Sideways

Étrange contre-pied à son précédent Monsieur Schmidt, le quatrième film d'Alexander Payne invente un no-style à la hauteur de ses personnages, deux anti-héros pathétiques et attachants. Christophe Chabert

L'accueil enthousiaste reçu par Sideways aux États-Unis et les louanges adressées à son réalisateur Alexander Payne pourront paraître démesurés. Car c'est bien sa mesure qui fait le prix du film : Sideways s'attache à suivre le trajet effectué par un écrivain raté et dépressif et un acteur de sitcom déclassé, en virée dans les vignes californiennes. L'acteur enterre sa vie de garçon pendant que l'écrivain tente d'enterrer le fantôme de son ex. Ces deux anti-héros ne sont pas plus glorieux que les personnages des films précédents d'Alexander Payne, mais le cinéaste semble avoir rengainé les armes de la charge satyrique qui l'avaient conduit auparavant du meilleur (L'Arriviste) au pire (Monsieur Schmidt). Autrement dit, Sideways est un film qui croit absolument dans l'humanité, même dans ses égarements et ses lâchetés.

Ivres de vin et de littérature

Pour cela, il faut prendre son temps. Le film le souligne à de nombreuse reprises : dans l'inscription des jours à l'écran, mais surtout dans la durée parfois sidérante des scènes. La plus belle de toute est celle où, tandis que Jack (le beau gosse) va tirer sa crampe avec la jolie Asiatique, Miles (le frustré) tape la discute avec Maya, quadra timide et blessée. On parle de vin, d'écriture, on ébauche un mouvement de tendresse... Mais c'est surtout leur mal-être respectif qui flotte dans l'air et qui éclate dans chaque silence embarrassé. Cette suspension du temps et les sentiments qui en découlent, Payne en offre une jolie métaphore lors des scènes de dégustation œnologique : Miles est celui qui connaît le rituel et sa longueur, tandis que Jack, Californien pataud, se jette sur le verre sans considération pour son contenu ; la transmission du rite devient la marque de l'amitié qui les lie. Sideways reproduit la même sensation : c'est quand il s'attarde à contempler ses personnages pour l'amour du geste qu'il devient touchant. Que Payne ait choisi une sorte de no-style (image granuleuse et cadres standards) pour filmer ces touts petits riens de l'existence traduit chez lui une modestie nouvelle, un changement dans la continuité : on est toujours face à l'Amérique profonde, mais cette fois dans un vrai face-à-face. Peut-être aussi parce que le cinéaste a trouvé le casting parfait pour incarner ces rebus sympas de l'Amérique white trash : Thomas Haden Church et son look de chanteur country décati, Virginia Madsen, revenue de ses rôles de beauté glacée et assumant avec un aplomb remarquable un personnage de femme mûre et fragile. Mais c'est surtout la composition de Paul Giamatti qui force le respect : il l'avait prouvé dans American Splendor, il le confirme ici, la panoplie du loser blasé cachant derrière son cynisme un profond romantisme lui va comme un gant. C'est ce qui s'appelle un acteur subtil. Sideways lui doit beaucoup.

Sideways

D'Alexander Payne (EU, 2h05) avec Paul Giamatti, Thomas Haden Church, Virginia Madsen...

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 9 janvier 2018 Et si l’humanité diminuait pour jouir davantage des biens terrestres ? Dans ce reductio ad absurdum, Alexander Payne rétrécit un Matt Damon candide à souhait pour démonter la société de consommation et les faux prophètes. Une miniature perçante.
Mardi 1 avril 2014 D’Alexander Payne (ÉU, 1h55) avec Bruce Dern, Will Forte…
Lundi 9 juillet 2012 D’Adam Shankman (ÉU, 2h02) avec Julianne Hough, Diego Boneta, Russell Brand, Tom Cruise…
Vendredi 25 mai 2012 Après A dangerous method, David Cronenberg signe une adaptation fidèle et pourtant très personnelle de Don De Lillo. Entre pur dispositif, théâtralité assumée et subtil travail sur le temps et l’espace, un film complexe, long en bouche et au final...
Mardi 17 janvier 2012 À Hawaï, un architecte voit sa vie basculer après l’accident qui plonge sa femme dans le coma… Sur le fil de la tragédie et de la comédie, entre cinéma à sujet et chronique intimiste, Alexander Payne s’affirme comme un auteur brillant et George...
Lundi 3 mai 2010 Une comédie existentialiste flirtant avec la SF et la littérature russe, tout en restant cohérente, humble et jubilatoire ? C’est le petit miracle accompli par la première réalisation de Sophie Barthes. François Cau

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !