Benjamin Gibbard

MUSIQUES | Former Lives (City Slang/Pias)

Stéphane Duchêne | Vendredi 30 novembre 2012

Benjamin Gibbard, chanteur et leader de Death Cab For Cutie, c'est un peu notre assistant d'anglais, le type qui articule bien ses phrases, le type normal qui ressemble au voisin de palier mais dont toutes les filles et certains garçons sont amoureux au lycée – alors que pourtant il n'a pas vraiment un physique à tout casser.

 

 

Le truc c'est que là, notre pauvre assistant d'anglais, celui qui a toujours si bien parlé d'amour et offert tant de « c'est notre chanson » à des milliers de couples sur les campus des facs américaines, s'est fait larguer comme une vieille tong trois fois dans les huit dernières années (c'est notre passage Closer mais il se justifiera dans quelques lignes). Dont une par Zooey « Paul » Deschanel – oui, il paraît qu'elle est un peu zinzin, en tout cas elle en a l'air et on l'imagine tout à fait tomber d'un train en pyjama ; chacun ses fantasmes.

 

 

Or s'il y a bien une chose dont un homme normalement constitué se remet moins bien que d'être avec Zooey Deschanel (ZOOEY DESCHANEL, mec !), à part orthographier correctement son prénom (il y a deux « o » à « Zooey » car c'est un adorable petit animal), c'est bien de se faire larguer par Zooey Deschanel. On imagine que le Ben n'est pas ressorti indemne d'une telle épreuve. Il aurait pu replonger dans l'alcoolisme qui le rongea pendant un moment, jusqu'en 2008 année où il se mit au marathon et à Zooey – oui, on sait, un mythe tombe : imaginer Ben Gibbard alcoolique c'est comme voir Richard Bohringer réclamer un Fanta au bar du Crillon.

 

Bigger Love

Au lieu de ça, le chanteur de Death Cab For Cutie s'est ultimement soigné avec ses albums, comme beaucoup d'autres avant lui – les derniers exemples les plus poignants étant Bon Iver et Keaton Henson, un type dont on vous reparlera si la Providence nous en donne l'occasion – autant vous dire qu'elle a intérêt. Le dernier Death Cab for Cutie, Codes & Keys, en avait d'ailleurs attesté puisque de l'aveu même de Gibbard, il était déjà largement inspiré de son divorce d'avec la Zozo.

 

 

Former Lives (« Les Vies d'avant », preuve que Benny n'est pas tout à fait guéri, sans quoi il aurait appelé son album Don't Look Back ou Run Forrest Run), est donc aussi un album d'amour déçu et de reconstruction, sur lequel on retrouve cette voix un peu cul-serré qui nous aura tellement appris à poser les diphtongues et les accents toniques avec Death Cab For Cutie ou The Postal Service.

 

Sur Bigger than Love, plat de résistance de l'album à tous points de vue, Gibbard s'inspire, dans un duo avec Aimee Mann de la correspondance entre Zelda Fitzgerald (autre grande amoureuse folle, flanquée d'un « Z » comme zinzin) et de son F. Scott de mari (alcoolique, fou d'amour et désespéré de sa belle). La chose est assez bien vue d'autant que Gibbard y surjoue dans le chant, le petit garçon perdu, face à Aimee Mann dans le rôle de l'amoureuse qui rend fou. Manière d'exorciser sa souffrance par sa mise en scène ? Sans doute, on se souvient par exemple d'un des titres phares de Death Cab for Cutie dans le clip duquel Gibbard chantait sur une table d'opération tout en se faisant disséquer par les membres de son groupe.

 


Death cab for cutie - Title and registration par s_tancredi

 

Preuve, si vous voulez notre avis, qu'il n'y a pas de chanteur plus heureux, ou en tout cas de Gibbard plus heureux, que quand il est malheureux et à même de trifouiller à mains nues dans ses tripes et dans son âme pour y trouver ce qui a bien pu branler dans le manche pour foirer à ce point – contrairement à Codes & Keys, il n'est pas ici question que de Zooey Deschanel, juste d'un gars qui a enchaîné les tuiles. Le Gibbard étant une espèce assez bileuse derrière son masque de gentil assistant d'anglais on eut pu craindre le pire et la chose virer au règlement de comptes (auquel cas on aurait quand même pris le premier avion pour aller venger l'honneur de Zooey et de ses grands yeux en forme d'océan où flotte une mystérieuse île noire).

 

Cœur brisé mais battant

Mais si le songwriter pose ses abats sur la table, cœur battant et brisé à la fois au milieu, brisé mais battant, c'est pour mieux se concentrer sur les chansons elle-mêmes, dénuées des habituels ornements dont il est friand avec DCFC et plus encore avec The Postal Service (qui a dû être privatisé puisque plus rien ne nous est parvenu de ce projet depuis des lustres, ce qui est fort dommage).

 

Peut-être leur manque-t-il, à ces chansons, c'est malheureux à dire, ce qu'en aurait fait un Ben Gibbard encore alcoolique, une noirceur moins ambiguë dont il nous livrerait un sous-texte plutôt qu'un sur-texte parfois un peu trop premier degré – lui pourtant si doué en ambiguïté – et les fameuses déclarations, évoquées plus haut, pratiquement devenues arguments de vente : « Ces chansons s'étalent sur huit ans, trois relations amoureuses, deux maisons, une période d'alcoolisme et celle où j'ai arrêté de boire ». Mais au moins ne se perd-il pas dans une mélancolie doucereuse façon Bisounours et les morceaux, épars, sont là, portant la marque de Big Star, des Byrds (et donc de Teenage Fanclub), du Band ou de Grant Lee Buffalo. Formers Lives, comme un retour au source en quelque sorte.

 

 

Comme il fait partie de ces figures de la pop indé avec lesquelles on a nous même émotionnellement grandi (ou qui nous ont fait rester de grands ados attardés, c'est au choix), on ne voudrait pas lui souhaiter davantage de mal, mais, c'est un fait, Benjamin Gibbard devrait se faire larguer plus souvent – même si trois fois en huit ans reste une bonne moyenne pour un homme de son âge. Autre fait évident : cette Zooey doit vraiment être une sacrée nana : sur l'intro de l'album, un a cappella bondissant, Sheperd's Bush Lullaby, ces mots comme un mauvais rêve : "As you sleep an ocean away / Know that I love you / My every thought is of you / The clouds are beginning to break".

 

Ce genre de fille-là.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Disquaire Day : Vinyl, Vidi, Vici

Top 10 | Entre une réédition d'A-ha et un disque de Xiu Xiu jouant la musique de Twin Peaks, le Disquaire Day, c'est plus de 200 références tous azimuts, toutes périodes, inédits, rééditions, collector, attrape-couillons, ayant pour seul point commun le support aussi authentiquement vinyl que le toupet de Dick Rivers. On y a subjectivement picoré dix petites perles pour la bonne bouche.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 avril 2016

Disquaire Day : Vinyl, Vidi, Vici

Allen Toussaint – Live in Philadelphia 1975 (Rhino) Parce qu'il n'y a pas plus bel hommage à rendre au king of New Orleans, qui nous a quitté en novembre, que de se déhancher sur ces titres saisis sur le vif dans la cité de l'Amour Fraternel, quarante ans avant sa mort. Big Star – Complete Columbia : Live a University of Missouri 4/25/93 (Columbia) Avril 1993, les mythiques inventeurs de la power pop se reforment (partiellement) à Missouri University. Un live mythique ici réédité, remasterisé et agrémenté de cinq inédits. David Bowie – The Man Who Sold the world, picture disc 12'' (Parlophone) On ne va pas épiloguer. On tombe dessus, on achète ce disque (un sublime vinyl peint et une pochette ad hoc), quitte à vendre le monde. Elvis Presley – I'm Leavin : Elvis Folk Country (Sony Music) De Dylan à Gordon Lightffoot, voici rassemblés les divers enregistrements folk du king entre 1966 et 1973. Florence & the Machine – Delilah/Only Love can break your heart 7'' (Island)

Continuer à lire

Ride

MUSIQUES | Going Blank Again - 20th anniversary deluxe edition (Oxford Music/Import)

Stéphane Duchêne | Vendredi 24 août 2012

Ride

Mentionner que l'ex-leader de Ride, Andy Bell, est parti poursuivre sa carrière en jouant les secondes mains chez Oasis au moment même où le groupe de Manchester commençait à sentir le vieux pudding, et qu'il officie maintenant avec Beady Eye (Oasis sans Noel Gallagher) n'est pas le plus beau cadeau à faire à la postérité du groupe qui l'a rendu célèbre. Pourtant le quatuor d'Oxford emmené par Bell, donc, et le lippu et jaggerien Mark Gardener, fut en son temps, et est demeuré, un groupe des plus influents. On entend chaque jour, dans le son d'un groupe passé directement de son garage à la couverture du NME, quelque chose de Ride. Il faut dire que Ride fut, avec My Bloody Valentine, le chef de file du shoegazing (ce courant consistant à jouer de la guitare très fort, si possible en anorak ou dans des fringues trop grandes, en regardant ses chaussures). Sauf que contrairement à My Bloody Valentine dont le seul but était de jouer très fort et très flou dans l'espoir de faire fuir les loups présents dans la tête du fêlé Kevin Shields, Ride avait aussi pour ambition d'écrire des chansons. C'est ce que montre la réédition parue le 20 août de Going Blan

Continuer à lire

Boys next door

MUSIQUES | Chantre d'une pop plaintive et rassérénante à la fois, Death Cab for Cutie revient enchanter les vieux garçons et les jeunes filles avec l'excellent Codes & Keys et un concert à l'Epicerie Moderne qui promet d'être riche en tubes. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 18 mai 2012

Boys next door

Rolling Stone a écrit un jour à propos de Ben Gibbard, leader et chanteur de Death Cab For Cutie qu'il chantait comme un «voisin de palier plaintif». Or c'était un compliment. Il y a pourtant toujours eu, ou presque, dans la musique de Death Cab For Cutie une certaine appétence pour une forme de grandiloquence romantique. Et sans doute cela n'est-il aucunement contradictoire. Imposé comme l'un des phares de l'indie-pop avec Transatlanticism en 2003 Death Cab For Cutie n'a fait que conforter une chose que l'on savait déjà : le romantisme est une affaire de garçon plaintif. Le type même de groupe à faire écouter à la fille que l'on voudrait séduire avec le risque qu'elle vous balance : «c'est de la musique de gonzesses, ça, non ?». Non, c'est de la musique de garçons plaintifs. Comment expliquer autrement que la plupart de leurs tubes, ceux de Transatlanticism, mais pas que, tapissent nombre de BO d'œuvres ciné et télé où il n'est question que de problèmes de grands garçons qui ont du mal à grandir (Six Feet Under, The OC, Californication,

Continuer à lire

Teenage Fan Club

ECRANS | On dit souvent que le rock a inventé les teenagers. Sans rock'n'roll donc, point de «teen movies». Ce que la bande-son du premier d'entre-eux, Americain (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 27 avril 2012

Teenage Fan Club

On dit souvent que le rock a inventé les teenagers. Sans rock'n'roll donc, point de «teen movies». Ce que la bande-son du premier d'entre-eux, Americain Graffiti prouve par le menu, copieux : une anthologie exhaustive du meilleur de la musique 50's et 60's. La musique : première manière d'ancrer une période éphémère – la jeunesse – dans son époque. Et d'y revenir. Éternellement liés : Don't You (Forget about me) de Simple Minds et The Breakfast Club de John Hugues, l'un de ceux qui a le mieux compris la puissance évocatrice d'une BO. C'est avec Pretty in Pink, que John Hugues livre sans doute sa bande son la plus «branchée» (The Smiths, New Order, OMD, Echo & the Bunnymen). Mais dans Ferris Bueller, Hugues est sans dout

Continuer à lire

The W(izz)ard

MUSIQUES | Qui est vraiment M(atthew Stephen) Ward ? À force de le voir acoquiné avec ce qui se fait de mieux en matière de fille/chanteuse/actrice (Zooey Deschanel (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 15 mars 2012

The W(izz)ard

Qui est vraiment M(atthew Stephen) Ward ? À force de le voir acoquiné avec ce qui se fait de mieux en matière de fille/chanteuse/actrice (Zooey Deschanel au sein de She & Him), de super musiciens rassemblés façons Avengers – au sein des bien nommés Monster of Folk ou du beaucoup plus nébuleux projet Arizona Amp & Alternator –, ou de jouer les musiciens de complément, on en viendrait presque à oublier que Ward trimballe une œuvre en solo conséquente et parsemée de classiques tels que Post-War ou Hold Time.Laquelle devrait se prolonger de la plus belle des manières avec la sortie, le 10 avril, d'A Wasteland Companion, dont les échos sont comme du miel à nos oreilles. Dans les mains de M. Ward, la musi

Continuer à lire

Gigantic

ECRANS | De Matt Aselton (ÉU, 1h37) avec Paul Dano, Zooey Deschanel…

Christophe Chabert | Lundi 21 décembre 2009

Gigantic

Sur le papier, "Gigantic" a tout du petit film sympathique, avec son charmant duo d’acteurs (Dano et Deschanel), son ton de comédie mélancolique, ses apartés bizarres… Mais, probablement par peur de raconter linéairement une histoire il est vrai conventionnelle (un vendeur de lits déprimé tente d’adopter un bébé chinois et tombe amoureux d’une fille à papa un peu artiste et un peu cinglée), Aselton laisse dériver son scénario au gré de fantaisies inexplicables, cherchant le détail absurde et le clin d’œil complice au détriment de l’élémentaire lisibilité de son récit. En gros, ça part dans tous les sens, notamment lors des apparitions de Zach Galifianakis (oui, celui de "Very bad trip") en SDF menaçant. Incarnation de l’esprit torturé du héros ? Ou vraie mauvaise conscience urbaine rôdant comme un spectre autour de ces petits-bourgeois avec des petits problèmes ? "Gigantic" ne prend pas la peine d’élucider la question, et on a le sentiment que tout cela n’a pas grande importance, dans un film qui confond légèreté et inconséquence. CC

Continuer à lire

(500 jours) ensemble

ECRANS | De Marc Webb (ÉU, 1h36) avec Joseph Gordon-Levitt, Zooey Deschanel…

Dorotée Aznar | Lundi 28 septembre 2009

(500 jours) ensemble

Pendant que personne ne faisait attention, un sous-genre a éclos dans le moelleux giron de la comédie romantique américaine : le boy meets girl jukebox, où l’on se séduit en écoutant de la musique top tendance (enfin, pas tout le temps). Après les battles d’Ipod d’Une nuit à New York, voici donc les états d’âme façon clips éthérés de (500 jours) ensemble. Tom rencontre Summer dans un ascenseur. Elle lui chante un passage de ‘There is a light that never goes out’ des Smiths, il en tombe instantanément amoureux (normal). Quand il pense à elle, ‘She’s like the wind’ de Patrick Swayze lui vient en tête. Puis leur passion s’exalte au son de Regina Spektor, des Black Lips, de Lee Hazlewood. Mais après avoir fait écouter ‘Quelqu’un m’a dit’ de Carla Bruni (comme par hasard…) à Summer dans sa voiture, Tom sent l’amour de sa vie lui échapper… Toujours à deux doigts de tomber dans la compilation filmée, Marc Webb prend soin de créer des personnages attachants, bien aidé en cela par le couple cinématographique formé par Zooey Deschanel et Joseph Gordon-Levitt. Mais il ne peut malheureusement empêcher son film de verser dans la pose, dans la conscience aigue de son caractè

Continuer à lire