Le Bal des Fringants : « Être un peu en dehors des clous »

Croix-Rousse | Le Bal des Fringants, c'est l'un de ces tout jeunes lieux qui font bouillonner les pentes de la Croix-Rousse d'une ardente énergie, décuplée presque un mois durant par le Quirky Festival. Convivial, décalé, fureteur, le Bal est mené de main de maîtresse par Muriel, activiste de l'ombre et créatrice d'émotions : entretien.

Sébastien Broquet | Mardi 2 mai 2017

Photo : Aquaserge © DR


Comment est né le Quirky Festival ?
Muriel : Le festival permet de faire venir des artistes coup de cœur qui n'ont pas forcément la notoriété pour remplir la salle : on peut ainsi les mettre en lumière et amener des gens vers eux. Et un festival, c'est une manière de communiquer sur le Bal des Fringants, avec ce temps fort dans l'année.

C'est la troisième édition...
La salle n'a que deux ans, mais c'est la troisième édition du festival oui ! Là, c'est l'édition de printemps. Et on aura une suite "été indien" au second semestre, où l'on accueillera notamment Aquaserge et d'autres groupes qui ne sont pas venus depuis longtemps à Lyon. Mais pour ce mois de mai, nous irons aussi trois jours hors-les-murs, en extérieur, à l'amphithéâtre des Trois Gaules.

Quelle esthétique musicale est défendue par le Quirky ?
À l'origine, c'est l'idée d'être un peu en dehors des clous : on aime bien les mélanges d'esthétique. Avec un fond folk, forcément : je suis bien là-dedans, et ça correspond aux contraintes sonores de la salle. C'est pour ça qu'il y aura Raoul Vignal, Fabio Viscogliosi et d'autres soirées folk. Ensuite, tout ce qui est mélangé à de la musique plus expérimentale, comme Powerdove, qui jouera le 19 mai, ou Sathönay Trio ; cette tendance figure sur toutes nos éditions. Il y a une partie plus rock punkysant ou garage : je viens du rock, ça me tient à cœur.
Et cette année, il y aura un spectacle de théâtre d'objet, que j'avais repéré il y a deux ans vers Toulouse. C'est déjanté, un western réalisé en direct avec de petits personnages, accompagné par le guitariste de Rinôcérôse. Tous les bruitages sont faits en direct : c'est hilarant ! Ce n'est pas de la musique, c'est une première pour nous sur le festival, même si on a une programmation orientée famille tout le reste de l'année. Mais on n'a jamais rien eu d'aussi gros que ce spectacle Bang! qui est programmé le 12 mai.

Raconte-nous le Bal des Fringants...
J'ai toujours travaillé dans la musique, la culture, commençant à Paris dans une salle de concerts de musiques du monde. Je suis venu m'installer à Lyon, j'ai été bookeuse pendant quatre ans. J'ai ensuite travaillé au Kraspek Myzik et à Jarring Effects. Je voulais monter une salle depuis longtemps, j'ai pris le temps de me former en administration avant. J'ai écrit ce projet il y a trois ans, j'ai cherché le lieu. On a ouvert en janvier 2015. Avec pour contrainte de commencer tôt, à l'heure de l'apéro à 19h et de finir tôt. C'était un pari : ça a bien fonctionné. On accueille près de 200 artistes par année, avec trois événements par semaine.
Pour continuer à travailler en autofinancement, on accueille aussi des ateliers artistiques, avec environ 50 intervenants dans l'année. Et en journée, nous sommes un espace de travail partagé, du lundi au vendredi. Il y a beaucoup de vie. Et nous avons des bénévoles très investis ! L'idée était aussi que rien ne soit cher, pour les cours, les ateliers... Ça demande une grande rigueur pour être à l'équilibre. Ce qui ne correspond pas toujours à l'idée que l'on se fait d'un petit lieu culturel de la Croix-Rousse. Il y a toujours ce mythe de "on travaille dans la culture donc c'est cool" qui a la dent dure. C'est faux. Aujourd'hui, il faut être rigoureux.

Comment vit le lieu ?
Les gens sortent dans le 1er arrondissement, beaucoup. Pas seulement les riverains. Il y a une énorme proposition culturelle dans ce quartier. Quand on se réunit avec ceux qui organisent des événements indépendants comme nous, on constate qu'il y a dix ans ce n'était pas du tout la même chose. Aujourd'hui, beaucoup de petits lieux organisent des choses, mais ce n'est pas de la concurrence : plus on est nombreux, plus ça renforce l'adhésion du public. Et on s'entraide beaucoup entre lieux alternatifs, il y a beaucoup de solidarité.

Un coup de cœur Quirky ?
On accueille la scène lyonnaise sur le festival, mais pas seulement : il y a Stylish Nonsense qui vient, un duo thaïlandais hyper identifié là-bas, qui a monté un label indé il y a vingt ans et emmené pas mal de gens sur cette esthétique derrière eux. Ils soutiennent la scène de Thaïlande. C'est le gros coup de cœur du festival ! Eux, ils ne sont pas du tout repérés en France, mais c'est un groupe qu'il faut venir voir.

Quirky Festival
Au Bal des Fringants et à l'amphithéâtre des Trois Gaules du 4 au 21 mai

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

On commence par l'apéro au Transbo, on finit par rouler sur des patins

Les Bons Plans de la Semaine | Un bon plan par jour jusqu'à la rentrée : fuyez l'ennui, suivez le guide. Direction le Transbordeur mercredi soir pour la Summer Session du Petit Bulletin, on clôture ensuite le Bal des Fringants, avant un final endiablé dimanche sur des patins à roulettes.

La rédaction | Mercredi 4 juillet 2018

On commence par l'apéro au Transbo, on finit par rouler sur des patins

Mercredi 4 juillet - Summer Session L’apéro avec l’équipe du Petit Bulletin Chaque année, c’est désormais une tradition, toute l’équipe du Petit Bulletin vous convie à fêter son dernier numéro couvrant tout l’été (on sera de retour le 5 septembre) en sirotant quelques mojitos et mauresques au Transbordeur, où nous investissons la scène extérieure pour deux concerts de pépites à découvrir : Perez en premier lieu, qui vient de sortir son second album, où la pop électronisante du Bordelais enchante les fans de ce Daho post-house. Et en ouverture, on savourera le retour aux couleurs new wave tout aussi 80’s de la paire lyonnaise Spitzer. Il est probable que quelques membres de notre équipe se saisissent également des platines… On compte sur vous ! Au Transbordeur à 19h Jeudi 5 juillet - rock Dernière danse aux Fringants Un dernier bal comme une dernière danse. Le 6 juillet, comme nous vous l'annoncions le mois dernier, le Bal

Continuer à lire

Clap de fin pour le Bal des Fringants

Croix-Rousse | Le 6 juillet, le café-concert des pentes de la Croix-Rousse fermera ses portes avec le départ de sa fondatrice vers d'autres cieux.

Sébastien Broquet | Mardi 29 mai 2018

Clap de fin pour le Bal des Fringants

C'est l'un des lieux les plus cools et inventifs de la Croix-Rousse qui fermera ses portes cet été : le Bal des Fringants cesse ses activités avec le départ de sa directrice. Les Lyonnais resteront orphelins de cette programmation pointue et variée à l'horaire décalé, en fin d'après-midi. « Je ferme pour des raisons familiales. On voulait de toute manière déménager, trouver un lieu plus grand, on avait regardé pour reprendre les locaux de 6e Continent... Finalement, on arrête le 6 juillet prochain. Chaque personne de l'équipe va donc poursuivre ses activités séparément » nous explique-t-elle, jointe lundi par téléphone. Une double soirée de clôture est prévue les 5 et 6 juillet, avec le blues du Skeleton Band le premier soir et François Virot le second, qui seront bientôt rejoints par d'autres convives. On notera aussi dans son agenda les quelques dates aguicheuses des jours à venir : Lindo Y Querido ce vendre

Continuer à lire

Quirky : l'étrange festival au Bal des Fringants

Quirky Festival | Insolite, biscornue, étrange, voici comment l'on pourrait qualifier la programmation de l'édition printanière d'un Quirky Festival, si riche de révélations et de talents, mêmes confirmés, à découvrir, qu'elle méritait bien une petite sélection suggestive et subjective.

Stéphane Duchêne | Mardi 2 mai 2017

Quirky : l'étrange festival au Bal des Fringants

Raoul Vignal Derrière ce patronyme peu glamour se cache l'une des révélations lyonnaises de ces derniers mois : un artiste folk aux doigts de fées dont l'art du picking et le goût pour la mélancolie évoquent de loin en loin un Nick Drake à moustache. Loin d'être un débutant, Raoul a déjà à son actif trois EP, une BO de film et une petite réputation berlinoise consécutive à un séjour de deux ans dans la capitale allemande. Mais c'est bien son premier album, The Silver Veil (Talitres) qui voit sa côte exploser. Enregistré à Berlin, le disque dont le titre évoque pour le coup le ciel posé comme un drap sur la capitale allemande, lève paradoxalement ce même voile sur un talent au potentiel immense qui fait le lien entre diverses écoles : celle de l'American primitive de John Fahey et Robbie Basho, celle du revival folk contemporain (José Gonzalez, Kings of Convenience) et celle, donc, unique de Nick Drake, décédé à l'âge où Vignal sort son premier album. Comme un signe d'héritage. Raoul Vignal

Continuer à lire

Quirky Festival, le petit bal retrouvé

MUSIQUES | Perdu dans une rue non passante du sommet des pentes, le Bal des Fringants pourrait n'être qu'un rade associatif parmi d'autres. Géré par une alumnus du (...)

Benjamin Mialot | Mardi 19 janvier 2016

Quirky Festival, le petit bal retrouvé

Perdu dans une rue non passante du sommet des pentes, le Bal des Fringants pourrait n'être qu'un rade associatif parmi d'autres. Géré par une alumnus du Kraspek Myzik, c'est en vérité un café-concert tout ce qu'il y a de plus intime et chaleureux (et un cabaret burlesque, un atelier de couture ou encore un théâtre jeune public, selon les jours) où se pressent local heroes et indie darlings – à l'instar, récemment, du céleste Anonymous Choir. Pour le faire savoir et du même coup souffler sa première bougie, il organise du 26 janvier au 14 février le Quirky Festival, qui rassemble une petite dizaine de concerts défricheurs. Côté Lyonnais, on y retrouvera notamment l'étonnante électro-pop arabique de Säthonay, l'irrésistible early krautrock de La Société Étrange et les belles expérimentations médiévalo-psyché d'Odessey & Oracle. Côté foreigners, il faudra compter avec le folk plein de terre et de peine de Butch McKoy (frontman du survolté trio post-punk I Love UFO) et le songwriting tout en lignes brisées d’Éric Pasquereau, a.k.a. The Patriotic Sunday,

Continuer à lire