Le Freakshow, un drôle de cirque punk

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Un îlot d'avant-gardisme et de fureur dans un secteur aux programmations souvent interchangeables et gentillettes. Tel est le Freakshow Festival depuis sa création en 2009 par l'association Gigors Electric Sound System, telle sera son édition 2015, où se presseront notamment Napalm Death, précurseur de cette engeance dégénérée et paroxystique du punk qu'on appelle le grindcore, Fuzz, énième incarnation du petit prodige psyché Ty Segall, ou encore l'équipe de Teenage Menopause Records, en grande partie responsable du renouveau garage qui réconcilie les France branchée et prolétarienne depuis le début des années 2010.

Aux platines chaque soir, le label sera également représenté par le duo Scorpion Violente, dont la synth-pop venue du nord de la France (i.e. glaciale et suicidaire) contrastera méchamment avec le cadre idyllique dans lequel prend place l'événement (200 habitants à la ronde, de la verdure à perte de vue). Autres curiosités : le punk sarcastique de The St Pierre Snake Invasion, le grunge décontracté du vagin des Chikitas ou le blues-rock tourbeux de Johnny Halifax and the Howling Truth. Drôle de cirque (y compris au sens propre, chapiteaux obligent) que ce Freakshow, vraiment.

Freakshow
Les 28 et 29 août à Gigors (26)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Deathcrusher Tour : la "fine" fleur du metal extrême au Transbordeur

MUSIQUES | Eagles of Death Metal, le groupe qui se produisait sur la scène du Bataclan au moment des attentats, contrairement à ce que son nom suggère, ne joue pas du (...)

Benjamin Mialot | Mardi 24 novembre 2015

Deathcrusher Tour : la

Eagles of Death Metal, le groupe qui se produisait sur la scène du Bataclan au moment des attentats, contrairement à ce que son nom suggère, ne joue pas du death metal, cette ramification paroxystique du heavy metal, d'une technicité (notamment rythmique) et d'une brutalité (en particulier vocale) telles qu'elle évolue aux confins de la musique savante et de l'exutoire sur courant alternatif. C'est en revanche le cas du quatuor américain Obituary – il est même une référence en la matière – partie prenante du Deathcrusher Tour, véritable tournée de gala de l'extrémisme sonore, de passage au Transbordeur mardi 24 novembre. Également à l'affiche : les Britanniques de Napalm Death et Carcass, pionniers du grindcore (à peu près pareil que le death, mais en plus frustre, linéaire et expéditif, puisque dérivé du punk) et Voivod, vétérans québécois du thrash metal (évolution "consciente" et agressive du heavy à papa dont Metallica et Slayer sont les plus célèbres instigateurs). Autant de fausses brutes épaisses – les metalheads constituant le clan musical le plus inoffensif et accueillant qui soit – qui se feront un plaisir et même

Continuer à lire

La scène locale investit les médiathèques

MUSIQUES | Bon, du rififi peut-être pas, mais de la musique oui, grâce à cette initiative qui voit les médiathèques du Lyonnais accueillir en leur sein, durant tout (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 30 septembre 2015

La scène locale investit les médiathèques

Bon, du rififi peut-être pas, mais de la musique oui, grâce à cette initiative qui voit les médiathèques du Lyonnais accueillir en leur sein, durant tout le mois d'octobre (du 3 au 31), «la crème de la scène locale». Soit une vingatine de concerts tous genres confondus. Cela va en effet des magnifiques Odessey & Oracle, le vent en pleine poupe en ce moment, au ukulélé (bien pratique en médiathèque) de Nazca ; du jazz étrange (car pratiqué à la vielle) des Fuzzing Cats au post-punk de Blackthread ; en passant par les chelous La Fabrique des Boucles et Kcidy (fabrique de boucles et trip hop énigmatique, respectivement). On croisera aussi quelques valeurs devenues sûres dans leur domaine, qu'il s'agisse d'Yvan Marc, de Tachka ou de Faïk (l'ancien chanteur de Fake Oddity, passé en mode solo et folk). Enfin, quelques paris seront à prendre sur de jeunes pousses en pleine poussée justement comme Pomme, Satellite Jockey ou The Black Lilys. Bonne occasio

Continuer à lire