h10

Comoedia

13 Av. Berthelot 69007 Lyon
21h

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les sorties cinéma à Lyon du 17 au 24 novembre

En salles | C'est la clef, dit-on, du succès d’un film. Bien plus que les critiques — voilà pourquoi on les cite pour l’alimenter. Mais le bouche à oreille peut aussi évoquer des histoires de bouches… et d’oreilles…

Vincent Raymond | Mercredi 17 novembre 2021

Les sorties cinéma à Lyon du 17 au 24 novembre

Voix et parole vont souvent de pair, en particulier dans le vocable politique. En pleine précampagne électorale, Jean-Christophe Meurisse des Chiens de Navarre sort avec Oranges sanguines (17 novembre) un bijou corrosif évoquant (notamment) la figure du politique et son usage de la langue de bois à travers un ministre gérant en coulisses l’étouffement d’un scandale médiatique. Volontairement “impur” dans sa forme — une construction de saynètes rend le fil de sa narration discontinu, mais l’effet mosaïque en résultant sert admirablement le propos — ce film choral restitue l’impureté de la chose publique, les arrangements boiteux, les masques sociaux et l’hypocrisie ambiante dont, pourtant, personne n’est dupe. Dialogue, distribution, jeu sont impeccables, et si l’on rit devant ces polaroïds du cynisme contemporain érigé en norme, c’est jaune : qui est le plus monstrueux ? Chacun fabrique le monstre de son prochain. Tragiquement drôle ! Oh, ouïe, encore ! À la même date, mais plus près des tympans, une rom’-com’ charmante, cocasse et touchante de et avec

Continuer à lire

"Apnée" : Les Chiens de Navarre ne manquent pas d’air

ECRANS | de Jean-Christophe Meurisse (Fr, 1h29) avec Céline Fuhrer, Thomas Scimeca, Maxence Tual…

Vincent Raymond | Mardi 18 octobre 2016

Deux hommes et une femme pénètrent dans une mairie en robe de marié-e pour convoler ensemble. L’élu, excédé, leur signifiant que « ce n’est pas encore possible », ils partent alors à la poursuite de chimères, se heurtant au passage à diverses contingences du réel… Au générique, le trio fait du patin à glace avec pour seule tenue des masques de lucha libre, avant de barboter dans une baignoire placée dans la vitrine d’un magasin. Rien n’effraie la compagnie théâtrale Les Chiens de Navarre dans ce collage aussi inégal que foutraque : les séquences s’enchaînent comme des petites saynètes indépendantes, selon les règles souples du coq-à-l’âne et au gré d’une fantaisie absolue. À croire que le film a été fabriqué en semi-impro durant les périodes de vacances de la troupe, comme une récréation. Cela ne gâche pas sa fraîcheur, mais en fait un objet relativement anodin, car convenu dans sa forme — Apnée n’est pas À bout de souffle non plus, si vous voyez la fine allusion. Mentions spéciales toutefois à quelques idées rigolotes post-surréalistes (tel le Christ décrucifié incapable de marcher

Continuer à lire

Fellag, invité d'honneur aux Nuits de Fourvière 2017

Nuits de Fourvière | Bilan positif pour les Nuits de Fourvière, malgré une fréquentation en baisse : 136 000 spectateurs se sont déplacés pour cette édition 2016, il est vrai perturbée (...)

Sébastien Broquet | Lundi 15 août 2016

Fellag, invité d'honneur aux Nuits de Fourvière 2017

Bilan positif pour les Nuits de Fourvière, malgré une fréquentation en baisse : 136 000 spectateurs se sont déplacés pour cette édition 2016, il est vrai perturbée plusieurs fois par la pluie (voire le déluge, lors de l'Éclat Final en compagnie de Celso Piña et Danyel Waro). Côté artistique, c'est une réussite : de la création autour de Moondog au cirque débridé des frères Forman, en passant par les émouvants et toujours aussi classe Tindersticks, ou encore la très réussie

Continuer à lire

L'été selon les Subsistances : viande, pétanque et théâtre

CONNAITRE | Au moment de la sortie en salles du documentaire Steak (R)évolution, dont il est l'un des principaux protagonistes, le boucher Yves-Marie Le Bourdonnec (...)

Benjamin Mialot | Mardi 2 juin 2015

L'été selon les Subsistances : viande, pétanque et théâtre

Au moment de la sortie en salles du documentaire Steak (R)évolution, dont il est l'un des principaux protagonistes, le boucher Yves-Marie Le Bourdonnec nous confiait son désarroi face à l'incapacité de la filière de la viande française à intégrer les enjeux sanitaires et environnementaux actuels dans ses modes de production. Une critique entendue du côté des Subsistances, où se tiendra dimanche 7 juin "Meat me", une opportune journée de réflexion (et de dégustation !) autour de notre rapport à la chair animale animée par nos camarades de Rue89Lyon. Elle donnera au passage le coup d'envoi du traditionnel temps fort estival des Sub', Livraisons d'été, qui courra cette année jusqu'au 27 juin. Entre une partie de pétanque autour d'un éphémère "Bar des sports", un concert du phénoménal beatboxer de rue Dub FX (le 18) et une carte blanche aux jeunes danseurs du CNSMD (25 et 26), on pourra notamment y découvrir le dernier spectacle d'un autre collectif aux dents longues (Les Chiens de Navarre, on vous en reparle le moment venu, soit du 10 au 13) et la tou

Continuer à lire

L’Inconnu du lac

ECRANS | Quelque part entre Simenon et Weerasethakul, Alain Guiraudie installe une intrigue de film criminel sur les bords d’un lac transformé en paradis homo, interrogeant les mécanismes du désir et l’angoisse de la solitude. Drôle et envoûtant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 4 juin 2013

L’Inconnu du lac

L’Inconnu du lac, c’est d’abord un espace scrupuleusement posé : un lac, une plage ; autour de la plage, une petite forêt ; et au-delà de la forêt, un parking. De cet espace, le film ne sortira jamais, préférant combler les ellipses du récit par les allusions du dialogue. Même la plage elle-même possède sa topographie, qu’Alain Guiraudie dessine avec méticulosité, au point de créer d’entrée une familiarité entre le spectateur et le lieu. Cette familiarité, c’est aussi celle qu’entretient Franck avec l’endroit et ses habitués : des hommes, rien que des hommes, qui viennent bronzer (à poil ou pas, la liberté est de mise) et faire trempette en ce début d’été. Accessoirement, après quelques regards échangés, ils se retrouvent pour baiser dans les bosquets alentours. Le lac est un lieu de drague homo mais c’est aussi un petit paradis à l’abri de toute morale déplacée, où l’hédonisme sexuel s’accomplit avec un certain sens de la courtoisie — les amants se préviennent toujours avec politesse du moment où ils vont jouir. «Il n’y a pas grand monde» dit Franck lors de s

Continuer à lire