Nicolas Lambert, super péquenot moyen

SCENES | Un spectacle sur le nucléaire pourrait être rébarbatif ou trop technique. "Avenir radieux, une fission française" est tout le contraire : un documentaire théâtral passionnant qui plonge les spectateurs dans les arcanes de la politique nucléaire française tout en prenant soin de ne jamais les perdre en route. Rencontre avec Nicolas Lambert, son interprète et metteur en scène, déjà à l’origine de l’explosif "Elf, la pompe Afrique". Propos recueillis par Aurélien Martinez

Benjamin Mialot | Vendredi 15 novembre 2013

Un artiste est libre de se pencher sur le sujet de son choix, du plus intime au plus politique. Le metteur en scène et acteur Nicolas Lambert, formé à la philosophie et adepte d'un «théâtre de l'action», a décidé de se confronter aux maux récents de la politique française que sont selon lui le pétrole, le nucléaire et l'armement. Le pétrole, c'était en 2004 dans Elf, la pompe Afrique, premier volet d'une trilogie à succès. Avant un dernier volet sur l'armement (qu'il écrit en ce moment), il présente cette semaine au Théâtre Jean Marais Avenir radieux, une fission française, spectacle de 2011 centré sur la thématique du nucléaire. Avec une rigueur journalistique implacable et un sens de l'interprétation efficace, Nicolas Lambert y incarne une vingtaine de protagonistes de l'histoire nucléaire française, des hommes politiques (VGE, Sarkozy...) aux technocrates dévoués en passant par divers personnages de l'ombre (les plus intéressants). Une aventure intelligente, qui appuie avec finesse là où ça fait mal, sans tomber dans le piège du tract grossier.

Avenir radieux, une fission française est le second volet de votre trilogie bleu blanc rouge, dite «trilogie du terroir»...

Nicolas Lambert : Oui. Ces trois sujets – le pétrole (bleu), le nucléaire (blanc) et l'armement (rouge) – me semblent importants et omniprésents en France, alors qu'ils sont très mal pensés. On ne donne pas aux citoyens les éléments pour comprendre en quoi ces sujets interviennent dans la vie de tous les jours. On peut donc se demander : sommes-nous face à quelque chose qui nous a été dérobé à un moment donné – avec l'idée que l'on avait le pouvoir en tant que citoyen et que, petit à petit, l'industrie et les politiques nous l'ont confisqué ? Ou tout simplement, seraient-ce des domaines qui n'ont jamais atteint la démocratie ? Des domaines qui seraient réservés à un tout petit nombre de personnes ? Je tente de répondre à ces questions dans le spectacle. Pour ce qui est du nucléaire, j'essaie par exemple de montrer qu'un homme, qui fait partie du Corps des mines, l'un des grands corps d'État, a décidé et pris des directions que le personnel politique, quel qu'il soit, n'a eu qu'à valider.

Et cet homme, c'est l'ingénieur et homme politique français Pierre Guillaumat, omniprésent dans le spectacle...

Oui, en effet. C'est lui l'auteur de la politique nucléaire française...

Et pas forcément les hommes et les femmes politiques que l'on élit, ces derniers maîtrisant mal le sujet du nucléaire, comme l'on s'en rend compte lors de chaque élection...

C'est en effet très surprenant, et a-démocratique. Je m'explique : on délègue à des gens le pouvoir de décider, mais ces gens-là décident-ils en connaissance de cause ? C'est un fait à interroger. On trouve normal et légitime de confier ces choses à d'autres, comme les politiques, qui sont censés les piger, du fait de leurs compétences universelles épatantes ! Ils les ont peut-être, mais je ne suis pas certain qu'ils aient eux aussi tous les éléments pour le faire.

Votre travail consiste à donner des clés au spectateur...

Je pense que si l'on n'a pas un certain nombre d'éléments en main, on ne peut pas se poser de questions. Des questions auxquelles je n'ai pas forcément de réponses ! Je m'efforce simplement d'avoir un regard de péquenot moyen. Je ne viens pas de l'intérieur du système pour l'exploser – ça pourrait d'ailleurs être très intéressant que quelqu'un le fasse. J'utilise simplement mon temps de cerveau disponible pour essayer de piger ça, et le soumettre au public dans des spectacles. Car mon boulot reste de faire des spectacles, avec ces recherches journalistiques.

Vous insistez bien sur le fait que vous ne livrez que des faits...

Ce sont des spectacles dans lesquels je ne pense pas donner mon point de vue... Il m'arrive de le donner, et donc à ces moments-là je sors de scène. Et encore, je reste à l'état interrogatif, je suis très peu affirmatif.

Avenir radieux, au vu de sa construction et de sa forme, peut finalement être défini comme une sorte de documentaire théâtral...

Il y a des documentaires radio, des documentaires ciné, des documentaires en papier... Le principe de ces trois spectacles est d'essayer de voir si l'on peut faire de vrais documentaires en théâtre. Je suis le média, le seul filtre. Je vais chercher l'info, je la choisis, je mets bout à bout un certain nombre de faits, et je les réinterprète devant le public... C'est un documentaire où je montre des documents. À l'époque où j'ai commencé ce travail, il me semblait que le théâtre ne s'intéressait plus au réel. Ce qui, on dirait, a changé depuis quelques années.

Avenir radieux, une fission française
Au Théâtre Jean Marais, Saint-Fons, vendredi 22 novembre


Avenir radieux, une fission française

De et par Nicolas Lambert, cie Un Pas de Côté, 1h45. Histoire du nucléaire français, de ses ors républicains à ses non-dits étouffants
Théâtre Jean Marais 53 rue Carnot Saint-Fons
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Au Théâtre de l'Iris, notre histoire

Théâtre | Si le théâtre n'est jamais vraiment déconnecté du monde (comment le pourrait-il ?), il peut particulièrement coller au réel pour montrer l'Histoire d’une façon nouvelle. Durant un mois et demi, avec son cycle politique, le Théâtre d'Iris éclaire ce que nos yeux ne veulent pas voir.

Nadja Pobel | Mardi 13 mars 2018

Au Théâtre de l'Iris, notre histoire

Ce n'est pas un festival à proprement parler, avec condensation de spectacles dans un temps très court mais, en six semaines, quatre séquences fortes vont rythmer "l'autre" théâtre villeurbannais. Si, bien sûr, il est à chaque fois question de théâtre, la notion de documentaire n'est jamais bien loin. Ainsi de ce Sankara Mitterrand qui ouvre le bal mi-mars. Soit la rencontre entre le jeune président du Burkina Faso et ce vieux (déjà) briscard de socialiste au pouvoir depuis à peine cinq ans. Malgré une présentation théorique par un troisième homme, les joutes entre ces deux dirigeants permettent de voir ce qui, à ce moment-là, suinte encore du colonialiste et la volonté ferme de l'Afrique de se faire entendre : « vous, vous avez sommeil, nous nous avons la dent » comme le dit Ibrahim Ba, sous la direction de l'équipe toulousaine oulipenne de L'Agit et sous les mots retravaillés par Jacques Jouet, auteur édité chez P.O.L. et passé par la radio dans le culte Des papous dans la tête. Les puissants à la loupe En avril, il sera question de migration – pour les grands - avec l

Continuer à lire

Les moments forts de la saison théâtre 2013/2014

SCENES | Sélection réalisée par Nadja Pobel, Benjamin Mialot et Aurélien Martinez

Benjamin Mialot | Mardi 10 septembre 2013

Les moments forts de la saison théâtre 2013/2014

Regards Née avec une malformation au visage, Séverine Fontaine a dû composer avec pendant toute son enfance. La jeune femme devenue comédienne a décidé de se nourrir de cette expérience pour livrer ce solo présenté comme «un manifeste pour la différence». Dans une scénographie convoquant une série de lampes, elle joue habilement avec le regard du spectateur. Un spectacle sincère et fort.Au Centre Albert Camus, Bron, du 1er au 4 octobre Le Président C’est grinçant et marquant comme… du Thomas Bernhard. Michel Raskine a su adapter cet immense dramaturge autrichien avec le

Continuer à lire