La saison des grands écarts

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 4 janvier 2013

Photo : Peeping Tom, A louer, (a)H. Sorgeloos


Pour sa première saison à la tête de la Maison de la danse, Dominique Hervieu inaugure deux événements originaux tout en exécutant une sorte de grand écart. Grand écart entre un festival (Le Boom des années 1980) consacré à des figures historiques de la danse, et un autre consacré à une poignée de chorégraphes émergents (Sens dessus dessous du 24 au 27 mai), dont une nouvelle vague rock'n'roll venue du Québec (Frédérick Gravel). Entre-temps, on attend beaucoup de Luc Petton et de son Lac des cygnes (Swan, du 7 au 10 février) exécuté avec de vrais volatiles, du retour de la toujours époustouflante troupe néerlandaise du NDT2, et du spectacle inclassable du collectif bruxellois Peeping Tom, A louer (du 19 au 22 février) : une pièce hantée d'âmes perdues et à l'onirisme cinématographique, croisant danse, théâtre et chant !

Même grand écart de programmation à l'Opéra qui passera allégrement d'un focus alléchant sur l'américaine Trisha Brown (avec des pièces interprétées par sa propre compagnie et d'autres par le Ballet de l'Opéra, du 9 au 17 février), à l'invitation de deux chorégraphes australiens inconnus du public (Lucy Guerin et Lee Serle) pour des créations sous le signe du mouvement virtuose et de l'abstraction rigoureuse. Au Toboggan, on pourra compléter notre révision des années 1980 avec deux soirées consacrées à Mathilde Monnier (les 19 et 21 mars). Ses premières pièces, les duos Pudique acide (1984) et Extasis (1985), expressionnistes, délurées et humoristiques en diable, seront reprises par de jeunes danseurs. On fera ensuite un grand bond dans le temps avec le duo burlesque créé et interprété par Monnier et la performeuse espagnole La Ribot, Gustavia (2008).

Jean-Emmanuel Denave

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

5 spectacles de danse à ne pas rater cette saison

Danse | Cinq rendez-vous chorégraphiques à ne pas rater ces prochains mois… De la rétrospective concoctée en images de et par Jérôme Bel au spectacle limite de Sciarroni, en passant par les fantasmagories de Peeping Tom.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 28 septembre 2020

5 spectacles de danse à ne pas rater cette saison

Triptyque Kylián Élégance, virtuosité, néoclassocisme : ces trois mots clefs pourraient définir l’œuvre gigantesque du chorégraphe tchèque Jiří Kylián. Pas moins de dix-sept de ses pièces sont inscrites au répertoire du Ballet de l’Opéra. Trois d’entre elles constitueront le programme du Ballet en novembre : Bella Figura et ses images théâtrales explorant la représentation scénique, l’aérienne Wings og Wax autour du mythe d’Icare, et Gods and Dogs où huit danseurs oscillent entre des pôles contraires, entre folie et normalité, maladie et santé, humanité et animalité… Jiří Kylián À l’Opéra du jeudi 12 au dimanche 15 novembre Jérôme Bel, en images et en texte « Rétrospective met en scène mes principales obsessions comme le corps, la culture, le langage, le pouvoir, la vulnérabilité et l’émancipation » dit de sa dernière pièce l’enfant terrible de la danse française Jérôme Bel. Une pièce qui est en l'occu

Continuer à lire

Les modernes et les contemporains

Panorama Danse | Deux festivals et quelques grandes figures de la danse contemporaine (Cunningham, Trisha Brown, Jiří Kylián, Hofesh Shechter) donneront le tempo d'un premier semestre chorégraphique alléchant.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 8 janvier 2019

Les modernes et les contemporains

Deux festivals... Depuis quatre ans, deux festivals de danse structurent les débuts d'année chorégraphique à Lyon. Le Moi de la Danse aux Subsistances (du 23 janvier au 10 février) invite plusieurs artistes à explorer et à rouvrir la notion d'identité à travers leurs spectacles. Pour cette quatrième édition, nous aurons la joie de retrouver Mark Tompkins avec son solo intimiste auto-fictionnel sur des tubes disco et pop, Stayin Alive ; Jan Fabre chorégraphiant le dialogue imaginaire d'un fils et de son père dans Attends, attends, attends... (pour mon père) ; et le fabuleux (fabuleux pour ses recherches de mouvements des plus singuliers et décalés, expérimentateur en diable) chorégraphe suisse Thomas Hauert qui fêtera les vingt ans de sa compagnie ZOO avec How to proceed, une pièce pour huit danseurs. À la Maison de la Danse, le festival Sens Dessus Dessous (du 4 mars au 9 avril) sondera les nouvelles tendances chorégraphiques (le gr

Continuer à lire

Peeping Tom et Maguy Marin ouvrent la Biennale

Biennale de la Danse | La Biennale de la Danse débute, mardi prochain, avec deux chocs chorégraphiques : Maguy Marin et Peeping Tom.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 3 septembre 2018

Peeping Tom et Maguy Marin ouvrent la Biennale

« La danse, et par conséquent le théâtre, n'ont pas encore commencé à exister » écrivait en 1948 Antonin Artaud dans le Théâtre de la cruauté. Cette phrase pourrait nous servir de grigri avant de se lancer dans une nouvelle Biennale de la Danse, avec l'espoir, à chaque édition, d'y être bouleversé, chamboulé dans ses repères artistiques, désorienté... Le cru 2018 s'annonce sous les meilleurs auspices, et, surtout, commence fortissimo avec une nouvelle création de Maguy Marin (Ligne de crête), et la venue à Lyon du collectif bruxellois Peeping Tom pour transmettre au Ballet de l'Opéra l'une de ses pièces phares, 32 rue Vanderbranken (rebaptisée 31 rue Vanderbranken pour l'occasion). On connaissait les affinités de Peeping Tom avec le cinéma en général, et celui de David Lynch en particulier, mais cette pièce-ci est inspirée de Kurosawa et de La Ballade de Narayama, où une vieille dame est contrainte de s'isoler dans une montagne. L'exploration de l'intime (par dix-neuf interp

Continuer à lire

Une Biennale tonique avec Maguy Marin et Peeping Tom

Biennale de la Danse | La programmation de la prochaine Biennale de la Danse a été dévoilée cette semaine, et réunit, a priori, tous les ingrédients d'une édition réussie : risquée, créative, pluridisciplinaire.

Jean-Emmanuel Denave | Dimanche 10 juin 2018

Une Biennale tonique avec Maguy Marin et Peeping Tom

À deux exceptions japonaises près, la Biennale de la Danse 2018 est une Biennale européenne. Elle s'annonce donc moins exotique qu'à l'accoutumée, mais plus exigeante artistiquement, et plus aventureuse dans ses formes d'expression... L'un des fils rouges de cette édition est celui des liens entre la danse et les images, images issues des nouvelles technologies notamment. Ce fil rouge ira, par exemple, de l'utilisation par Merce Cunningham (1919-2009) du logiciel informatique DanceForms (mouvements et enchaînements générés par ordinateur) pour sa pièce Biped, à des créations s'étayant sur la réalité virtuelle par le chorégraphe suisse Gilles Jobin ou par le poète circassien Yoann Bourgeois (artiste très présent dans cette Biennale avec trois spectacles). 27 créations et premières Parmi les 42 spectacles programmés en salles, on compte 27 créations et premières françaises qui constituent le cœur de cette Biennale et, bien souvent, celui de nos attentes... Maguy Marin cré

Continuer à lire

Les mères de Peeping Tom

Danse | « Moeder ne parle pas d’une mère, mais de plusieurs mères. On parle de la maternité, de l’absence, du manque. La pièce fouille dans la mémoire et (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 12 septembre 2017

Les mères de Peeping Tom

« Moeder ne parle pas d’une mère, mais de plusieurs mères. On parle de la maternité, de l’absence, du manque. La pièce fouille dans la mémoire et dans le subconscient pour mettre à jour ce que la mère porte comme désirs, peurs, souffrances ou violence » explique Gabriela Carrizo, dont ce sera la troisième visite à Lyon avec sa compagnie Peeping Tom, qu'elle a fondée à Bruxelles en 2000 avec son complice Franck Chartier, dans la foulée de Caravana, une première pièce commune créée l'année précédente. Dans le dossier de présentation de cette œuvre créée en 2016 et présentée à la Maison de la Danse, elle explique : « je voulais un décor qui puisse représenter plusieurs espaces, à l’image de la multiplicité des mères. L’action se déroule dans un musée, mais qui peut aussi être vu comme un lieu d’exposition privé, où seraient exposés des tableaux et des photos de famille. » Elle est née en 1970 en Argentine et, après une formation en danse contemporaine, a émigré en

Continuer à lire

Les immanquables de la saison danse

Sélection | Cinq spectacles pour lesquels la réservation se fait sans hésitation.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 5 septembre 2017

Les immanquables de la saison danse

Le lynchien : Moeder de Peeping Tom Après Vader ("le père"), la surprenante compagnie flamande Peeping Tom présente Moeder, deuxième volet de la trilogie Père-mère-enfant. Cette nouvelle pièce, toujours très inspirée par l'esthétique cinématographique et le vacillement entre rêve et réalité de David Lynch, nous entraînera dans des lieux aussi différents qu’un service de maternité, un salon funéraire, un musée ou un studio d’enregistrement ! À la Maison de la Danse les 13 et 14 septembre L'associé : East Shadow de Jiří Kylián Le grand chorégraphe tchèque, Jiří Kylián (artiste associé au Ballet de l'Opéra) présente aux Subsistances un duo récent, créé en hommage aux victimes japonaises du tremblement de terre de 2011. Autour d'une table, à l'aube de la vieillesse, deux interprètes tentent de parer au désastre (intime et extime) sur des airs de Schubert et un texte lu de Samuel Beckett (Neither)... Aux Subsistances ​du 27 au 29 septembre Le populaire :

Continuer à lire

Peeping Tom : la danse des âmes fêlées

SCENES | Vader de l'étonnante compagnie Peeping Tom ouvre la nouvelle édition du Festival Sens Dessus Dessous, consacré aux formes chorégraphiques singulières et aux chorégraphes émergents.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 15 mars 2016

Peeping Tom : la danse des âmes fêlées

Quand l'âme humaine est malade ou fêlée, pour en faire le diagnostic comme pour tenter de la soigner, il est bon de la laisser s'exprimer à travers tous ses modes d'expression possibles, semble nous dire la compagnie franco-belge Peeping Tom. Concomitamment, ou successivement : par l'image (théâtrale, cinématographique ou encore surréaliste), par la parole dramatique, le chant et la musique, le mouvement et la danse. Vader (premier volet d'une trilogie sur la famille : Père-Mère-Enfants) nous plonge dans la grande salle des pas perdus d'une maison de retraite. Un espace à priori peu glamour que Peeping Tom met en scène comme une sorte de purgatoire, de limbes Lynchiennes, entre la vie et la mort, la fête et le désespoir. Un fils y traîne littéralement, en début de spectacle, son vieux père qui deviendra dans ces lieux une figure de "patriarche" : tour à tour mythique, moqué, divin, ridicule... Entre rêve et réalité Est-il un être d'exception ou un être délirant ? « La pièce joue sur ce fossé grandissant entre la perception et la réalité dans le corps en déclin et le cerveau sénile. Le temps semble rale

Continuer à lire

Rentrée danse 2016 : on the beat

SCENES | Après un bel automne, la saison danse accélère encore le rythme en 2016 et s'ouvre avec le nouveau festival des Subsistances, Le Moi de la Danse, (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 5 janvier 2016

Rentrée danse 2016 : on the beat

Après un bel automne, la saison danse accélère encore le rythme en 2016 et s'ouvre avec le nouveau festival des Subsistances, Le Moi de la Danse, du 14 janvier au 7 février. L'événement questionnera la notion d'identité à travers les œuvres de jeunes chorégraphes : le Lyonnais Alexandre Roccoli, le Portugais Marco Da Silva Ferreira, les inclassables Cecilia Bengolea & François Chaignaud... Maguy Marin viendra aussi y donner une conférence avant de reprendre à Lyon plusieurs de ses pièces : son chef-d'oeuvre May B autour de l'univers de Beckett (du 29 février au 2 mars à la Maison de la Danse), Umwelt (du 3 au 6 février à Ramdam), l'intrigant Singspiele (au TNP du 16 au 24 mars) et sa dernière grande création Bit (au Toboggan les 4 et 5 mars). Du côté des festivals "habituels", on retrouvera Sens Dessus Dessous à la Maison de la Danse du 15 au 19 mars avec une multitude de chorégraphes émergents et une compagnie phare (les Franco-Belges de Peeping Tom qui, avec Vader, nous plongent dans l'ambiance mi-réelle mi-onirique d'une maison de retraite) ; Chaos Danse, consacré à la je

Continuer à lire

La saison 2015/2016 de la Maison de la danse

ACTUS | De New York à Séoul, du conte philosophique à la relecture de ghetto movie, de la rumba au baroque : à la rentrée, la volonté de Dominique Hervieu de présenter la danse sous ses formes les plus variées ne faiblira pas. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Lundi 27 avril 2015

La saison 2015/2016 de la Maison de la danse

Heureux soient ceux qui ont manqué l'arrivée de Maguy Marin à Ramdam, elle sera à l'honneur du prochain "Archipel" de la Maison de la danse. Succédant à Découflé, elle reprendra son chef-d’œuvre May B et Bit, sa création pour la Biennale 2014 (fin février début mars), ainsi que Singspiele, dernier spectacle co-écrit avec David Mambouch qu'elle présente justement à Ramdam cette semaine (mi-mars, au TNP). La saison 2015/2016 de la Maison de la danse sera marquée par trois autres temps forts. D'abord, un mois (novembre) de festivités autour de New York. Jean Lacornerie et les Percussions Claviers de Lyon y reprendront leur remarquable version de la comédie musicale téléphonique Bells Are Ringing, tandis que le CNDC Angers dansera, notamment, un Event (un patchwork de fragments de chorégraphies) du maître post-moderniste Merce Cunningham. Surtout, on y retrouvera Bill T. Jones le temps d'un pur exercice formel autour du Quatuor de Ravel et de La Jeune fille et la mort de Schubert, et le très en vue Kyle Abr

Continuer à lire

For T.B. : The Festival

SCENES | Le Festival Trisha Brown s’ouvre à l’Opéra avec un programme du Ballet pour le moins ascétique. Newark, pièce créée en 1987 par la chorégraphe américaine, porte (...)

Jean-Emmanuel Denave | Dimanche 10 février 2013

For T.B. : The Festival

Le Festival Trisha Brown s’ouvre à l’Opéra avec un programme du Ballet pour le moins ascétique. Newark, pièce créée en 1987 par la chorégraphe américaine, porte l’empreinte de l’artiste minimaliste Donald Judd, qui signe à la fois la "musique" - une même onde sonore plus ou moins grave ou aigüe, entrecoupée de longues plages de silence - et les décors - une succession de panneaux monochromes plutôt plaisants. Six interprètes évoluent au sein de cette mise en scène plastique très épurée avec des mouvements fort hachés, multipliant les postures sculpturales, toujours à la frontière  du déséquilibre. La chorégraphe américaine cherche ici ostensiblement les limites du porte-à-faux et flirte avec des enchaînements qui, parfois, peuvent apparaître paradoxalement un peu patauds. Si le même minimalisme répétitif est de mise dans For M.G. : The Movie, cette pièce de 1991 (transmise à l'occasion du festival au Ballet) baigne néanmoins dans une atmosphère plus fluide et énigmatique : de la fumée bleutée, des costumes rouilles qui lui répondent, une musique au piano hypnotique et entrecoupée d’une bande sonore passant allégrement de bruits de corne de brume à celui du vol

Continuer à lire

Deux Trisha Brown pour le prix d'une

MUSIQUES | Du 9 au 17 février prochain, l'Opéra consacre un festival à la chorégraphe américaine Trisha Brown, grande dame de la danse contemporaine en général et du courant (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 23 janvier 2013

Deux Trisha Brown pour le prix d'une

Du 9 au 17 février prochain, l'Opéra consacre un festival à la chorégraphe américaine Trisha Brown, grande dame de la danse contemporaine en général et du courant dit post-moderne en particulier. L'événement est d'autant plus remarquable que le Ballet de l'Opéra ne sera pas le seul à interpréter le répertoire de la dame : sa propre compagnie fera le déplacement. Mais le plus beau dans l'histoire, c'est que l'Opéra mène pour l'occasion une opération "une place achetée = une place offerte". Pour en profiter, rendez-vous au guichet de l'établissement ou appelez le 0826 305 325.

Continuer à lire

L'art et la danse, chassé-croisé

ARTS | Rétro / Au Musée d'art contemporain, on peut découvrir une chorégraphe, Trisha Brown, qui s'essaye au dessin, et un plasticien, Bruce Nauman, qui s'aventure (...)

Jean-Emmanuel Denave | Jeudi 28 octobre 2010

L'art et la danse, chassé-croisé

Rétro / Au Musée d'art contemporain, on peut découvrir une chorégraphe, Trisha Brown, qui s'essaye au dessin, et un plasticien, Bruce Nauman, qui s'aventure dans ses jeunes années à une danse minimaliste et répétitive dans son atelier. Tous deux issus de ces fameuses années 1960-1970 aux Etats-Unis où les frontières artistiques se brisent et les disciplines s'entrechoquent. Figure de proue de la «post-modern dance», Trisha Brown fonde avec d'autres chorégraphes et des artistes, en 1962, le bouillonnant Judson Dance Theater. Lecteur de Beckett et sensible aux pièces de Merce Cunningham, Bruce Nauman tente à partir de 1967-68 de s'extraire des enjeux propres à la modernité artistique en faisant de son corps un médium d'expérimentation et de création parmi d'autres... La petite rétrospective consacrée à Trisha Brown est certes un peu rapide et pas toujours bien présentée (les archives vidéo sont montrées sur de petits téléviseurs et on ne peut les regarder que debout) mais constitue un bon résumé de son œuvre protéiforme, insistant sur son versant plastique. Depuis une cinquantaine d'année, la chorégraphe ne cesse d'étendre et de remettre en jeu ses recherches sur le mouvement : sur l

Continuer à lire

Le bonheur en monnaie de singe

SCENES | Danse / «Parler de la bourgeoisie, c'était d'abord et avant tout parler du bonheur... Tout le monde a à se situer par rapport à ce milieu... Toutes les (...)

| Mercredi 31 janvier 2007

Le bonheur en monnaie de singe

Danse / «Parler de la bourgeoisie, c'était d'abord et avant tout parler du bonheur... Tout le monde a à se situer par rapport à ce milieu... Toutes les classes sociales éduquent à la bourgeoisie, qui est assimilée à l'art de vivre», déclare Christine Angot. À partir de ce principe (que l'on partage), le spectacle de la chorégraphe Mathilde Monnier et de l'écrivain Christine Angot, La Place du singe, dépasse l'autobiographie pour titiller nos propres corps et consciences. À Angot la lecture d'un texte sur la condition bourgeoise, à partir de sa propre expérience d'amour-haine pour ce milieu, et de celle de Monnier qui a toujours essayé quant à elle d'y échapper. Un texte vif, tranché, heurté, récurrent, comique. À Monnier son contrepoint dansé, les postures grimaçantes et singées, les mimiques de gosse rebelle, le corps entravé et insurgé, les explosions soudaines et presque folles... Une chorégraphie sur le fil, brouillée, improvisée, telle une conscience malheureuse du corps qui attend sa libération sans jamais vraiment y parvenir. La bourgeoisie reste en travers de la gorge, insiste, comme un diable ressort de sa boîte, de son entreprise... Aux côtés de la danseuse, la voix d'Ang

Continuer à lire