Le Syndrome d'Elliott

Matt Elliott + Les Marquises

Marché Gare

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

«Only a Myocardial Infarction Can Break My Heart». Si l'on en croit le titre de son dernier album, seule la mort peut triompher de Matt Elliott. Pour le reste, les avanies oules avaries de la vie et du cœur, la musique sera toujours là pour conjurer le sort et laisser les plaies se refermer sans suture. Il n'est pas d'hier que Matt Elliott est un chanteur de la résignation. Ses précédents albums, la trilogie Songs comme The Broken Man l'ont bien montré. Il n'est jamais question chez lui d'accompagner les tourments par quelque afféterie consolante.
 

Et pourtant il apparaît qu'en dépit de son titre, Only a Myocardial... soit légèrement moins, non pas affecté, mais infecté que ses prédécesseurs. Alors certes, pour voir la lumière il vaut mieux regarder par le petit bout de la lorgnette. Surtout avec ce The Right to Cry d'ouverture (17 minutes au compteur) qui donne l'impression en plusieurs mouvements que le bébé va être définitivement emporté avec l'eau des pleurs - sur scène ça promet. Comme sur le reste de l'album, qui est davantage celui d'une groupe que d'un musicien ET d'un groupe, Matt Elliott caresse sa guitare comme on outrage un vieux chat revêche. Elliott est de fait toujours habité, notamment par ces fantômes slaves et andalous qui l'aident à combattre.
 

Il y avait une chanson sur The Mess We Made, en 2003, titrée Cotard's Syndrom. Le syndrome de Cotard persuade l'hypocondriaque délirant qu'il est déjà mort. C'est un peu dans cet état d'esprit que Matt Elliott poursuit son œuvre. Peut-être pas comme s'il était déjà mort, mais en tout cas comme quelqu'un que la vie échouera désormais toujours à blesser mortellement. Et donc comme quelqu'un d'infiniment vivant.
 


Matt Elliott [+ Les Marquises]

Au Marché Gare, mercredi 19 mars au

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 14 avril 2016 Sortez vos agendas : voici dix concerts à ne pas manquer ce mois-ci ; du show latino où emmener votre maman à l'indie pop dépressive où s'oublier. Par Stéphane Duchêne & Sébastien Broquet.  
Vendredi 16 mars 2012 Né à la fin des années 90, en plein essor de la drum’n’bass en Angleterre, The Third Eye Foundation a marqué dès son premier album (Semtex, 1996) la (...)
Vendredi 16 mars 2012 Après un détour fulgurant par son projet électro Third Eye Foundation, c’est un Matt Elliott toujours écorché vif mais apaisé qui nous revient pour défendre les couleurs sépulcrales de son dernier album, "The Broken Man". François Cau
Mardi 20 décembre 2011 Rock, électro, rap — Automne au balcon, printemps au diapason. Trêve des confiseurs et ripailles de Noël digérées, les salles lyonnaises remettent le couvert pour une saison musicale quasiment au niveau de celle que l'on vient de vivre. Stéphane...
Jeudi 15 janvier 2009 Fondateur vénéré de Third eye foundation, un nom de groupe de métal qui cachait en fait un homme seul faisant de la drum’n’bass ténébreuse et mystique, Matt (...)
Mercredi 9 novembre 2005 Aussi indispensable que désespérée, la musique de Matt Elliott poursuit sa plongée dans les tréfonds de l'âme de son créateur. Des chansons à boire comme un grand cru millésimé au... Bistrot de Vaise ! Emmanuel Alarco
Mercredi 11 avril 2007 Diantre ! On pensait que Matt Elliott, Anglais dépressif installé dans le Sud de la France pour écrire et composer des chansons austères et désespérées, avait (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X