La violence sourde et muette de la cie Pôle Nord

SCENES | Chirurgicale et glaçante, la nouvelle création de la bien nommée compagnie Pôle Nord est muette et bien souvent sombre. Ennui garanti ? Au contraire : il émane de "L'Ogre et l'enfant" une rare et fragile étrangeté. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 13 octobre 2015

Photo : Georges Meran


Dispositif bi-frontal, une piste bleue au milieu des spectateurs et un banc adossé à un gros cube marine d'où émane une lumière qui, inévitablement, rappelle le même petit objet mystérieux de Mulholland Drive. De toute évidence, l'étrangeté est la ligne de conduite de cette nouvelle création de la compagnie Pôle Nord, souvent opaque mais jamais lassante.

À quoi cela tient-il ? À la précision de Lise Maussion, d'abord. C'est elle qui endosse l'entrée en matière. Vêtue d'un jogging, regard hagard et dentition proéminente, elle effraie sans agresser, comme un loup fatigué. Est-elle l'ogre ou l'enfant ? Rien n'est moins sûr, ses deux acolytes n'ayant pas la carrure de dévoreurs de minots.

Elle avance, traverse la pièce, lentement, sort des poupées de son sac sali, trimballé depuis longtemps déjà, puis les range. À l'homme d'entamer son rituel : s'habiller en costume, sillonner la ville et rejoindre un bureau imaginaire où seul un geste de signature de documents indique qu'il est "important".

Un troisième, moins présent, queue de rat entre les jambes, erre comme un visiteur, sans place fixe dans ce monde radicalement froid et déshumanisé dont on entend l'incessant brouhaha – seuls inserts de douceur : quelques chansons de Nina Simone.

Queue de poison

Traquer ce qui dysfonctionne au point de transformer l'humain en pion, voilà qui n'est pas une préoccupation nouvelle pour ces comédiens. Issus du Conservatoire de Paris et passés par le collectif D'ores et Déjà (auquel on doit notamment le renversant et passionnant Notre terreur), Lise Maussion et Damien Mongin se sont diamétralement éloignés de la débauche d'énergie qui nourrit les spectacles de Sylvain Creuzevault. Avec leur diptyque Sandrine / Chacal en 2011, ils disaient déjà avec un minimalisme extrême à quel point le travail répétitif peut broyer un homme.

Les délicats et très précis mouvements de leurs mains et de leur pieds, leur présence dans l'espace se retrouvent dans cet Ogre et l'enfant, moins narratif encore mais plus trouble : dans leurs travaux précédents la société poussait à se supprimer, elle conduit désormais à tuer. Si elle reste sourde, la violence a donc décuplé. L'Ogre et l'enfant est une vraie expérience, simple et belle, celle d'un positionnement modeste et tranchant dans le monde. Et face à lui.

L'Ogre et l'enfant
Au théâtre l'Élysée jusqu'au samedi 17 octobre


L'ogre et l'enfant

Conte pour adultes par le Théâtre Pôle Nord, dès 14 ans. Spectacle muet avec chants de Nina Simone
Théâtre de l'Élysée 14 rue Basse-Combalot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

De l'art de parler (et de se taire)

SCENES | Des esquisses de travail, une première et surtout le retour de la précieuse troupe de Pôle Nord : voilà de bonnes raisons pour se rendre au festival Paroles, paroles de la Mouche, une salle d'une vitalité rare toute la saison durant.

Nadja Pobel | Mardi 29 mars 2016

De l'art de parler (et de se taire)

Dans ce qu’il est désormais convenu d’appeler la Métropole, un théâtre se place à l’avant-garde en terme de programmation : celui de la Mouche à Saint-Genis-Laval. Savoir enfin qui nous buvons, fable viticole prévu en juin aux Subsistances dans le cadre du festival UtoPistes, qui a triomphé au 104 parisien, été couverte d’éloges dans Le Monde et ailleurs a fait l’ouverture de la saison passée de la Mouche. Retour à Reims, d’après le virulent livre de Didier Eribon et mis en scène par l’excellent Laurent Hatat est passé par Vienne ce mois-ci : il sera le 27 mai à Saint-Genis. Le déchirant solo Rendez-vous gare de l’Est niché dans la petite salle de la Croix-Rousse cet hiver était en octobre dans ce même théâtre de la Mouche… N’en jetez plus ! Ce flair indiscutable est celui de Gabriel Lucas de Leyssac, dynamique directeur de la salle, qui a aussi initié Paroles Paroles, événement annuel. Du 30 mars au 6 avril, il accueille notamment la nouvelle création d’Eric Massé, Light spi

Continuer à lire

Tout en haut du monde

ECRANS | Le renouveau de l’animation viendrait-il de la diversité européenne ? Même si l'on trouve mille qualités à Vice-Versa, à Dragons voire à L’Âge de glace, l’honnêteté (...)

Vincent Raymond | Mardi 26 janvier 2016

Tout en haut du monde

Le renouveau de l’animation viendrait-il de la diversité européenne ? Même si l'on trouve mille qualités à Vice-Versa, à Dragons voire à L’Âge de glace, l’honnêteté oblige à admettre que ces films souffrent d’un regrettable conformisme esthétique — quand ils ne succombent pas à certains gimmicks narratifs. Comme si la créativité de leurs auteurs ne pouvait s’exprimer qu’à l’intérieur d’un champ clos produisant des fruits ronds, colorés et sucrés, à la saveur prévisible. De notre côté de l’Atlantique, les cinéastes ont une autre approche : ils ne cherchent pas à rivaliser dans la restitution de la réalité — cette course à l’échalote technique servant d’argument aux films ayant les scénarios les plus pauvres —, ils investissent l’écriture en traitant de sujets plus segmentants, moins glamour ; et réfléchissent à la dimension plastique de leurs œuvres. Découvrir Tout en haut du monde, c’est avoir le regard ébloui par une bourrasque de pureté et de clarté. Rémi Chayé propose un traitement visuel allant à l’essentiel, très flat design, qui change les perspectives

Continuer à lire

Les locaux de la saison 2015/2016

SCENES | La crème des artistes internationaux (Lepage, Stein, Jarzyna pour une variation sur "Opening Night"...) a beau fouler nos planches cette saison, on aurait tort d'en oublier les pointures rhônalpines. Zoom sur les prochains spectacles de Richard Brunel, Michel Raskine et cie.

Nadja Pobel | Mardi 8 septembre 2015

Les locaux de la saison 2015/2016

Une fois n’est pas coutume, c’est à l’Élysée (quand bien même l’Espace 44 a rattaqué dès le 1er septembre) que débute en fanfare la saison théâtrale : Michel Raskine y adapte Au cœur des ténèbres de Conrad avec l’éternelle Marief Guittier et l’excellent Thomas Rortais qu’il avait déjà mis à l’épreuve dans son (forcément) triomphal Triomphe de l’amour en 2014. Plus tard, il prendra les mêmes et recommencera, cette fois aux Célestins, pour une adaptation de Quartett d’Heiner Müller (6 au 24 janvier) qui lui-même écrivait là sa version des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos – «une comédie» selon les mots du sulfureux écrivain. Le travestissement ne devrait jamais être loin, l’amusement non plus. La nouvelle création de Gilles Pastor s'annonce elle plus caustique que ludique puisque, après avoir brillamment mis en scène l’Affabulazione

Continuer à lire

Travail précaire

SCENES | Théâtre / Le monde du travail ? Un antre de la folie ordinaire nous dit la compagnie Pôle Nord avec son diptyque CDI/CDD. L’aliénation suinte par tous les pores de ce travail brut, brutal et parfois aussi bancal. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Lundi 7 novembre 2011

Travail précaire

En ce mois de novembre, il fait 20° à l’extérieur du théâtre et au sein de la compagnie Pôle Nord, la banquise fond, comme son héroïne Sandrine. Pas de Groenland pourtant à l’horizon mais une petite ville, à moins que ce ne soit la campagne… Tout est réduit au minimum sur scène, comme dans la vie de sa protagoniste. Un tabouret, une table en formica et un bidet tous du même bleu que le fard à paupière de la travailleuse, un bleu océan dans lequel Sandrine a l’impression de se noyer. Derrière cette métaphore de l’engloutissement se cache le travail ; depuis 11 ans, Sandrine, debout derrière un tapis roulant, est trieuse de verre à la chaîne ; elle en est fière et elle se dit qu’elle a bien de la chance. Ce n’est pas si souvent que le travail, au sens physique du terme, est montré au théâtre. Les réflexions sur le sujet ne manquent pas mais les gestes répétitifs sont rarement représentés, même si Joël Pommerat les a érigés en art depuis plusieurs années. Casque vissé sur les yeux pour éviter les éclats de verre, la comédienne fait le même manège avec ses bras jusqu’à l’épuisement. Un moment fort de la pièce. Folie (trop) douce Ce sont deux échappés du collectif D

Continuer à lire