Au Théâtre de la Croix-Rousse, Johanny Bert reprend son Processus

Nadja Pobel | Mardi 4 janvier 2022

Photo : © Christophe Raynaud de Lage


Après Hen et avant Une épopée, Johanny Bert présente à Lyon, au Théâtre de la Croix-Rousse auquel il est associé, sa mise en scène du Processus. Cette pièce d'une heure (présentée dans le studio) a été écrite par Catherine Verlaguet pour être jouée dans les lycées.

Le sujet parfaitement mené – une ado de 15 ans tombe enceinte lors de son premier rapport et décide d'avorter – a tant touché les ados qu'ils ont demandé à ce que leurs parents puissent voir ce travail. Ce sera chose possible du jeudi 13 au samedi 15 janvier.

Porté par la performance solo de la comédienne Juliette Allain, ce texte est à la fois juste et drôle, documenté et jamais moraliste et dit comment ce personnage décide avec courage d'arrêter le « processus » de ce qui n'est encore qu'un « dédoublement cellulaire ». L'enfant, c'est elle.


Le Processus

Écrit Catherine Verlaguet, ms Johanny Bert, 1h, dès 14 ans
Théâtre de la Croix-Rousse Place Joannès Ambre Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Hen aux Célestins : elle, il et nous au 7e ciel

Théâtre | Dans son petit cabaret, Johanny Bert, auteur, chanteur, marionnettiste, metteur en scène fait souffler un vent de liberté incroyable grâce à sa figurine queer en mousse. Intelligent, tendre, drôle, follement enthousiasmant, Hen est aux Célestins et c’est une merveille de spectacle.

Nadja Pobel | Mercredi 15 décembre 2021

Hen aux Célestins : elle, il et nous au 7e ciel

Mais qu’est-ce donc que Hen ? Ça commence par une intro musicale avec le duo violoncelle-clavier-batterie par Guillaume Bongiraud et Cyrille Froger. Puis apparait une jeune femme de mousse, un peu diva, les seins bien galbés : « je veux être aimée pour moi-même et non pas pour mes ornements ». Les fans y reconnaitront les mots de Brigitte Fontaine. Pour ceux que la chanteuse hérisse, oublier que c’est elle et écouter Hen, trans, un demi-mètre de mousse, qui livre un véritable concert en mode cabaret, changeant à seize reprises de tenues et de corps, tantôt masculin, tantôt féminin, durant les 75 minutes de show. Différentes autrices et auteurs lui ont confié leurs mots (Marie Nimier, Gwendoline Soublin, Alexis Morel…) et la variation sur le il et le elle (« est-elle elle ? est-il il ? », déclinaison sur ce qui « luit et ce qui veille ») donne le ton : résolument tendre et infiniment humain. Bien sûr, résonne intérieurement l’introduction du "iel" dans le Robert qui a fait couler l’encre des réac’ ces dernières semaines mais

Continuer à lire

Jeunesse dorée

SCENES | Ils sont à peine trentenaires et font du théâtre sans retenue. Certes, Johanny Bert et Thierry Jolivet n’en sont pas à leur coup d’essai. Mais ils livrent avec "Le Goret" et "Les Carnets du sous-sol" des spectacles aussi radicalement différents qu’aboutis. Presque un travail de vieux briscards du théâtre. Découverte. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 23 novembre 2012

Jeunesse dorée

La première image du Goret est un plateau incliné à presque 90° sur lequel un homme est tranquillement assis, comme si tout allait bien. Pourtant tout déraille, à commencer par lui, interné. Durant 1h30, Franck, surnommé P’tit Goret par les habitants de son village irlandais, discute, s’énerve, étreint son entourage - souvent aussi patraque que lui. Au plateau, Julien Bonnet incarne ce féroce désordre intérieur avec une dextérité peu commune. Le metteur en scène, Johanny Bert, qui avait réussi à susciter de l’émotion avec un spectacle à base de bouts de papier, Post-it, nourrit pour sa part son spectacle d’une inventivité et d’une tendresse folles. Et s’il y a ici moins de marionnettes que dans son Opéra du dragon, il offre à son acteur des têtes de mousse d’apparence humaine pour l’accompagner dans son monologue.  Tout est finement travaillé, répété avec un respect total pour le texte, l’équipe et les spectateurs. Un magnifique théâtre accidenté et réconfortant, qui transfigure les difficultés inhérentes à cette pièce écrite par Patrick McCabe à partir de son célèbre roman The Butcher Boy. Salir le sol

Continuer à lire