Regain : on dirait le sud

Restaurant | Après la fermeture il y a plus d’un an d’A la piscine, Thomas Rolland et Benjamin Sanchez rebondissent près des Terreaux avec Regain. Dans un espace presque chic, ils envoient un menu déjeuner bien roulé.

Adrien Simon | Lundi 5 juillet 2021

Photo : © Regain


2018. Le festival Attable, co-organisé par Arty Farty (Nuits Sonores) devait envoyer le signal au reste du monde d'une cuisine lyonnaise à nouveau « dans le coup ». L'événement désignait le 7e arrondissement comme l'épicentre d'un tremblement gastronomique en cours. La Piscine du Rhône abritait alors un superbe spot accueillant de jeunes chefs étrangers qui dépotent, souvent à peine extirpés de restos bien placés au 50 Best (classement mondial, dont Andrea Petrini, l'ancien sélectionneur de À la Piscine fut l'un des chairman). Au quotidien, la bouffe était envoyée par Benjamin Sanchez (étudiant en relations internationales, reconverti cuistot, passé par le Café Sillon — décidément !) et Thomas Rolland (en salle). Le navire a fait naufrage, et on retrouve les deux jeunes gens, plus d'un an plus tard, pour l'ouverture de Regain — l'herbe qui repousse, après la première fauchaison.

Des tranches de rutabaga

Autre quartier : le 1er, rue d'Algérie, voisinant Sofa Records (des vinyles !, décidément…). À un angle de rue vitré, clair, dans une ambiance bourgeois-décontracté. Première visite : le menu dej', à 24€ (c'est le déconfinement des additions) vaut le coup de fourchette. Parlons de cette entrée : une tielle. C'est magnifique une tielle, cette petite tourte farcie de sauce tomate aux calamars, sauf que ça n'existe qu'à Sète (chez Sophie Cianni, au bord du canal), donc ici c'est sous la forme d'un ravioli ouvert, pâte à l'encre de sèche, farce au poulpe et au vin. Ça ouvre vers la Méditerranée, les vacances : c'est parfait.

Une description dit : « la cuisine de Benjamin [Sanchez] n'est pas identitaire. Elle n'a qu'un terreau, le mélange. » On signe des deux mains, surtout en ce moment. Et donc on continue, avec un filet de leiche (parlons provençal, les messieurs viennent de là-bas), superbe, avec un lait de brebis et des tranches de rutabaga, confites dans des feuilles de figuier. On est plus sceptique quant au dessert, un clafouti, petit, rajeuni par une crème anglaise à la fleur de sureau, et sorbet au cassissier. Il y a des desserts qui souffrent d'être "revisités" (rendez-nous les noyaux !). Mais on pardonne, car on est heureux de sentir l'air de la grande bleue. Et parce que la troisième laronne, Lolita Chevreau, sommelière, enserre l'ensemble de sa joie : le sud, encore.

Regain
3 rue d'Algérie, Lyon 1er
T. 09 81 10 65 08
Du lundi au vendredi ; de midi à 14h et de 19h à 21h30


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pistache, le resto au-dessus de la piscine du Rhône, ferme définitivement

Restaurant | À La Piscine avait périclité à l'automne 2019. C'est au tour de Pistache de jeter l'éponge. Le restaurant situé en surplomb de la piscine du Rhône restera vide cet été.

Sébastien Broquet | Mercredi 7 juillet 2021

Pistache, le resto au-dessus de la piscine du Rhône, ferme définitivement

Le lieu va finir par avoir l'image d'un spot maudit. Après l'échec de À La Piscine, restaurant porté par la société Swimming Poule (émanation de Arty Farty qui collaborait alors avec le Café Cousu sur ce projet), fermé à l'automne 2019, c'est son éphémère successeur, Pistache, qui a jeté l'éponge un an plus tard. En cause : une économie initialement fragile, et évidemment la crise Covid qui a coupé net l'espoir d'une potentielle émergence. Nouvelle incarnation du lieu qui se voulait plus classique après les expériences novatrices et marquantes de À La Piscine portées en particulier par le fringant Andrea Pétrini, Pistache était géré au quotidien par le groupe Darwin (Maison Mère, Monkey Club, Soda Bar, Solal et depuis peu la friche La Cité des Halles dans le 7e) qui avait rejoint le projet en octobre 2019 — toujours avec Swimming Poule, suite à une réorganisation et

Continuer à lire

Clap de fin pour À la Piscine, qui devient Pistache

Restaurant | Le restaurant lancé initialement par Arty Farty et le Café Cousu, À La Piscine, change de nom et de concept et devient Pistache, désormais géré au quotidien par l'équipe de Darwin, déjà à la tête de la Maison Mère.

Sébastien Broquet | Lundi 21 octobre 2019

Clap de fin pour À la Piscine, qui devient Pistache

C'est fini pour la formule initiale du restaurant À La Piscine, dont le chef Benjamin Sanchez a cuisiné son dernier repas il y a quelques jours. C'est désormais sous le nom de Pistache que ce lieu à la magnifique terrasse en bordure du Rhône va continuer à vivre. Ce changement de nom est concomitant à une réorganisation et à un ajustement de l'actionnariat : la société Swimming Poule, exploitant originel du spot, est rejointe (et non remplacée) par le groupe Darwin (gérant déjà la Maison Mère, le Monkey Club, le Soda Bar et Solal) qui va désormais en assurer l'exploitation. Avec une nouvelle carte, des horaires aménagés et un nouveau chef : ouverture prévue ce jeudi 24 octobre. Le nouveau chef se nomme Jonathan Alvarez et il a été formé chez Piège, Pic et Rostang avant de créer son restaurant à Annecy. On l'a aussi vu par ici du côté du Café Arsène. Si du côté de Pistache on déclare que l'on « s’inscrit dans la continuité du lieu pensé par Swimming Poule, distillant une cuisine de partage, inventive et urbaine », il est à noter que c'est une petite et rare décepti

Continuer à lire

Plongeons À la Piscine

Restaurant | Ce sera incontestablement LE spot de l’été, au bord de l’eau - chlorée. Un café-restaurant au-dessus de la piscine du Rhône ! Où l'on nous promet bonne bouffe et bon son.

Adrien Simon | Mardi 6 juin 2017

Plongeons À la Piscine

Le centre nautique Tony Bertrand, c’est le nom officiel de l'immense navire à quatre grands mats, surmontés de soucoupes volantes (en fait des projecteurs) et aux deux bassins extérieurs qui, aux beaux jours, débordent (corps et cris ; plongeons et bastons). C’est dans cette piscine du Rhône (comme on préfère la nommer) qu’est né le festival Nuits Sonores. En mai 2003, la première soirée d'inauguration se tenait sous l'auvent monumental en béton, tout comme deux ans plus tard la carte blanche à Manchester, ou le midi-22h de Laurent Garnier. Après les récents travaux de rénovation qui ont permis l’ouverture hivernale aux baigneurs olympiques, un bout du bâtiment était resté en friche. Quand il fut question d’y faire entrer un restaurant, Arty Farty (qui organise Nuits Sonores) associé au Café Cousu, a sauté sur l’occasion. Avec la prétention de créer un lieu de vie - pas façon Deligny, mais mixant néobistrot, coffee shop, bar à vins et café comptoir - ouvert toute la journée et toute l

Continuer à lire

À La Piscine plonge dans le grand bain

Restaurant | Le projet porté par Arty Farty prend vie. Le restaurant À La Piscine ouvre ses portes ce vendredi 12 mai, dans un cadre au fort potentiel : la (...)

Corentin Fraisse | Vendredi 12 mai 2017

À La Piscine plonge dans le grand bain

Le projet porté par Arty Farty prend vie. Le restaurant À La Piscine ouvre ses portes ce vendredi 12 mai, dans un cadre au fort potentiel : la piscine du Rhône. Son équipe veut remettre le partage, la convivialité et la famille au centre de la table. Dans un cadre magnifique au bord du Rhône, on pourra manger à toute heure, en étant bercé par des playlists en accord avec les différents moments de la journée. Atmosphère conviviale, décoration astucieuse et épurée, des prix abordables (moins de 30€/menu), un large choix de bières et une carte des vins de la vallée du Rhône... Tout est réuni pour que la sauce prenne : on revient plus en longueur sur le sujet dès que l'on a testé. À La Piscine Quai Claude Bernard, Lyon 7e Ouvert de 7h30 à minuit du mercredi au vendredi ; le samedi de 9h à minuit ; le dimanche de 10h à 20h

Continuer à lire