«Être à la marge de l'institution» - Interview du collectif Grrrnd Zero

MUSIQUES | Forcé de déménager à Vaulx-en-Velin suite à son expulsion des usines Brossette, le collectif Grrrnd Zero s'apprête, suite à quelques concerts en extérieur, à reprendre le chemin du nomadisme. L'occasion de faire le point sur l'avancée de son installation, débutée il y a un peu plus d'un an dans une papeterie à l'abandon.

Benjamin Mialot | Mardi 22 septembre 2015

Photo : Romain Etienne


Avec le recul, compte tenu de l'état de vétusté de votre nouveau domicile et de son éloignement du centre-ville, avez-vous l'impression d'avoir reçu un cadeau empoisonné ?
Grrrnd Zero :
La localisation n'est pas si problématique. Par contre, l'ampleur du chantier, effectivement... On a encore beaucoup de taf à abattre. On savait que ça allait prendre du temps, mais il y a quelque chose d'intéressant dans cet effort. On repart avec une énergie nouvelle.

Avec du recul, on regrette surtout l'enfumage de départ. On nous a forcé à partir très vite d'un endroit qui aurait pu être utilisé plus longtemps et nous permettre de préparer les travaux sereinement. C'était tellement urgent que le bâtiment est encore debout trois ans après. Le déménagement en lui-même n'est pas compliqué, c'est vraiment le contexte dans lequel il s'est produit : dans le speed, avec beaucoup de retards administratifs et des moyens insuffisants. Ce n'est pas rien, 300 000 balles de subventions. Mais d'après nos estimations, on est sur un projet à un million minimum. Même avec des architectes arrangeants et beaucoup de bénévoles, on est obligés de recourir à la débrouille.

Vous êtes confiants dans l'endurance de ces bénévoles et leur renouvellement ?
Le renouvellement fonctionne bien. Il y a une centaine de personnes qui sont passées sur le chantier. Par contre, très peu sont régulières. Le chantier repose sur les épaules de quelques héros qui donnent leur vie, gratuitement. Si, demain, ils décidaient d'arrêter, ce serait une heure assez sombre. Grrrnd Zero, c'est une mécanique humaine alimentée par la motivation des individus. En onze ans, il n'y a jamais eu d'arrêt total. On est hyper chanceux. Les forces de l'amour sont infinies, man (rires).

On a tout de même prévu le coup, en ouvrant au fur et à mesure, en restant actifs hors les murs, en obtenant cette autorisation de concerts en extérieur... Si on n'avait rien montré pendant deux-trois ans, là ça aurait été la panique.

On n'est pas là pour faire des partenariats, des échanges, animer des événements municipaux... Après, on aimerait bien que Gérard vienne manger des Mars glacés sur le chantier, avec son petit casque (rires)

À terme, à quoi va ressembler votre QG ?
Il y a aura, on l'espère, la même dynamique qu'à Gerland : des studios de répétition, une salle de concerts et des locaux autres, des bureaux associatifs, des espaces de création artistique... La différence avec Gerland, c'est qu'on a aussi un grand terrain, qui devrait nous permettre de faire plus de choses en extérieur. C'est une véritable propriété, qui va se peupler dans les semaines à venir. Il y a déjà des gens qui font un jardin, un atelier de sérigraphie va bientôt attaquer, un autre de couture... On a par contre fait exprès de garder des espaces libres, pour accueillir des gens qu'on ne connaît pas encore.

Votre aventure a toujours été marquée par des relations houleuses avec les autorités, du procès qui a sanctionné vos débuts à vos récents démêlés avec les différents échelons de la Métropole. Est-ce derrière vous désormais ?
Ce serait mentir de dire qu'il n'y a pas eu de soutiens. Il y a des gens qui se sont montrés très sympathiques dès le début. Mais en général, ça a été conflictuel oui. On a débarqué en mode coup de force, et ce n'est pas comme ça que les puissants aiment soutenir des initiatives. L'année dernière, on a dû remettre en scène notre propos, mener une campagne un peu incendiaire en collant des affiches avec le portrait de Gérard Collomb pour obtenir la signature de la convention d'occupation. Depuis, on a peu de contacts avec la mairie centrale, on avance.

C'est plus le Grand Lyon qu'on a du mal à passionner. Dès qu'on a un problème, que ce soit une histoire de gestion de poubelles ou un portail qui ne marche pas, il y a une énorme inertie... Ça a mis dix ans pour s'assainir avec la Ville ; avec le Grand Lyon, propriétaire des lieux, on repart à zéro. Quand tu es une petite structure face à une grosse machine, ça passe toujours par de la patience et de la gueulante. Des deux côtés.

Grrrnd Zero, c'est une mécanique humaine alimentée par la motivation des individus. En onze ans, il n'y a jamais eu d'arrêt total. On est hyper chanceux. Les forces de l'amour sont infinies, man (rires)

Il y a quand même une contradiction dans le fait de revendiquer un esprit do it yourself et de recourir à des financements publics...
Ça a été notre positionnement dès le début : être à la marge de l'institution. N'être ni un SMAC ni un squat. Garder notre indépendance artistique tout en négociant avec les pouvoirs publics. Il n'y a pas eu de glissement. On a délimité un cadre très précis. On n'est pas là pour faire des partenariats, des échanges, animer des événements municipaux... Après, on aimerait bien que Gérard vienne manger des Mars glacés sur le chantier, avec son petit casque (rires).

Pour revenir à cette notion de DIY, en partant du principe qu'elle consiste à chercher toutes les solutions possibles pour mener à bien un projet indépendant sur le plan artistique, la négociation avec les pouvoirs publics fait partie de la boîte à outils. Mais on ne revient pas sur nos principes de fonctionnement : pas de service d'ordre privé, pas de fouilles, possibilité de rentrer et sortir, d'amener ses consos, d'entrer même si tu n'as pas les moyens payer... On n'infantilise pas les gens. Ce devrait être comme ça partout.

Zéro à l'infini

De par son ouverture aux organisateurs locaux, le programme de Grrrnd Zero est l'un des plus denses (et imprévisibles) de l'agglo. Rien que cette semaine, quatre soirées y sont programmées : une sous pavillon Humanist SK Festival, un beau bordel noise avec le quintette cosmico-zinzin a.P.A.t.T. et le duo rustique Casa Fantom (le 23 septembre), un autre avec les convulsifs Dope Body (le 28) et un punk rock show avec les furies new-yorkaises de La Misma (le 24). Ce seront là, jusqu'à nouvel ordre, les derniers concerts que le collectif donnera à domicile. Une seule adresse pour être informé de la suite : www.grrrndzero.org.


Dope Body + Dieb13 + Shocking pinks


Grrrnd Zero Vaulx 60 avenue de Bohlen Vaulx-en-Velin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Gratuit + C_C + Hyperculte + Eric Boros + Cantenac Dagar + Tara Transitory / One man nation


Grrrnd Zero Vaulx 60 avenue de Bohlen Vaulx-en-Velin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Schoolbusdriver + Pylone + A.P.A.T.T. + Casa Fantom

Grrrnd Zero Vaulx 60 avenue de Bohlen Vaulx-en-Velin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Enfin l'ouverture officielle de Grrrnd Zero

Nouveau Spot | Enfin. Après près de quatre années de travaux et de vie cachée, Grrrnd Zero, squatt autorisé désormais localisé dans le quartier de La Soie, peut ouvrir grand ses portes officiellement, ayant recueilli toutes les autorisations nécessaires. L'occasion de revenir sur l'histoire de ce spot dédié aux cultures underground par la voix du collectif, aussi anonyme que pluriel.

Sébastien Broquet | Mardi 24 septembre 2019

Enfin l'ouverture officielle de Grrrnd Zero

#Start Grrrnd Zero : C’est le troisième lieu que l’on investit, il y en a eu deux autres avant. Deux et demi, si l’on compte notre incursion au Rail Théâtre. Notre collectif existe depuis 2004, monté à Lyon par des gens d’ici pour ouvrir un spot où accueillir des musiques alternatives. Le Pezner de Villeurbanne était fermé depuis un petit moment, le Kafé Myzik qui accueillait les musiques de traviole venait de fermer aussi ; la mairie s’était engagée à les reloger, en vain. Au sein de notre collectif, certains venait du Kafé Myzik, d’autres du milieu squatt d’autres villes. Ou n’avaient pas encore participé à des projets, mais voulaient s’investir. Tous se connaissaient très peu avant d’ouvrir le lieu. La solution du squatt n’a pas été envisagé de suite : on a cherché pendant un moment des locaux à occuper par un conventionnement, voire même loué. On s’est rendu compte assez r

Continuer à lire

Année zéro

MUSIQUES | «N'est pas mort ce qui à jamais dort». Cette citation "lovecraftienne", le collectif Grrrnd Zero aurait presque pu la faire sienne. Presque, car alors (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 25 septembre 2013

Année zéro

«N'est pas mort ce qui à jamais dort». Cette citation "lovecraftienne", le collectif Grrrnd Zero aurait presque pu la faire sienne. Presque, car alors qu'on le craignait au bord du démantèlement depuis son éviction des anciennes usines Brossette, voilà-t'y-pas que nous apprenons, au détour de l'une des proto-affiches dont il a le secret, qu'il s'apprête à fêter son neuvième anniversaire. Cela se passera lundi 7 octobre avec le batteur du formidable duo noise Lightning Bolt, Brian Chippendale (ou plutôt Black Pus, du nom de son projet prétendument pop et réellement siphonné), dans un lieu pour l'heure indéterminé, Grrnd Zero étant toujours sans domicile fixe – mais comme il faut obligatoirement réserver sa place par courriel à l'adresse jesuisanxieux@gmail.com, vous serez prévenus à temps. Il le sera pour une bonne dizaine de mois encore, le temps que soit remis aux normes le site industriel qui lui a (enfin) été octroyé pour cinq ans au 60 avenue de Bohlen, à Vaulx-en-Velin. D'ici là, on prendra soin de de lire et relire le nécessaire manifeste que ces increvables promote

Continuer à lire

Suite impérieuse

MUSIQUES | Rock / Liars fête dix ans d’embardées post-punk, no-wave et krautrock ce mois de novembre et c’est Grrrnd Zero Vaise qui aura le privilège d’allumer les (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 21 octobre 2010

Suite impérieuse

Rock / Liars fête dix ans d’embardées post-punk, no-wave et krautrock ce mois de novembre et c’est Grrrnd Zero Vaise qui aura le privilège d’allumer les bougies du trio new-yorkais, pour leur second concert lyonnais. Un retour attendu comme celui du messie après que la bande d’Angus Andrew a déjà incendié le Marché de Gros au mois de mai, en assurant pour Nuits Sonores un pur moment psychédélire, une grand-messe de bruit blanc où le chanteur sorti de ses gonds réincarnait d’un seul homme la transe épileptique de Ian Curtis et le grunge épique de Kurt Cobain. La set list faisait alors la synthèse de cette décade menée tambour battant, alternant punk-rock supersonique (The Garden Was Crowded And Outside), zones de turbulences aux foudres volcaniques, jusqu’aux ambiances anxiogènes du récent Sisterworld, un cinquième album qui quitte New York pour Los Angeles. «Cette ville donne en permanence l’impression d’être au bord de l’apocalypse, confiait récemment Angus aux "Inrocks", je n’ai jamais vécu dans un endroit plus effrayant». Si Sisterworld reflète à merveille l’envers des étoiles qui s’assombrissent sur Hollywood Boulevard, si ses mélodies dantesques sont le miroir Lynchien d’un Mu

Continuer à lire

Menteurs démonteurs

MUSIQUES | Musique / Caprices d'un calendrier bancal, la semaine passée était tellement chargée qu'on n'a même pas pu vous parler de Liars, de passage à Grrrnd Zero Vaise (...)

| Mercredi 28 novembre 2007

Menteurs démonteurs

Musique / Caprices d'un calendrier bancal, la semaine passée était tellement chargée qu'on n'a même pas pu vous parler de Liars, de passage à Grrrnd Zero Vaise dès ce mercredi (et tant pis pour ceux qui attendent le jeudi pour lire le Petit Bulletin). Le trio devrait normalement démonter le Rail Théâtre jusqu'au dernier écrou. Leur premier gros concert français, à la Cigale en novembre 2002, avait été une boucherie au cours de laquelle ils avaient mis les redoutables The Rapture minables. Mais Liars, entre punk, indus, et hip-hop east-coast, avait deux atouts majeurs : un single, Mr You're on Fire Mr, assaisonné au Plutonium et un chanteur, le gigantesque Angus, sorte de Nick Cave hypertrophié, persuadé d'être le fils naturel du Marsupilami et de Skippy le kangourou. Résultat, la Cigale, en fusion intégrale, faillit bien comme dans la fable ne pas passer l'hiver et Liars devenir le roi du retour en grâce de l'after-punk. Sauf que non, car les new-yorkais, tenants d'une conception de l'avant-garde qui meurt mais ne se rend pas, se sont souvent enferrés dans des albums nébuleux (Drum's not dead notamment) livrés sans mode d'emploi pour mieux cacher leurs honteuses dispositions à comp

Continuer à lire