Au bonheur des arts

SCENES | Dix ans que les Subsistances font contrepoids aux institutions culturelles lyonnaises. Durant un week-end sur la thématique du bonheur, ce laboratoire artistique se demande si «Ca va ?». Réponse par l’affirmative de sa co-directrice, Cathy Bouvard, qui n’a pas vu le temps passer. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 25 mars 2014

Photo : Jorg Muller© Fleur Arens


«Comment ça va sur la terre ? / - ça va, ça va, ça va bien. / Les petits chiens sont-ils prospères ? / - Mon Dieu oui, merci bien». Et si cette strophe de Jean Tardieu que les écoliers connaissent par cœur était un raccourci de ces dix années de Subsistances ? Car ce lieu atypique se porte bien. Les chiffres en attestent : 70 compagnies accueillies - dont 20 internationales -, environ 35 créations et 35 000 spectateurs par an. Cathy Bouvard, co-directrice du lieu avec Guy Walter (par ailleurs directeur de la Villa-Gillet), se dit elle-même heureuse du chemin parcouru (à toute allure), et d'y avoir fait découvrir – entre autres ! - ces Chiens auxquels elle n'accole même plus le nom "de Navarre" tant elle a connu tôt cette troupe, la programmant à plusieurs reprises bien avant que des lieux beaucoup plus institutionnalisés ne les réclament - comme le très médiatique Rond-Point parisien,  où ils ont fait l'événement en février.

Les Chiens de Navarre donc, mais aussi le metteur en scène David Bobee, le comédien Gilles Pastor, les performeurs Steven Cohen et Phia Ménard… Une histoire de compagnonnage qui n'a jamais été pré-établie et s'est installée au fil du temps. Cette spontanéité est à l'image même de l'histoire du lieu. En 2003, Cathy Bouvard prend les rênes de cette friche (avec Guy Walter donc), au sortir d'un faux départ marqué par le décès précoce en 2000 de Paul Grémeret, préfigurateur du projet, et le départ de son successeur Klaus Hersche. Denis Trouxe, adjoint à la culture de Raymond Barre, souhaitait faire de cet ancien couvent et lieu de stockage de l'armée un endroit d'expérimentation, à l'image de la Belle de Mai à Marseille ou de ce qui deviendra plus tard, en 2008, le Cent-Quatre à Paris. Cathy Bouvard réfléchit alors à ce qui manque à Lyon : «un lieu de création pour les artistes les plus contemporains de la scène, dans des zones très interdisciplinaires. À l'époque personne ne travaillait sur le cirque par exemple. En danse, les plus contemporains ne venaient jamais à Lyon». 

Une question de tempo

Exit donc le mode de programmation classique de saisons figées très à l'avance, place à des temps forts récurrents qui se dessinent au fil des rencontres et qui se structurent, à quelques exceptions près, dans le courant de l'année : un grand spectacle en septembre, le festival Mode d'Emploi en novembre - au croisement des sciences sociales et des arts vivants et qui verra cette année une création de Bruno Meyssat sur la mission Apollo et notre inlassable besoin de conquête de territoires, la mise en avant d'une compagnie en décembre - les magiciens chambériens de 32 Novembre sont attenduscette année -, Aire de jeu en janvier - des chorégraphes créent à partir du travail d'un compositeur -, le week-end "Ca … ?" en mars, les Assises Internationales du Roman en mai et une "Livraison d'été" en juin - une comédie musicale autour d'un texte de Martin Crimp par Marcial Di Fonzo Bo et Elise Vigier dans trois mois, des créations des fidèles Bobee et Chiens de Navarre en juin 2015.

Au-delà de ce défrichage culturel, la programmation est nimbée de l'idée de fête,  à l'image du pique-nique chorégraphié par la directrice de la Maison de la Danse Dominique Hervieu pour "Ca va ?",  pivot de réjouissances par ailleurs inédites,  chaque spectacle étant créé spécialement pour l'événement, in situ, suite à une commande à la croisée des besoins de l'artiste et des envie de l'équipe des Subs.

Risque

Cet agréable espace se doit en effet d'appartenir à tout le monde. «Chacun doit pouvoir se dire "ce lieu est aussi pour moi"» insiste Cathy Bouvard, non sans reconnaître bien volontiers que, comme tout lieu de culture, les Subs sont surtout fréquentées par des CSP+. Les jeunes y sont toutefois beaucoup plus largement représentés que la vieille garde et les tarifs très bas (8€ maximum, beaucoup de gratuité). Des workshops et de très nombreux ateliers tout au long de l'année visent également à faire connaitre l'art autrement, pour un public potentiellement différent car observant un rapport de totale bienveillance à l'égard de l'artiste, plus disponible qu'ailleurs. Cathy Bouvard : «Pour les étrangers qui viennent travailler ici, c'est la planète Mars. A New York, les membres du Big Dance Theater doivent par exemple interrompre les répétitions à 18h pour aller travailler après pour gagner leur vie» explique-t-elle, avant de poursuivre «qu'en France, on a cette immense chance de protéger les artistes, ce qu'il faut à tout prix préserver». Soutenues très fortement par la Ville (à 60%) et la Région, les Subsistances ne touchent quasiment pas de subsides de l'Etat, faute de pouvoir être rangées dans une case («le grand malheur français !»). Malgré ce manque (grâce ?), elle reconnait qu'elle et Guy Walter ont ici une vraie liberté, son lieu restant, en cette période inquiétante qui voit le Front national progresser dans les urnes, un endroit «où l'on peut se confronter sans risque à des étrangetés qui nous rendent le monde un peu moins violent». Un havre en somme.

Ça va ?
Aux Subsistances, du jeudi 27 au dimanche 30 mars


Big dance theater

"Alan Smithee directed this play", théâtre-danse, 1h15
Les Subs 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Nathan Israël (La Scabreuse)

"L'Homme de boue". Cirque, 1h
Les Subs 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Camille Boitel (L'Immédiat)

"La Conférence sur la Jubilation". Théâtre et musique, 1h
Les Subs 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Stéphane Malfettes : « le lieu bénéficie d'une aura très forte »

Les Subsistances | Officiellement en poste depuis mai, Stéphane Malfettes, qui a succédé à Cathy Bouvard et Guy Walter à la tête des Subsistances, participe au renouvellement massif et inédit des nouvelles directions de lieux culturels à Lyon. Il nous détaille son projet : international et transversal.

Nadja Pobel | Mardi 10 septembre 2019

Stéphane Malfettes : « le lieu bénéficie d'une aura très forte »

Guy Walter s'est occupé d'une grande partie de la programmation des Subsistances, jusqu'au Moi de la Danse fin janvier. Quel est votre apport dans les prochains mois ? Stéphane Malfettes : Il me tenait à cœur d’ouvrir la saison avec l’une des propositions fortes de mon projet : une collaboration avec cette structure géniale qu'est L'Atelier des Artistes en Exil, à Paris. Depuis deux ans, elle accompagne l'arrivée d'artistes qui ont fui leur pays plus par absolue nécessité que par agrément. Aux Subs, nous proposerons des rendez-vous chaque saison sous forme de soirées musique / performance / clubbing avec des artistes venus des quatre coins du monde que nous accueillerons en résidence. On commence avec le performeur congolais Yannos Majestikos et le musicien syrien Wael Alkak. Ça va donner le ton ! Dans un tout autre registre, nous accompagnons le prochain spectacle de Xavier Veilh

Continuer à lire

Désertions et convoitises à la tête des théâtres

Rentrée Théâtre | Étrange rentrée que celle-ci dans le domaine du théâtre. Les spectacles sont multiples, mais rien ne semble immanquable a priori, et des directeurs ou directrices quittent la Ville abruptement... Débroussaillage.

Nadja Pobel | Mardi 8 janvier 2019

Désertions et convoitises à la tête des théâtres

« Cette ville est formidable, je l'adore, mais elle n'est pas dynamisante » déclarait Cathy Bouvard à nos confrères de Lyon Capitale en novembre dernier. La directrice des Subsistances quitte précipitamment mais pas tout à fait par hasard ce navire-phare qu'elle a dirigé avec rigueur et curiosité durant quinze ans et rejoint les Ateliers-Médicis à Clichy-sous-Bois. Lyon n'a pas su garder non plus Marc Lesage, qui, à la co-direction des Célestins a fait de ce théâtre le plus audacieux des mastodontes locaux. Il a désormais les rênes du théâtre (privé) de l'Atelier à Paris. Pierre-Yves Lenoir, co-créateur du Rond-Point avec Jean-Michel Ribes administrateur de l’Odéon aux côtés d’Olivier Py, Luc Bondy et Stéphane Braunschweig le remplace. Il arrive tout droit de la toute nouvelle La Scala (ouverte en septembre dernier) où il était directeur exécutif. . Plus problémat

Continuer à lire

Cathy Bouvard quitte les Subsistances

Nomination | Cathy Bouvard, l'emblématique directrice des Subsistances depuis 2004, quittera ses fonctions dès janvier prochain pour prendre la direction des Ateliers Médicis.

Sébastien Broquet | Jeudi 20 septembre 2018

Cathy Bouvard quitte les Subsistances

Cathy Bouvard, personnalité appréciée de la culture lyonnaise, a candidaté en compagnie de Renan Benyamina (co-fondateur du mensuel Hétéroclite, et conseiller de l'ex-premier adjoint à la maire de Paris Bruno Juillard) à la direction des Ateliers Médicis, nouveau lieu de création et d'émergence culturelles situé à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, ouvert en juin dernier mais encore en préfiguration : leur projet a été accepté, comme le ministère de la Culture l'a confirmé ce jour : « suite à l’avis unanime de l’ensemble des membres du conseil d’administration présidé par Thierry Tuot, Cathy Bouvard est nommée à la direction de l’établissement public de coopération culturelle Les Ateliers Médicis, qui associe l'État, les villes de Clichy-sous-Bois et Montfermeil, la région Ile-de-France, la métropole du Grand Paris, le département de Seine-Saint-Denis, l’Établissement public territorial Grand Paris-Grand Est et la ville de Paris. » Lyon et les Subs perdent-là une directrice mais surtout une tête chercheuse qui a révélé n

Continuer à lire

Ça vous plaît ? C'est eux qui l'ont fait !

Ateliers | À chaque vacances scolaires, la problématique reste la même : comment occuper les enfants ? Surtout à l'occasion de vacances qui n'en sont pas vraiment. Suivez le guide.

Antoine Allègre | Mardi 19 décembre 2017

Ça vous plaît ? C'est eux qui l'ont fait !

La facilité "parents indignes" de les laisser scotcher devant la tablette n'étant pas (totalement) recevable, la meilleure solution est de leur ouvrir les portes vers le monde merveilleux des arts plastiques, des pratiques circassiennes ou d'un musée hautement fréquentable pour des ateliers. Pour ce qui est de la patouille tip top, la Galerie Vaubecour se trouve être l'écrin idéal pour sensibiliser l'enfant à la matière – et cela dès cinq ans. Déjà parce que l'endroit est magnifique et que la programmation jeune public est impeccable. Jugez plutôt : le 26 décembre, ils pourront sculpter et peindre la comète de Noël ; le lendemain, à partir de matériaux recyclés, ils imagineront un périple spatial. Le 28, ils empoigneront ciseaux, colle et tubes de peinture pour fabriquer leur propre planète terre (pour ensuite complèter le système solaire au grand complet le mardi 2 janvier). Le 3 janvier, ils se pencheront sur l'expédition Apollo 13 en direction de la Lune, grâce à des photomontages réalisés par leurs petites fourches caudines (et fabriqueront l'astre et ses prochaines voisines étoilées le 5 janvier). Le jeudi 4 janvier, ils in

Continuer à lire

Lancement de la saison des Subs ce samedi

MUSIQUES | À l'issue de la représentation de Biopigs (voir notre critique) ce samedi 18 septembre, les Subsistances lanceront officiellement leur saison (...)

Nadja Pobel | Vendredi 18 septembre 2015

Lancement de la saison des Subs ce samedi

À l'issue de la représentation de Biopigs (voir notre critique) ce samedi 18 septembre, les Subsistances lanceront officiellement leur saison 2015/2016. À 21h30, la direction du lieu présentera la programmation à venir, puis James Stewart animera la soirée aux platines. Évenement gratuit avec food truck et une buvette.

Continuer à lire

"Biopigs", du théâtre qui prêche aux convertis

SCENES | Passer les codes du théâtre à la moulinette ? Sophie Perez, Xavier Boussiron et leur compagnie du Zerep s’en sont fait une spécialité qui ne (...)

Nadja Pobel | Mardi 15 septembre 2015

Passer les codes du théâtre à la moulinette ? Sophie Perez, Xavier Boussiron et leur compagnie du Zerep s’en sont fait une spécialité qui ne manque ni de panache ni de pertinence. Les applaudissements n’interviennent d'ordinaire qu’en fin de pièce ? Qu’à cela ne tienne : en voilà qui scandent le début de Biopigs de façon mécanique – et ce pourrait être drôle si ce n'était pas qu'un exercice. Plus tard, après que les comédiens, survitaminés, ont moqué des artistes comme Peggy Guggenheim ou Sammy Davis Jr., des scènes plus ou moins cultes du théâtre sont détournées sous le regard laconique d'une grosse tête gluante aux yeux globuleux (pour en montrer la vacuité ? La force ? La question reste ouverte). C’est ainsi que l’on retrouve avec plaisir les notes de Massive Attack sur lesquelles ont dansé Pascal Gréggory et Patrice Chéreau dans Dans la solitude des champs de coton ou des ersatz de Stanislas Nordey et Audrey Bonnet rejouer, sans les cris et la douleur, Clôture de l’amour de Pascal Rambert. Mais à qui s’adresse ce spectacle ? De toute évidence, à ceux qui fréqu

Continuer à lire

Sens dessus dessous

MUSIQUES | Zoom / Un beau week-end de trois jours, ça ne se refuse pas, même en hiver. Les Subsistances se préparent à accueillir une belle brochette de «performers» : ça change ! Dorotée Aznar

Christophe Chabert | Mercredi 24 janvier 2007

Sens dessus dessous

C'est presque une tradition, on ne saurait taire l'arrivée imminente du week-end d'hiver aux Subsistances. La raison en est simple : pendant trois jours, vous pourrez vous frotter à la création contemporaine, dans des formes courtes et pour des sommes modiques (le prix des spectacles oscille entre 0 et 5 euros). Du côté de la programmation, ce week-end fait la part belle à la danse et au cirque (on vous tout sur ce site) et aux performances en tout genre. Des langages qui peuvent surprendre le public, à l'instar d'un Jonak Bokaer qui travaille sur les liens entre nouvelles technologies et mouvement. «Nous sommes dans des formes très performatives et nous faisons des choix artistiques radicaux. Ces langages peuvent déstabiliser, et c'est fait pour», explique Cathy Bouvard, directrice adjointe des Subsistances. N'y voyez pourtant pas une volonté d'élitisme ou d'exclusion. Cathy Bouvard répond d'ailleurs sans problème aux reproches qui ont pu être adressées au lieu et expose patiemment les chiffres de fréquentation : 30 000 spectateurs l'an dernier et «un énorme travail souterrain pour favoriser la mixité du public». Car on sait bien aux Subsistances que les spectateurs sont parfois r

Continuer à lire