Noé

Noé
De Darren Aronofsky (ÉU, 2h18) avec Russell Crowe, Jennifer Connelly...

Sauf le respect qu’on doit à Darren Aronofsky, ses débuts dans le blockbuster à gros budget relèvent du naufrage intégral, et cette relecture du mythe biblique est aussi lourdingue que formatée, kitsch et ennuyeuse… Christophe Chabert

Qui était Noé selon Darren Aronofsky ? Un fanatique écolo, illuminé par l’annonce d’un désastre et la damnation d’une humanité corrompue, entouré par des anges envoyés par Dieu et incarnés en géants de pierre aux yeux phosphorescents. Ce résumé lapidaire de la première heure — interminable — de Noé résume dans le fond le formatage auquel est soumis ce blockbuster : un peu d’air du temps, un peu de messianisme divin (quand va-t-on nous foutre la paix avec ces stupides histoires de religion et quand passera-t-on au XXIe siècle dans cet occident que l’on dit éclairé et que l’on trouve de plus en plus obscurantiste ?) et un peu d’héroïc fantasy. Comme liant, un sérieux papal dans des dialogues qui calquent grossièrement ceux de n’importe quel serial historique actuel — Game of thrones, pour ne pas le citer.

Face à ce gros foutoir en forme de kouglof indigeste et laborieux, on attend, comme dans l’expression consacrée, le déluge, car tout Aronofsky qu’il soit, c’est bien ce qu’on demande à un cinéaste qui engloutit plus de cent millions de dollars dans un film sur l’arche de Noé : filmer ce putain de déluge, même si celui-ci n’est que l’addition d’effets numériques dont le réalisme est évidemment discutable. Quand la scène se produit, à plus de la moitié du métrage, précédée d’une attaque façon Seigneur des anneaux qui n’est que la répétition friquée des instants médiévaux avec les conquistadors dans The Fountain, un tout petit frisson passe. Mais moins grand que lors des séquences similaires dans le pourtant moyen Jour d’après d’Emmerich. En gros, Aronofsky, en plus de rater le propos – débile — et la forme — laide à pleurer — du film, rate aussi ses instants de sidération visuelle.

Naufrage

Il y a sans doute un malentendu envers le cinéaste qui explique la débâcle. Ce malentendu, pour une fois, ne vient ni du public, ni de la critique, mais d’Aronofsky lui-même, qui semble se considérer comme un grand artiste à l’imaginaire débridé, là où ses films les plus convaincants s’inscrivent au contraire dans un certain réalisme, même quand celui-ci est progressivement contaminé par la folie. Les split-screens musicaux de Requiem for a dream ou la schizophrénie de la danseuse dans Black swan ne sont que des éclairs visuels et fantastiques dans des œuvres au demeurant marquée par la tristesse et la grisaille de la vie urbaine contemporaine.

Surtout, Aronofsky n’est jamais aussi bon que lorsqu’il place un personnage et l’acteur qui l’incarne comme pivots de ses films ; rien de tout ça dans Noé. Certes, le cinéaste tente de transformer Russell Crowe en bloc de certitudes que rien ne vient infléchir dans sa détermination à accomplir sa mission ; mais en lui inventant une famille — femme, père, enfants naturels ou adoptés — et un antagoniste, il dilue son regard dans une série de clichés qui renvoient au formatage ambiant. En lieu et place du portrait de Noé en illuminé prêt à sacrifier l’humanité toute entière pour préserver la création divine, il préfère montrer un héros aux valeurs traditionnelles, bien à l’image d’un film qui fait semblant de prendre des risques et n’étale en fin de compte que son impuissance à être autre chose qu’un blockbuster dispendieux de plus.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 13 juillet 2023 Navigation, tyrolienne géante, visites ou balades patrimoniales, déambulation dans les bourgs historiques… Pour sortir de Grenoble et redécouvrir les richesses locales, vous pouvez trouver l’inspiration dans notre sélection de six escapades à moins...
Lundi 16 janvier 2023 Comédie burlesque sur liens familiaux envahissants, satire de notre époque et du milieu de l’édition ; réflexion métaphysique sur l’alchimie prodigieuse du "mentir-vrai" de la création, Youssef Salem a du succès se hisse au niveau de "Mother"...
Jeudi 1 décembre 2022 Le traditionnel rassemblement de chalets, sur la place Victor-Hugo, reste en place jusqu’au 24 décembre. Mais pour garnir le pied du sapin, moult commerçants, associations ou lieux culturels de Grenoble organisent leurs propres marchés de Noël....
Jeudi 26 mai 2022 Presque quarante ans après le film qui l’avait créé superstar, Tom Cruise montre qu’il en encore sous le cabot en se glissant *inchangé* dans le cockpit du plus rebelle des pilotes de chasse à l’occasion d’une Mission : Impossible… Une bonne dose...
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 1 mars 2022 À l’occasion de la nouvelle édition du festival Holocène, qui se déroulera ces vendredi 4 et samedi 5 mars à Alpexpo, passage en revue du conséquent versant rap de sa programmation, qui dévoile en creux un bel aperçu de la diversité des registres...
Mardi 14 décembre 2021 Livres, disques, spectacles, objets d'art : la rédaction du Petit Bulletin vous a concocté une sélection de cadeaux aromatisés à la sauce grenobloise à offrir à vos proches. Plus que dix jours pour garnir le pied du sapin !
Mardi 2 novembre 2021 Retour au bercail pour Jacques Audiard après la parenthèse western des Frères Sisters avec une chronique contemporaine urbaine d’une sensuelle vitalité : le portrait d’un quartier métissé et d’une jeunesse qui l’est tout autant, enveloppé...
Jeudi 13 mai 2021 ★★★☆☆ Un film de Charlène Favier (Fr-Bel, 1h30) avec Noée Abita, Jérémie Renier, Marie Denarnaud… Sortie le 19 mai
Mardi 8 décembre 2020 Animation. Avec le fabuleux "Tokyo Godfathers", le génie regretté de l’animation japonaise Satoshi Kon livrait en 2003 une relecture aussi singulière qu’émouvante du traditionnel conte de Noël.
Mardi 8 décembre 2020 ★★★☆☆ De Charlène Favier (Fr.-Bel., 1h30) avec Noée Abita, Jérémie Renier, Marie Denarnaud… En salles le 16 décembre.
Mardi 6 octobre 2020 La très riche sélection du Festival de Cannes 2020, qui a déjà (dé)livré de bonnes surprises sur les écrans, compte quelques productions tournées en région Auvergne (...)
Mardi 22 septembre 2020 À la fois “moking of” d’un film qui n’existe pas, reportage sur une mutinerie, bacchanale diabolique au sein du plus déviant des arts, vivisection mutuelle d’egos et trauma physique pour son public, le nouveau Noé repousse les limites du cinéma. Une...
Jeudi 12 mars 2020 Alors que sa sortie a été courageusement maintenue sur les écrans malgré l’ombre du Covid-19, et que des affiches ont été indûment taguées en marge des cortèges du 8-mars, Martin Provost et Juliette Binoche reviennent sur la genèse de ce film qui,...
Mardi 10 mars 2020 Un long-métrage féministe qui laisse une petite place à une histoire d'amour : porté par une jolie distribution, le nouveau film de Martin Provost est plutôt réussi. Grâce notamment à un second degré réjouissant.
Mardi 10 décembre 2019 C’est une fête d’anniversaire à laquelle tout le monde peut venir : le collectif Mann’Art(e) souffle dix bougies les soirs des 13 et 14 décembre, à la Salle noire. Au programme : de la danse, de la musique et un dîner philosophique. On...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X