Lyon Street Food Festival, « un pied de nez à la vision classique de la gastronomie lyonnaise »

Food | Année après année, le Lyon Street Food festival s’est imposé comme l’un des gros événements de la rentrée, pas seulement culinaire. Pour cette cinquième édition, qui s’ouvre ce jeudi, Emeric Richard, l’un des organisateurs, se prépare à accueillir près de 35 000 visiteurs. Entretien.

Adrien Simon | Mercredi 15 septembre 2021

Photo : © DR


À l'origine de ce festival il y a un duo…
Emeric Richard : On a créé cet événement avec Thomas [Zimmermann]. On était amis depuis plusieurs années déjà et on voulait créer notre entreprise pour venir bousculer les codes culinaires lyonnais. On a commencé en intervenant sur des salons et sur des événements de plus en plus grands : un banquet de 4000 personnes à la Halle Tony Garnier ou la fan zone de Bellecour lors de l'Euro de Football.

Comment est venue l'idée d'un tel festival ?
En voyageant on avait rencontré et apprécié une approche de la cuisine différente de ce qu'on trouve ici. Décomplexée, plus abordable, avec un fort contact chef-public. Je pense à Hong Kong, où on retrouve cette approche qui nous plaît. Ce sont les night market, en pleine rue, avec des plats un peu dingues, une cuisine cosmopolite, avec des nourritures de toute l'Asie. On trouvait étonnant que cette approche ne soit pas plus présente à Lyon. Envisager un événement autour de la street food, c'était un genre de pied de nez à la vision classique de la gastronomie lyonnaise.

Ça plait aux chefs, même les plus réputés

Vous lancez donc le Lyon Street Food Festival en septembre 2016, aux Subsistances. Dès les premières heures vous êtes victime du succès, avec une file d'attente qui s'étire alors sur le quai Gillet…
Pour être honnête, à l'ouverture on est débordés par l'engouement qui est largement supérieur à ce qu'on espérait. Depuis, le festival est à chaque fois archi-plein. Et on se dit qu'on avait vu juste. Alors que sur le papier c'était un peu fou de réunir dans un même espace des grands chefs, des food trucks, des cuisiniers inconnus, en mettant tout le monde sur un pied d'égalité. C'est rare. Et ça plait aux chefs, même les plus réputés. Je pense à Mathieu Viannay, deux étoiles Michelin, qui nous a suivi dès le début. Ou à Mauro Colagreco, élu meilleur cuisinier du monde et qui était présent lors de notre dernière édition. Qui a proposé une recette simple de poulpe grillé, simple mais excellente. Ces grands chefs, notre démarche leur parle : le défi que constitue le fait d'élaborer une cuisine différente, le fait de rencontrer le public et de pouvoir échanger avec d'autres cuisiniers. Pour la première édition, quand tout ça n'existait que dans notre tête, faire de la cuisine dans des stands en palette, avec en plus des concerts, ça paraissait un peu délirant. Mais aujourd'hui on a plus de demandes de participations que de stands disponibles.

Vous l'avez dit, le Lyon Street Food Festival ce n'est pas pour autant que de la cuisine…
Ce festival va au-delà, et pour nous la nourriture doit aussi être un prétexte pour se nourrir l'esprit. Avec des concerts. Avec des ateliers. Cette volonté de proposer une programmation culturelle est présente depuis le début et elle s'est étoffée. Particulièrement cette année, parce qu'on a encore plus de place pour le faire. On quitte Les Subsistances et on arrive aux anciennes usines Fagor-Brandt, ce qui nous permettra de mettre en place une programmation plus riche. Les sept scènes permettront qu'il se passe en permanence quelque chose. Le déménagement, qui était de toute façon prévu, est devenu encore plus nécessaire avec le report dû au Covid, puisque cette édition est désormais le fruit de deux ans et demi de préparation.

Je suis d'accord c'est très dense

Pour cette édition il y aura donc des cuisines asiatiques et belges, mais aussi un salon d'objets artisanaux et des cours de calligraphie, ou encore des démonstrations de roller disco et une Oktoberfest. Est-ce que ce n'est pas au risque qu'on ne sache plus quel est l'objet d'un tel événement ?
Cette diversité c'est un choix totalement volontaire. C'est la volonté d'offrir un énorme Rubik's Cube que chacun puisse assembler comme il le souhaite. On aime surprendre les gens. Et on pense que chacun pourra se fabriquer sa propre expérience. Je suis d'accord c'est très dense. On crée au final plusieurs festivals en un. Un mini-festival du vin, un autre de la bière, un autre encore autour de la vallée du Rhône avec de très grands chefs. Ça nous va très bien que les gens se perdent dans cette programmation.

Mais il y a malgré tout de grands marqueurs dans cette édition…
Bien entendu il y aura de très grands chefs qui seront présents comme Anne-Sophie Pic ou Yoann Conte. Et d'autres peu connus qu'on a tout aussi hâte de faire découvrir, comme ceux qui représenteront Bruxelles. Mais s'il y a une destination majeure cette année, c'est l'Afrique. On veut mettre en avant un territoire qui n'est pas souvent mis sur le devant de la scène, et qui dispose d'une cuisine très riche, très diversifiée. On va s'appuyer sur la musique et l'organisation d'ateliers, et bien sûr sur les chefs. La plupart officient en France [NdlR : les restrictions de voyage dans le contexte actuel ne permettaient pas d'inviter beaucoup de chefs étrangers] comme Jules Niang à Lyo, et font une cuisine authentique. Et ils vont participer à présenter un visage moderne de l'Afrique. Ça c'est un gros marqueur de cette édition. L'autre chose importante, c'est l'accent qui sera mis sur les ateliers. Qui seront partout. "Apprendre" sera un élément important de cette édition. Enfin, on pense que tout le monde a envie de retrouver de la musique live et c'est aussi quelque chose qui nous tient à cœur, on est fiers de notre programmation musicale avec entre autres Lova Lova, Irène Drésel ou encore Magenta.

Comment voyez-vous l'évolution de la cuisine à Lyon depuis la première édition du festival et notamment la place de la street food ?
Quand on a démarré il n'y avait que trois food trucks en ville. Aujourd'hui c'est une soixantaine. Côté restaurants il y a de plus en plus de concepts qui s'apparentent à de la street food. Mais aussi, c'est une chose qu'on remarque peut être moins, il y a une vraie influence de cette cuisine sur la gastronomie. Et il y a encore certainement un bon bout de chemin à parcourir. Souvent la manière d'appréhender la street food passe par une fusion avec les codes lyonnais. Il est possible de dépasser cela et d'aller plus loin. Dans d'autres grandes villes d'Europe, comme Berlin, Londres, mais aussi Lisbonne ou Zürich, il y a une approche de la street food qui reste plus développée. Si on regarde la France, Lyon est en avance. Mais il y a encore tant de choses à faire ! D'ailleurs si on ne pensait pas ça on ne continuerait pas ce festival.

Lyon Street Food Festival
Aux anciennes usines Fagor-Brandt du jeudi 16 au dimanche 19 septembre


Lyon Street Food Festival 2021


Anciennes usines Fagor-Brandt 65 avenue Challemel-Lacour Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lyon : la Bijouterie bientôt de retour à l'enseigne Mr Baoshi

Restaurant | Six ans déjà : c’était l’automne, Arnaud Laverdin ouvrait La Bijouterie. Malheur ! Depuis on ne sait plus quel déconfinement, l’échoppe était restée porte close. (...)

Adrien Simon | Mercredi 22 septembre 2021

Lyon : la Bijouterie bientôt de retour à l'enseigne Mr Baoshi

Six ans déjà : c’était l’automne, Arnaud Laverdin ouvrait La Bijouterie. Malheur ! Depuis on ne sait plus quel déconfinement, l’échoppe était restée porte close. Mais rien de définitif. L’équipe a saisi l'occasion pour rafraichir l’espace et la carte. Un échantillon en fut dévoilé lors du Lyon Street Food Festival : des baos ! Petites boules de pain cuites à la vapeur et farcies, en tout cas le week-end dernier : d’une viande bœuf s’effilochant, galanga et poivre de kampot, ou d’une farce crevette et volaille, sauce porc-saint-jacques, arrosé de sriracha. Le soir, on devrait retrouver un menu plus éclectique, organisé autour d’une table à partager. La levée de rideau est annoncée pour la fin octobre.

Continuer à lire

Lyon Street Food Festival : on a testé

Food | Jeudi 16 septembre s’ouvrait la cinquième édition du Lyon Street Food Festival. On y était, on vous raconte.

Adrien Simon | Vendredi 17 septembre 2021

Lyon Street Food Festival : on a testé

18h, une file commence à se former à l’entrée des anciennes usines Fagor-Brandt, dans le 7e arrondissement de Lyon. À l’intérieur, une ribambelle de cheffes et cuistots attendent de pied ferme la première fournée des quelques dizaines de milliers de visiteurs attendus durant le week end. Les formalités expédiées, QR code par ci, QR code par là, système de paiement dématérialisé à créditer, et on s’enfonce dans la halle principale. Voisinant le stand du MOF Joseph Viola, on retrouve l’équipe de Cocotte, bistrot lyonnais aux accents italiens. Sur leur comptoir une meule de parmesan, évidée, attend qu’on y déverse des louches de risotto aux brisures de truffes, liées minute au fromage italien. On engloutit une coupelle en carton et l’on file vers le stand qui devrait faire le buzz lors de cette édition : celui de l’équipe de La Bijouterie. Qui dévoile pour la première

Continuer à lire

Le retour, en plus grand, du Lyon Street Food Festival

Food | Le festival de la bouffe de rue, et plus encore, revient pour une cinquième édition — cette fois à Faogr-Brandt, du 16 au 19 septembre 2021.

Adrien Simon | Jeudi 8 juillet 2021

Le retour, en plus grand, du Lyon Street Food Festival

Après quatre éditions passées aux Subsistances, le Lyon Street Food Festival avait prévu de se décaler, en automne 2020, du côté des usines Fagor-Brandt (bien connues des amateurs de Nuits Sonores). L’objectif ? Prendre ses aises et augmenter la jauge, alors que plus de 30 000 personnes étaient venus manger (avec les doigts) l’année précédente. Patatras, la Covid est passé par là, alors on se donne rendez-vous même lieu même heure, presqu’un an plus tard. L’événement qui, depuis la première édition, voit accourir les Lyonnais et Lyonnaises par l’odeur (de street food) alléchés, n’a cessé de gonfler au fil des années. Résultat, il devient peu aisé de le définir. Est-ce un rassemblement de foodtrucks ? Un rencard pour grands chefs voulant s’essayer à la nourriture de rue (cette année, notamment, Anne-Sophie Pic, Yoann Conte, Mathieu Viannay, tous étoilés) ? Un salon de créateurs locaux (une cinquantaine « d’artisans fait-main », répart

Continuer à lire

Le Lyon Street Food Festival de retour

Food | Le Lyon Street Food Festival fera son retour du 16 au 19 septembre. Supprimé l'an dernier, le rendez-vous des foodies se trouve confronté à une (...)

Sébastien Broquet | Dimanche 27 juin 2021

Le Lyon Street Food Festival de retour

Le Lyon Street Food Festival fera son retour du 16 au 19 septembre. Supprimé l'an dernier, le rendez-vous des foodies se trouve confronté à une nouvelle donne depuis sa dernière édition en 2019 : les food courts sont devenus monnaie courante dans la ville, les restaurants éphémères comme Edo, celui de Mory Sacko à Fourvière, marchent sur les mêmes platebandes : il va donc falloir assurer du côté des chefs invités, et bien s'imprégner du nouveau spot choisi — Fagor-Brandt succède aux Subsistances. L'on sait déjà que Anne-Sophie Pic, la cheffe de Valence, sera de la partie. Pour la suite, réponse bientôt : la programmation complète de cette cinquième édition sera dévoilée ce jeudi 1er juillet.

Continuer à lire

La street food s'empare des Subsistances

Food | 80 chefs, dont le meilleur du monde, qui font de la bouffe à emporter. Et des concerts, du street art, des barbecues et des cocktails : revoici, ce week-end, le Lyon Street Food Festival.

Adrien Simon | Mardi 10 septembre 2019

La street food s'empare des Subsistances

Les Lyonnais ont découvert qu’ils aimaient la cuisine de rue. Celle que l’on trouve partout dans le monde, sauf en France, et que l’on nomme donc systématiquement en anglais. Manger en marchant n’étant pas une évidence française, on cantonne ici la street food dans des lieux ou des temps donnés. Comme ces food courts fleurissant un peu partout… Où l’on rassemble des stands ou des trucks, fabriquant de la nourriture en live, servie dans de la vaisselle jetable sur de grandes tables communes. Ainsi, H7, le nouvel incubateur de start-ups de Confluence, dispose-t-il d’une cantine d’entreprise ? Non, un food court. Il s’appelle Heat, il est « open » et plein de « heat boys and girls » opérant dans des containers colorés. Au centre commercial de la Part-Dieu on a ouvert un point de restauration éphémère, il s’agit d’un food market (c’est pareil). Dans un autre genre la Tour Rose, institution chic du Vieux Lyon, a confié aux excellents responsables des Apothicaires la conception d’une... food traboule (idem). Et enfin, où donc les Lyonnais vont-ils se presser ce week-end ? À l’inc

Continuer à lire

Un air de vacances au Lyon Street Food Festival

FOOD | La troisième édition du Lyon Street Food Festival s’annonce épicée et croustillante : du 13 au 16 septembre, cuisine nomade sur fond de concerts cools vous feront repartir en vacances.

Lisa Dumoulin | Lundi 10 septembre 2018

Un air de vacances au Lyon Street Food Festival

Chaque année, le Lyon Street Food Festival met à l’honneur plusieurs destinations phares. Pour cette troisième édition, un tour panoramique du globe et des saveurs entre orient et occident est organisé avec un focus sur Montréal, Hong Kong et Izmir. La ville où la street food ne dort jamais, c’est bien sûr Hong Kong et ses marchés de nuit et autres étals de rue. Entre nature luxuriante et urbanisation, traditions et émergence, le champ des possibles est infini. Dignes représentants de cette culture, La Table Wei, nouveau restaurant bistronomique lyonnais, proposera des petits pains cantonais fourrés au porc cuit sept heures ; Mammy Pancake, échoppe de bubble gaufres, viendra spécialement pour faire goûter les egg waffles traditionnelles ; Jiang Xin, deux anciens étudiants de l’Institut Paul Bocuse, prépareront leur spécialité : le dim sum ; et enfin Bao Time, restaurant traditionnel cantonais, proposera sa recette de brio

Continuer à lire

Unico, un glacier qui grimpe

Glacier | L'ascension de la Grande Côte a de quoi faire suer. Ouf ! Une halte surgelée ouvre dans la montée : Unico. Leurs glaces (très) artisanales font déjà parler. À retrouver avec joie ce week-end au Street Food Festival.

Adrien Simon | Mardi 5 septembre 2017

Unico, un glacier qui grimpe

Tiago Barbosa est brésilien. Julia Canu, corse. Tous deux se sont rencontrés à l'Institut Paul Bocuse, durant leurs études. Logiquement, ils auraient dû finir en cuisine... Ils ont plongé dans la glace. Quand Pierre Geronimi (avec qui Julia a travaillé) décide d'ouvrir une boutique à Monaco, le célèbre glacier de Sagone leur confie quelques mois son nouvel espace. L'occasion pour la paire de tester cette idée leur tenant à cœur, développée désormais dans leur propre échoppe de la Montée de la Grande Côte : une fabrique de glaces écoresponsable. Tiago explique : « respecter les saisons, utiliser des produits locaux, éviter le gaspillage, ce sont des choses qui deviennent peu à peu évidentes en cuisine. Mais le mouvement est quasi inexistant chez les glaciers. » Selon Julia, « les clients ne sont pas choqués de manger un sorbet à l'abricot au mois de mars. On pense, à tort, qu'un congélateur permet une conservation illimitée. » Les deux ving

Continuer à lire