Combat dans l'oeil

Dans le cloître du musée Dauphinois, quarante-sept photos, - essentiellement des portraits d’ouvriers -, rappellent que l’industrie existe encore en Isère. Entretien avec leur auteur, Bernard Ciancia, photographe passionné. Propos recueillis par Reine Paris

Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser aux ouvriers ?
Bernard Ciancia. Je viens du monde de l’industrie. Tout gamin, je traînais dans les usines. Mon père était conducteur de chantier et ingénieur. On a beaucoup voyagé avec lui. Je suis arrivé dans la région à la fin des années 1970, quand il a été nommé directeur des papeteries de Pont-de-Claix.

Mais alors, vous êtes plutôt de l’autre côté de la barrière ?
La différence, c’est que moi, à 14 ans, quand j’ai voulu ma première mobylette, mon père m’a signifié qu’il y avait du travail à l’usine. Il m’a toujours dit, si tu veux quelque chose, tu vas le chercher. On ne m’a rien donné, mais j’ai eu de la chance d’être élevé, d’être éduqué. On est trois frères et à l’usine, les plus sales boulots, c’était pour nous. Parce qu’il fallait qu’on montre l’exemple. Mais, attention, je ne m’en plains pas.

Loin de vous dégoûter, le monde industriel semble au contraire vous inspirer…
J’aime les odeurs des usines, j’aime les hommes qui y travaillent. Quand un mec comme moi pose les yeux sur eux, il y a quelque chose qui se passe. Pendant le conflit Caterpillar [En 2009, le constructeur américain annonce un plan de restructuration et prévoit en Isère la suppression de 733 postes, ramenée finalement à 600, NDLR], ce sont les ouvriers qui m’ont retenu quand je voulais me battre contre la direction. Alors, je leur ai dit : on va faire un livre pour faire chier. On m’en a voulu, ça m’a fermé des portes. Dans l’exposition, on a gardé une seule photo de la série que j’ai faite à cette période, celle de la femme qui passe à vélo devant les flammes, car on ne voulait pas remettre de l’huile sur le feu. Sinon, il m’arrive aussi de photographier des fleurs et des femmes… Mais de moins en moins… Les seules photos d’usine qui existent aujourd’hui, ce sont les photos d’entreprises…

Pourquoi êtes vous devenu photographe ?
Je crois qu’on a le devoir de transmettre. Je suis le huitième photographe de la famille et mon frère fait le même métier. C’est ce que j’ai toujours voulu faire. Et j’ai toujours voulu être un grand photographe comme Capa, Cartier-Bresson et surtout Eugen Smith. Il m’arrive d’être en manque par besoin de faire des photos.

Comment travaillez-vous ?
Je me colle aux gens : ils ne peuvent pas se sauver et moi non plus. J’utilise un minimum de matériel : un boîtier, un 50 millimètres. Quand je travaille, je subis un dédoublement de la personne. Il y a ce qui est là et ce qu’on veut montrer. Un bout de bois, je ne le regarde pas comme un bout de bois. Il faut extrapoler. Et puis, l’appareil a ses limites. La plupart du temps, je ne le regarde pas. Quand j’ai photographié le tailleur de pierre, celui à la figure christique, j’étais au-dessus de lui et j’ai tendu le bras qui tenait l’appareil, sans avoir besoin de regarder au travers. Une photo, c’est le photographe et c’est le sujet. Et il faut savoir qu’à deux cents mètres de chez soi, on peut avoir le scoop. Ce n’est pas la peine de faire le tour du monde.

C’est important pour vous de connaître les gens que vous photographiez ?
Parfois, je n’ai qu’une ou deux heures devant moi, alors, je vais à l’essentiel. J’ai une idée dans la tête et je la cherche jusqu’à ce que je la trouve. En général, ça vient assez vite. Mais, je préfère quand je peux discuter avec les personnes que je photographie. Les hommes sont souvent très pudiques, ils n’arrivent pas à poser, mais quand on les connaît, ils se livrent. L’homme à la barbe qu’on voit sur l’affiche de l’exposition est un ancien militaire devenu mécanicien-électricien. J’ai longtemps parlé avec lui. Un portrait, c’est une vraie rencontre. Quand on s’intéresse à quelqu’un qui travaille, c’est vraiment lui qu’on photographie. Il n’est pas crispé, il oublie l’appareil. Il y a des gens qui ne laissent pas insensibles, qui dégagent une grande douceur. Si on prend le temps de les connaître, c’est facile de prendre une bonne photo.

Si loin, si proches
Les photos exposées dans le cloître du couvent Sainte Marie-d’en-Haut sont le fruit de cinq ans de travail pendant lesquels Bernard Ciancia s’est rendu dans de nombreuses entreprises iséroises. Elles sont organisées en deux galeries de portraits serrés, séparées par une série de clichés d’hommes au travail dans les chantiers et se terminant par quatre photos impressionnantes de sites industriels. Dès les premières images, le visiteur a accès à l’essentiel : il ne peut pas baisser les yeux devant ces visages, pour la plupart en noir et blanc, qui le regardent en face. Alors qu’il avance dans les galeries tranquilles du cloître, il n’échappe pas à la fournaise, au bruit des machines, aux odeurs de vidanges. Le photographe, le premier, a été au plus près de son sujet. Il est monté dans la cabine du grutier, il a approché les fours jusqu’à sentir sa peau brûler, il attendu dans le froid sur la rive, que l’homme grenouille refasse surface, transi. Une grande émotion se dégage de cette exposition dont les images très esthétiques, sont sublimées par la sincérité du photographe et de ses sujets. 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 22 avril 2022 Avec l’exposition "Fait main, quand Grenoble gantait le monde" le musée Dauphinois revient sur une aventure locale de prestige international, celle de la ganterie grenobloise. Un parcours remarquable, riche de nombreuses pièces de collection et...
Mardi 4 janvier 2022 Aussi luxuriante et foisonnante que la forêt à laquelle elle est consacrée, l’exposition "Amazonie[s], forêt-monde" au Musée dauphinois propose un parcours passionnant mêlant histoire, ethnographie et politique. À ne pas manquer !
Mardi 19 octobre 2021 Les fidèles de Détours de Babel ont pu découvrir à l’occasion des derniers brunchs du festival qu’il se passait des choses assez fascinantes dans le cloître du (...)
Mercredi 9 juin 2021 Événement. Riche de mille trésors, l’exposition "Un amour de vélo" du Musée dauphinois témoigne des cultures propres à l’univers du vélo mais également de l’histoire particulière que le territoire entretient avec la bicyclette. Amusant et...
Mercredi 10 février 2021 Elle aurait dû être inaugurée le mois dernier, mais "Un amour de vélo", la nouvelle expo du Musée dauphinois, ne peut encore ouvrir ses portes. Le président du Conseil départemental de l’Isère était toutefois sur place, mardi 9 février, en milieu...
Mardi 16 mai 2017 Samedi 20 mai, c’est la fameuse Nuit européenne des musées, événement couplé en Isère à un week-end baptisé Musées en fête. On a bien lu tous les programmes des lieux qui participeront (des musées donc, mais aussi d’autres institutions culturelles)...
Lundi 18 juillet 2016 Chaque année, le musée grenoblois niché à flanc de Bastille propose plusieurs expositions temporaires souvent passionnantes. Mais, lors de la visite, il ne faut pas pour autant négliger les expositions permanantes, consacrées à l'Isère sous divers...
Mardi 22 décembre 2015 En 2015, on est tombés amoureux d'un musée et d'un artiste.
Mardi 29 avril 2014 Partons sur les traces des vestiges de la Première Guerre mondiale à l’occasion du centenaire du conflit, grâce la nouvelle exposition du Musée dauphinois. "À l’arrière, comme au front" relate ainsi la vie des populations restées sur place, entre...
Lundi 21 octobre 2013 À travers des portfolios sonores qui s’écoutent autant qu’ils se contemplent et une série de photographies, le Musée dauphinois témoigne ingénieusement de la particularité de l’environnement montagnard. Où comment, avec l’exposition "Caractères...
Vendredi 10 février 2012 Nathan et Chloé s’ennuient à la maison. Le remède, amenez-les dans les musées, la plupart d’entre eux proposent pendant les vacances des activités ludiques et interactives. Une bonne façon de susciter curiosité et intérêt. RLR
Lundi 28 novembre 2011 Très didactique, l’exposition du musée de la Résistance s’intéresse à l’engagement dans la résistance au fascisme des exilés italiens en Isère depuis les années 1920 (...)
Lundi 21 novembre 2011 EXPOSITION / En cette période où les évènements autour de l’Italie fleurissent (notamment les Rencontres du cinéma italien qui se poursuivent jusqu’au 29 (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X