Des nouvelles de la nuit grenobloise

Enquête | Près d’un an après le début de la pandémie (et leur fermeture consécutive), on est allé prendre quelques nouvelles de deux acteurs majeurs de la nuit grenobloise, l’Ampérage et le Drak-Art, qui animent d’ordinaire le quartier Chorier-Berriat.

Hugo Verit | Mardi 16 février 2021

Photo : (c) Hugo Vérit


L'Ampérage s'ouvre aux résidences

L'Ampérage, qui accueille soirées et concerts organisés par de nombreuses associations, vient de passer une année blanche, sans l'ombre d'un événement. Néanmoins, l'équipe garde le moral et communique beaucoup sur les réseaux sociaux, à travers plusieurs séries de vidéos : "Allo les orgas ?" (interviews des différentes structures qui produisent à l'Ampérage), "Première scène" (puisque c'est souvent sur cette scène que les musiciens de la cuvette font leurs premiers pas) et "Ampélove" (évocation par les artistes, les organisateurs et le public des meilleurs moments passés à l'Ampérage).

Depuis peu, quelques notes de musique résonnent à nouveau dans les lieux : « Nous mettons actuellement notre plateau à la disposition des résidences artistiques et formations, toujours dans le respect des contraintes, détaille Antoine Nemoz, chargé de communication. Nous gardons aussi la perspective de reprendre une activité de diffusion en jauge réduite et assise, celle-ci étant soumise à deux conditions indissociables : l'obtention des aides allouées aux jauges réduites et l'autorisation de réouverture des salles de spectacle par le gouvernement, la deuxième condition semblant, mois après mois, toujours un peu plus hors d'atteinte ». Il faut aussi noter que l'Ampérage continue son travail au sein des réseaux d'acteurs régionaux et locaux tels que Grand Bureau, Tempo et Résonance dont le Stud (association gestionnaire de la salle) fait partie. Et pour la suite ? « Nous gardons espoir, les "concerts tests" annoncés par le gouvernement nous laissant entrevoir une reprise des spectacles dans des conditions "normales", soit en jauge pleine et debout, représentatives du spectacle vivant que nous défendons. »

Au Drak-Art, les aides de l'État sont arrivées

En ces temps de crise, les rumeurs vont bon train. Les rideaux baissés et les portes closes de certains établissements, complètement fermés au public depuis bientôt un an, font l'objet de discussions, et les hypothèses les plus catastrophistes ne tardent pas à émerger. À quelques pas seulement de l'Ampérage, la situation du Drak-Art, l'un des rares clubs de Grenoble, suscite ainsi les inquiétudes et les interrogations. Le gérant, Amine Larabi, donne cependant des nouvelles relativement rassurantes : « Les aides de l'État sont arrivées début décembre. C'était long à venir, mais ça nous permet de payer les frais fixes et donc de tenir. » À la sortie du premier confinement, Amine Larabi avait songé à transformer le lieu en bar culturel avec des places assises mais… « Deux jours après avoir pris ma décision, les bars et les restaurants fermaient de nouveau leurs portes. Ça m'a calmé ! Depuis, j'attends tout simplement que la situation sanitaire s'améliore pour pouvoir rouvrir. En septembre, peut-être. »

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Concerts debout : on en est où ?

ACTUS | Enquête / C’est la question qui taraude presque tout le monde : les concerts debout en intérieur, toujours interdits à l’heure de notre bouclage, vont-ils bientôt pouvoir reprendre ? Et quelles stratégies les salles les accueillant mettent-elles en place dans ce contexte d’incertitude ? Tour d’horizon.

Damien Grimbert | Mardi 8 septembre 2020

Concerts debout : on en est où ?

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles ? Sans prise de position officielle claire depuis la fin du confinement, il n’était pas interdit d’espérer secrètement un déblocage tardif de la situation pour les salles ayant l’habitude d’accueillir des concerts debout. Un espoir aujourd’hui de plus en plus ténu – pour ne pas dire inexistant. C’est du moins le constat sans appel que l’on dresse après s’être entretenu avec des acteurs culturels comme la Bobine, l’Ampérage, la Source ou encore la Belle Électrique : plus personne ne croit encore vraiment en une possible évolution de la situation avant 2021, tout juste les plus optimistes s’autorisent-ils encore à garder un très mince espoir de changement pour le mois de décembre. À défaut, il faut donc pour les salles apprendre à composer avec l’incertitude. Les uns après les autres, et au compte-goutte la plupart du temps, les évènements debout un temps annoncés pour l’automne se voient de nouveau annulés ou reportés (le plus souvent à des échéances prudemment lointaines). Au mieux, ils sont transposés dans des configurations assises, avec toutes les contraintes que cela impose. Assis ou dehors Dans ces conditions, que fai

Continuer à lire

Le Drak-Art voit double

Anniversaire | Le célèbre club fête ses dix ans et invite une quinzaine d'associations pour deux soirées musicales. C'est un cadeau : elles sont gratuites !

Martin de Kerimel | Mardi 7 janvier 2020

Le Drak-Art voit double

Attention, événement : les 10 et 11 janvier, à partir de 23h, le Drak-Art ouvre grand ses portes pour célébrer son dixième anniversaire, avec une soirée bass music et une seconde techno-électro, les deux gratuites. L’occasion de découvrir la quinzaine d’associations musicales fidèles à l’établissement du 163, cours Berriat. Amine Larabi, le patron, est assez fier de son succès. Sans subvention publique, à 54 ans, il s’occupe de tout avec une équipe réduite (deux régisseurs permanents et des extras, soit une dizaine de personnes au maximum). Le Drak-Art propose une grosse centaine de soirées et accueille quelque 45 000 fêtards par an. Amine reçoit beaucoup de demandes de groupes pour se produire chez lui et, parfois, pioche dans un carnet d’adresses bien fourni, après plus de trente ans de métier. Le nom Drak-Art ? Il évoque son évidente passion pour la programmation musicale, la rivière proche de l’établissement, mais aussi... l’espoir d’être aussi solide qu’un bateau nordique. « C’est mon côté viking du Sud ! Au départ, plein de groupes de hard m’appelaient pour me demander des infos. » Depuis, les murs portent aussi la mention "cabaret scandinave". Tout est

Continuer à lire

Ce week-end, on danse au Drak-Art et à l'Ampérage (qui lancent leur saison)

Soirées | Fauchés pour la rentrée ? Du côté du quartier Chorier-Berriat, on a pensé à vous avec plein de soirées à entrée ou prix libre ce week-end 6-7-8 septembre. (...)

Damien Grimbert | Mardi 3 septembre 2019

Ce week-end, on danse au Drak-Art et à l'Ampérage (qui lancent leur saison)

Fauchés pour la rentrée ? Du côté du quartier Chorier-Berriat, on a pensé à vous avec plein de soirées à entrée ou prix libre ce week-end 6-7-8 septembre. On pense bien sûr au festival Jour & Nuit, entièrement gratuit jusqu’à minuit mais également à l’Ampérage et au Drak-Art qui joueront aussi la carte de l’accessibilité au plus grand nombre ce tte fin de semain à l’occasion de leur réouverture saisonnière. À l’Ampérage, on commencera par un plateau trance le vendredi, avec les assos ADN et Multiv’Hertz, suivi d’une soirée techno le samedi réunissant des artistes des collectifs Icône, Infrason, Hysteresis ou encore Nonlinear pour la modique somme... d'un prix libre, de minuit à 6h. Du côté du Drak-Art, c’est… à peu près l’inverse niveau programmation, avec une soirée house et techno le vendredi animée par les collectifs Eddy Rumas, Micropop, Icône, The Dare Night ou encore Welcome, puis un plateau dub / bass / trance le samedi avec les assos. Roots’n’Culture, Roots Collective, Bass Jump, LGNE et SPR. Entrée libre pour tous, de minuit à 6h là-aussi. Elle est pas belle la vie ?

Continuer à lire

Décret son : the sound of silence ?

ACTUS | Alors qu'un nouveau "décret son" impose depuis octobre dernier aux diffuseurs de musique (salles de concert, clubs et festivals) des mesures toujours plus drastiques en matière de régulation du niveau sonore, beaucoup s'inquiètent de ses conséquences artistiques, techniques et économiques sur leur activité. Petit tour d'horizon de la question avec quelques-uns des acteurs grenoblois du secteur. Par Stéphane Duchêne et Aurélien Martinez

La rédaction | Mardi 5 mars 2019

Décret son : the sound of silence ?

« Hello darkness my old friend... I've come to talk with you again. » C'est un peu l'ouverture du morceau The Sound of Silence de Simon & Garfunkel qui semble courir dans les têtes des différents diffuseurs de musiques actuelles depuis octobre, date de la mise en application du nouveau décret son n°2017-1244 du 7 août 2017 (voir ci-dessous). Un texte dont la plupart des mesures pourraient bien réduire ces diffuseurs au silence, ou en tout cas à quelque chose qui, pour une salle de musiques actuelles (et donc la plupart du temps amplifiées), s'en rapproche dangereusement. Parmi ces mesures, qui concernent également les festivals (y compris en plein air), l'obligation de « ne pas dépasser des niveaux de pression acoustique continus équivalents à 102 décibels pondérés A (...) et 118 décibels pondérés C [en gros, les basses – NDLR] sur 15 minutes », quand le niveau sonore à respecter était jusqu'ici de 105 dB. Si, sur le papier, la différence paraît infime, en réalité, elle est énorme. De l'avis de la plupart des acteurs concernés, c'est un peu le problème de cette loi : elle

Continuer à lire

Week-end de fête à l’Ampérage et au Drak-Art

Soirées | Vous faites quoi vendredi 11 et samedi 12 janvier ?

Damien Grimbert | Mardi 8 janvier 2019

Week-end de fête à l’Ampérage et au Drak-Art

Programme chargé ce week-end au bout du cours Berriat : comme chaque année depuis neuf ans, le Drak-Art fête son anniversaire avec deux soirées gratuites consécutives, vendredi 11 janvier avec un plateau dub / bass / trance qui réunira les assos Roots Collective, Roots’n’Culture, Bass Jump, SPR, LGNE et Welcome, et samedi 12 avec un plateau house/techno confié au soin des assos Nymphony, De Profundis, Micropop, La Maiz et Eddy Rumas. Mais ce n’est pas tout ! À une dizaine de mètres à peine, du côté de l’Ampérage, on a aussi vu les choses en grand avec une soirée de rentrée à prix libre vendredi 11 qui réunira au line-up des DJs des assos Carton-Pâte, The Dare Night, Hadra, La Métamorphose et ADN, et une soirée gratuite Potion Berbère samedi 12 orientée « électro, downtempo, afro et rythmiques breakées » et animée par une pléiade de DJs hautement recommandables – 55h22, Mazigh, DJ Plaid b2b Telecom 2D, Joona Lukä b2b Jean-Pierre Parpaing… Deux jours, deux salles, quatre soirées à prix libre… Qui dit mieux ?

Continuer à lire

Collectif Résonance : « On veut être la vitrine des musiques électroniques grenobloises »

ACTUS | Samedi 13 octobre, le tout frais collectif Résonance, se présentant comme « l'union de près d'une quinzaine de structures grenobloises défendant les musiques électroniques », organise un double événement de lancement. On a rencontré trois de ses membres histoire d’en savoir plus sur cet ambitieux projet.

Aurélien Martinez | Mardi 9 octobre 2018

Collectif Résonance : « On veut être la vitrine des musiques électroniques grenobloises »

Comment est né le collectif ? Émilie Angénieux (association Hadra) : Le collectif est né en novembre 2017 quand il y a eu le deuxième appel à projets de la Ville de Grenoble concernant le bâtiment Clé de Sol [situé dans le parc Hoche – NDLR]. À ce moment, beaucoup d’associations se sont réunies pour parler des musiques électroniques et de leur place à Grenoble. Et on s’est une nouvelle fois dit que même si le vivier grenoblois était énorme, il n’y avait pas d’accompagnement des pratiques qui était fait, et pas de visibilité institutionnelle. D’où l’idée de faire quelque chose ensemble et de candidater à l’appel à projets. Après l’audition en janvier, la Ville nous a contactés pour nous dire que notre projet était intéressant, mais que MixLab [association pilotant la Belle électrique – NDLR] serait gestionnaire du bâtiment [avec un projet d’accompagnement de la scène musicale locale – NDLR]. Tout en nous précisa

Continuer à lire

L'Ampérage a dix ans : « On est un outil de démocratisation culturelle »

ACTUS | Il y a dix ans naissait l’Ampérage, salle de spectacle associative faisant suite à l’Adaep, épisode grenoblois mythique qui a duré 30 ans. À la veille du week-end de festivités prévu vendredi 14 et samedi 15 septembre au soir, nous sommes allés rencontrer, au bout du cours Berriat, plusieurs membres du Stud, association qui gère l’Ampérage, afin qu’ils nous racontent en quoi leur projet est « un bastion à défendre ». Magnéto.

Aurélien Martinez | Lundi 10 septembre 2018

L'Ampérage a dix ans : « On est un outil de démocratisation culturelle »

En photo, cinq membres de l'Ampérage, devant la salle et avec le soleil dans les yeux : la boss Laurence Tadjine, le p'tit nouveau au CA Mathis Alves, la chargée de com Alexandrine Rivolta, le membre du CA Maël Pierre-Gérard et le régisseur et programmateur David Bonnat Le projet Ampérage Maël Pierre-Gérard, membre du conseil d’administration du Stud et de l’association Carton-Pâte Records : « Le projet de l’Ampérage est de développer des acteurs locaux pour qu’ils puissent se professionnaliser. Dans une salle de concert classique, tu as un programmateur qui va programmer des têtes d’affiche et parfois des petits groupes locaux. Nous, on programme des associations qui, elles, font valoir leurs idéaux culturels et partagent ainsi leurs envies de programmation, que ce soit des têtes d’affiche ou des artistes émergents. » Laurence Tadjine, directrice du Stud, association gestionnaire de l’Ampérage : « Notre programmateur reçoit les demandes des associations qui souhaitent organiser des événements culturels à l’Ampérage. On fonctionne en coréalisation, c’est-à-dire en partage de billetterie. Nous assurons l

Continuer à lire

Le Drak-Art fêtera ses 8 ans vendredi 5 et samedi 6 janvier

Soirée | Point de rassemblement incontournable des amateurs de festivités nocturnes qui ne se retrouvent pas dans l’univers ostentatoire des boîtes de nuit, le (...)

Damien Grimbert | Mardi 19 décembre 2017

Le Drak-Art fêtera ses 8 ans vendredi 5 et samedi 6 janvier

Point de rassemblement incontournable des amateurs de festivités nocturnes qui ne se retrouvent pas dans l’univers ostentatoire des boîtes de nuit, le Drak-Art fêtera les vendredi 5 et samedi 6 janvier ses huit années d’existence à l’occasion de deux grosses soirées gratuites. Si le line-up précis n’a pas encore été dévoilé à l’heure où l’on écrit ces lignes (MAJ : il vient d'être détaillé ici), nul doute qu’il devrait faire la part belle aux DJs des diverses assos électroniques accueillies toute l’année dans ce lieu du bout du cours Berriat.

Continuer à lire

Où sortir à Grenoble jusqu’au petit matin ?

GUIDE URBAIN | Étudiant nouvellement arrivé à Grenoble ou vieux de la vieille en manque d’inspiration, vous voilà en quête d’un spot où finir la soirée ? Quand, entre 1h et 2h du matin, les rideaux des bars commencent à fermer, d’autres lieux (salles de concert, boîtes, clubs…) sont là pour vous ouvrir grand les bras. Sélection.

Sandy Plas | Mardi 3 octobre 2017

Où sortir à Grenoble jusqu’au petit matin ?

L’Ampérage Musiques psychédéliques, transe, rock ou électro : l’Ampérage est la salle de concert associative où se croisent toutes les cultures. Et un point de ralliement pour tous ceux qui aiment bouger jusqu’au petit matin. Car entre deux concerts, l’endroit propose nombre de soirées marquées par un bel éclectisme. À l’image des Melting, qui permettent de sauter à pieds joints dans la culture psychédélique. 163, cours Berriat – Grenoble. Tram A, arrêt Berriat-Le Magasin. De 23h à 6h. Tarifs variables selon les soirées. Tél. 04 76 96 55 88 Le Drak-Art Amateurs de cultures alternatives, le Drak-Art est fait pour vous ! Se croisent ici une bonne partie de ce qui se fait de mieux en matière de musique techno et électro, avec des virages vers le dub et le drum and bass. Un bon mélange à apprécier sur le dancefloor qui se transforme au gré des soirées, plus ou moins intimes. Le bonus ? La fermeture à 7h du mat’, histoire de rentabiliser la soirée jusqu’au bout. 163, cours Berri

Continuer à lire

Au Drak-Art, maintenant, c'est 7h du matin

ACTUS | Deux soirées d'ouverture gratuites de ce Drak-Art 2.0 (beaucoup de travaux ont été effectués pendant l'été) sont prévues ce week-end.

Damien Grimbert | Lundi 29 août 2016

Au Drak-Art, maintenant, c'est 7h du matin

Pendant l’été le Drak-Art, salle de spectacle du 163 cours Berriat très branchée soirées, a effectué différents aménagements qui lui permettent désormais de bénéficier des avantages réservés aux clubs. Concrètement, la salle peut dorénavant fermer à 7h du matin (contrairement à ses voisines l’Ampérage et la Belle électrique qui ont toujours besoin de solliciter des autorisations de fermetures tardives) et vendre de l’alcool au bar jusqu’à 5h30. Pour le reste, pas de gros changements pour le public : la programmation demeurera inchangée, le patron continuant de travailler avec les mêmes associations qu’auparavant, et le tarif des entrées et des consommations ne devrait pas augmenter non plus. En ce qui concerne les travaux de rénovation effectués, la salle est désormais climatisée (fini les murs suintants de condensation par grosse chaleur), le sol a été refait, et des vestiaires sont désormais en place. Également au programme, une augmentation du nombre de concerts les mercredis et jeudis, ainsi qu‘une réfection des murs et du bar prévue avant la fin de l’année. Histoire de fêter tout ça, le Drak-Art organise ce week-end deux soirées d’ouv

Continuer à lire

Les soirées de l’été à Grenoble

MUSIQUES | Où danser cet été ? Plusieurs choix s’offrent à vous. Les voici.

Damien Grimbert | Mardi 5 juillet 2016

Les soirées de l’été à Grenoble

La Bobine maintient ses apéro-mixes du mardi tout l’été avec une programmation aussi riche que diversifiée. À ne pas manquer non plus, les deux barbecues-mixes en journée les dimanches 24 juillet (Dub on The Beach) et 28 août (Garden Boogie). Les Mercredis Pimentés restent actifs au Canberra (sur le campus) pendant tout le mois de juillet, avec notamment le crew strasbourgeois cosmopolite Caterva en renfort des Narco Polo le 13, et une soirée réunissant tous les crews résidents le 27. Le bar de la Belle électrique accueillera le collectif de turntablists Downtown Mayhem à deux reprises les vendredis 8 et 29 juillet, mais également les filles du Grenoble Mixing Girls Club le vendredi 22 juillet. Le Drak-Art propose encore quelques soirées les 8, 9, 13 et 16 juillet, avant de clôturer sa saison avec la fameuse Maliboule Pool Party d’Eddy Rumas le samedi 30 juillet. Au programme : barbecue, pétanque, piscine et sound-system en plein air de 15h à 22h, suivi d’une bass party en intérieur jusqu’au petit matin ! Le Mark XIII ne restera

Continuer à lire

Ampérage, Drak-Art, Belle électrique : des fermetures tardives jusqu'en janvier

ACTUS | Cette rentrée a été difficile pour le Drak-Art et l’Ampérage, les deux salles de concert dédiées aux pratiques culturelles nocturnes ayant dû annuler plusieurs (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 16 septembre 2015

Ampérage, Drak-Art, Belle électrique : des fermetures tardives jusqu'en janvier

Cette rentrée a été difficile pour le Drak-Art et l’Ampérage, les deux salles de concert dédiées aux pratiques culturelles nocturnes ayant dû annuler plusieurs soirées suite au non renouvellement préfectoral de l’autorisation de fermeture tardive – la Belle électrique n’a pas été concernée comme sa rentrée est plus tard. Après une réunion infructueuse la semaine passée entre les directeurs des salles, les associations utilisatrices, la Préfecture, la Ville et des habitants du quartier, la deuxième organisée ce mercredi 16 septembre a été visiblement plus concluante. « La Préfecture reconduit les autorisations d'ouverture tardive [à 6 heures du matin – NDLR] jusqu'en janvier 2016 avec une période test où des médiateurs seront présents aux abords des établissements pour veiller à la tranquillité p

Continuer à lire

Ampérage, Drak-Art, Belle électrique : toujours pas de décision

ACTUS | La réunion prévue mardi 8 septembre entre les différents directeurs des lieux, la mairie de Grenoble et la préfecture de l'Isère n’a rien donné. Une nouvelle est prévue mercredi 16 septembre. D’ici là, plus de fermeture à six heures du matin.

Aurélien Martinez | Mercredi 9 septembre 2015

Ampérage, Drak-Art, Belle électrique : toujours pas de décision

La soirée avec Zombie Disco Squad prévue ce vendredi 11 septembre à l’Ampérage ? Annulée. Comme sans doute toutes celles de ce week-end organisées à l’Ampérage et au Drak-Art (voir au cas par cas) – la Belle électrique n’est pas concernée comme elle n’a pas encore fait sa rentrée. La faute à la réunion qui s’est tenue mardi dernier entre la Ville, la Préfecture, les trois lieux et diverses associations utilisatrices, qui n’a pas abouti à une prise de décision concernant les autorisations de fermeture tardive à 6h du matin, mais a plutôt été une présentation des différents équipements au nouveau préfet – sympa. Le dossier se complique pourtant. La Ville, par la voix d’Élisa Martin, adjointe à la tranquillité publique, remet ainsi en

Continuer à lire

Ampérage, Drak-Art : et ça continue, encore et encore…

ACTUS | Après l’annulation d’une soirée prévue ce vendredi au Drak-Art faute d’autorisation préfectorale permettant de terminer à six heures du matin, les acteurs culturels du monde de la nuit craignent un retour en arrière – en gros, tout le monde dégage à 1h du matin. Ils se mobilisent donc avant de rencontrer le maire et le préfet mardi.

Aurélien Martinez | Jeudi 3 septembre 2015

Ampérage, Drak-Art : et ça continue, encore et encore…

Jeudi 3 septembre, la Belle électrique dressait le bilan de ses six premiers mois d’ouverture et lançait sa nouvelle saison avec une conférence de presse matinale. Au moment des traditionnelles questions de fin, Laurence Tadjine, directrice de l’Ampérage, a demandé à Frédéric Lapierre, directeur de la Belle électrique, s’il avait des infos supplémentaires quant aux autorisations d‘ouverture tardive des salles organisant des soirées, comme il venait d’annoncer un semestre (qui débutera à la fin du mois) riche en propositions électro se terminant à 6 heures du matin. Réponse de l’intéressé : on n’en sait pas plus que vous, on a fait comme si on allait les conserver et on espère que tout va se décanter d’ici peu. Car la situation est on ne peut plus floue. Rappel : en 2013, la Préfecture de l’Isère a décidé d’un coup que l’Ampérage et le Drak-Art, les deux salles situées quartier Bouchayer-Viallet, au bout du cours Berriat, devraient dorénavant fermer leurs portes à 1h du matin pour se conformer à la législation en vigueur et,

Continuer à lire

Horaires de fermeture tardive : le Drak-Art et l'Ampérage de nouveau sur la sellette ?

ACTUS | L'association Carton-Pâte Records vient d'annoncer l'annulation de sa soirée prévue le vendredi 4 septembre au Drak-Art. En cause, le « non renouvellement temporaire d'autorisation de fermeture tardive pour les salles du Drak-Art et de l'Ampérage ».

Aurélien Martinez | Mardi 1 septembre 2015

Horaires de fermeture tardive : le Drak-Art et l'Ampérage de nouveau sur la sellette ?

La solution semblait être la bonne : l'autorisation préfectorale de fermeture tardive poussée à 6 heures du matin en janvier 2014 pour le Drak-Art et l'Ampérage, après plusieurs mois de tension sur ces questions du fait de problèmes de nuisances sonores – on avait tout expliqué ici. Coup de théâtre en cette rentrée : ce dispositif serait remis en cause. C'est l'équipe de l'association Carton-Pâte Records (photo), qui avait une soirée prévue ce vendredi 4 septembre au Drak-Art (jusqu'à six heures du matin donc), qui annonce la nouvelle par communiqué. « Après plus d'une semaine de lutte administrative avec la Préfecture de l'Isere et la Ville de Grenoble, le sous-préfet a décidé de ne pas reconduire temporairement les autorisations de fermeture tardive du Drak-Art. […] Ne voulant pas vous proposer une soirée payante sous un format 20h

Continuer à lire

Quoi de neuf dans la nuit grenobloise ?

ACTUS | Du côté de la Belle électrique Ça y est : la Belle électrique, future salle de 900 places dédiée aux musiques amplifiées, ouvrira le samedi 10 janvier avec une (...)

Aurélien Martinez | Mardi 7 octobre 2014

Quoi de neuf dans la nuit grenobloise ?

Du côté de la Belle électrique Ça y est : la Belle électrique, future salle de 900 places dédiée aux musiques amplifiées, ouvrira le samedi 10 janvier avec une journée de festivités. Niveau prog, plusieurs dates ont déjà été annoncées, dont celle du DJ Ben Klock le 14 février. Côté nuit, on en sait un peu plus : des soirées gratuites au bar seront organisées tous les jeudis – « comme les mardis sont déjà pris par la Bobine ». Ça risque de faire des semaines chargées ! Du côté de l’Ampérage et du Drak-Art Après les péripéties de l’an passé autour des horaires de fermeture de l’Ampérage et du Drak-Art (qui ont fait perdre « 1/3 du public » au Drak-Art), la situation est enfin claire : ce sera bel et bien

Continuer à lire

L'Ampérage et le Drak-Art jusqu'à six heures du matin, c'est maintenant!

ACTUS | Le communiqué de presse de l’Ampérage, tombé vendredi 31 janvier à 15h, est explicite : « Nous sommes heureux de vous annoncer qu’une réunion de concertation a (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 31 janvier 2014

L'Ampérage et le Drak-Art jusqu'à six heures du matin, c'est maintenant!

Le communiqué de presse de l’Ampérage, tombé vendredi 31 janvier à 15h, est explicite : « Nous sommes heureux de vous annoncer qu’une réunion de concertation a enfin eu lieu le 23 janvier 2014 avec le Stud [l’asso aux commandes de l’Ampérage – ndlr], la Ville de Grenoble et la Préfecture de l’Isère. Il a été convenu de "tester une ouverture tardive à 6h du matin" à partir du 15 février 2014 pour les établissements l’Ampérage et le Drak-Art avec l’appui des polices municipale et nationale, et ce jusqu’au 31 août 2014. Cette période sera ponctuée de bilans mensuels réunissant la Ville, la Préfecture de l’Isère et les associations d’habitants afin d’évaluer l’impact de cette mesure sur la vie du quartier. Ce test sera soumis à appréciation courant septembre 2014. S’il s’avérait être positif, l’expérience sera reconduite. » La demande des associations et des gérants, qui avait reçu l'appui de

Continuer à lire

« 2 heures du matin, c’est la mort du Drak-Art »

ACTUS | Le Drak-Art a 4 ans ! La salle a ouvert ses portes en janvier 2010 sous l’impulsion d’Amine Larabi. Retour sur l'histoire d’une petite entreprise devenue pilier des nuits grenobloises, que les récentes décisions autour des horaires de fermeture mettent à mal. Propos recueillis par Dimitri Crozet

Aurélien Martinez | Mercredi 8 janvier 2014

« 2 heures du matin, c’est la mort du Drak-Art »

Amine Larabi est seul lorsqu’il nous reçoit au Drak-Art. Seul, comme il l’était à ses débuts, lorsqu’il a lancé ce projet d’une nouvelle salle de spectacle, au 163 cours Berriat. « C’était Beyrouth ici, j’ai tout refait, tout retapé ». Ancien de l’Adaep, devenue depuis Ampérage, Amine Larabi s’est lancé en 2009. Le succès de cette salle qui peut accueillir 450 personnes, venu après quelques mois, ne s’est pas démenti ensuite : « On a eu 45 000 personnes entre septembre 2012 et juin 2013 ». L’anniversaire des 4 ans du Drak-Art ne se place pas pourtant sous le signe du festif. En cause, un arrêté préfectoral pris en octobre. Depuis, après 2 heures du matin, c’est rideau pour le Drak-Art. « Le mode de fonctionnement de cette salle, c’est avec une fermeture à 5 heures du matin. 2 heures du matin, c’est la mort du Drak-Art ». Plusieurs soirées ont dû être annulées au mois de décembre « J’ai fait 20% de ce que je fais d’habitude. De plus en plus d’associations annulent leurs soirées. J’ai l’impression qu’à Grenoble ils oublient parfois les ét

Continuer à lire

L'Ampérage convoque les candidats aux municipales

ACTUS | Rendez-vous ce jeudi 9 janvier à 19h. Voici le communiqué réalisé par le lieu.

Aurélien Martinez | Mardi 7 janvier 2014

L'Ampérage convoque les candidats aux municipales

« Suite à la concertation d’acteurs associatifs culturels grenoblois  le 17 décembre 2013 à l’Ampérage, nous organisons une rencontre avec les candidats à l’élection municipale de Grenoble le jeudi 9 janvier à 19h à l’Ampérage Avec :   Denis Bonzy – DVD (Divers droite) Matthieu Chamussy  – UMP / UDI Philippe de Longevialle – DVC (Divers Centre) Eric Piolle – EELV - PG - Les Alternatifs - GA - ADES - Réseau Citoyen Jérôme Safar – PS Lors de cette rencontre, nous questionnerons ces candidats sur leur politique future envers les acteurs et les associations culturels grenoblois. Ceux-ci œuvrent à la notoriété et au rayonnement  de la Ville de Grenoble et lui permettent d’être reconnue et respectée à l’échelle nationale et internationale, par leur expertise, leur savoir-faire et la diversité culturelle qu’elles incarnent et proposent. » Les quatre questions : « La problématique actuelle des horaires d’ouverture tardive pour les pratiques culturelles nocturnes. » « Quelle accessibilité des équipements et des espaces publics aux acte

Continuer à lire

« Une fermeture à 6 heures du matin est la bonne solution »

ACTUS | Depuis avril, l’Ampérage doit fermer ses portes à 2 heures du matin. Même constat pour le Drak-Art depuis décembre. Des décisions qui ont relancé le débat sur le devenir des lieux de pratiques culturelles nocturnes à Grenoble. On est allés à l’Hôtel de ville rencontrer Jérôme Safar, premier adjoint au maire (et accessoirement candidat aux municipales – mais là n’est pas l’enjeu), pour clarifier ces questions. Propos recueillis par Aurélien Martinez et Dimitri Crozet

Aurélien Martinez | Lundi 6 janvier 2014

« Une fermeture à 6 heures du matin est la bonne solution »

Les débats autour de l’horaire de fermeture de lieux tels que l’Ampérage ont débuté avec des décisions de la préfecture. Quelle est la position de la ville là-dessus ? La question n’est pas de savoir quelle est la position de la ville. Il s’agit d’un secteur [l’ouest grenoblois, niveau cours Berriat – ndrl] qui était une friche il y a une dizaine d’années, qui a vu la naissance d’équipements culturels. Tout cela se retrouve aujourd’hui inséré dans un quartier [Bouchayer-Viallet – ndrl] où du logement qui n’existait pas est apparu. On doit s’adapter à cette nouvelle configuration urbaine. C’est la première réflexion en cours avec l’Ampérage, je crois qu’ils sont conscients du problème. Et qu’en est-il de la question des horaires de fermeture ? La question est importante puisque cela fonde le modèle économique sur lequel les salles s’appuient. Aujourd’hui, clairement, les horaires qui leur sont proposés [fermeture à 2 heures du matin, avec des dérogations possibles jusqu’à 4 heures – ndrl]

Continuer à lire

La culture, c’est aussi la nuit !

ACTUS | Depuis quelques années, grâce à l’activisme passionné d’une pléiade de petites associations, Grenoble bénéficie enfin d’une offre musicale nocturne à la hauteur de ses ambitions culturelles. Qui se voit plébiscitée en retour par un public sans cesse plus nombreux, plus diversifié, et plus ouvert musicalement. Retour sur un petit miracle encore fragile, mais néanmoins bien réel. Damien Grimbert

Damien Grimbert | Lundi 6 janvier 2014

La culture, c’est aussi la nuit !

Longtemps restée l’apanage d’une petite poignée de villes, la club culture semble enfin avoir trouvé un point d’ancrage à Grenoble. La club culture ? Une vision des soirées dansantes qui ne se limite pas au défoulement, à l’ivresse, à la drague et à l’ostentatoire, mais propose également une véritable dimension artistique, des moments d’échanges humains et de découverte ainsi qu’une vraie mixité sociale, avec comme centre névralgique une passion commune et partagée pour les musiques émergentes. En d’autres termes, un projet de vie nocturne ambitieux, généreux et innovant qui repose sur une alchimie subtile et bien moins évidente qu’il n’y paraît entre différents éléments : une grande diversité dans l’offre musicale, des lieux nocturnes nombreux, variés et accessibles, un public réactif, diversifié et ouvert musicalement, des associations nombreuses, complémentaires et exigeantes musicalement, et enfin l’existence de "soirées paliers" permettant à un public non spécialisé de s’initier aux différentes tendances musicales, aux DJs émergents de faire leurs premier pas, et aux organisateurs de proposer une programmation musicale plus ouverte et non soumise aux exigences du

Continuer à lire

Awards 2013 bonus

ACTUS | L’award de la polémique qui fait du bien à la presse locale : celle autour de l’Ampérage C’est en avril dernier que tout a commencé. L’Ampérage, salle (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 19 décembre 2013

Awards 2013 bonus

L’award de la polémique qui fait du bien à la presse locale : celle autour de l’Ampérage C’est en avril dernier que tout a commencé. L’Ampérage, salle incontournable des nuits grenobloises située au bout du cours Berriat, se voyait contrainte par la préfecture d’arrêter d’organiser des soirées jusqu’à cinq heures du matin. Branle-bas de combat du côté des associations programmant dans le lieu, qui déplorent que l’on tue les cultures s’exprimant la nuit. « La législation n’est pas en accord avec la réalité des pratiques culturelles aujourd’hui. Ce n’est pas parce que l’on ferme à cinq heures du matin qu’on est forcément une discothèque » déplorait dans nos colonnes Thomas Antoine, président du Stud, l’association qui gère l’Ampérage. Un article qui a explosé nos compteurs de fréquentation du site, celui-ci circulant notamment de façon virale sur les réseaux sociaux (faut dire qu’on résumait plutôt bien la situation !). Comme tous ceux de nos confrères d’ailleurs, qui ont eux aussi suivi l’affaire de près. Moralité : dans l

Continuer à lire

2h aussi pour le Drak-Art

MUSIQUES | Mise à jour: la soirée Est-ce que tu bass? au Drak-Art est annulée. Mais celle de vendredi (Icone party) finalement maintenue (l'autorisation d'ouverture (...)

Aurélien Martinez | Mardi 10 décembre 2013

2h aussi pour le Drak-Art

Mise à jour: la soirée Est-ce que tu bass? au Drak-Art est annulée. Mais celle de vendredi (Icone party) finalement maintenue (l'autorisation d'ouverture tardive vient de tomber), avec notamment des artistes du samedi. Après l’Ampérage, c’est au Drak-Art de se confronter aux exigences de la Préfecture sur les horaires de fermeture des salles de spectacle (avant, le lieu avait aussi le statut de piste de danse). Ce sera donc deux heures du matin en décembre, mais la situation est à l’étude pour les mois suivants. On y reviendra bientôt. En attendant, si l’Icone party de vendredi est annulée, les autres soirées de la semaine sont maintenues, avec quelques évolutions : début plus tôt, voire annulation de certains artistes (les Italiens d'Ackeejuice

Continuer à lire

L’Ampérage toujours dans le flou

ACTUS | Alors que la salle de spectacles associative du fond du cours Berriat demande toujours de pouvoir fermer à quatre heures du matin (ce qu’on lui interdit depuis avril), le dossier avance péniblement et sans grande lisibilité. Ce qui n’est pas sans inquiéter les acteurs culturels. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 4 novembre 2013

L’Ampérage toujours dans le flou

Mardi 29 octobre, l’équipe de l’Ampérage a convoqué la presse et « toutes les personnes intéressées par l’avenir du lieu » pour faire un point. En sortant les grands moyens : un très beau dossier de presse bourré de chiffres vantant la réussite du projet (quelque 25 000 spectateurs à l’année, plus de 150 spectacles, l’accompagnement et le soutien à la diffusion de 70 structures...). Pendant la réunion, a été évoquée l’histoire (déjà vieille de six mois) à rebondissements de la fermeture de la salle à une heure du matin (contre quatre auparavant). Une décision prise par la préfecture en avril dernier et motivée par le fait que seulement les discothèques peuvent avoir le droit d’ouvrir si tard. Avec, en filigrane, la justification de cette décision soudaine par les nuisances sonores subies par les habitants du quartier. Se posait alors (et se pose toujours) la question de la politique de la mairie sur ce sujet (même si Éliane Baracetti, adjointe à la culture à la Ville de Grenoble, nous assurait en mai

Continuer à lire

L’Ampérage tient à ses nuits

ACTUS | Le mois dernier, la préfecture de l’Isère a tranché : l’Ampérage doit dorénavant fermer ses portes à une heure du matin (contre cinq heures auparavant). Une décision que déplore l’équipe dirigeante, qui veut que le lieu reste une salle de diffusion dédiée aux pratiques culturelles nocturnes. On fait le point. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 13 mai 2013

L’Ampérage tient à ses nuits

L’Ampérage fait partie des endroits où l’on peut écouter de la musique jusqu’à très tard. « C’est un lieu ouvert avec une programmation faite exclusivement par des associations » nous explique sa directrice Laurence Tadjine, qui se félicite ainsi de proposer des concerts et soirées variés de qualité. Car à l’Ampérage, le public (28 000 spectateurs l’an passé) vient avant tout pour les artistes, à la différence de certaines boîtes de nuit fréquentées pour l’ambiance, qu’importe le son. Que la préfecture demande donc à l’Ampérage d’arrêter ses soirées à une heure du matin comme une salle de spectacle lambda, expliquant que seules les discothèques peuvent ouvrir si tard, sidère les dirigeants de l’Ampérage, qui déplorent ce coup asséné aux pratiques culturelles nocturnes. Pour Thomas Antoine, président du Stud, l’association qui gère l’Ampérage, « la législation n’est pas en accord avec la réalité des pratiques culturelles aujourd’hui. Ce n’est pas parce que l’on ferme à cinq heures du matin qu’on est forcément une discothèque. » Il se fait ainsi le por

Continuer à lire

Insomniak : quoi de neuf?

MUSIQUES | Ici et làSamedi 20 avril, deux soirées de clôture de festival se tenaient. Celle des Détours de Babel, à la MC2 : un bal trance (photo) organisé par l’association (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 26 avril 2013

Insomniak : quoi de neuf?

Ici et làSamedi 20 avril, deux soirées de clôture de festival se tenaient. Celle des Détours de Babel, à la MC2 : un bal trance (photo) organisé par l’association Hadra, qui avait décoré la Salle de création et proposé de danser jusqu’à huit heures du matin. En début de soirée, si l’ambiance n’était pas encore à son comble, il était assez savoureux (et réussi) de voir le public des Détours se mélanger à celui d’Hadra. Direction ensuite le Drak’Art, pour la soirée de Vues d’en face, le festival du film gay et lesbien : ambiance plus pop (sans sarouels!) et rangée. Moralité toute personnelle de cette virée nocturne : vouloir être à deux endroits à la fois ne marche pas! Ça buzzeLe mois dernier, nous déplorions dans

Continuer à lire

Héritage dynamité

MUSIQUES | Nous voilà prévenus : les Clues sont les nouveaux Arcade Fire. Ou du moins leurs descendants. Originaires de Montréal comme leurs compatriotes, avec comme (...)

François Cau | Lundi 8 février 2010

Héritage dynamité

Nous voilà prévenus : les Clues sont les nouveaux Arcade Fire. Ou du moins leurs descendants. Originaires de Montréal comme leurs compatriotes, avec comme ces dernier une musique protéiforme qui résonne longtemps, et surtout – ce n’est pas rien pour vendre un groupe – un ancien batteur du début des Arcade Fire au sein de la formation. Nouveaux donc, même si les Montréalais ont déjà dix ans d’âge au compteur. Qu’importe, il n’est jamais trop tard pour découvrir un univers… Et quel univers : ambiance de déliquescence électrique et légère sur les onze titres de l’album, avec en prime une voix hypnotique et par moments évanescente (écoutez le morceaux In the dream, jouant habilement entre le Français et l’Anglais, ou le très perché Cave Mouth). Leur concert de ce lundi (avec en première partie les impressionnants Lutins Patates de l’Espace, Grenoblois dont le nom masque l’essence de leur musique – « du post-rock essentiellement instrumental qui développe des ambiances vaporeuses et bruitistes » comme on l’écrivait dans une précédente chronique disponible sur notre site) promet donc : impressions renforcées au vu des quelques vidéos live glanées ici et là sur la toile. Une pr

Continuer à lire

L’Ampérage crie sa rage

CONNAITRE | Pour inaugurer ses nouveaux locaux, l’Adaep change de nom mais garde la philosophie initiale du lieu. Et réitère au passage son message à l’égard de la mairie pour un soutien plus accru. Aurélien Martinez

François Cau | Lundi 31 août 2009

L’Ampérage crie sa rage

L’Adaep est morte, vive l’Ampérage ! Derrière ce changement d'appellation qui pourrait paraître anecdotique (et légèrement suicidaire, le nom Adaep étant une référence locale incontournable), l’équipe du Stud, aux manettes de la salle depuis plus d’un an, souhaite « marquer le renouveau du lieu » dixit Charline Chechirlian, chargée de la programmation et de la communication. Car des aménagements considérables ont été effectués au cours de l’été pour rendre l’endroit plus agréable à vivre : agrandissement du hall d’accueil, construction de toilettes décentes, aménagement d’un couloir d’expo… Le tout dans les tons de noir, rouge et jaune, ce qui instaure une ambiance originale et chaleureuse (oui, le noir peut être chaleureux !). La salle à proprement parler a elle aussi subi un lifting, avec notamment la pose d’un sol digne de ce nom en lieu et place du béton froid d'auparavant. Ces travaux de réfection, auxquels la marie a participé financièrement, seront dévoilés au public lors d’un week-end d’inauguration les 18, 19 et 20 septembre dont on vous parlera dans un prochain numéro. La vie en noir Mais malgré les apparences, tout n’est pas

Continuer à lire