Retour à Paris, Texas

Paris, Texas
De Wim Wenders (Fr-Ang-All-ÉU, 2h27) avec Harry Dean Stanton, Nastassja Kinski...

Il y a trente ans, au terme d’un festival de Cannes où il avait plu sans interruption, le jury couronnait Paris, Texas de Wim Wenders, dont personne ne discutait le fait qu’il était le meilleur film présenté cette année-là. Wenders y effectuait une synthèse parfaite entre son goût de l’errance hérité du cinéma européen, Antonioni en premier lieu, et sa fascination pour l’Amérique, qu’il avait déjà abordée de biais via L’Ami américain, puis plus frontalement avec la commande Hammett.

Sous un soleil de plomb, en plein désert, un homme barbu et fatigué avance à l’horizon, s’arrête, récupère un peu d’eau dans un jerrican, tandis que résonne la guitare bluesy et plaintive de Ry Cooder… Ce vagabond-là semble s’échapper d’un cinéma contemplatif et atterrir dans un territoire de western américain — ce que le titre, renvoyant à une ville appelée Paris et située en plein Texas, souligne aussi. D’où arrive-t-il ? De nulle part, ou plutôt d’une longue absence, et il est bien décidé à retrouver sa place parmi les siens, et notamment auprès de son fils.

Sans aucun pathos, Wenders montre comment le père va renouer ce lien distendu — magnifique scène où, à la sortie de l’école, Harry Dean Stanton effectue un petit numéro à la Chaplin pour faire sourire son enfant — et même le pousser plus loin, en partant à la recherche de son ancienne compagne — Nastassja Kinski. La séquence des retrouvailles à travers la vitre du peepshow est inoubliable, autant par la puissance de la mise en scène, la subtilité de l’écriture — il la voit, elle non — que par le choix de Wenders de la laisser durer, le temps que la vérité et les émotions éclatent entre les personnages. Tout cela fait de Paris, Texas un pur classique de l’Histoire du cinéma, à redécouvrir dans sa version restaurée.

Paris, Texas
De Wim Wenders (1984, All-Fr-ÉU, 2h27) avec Harry Dean Stanton, Nastassja Kinski, Aurore Clément…
À l’Institut Lumière, du 28 mai au 3 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 28 novembre 2023 Le retour de hype autour de Wim Wenders — expo à Arles, Prix Lumière à Lyon, double sélection dans la compétition cannoise, rééditions en Blu-Ray — restera un des (...)
Mardi 17 octobre 2023 De même que Clouzot avait cherché à percer le Mystère Picasso, Wim Wenders tente d’élucider le secret Kiefer. Coïncidant avec la remise de son Prix Lumière (et précédant la sortie de Perfect Days), ce documentaire rappelle que le cinéaste a toujours...
Mardi 5 septembre 2023 Pas le temps de souffler en cette fin d’été pour les férus de cinéma qui consolident — si l’on en croit les premiers chiffres — la dynamique de fréquentation enregistrée depuis le début de l’année. À Lyon, ils auront pléthore de raisons de se rendre...
Lundi 12 juin 2023 Chef de file du renouveau du cinéma allemand des années 1970 avec (notamment) Fassbinder ou Herzog, le cinéaste Wim Wenders a été choisi pour succéder à Tim Burton. Il recevra donc le 15e Prix Lumière vendredi 20 octobre à Lyon.
Mardi 15 mai 2018 Selon Baudelaire, « la plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ». Le Malin possède, entre mille vices, un (...)
Mardi 21 avril 2015 À partir d’un matériau ouvertement intimiste et psychologique, Wim Wenders réaffirme la puissance de la mise en scène en le tournant en 3D, donnant à cette chronique d’un écrivain tourmenté des allures de prototype audacieux. Christophe Chabert
Mercredi 11 février 2015 « Under electric clouds » d’Alexei Guerman Jr. « Every thing will be fine » de Wim Wenders. « Selma » d’Ava Du Vernay. « Body » de Malgorzata Szumowska. « Angelica » de Mitchell Lichtenchtein.
Mardi 14 octobre 2014 Avec ce portrait de la vie et de l’œuvre du photographe brésilien Sebastião Salgado, Wim Wenders signe un documentaire-musée soigné, passionnant dans son propos mais plutôt rigide dans sa forme, pétrifiée par les conventions du bon goût...
Jeudi 6 septembre 2012 Pour le spectateur né après 1990, il est difficile d’imaginer ce que représentait Wim Wenders au moment de la sortie des Ailes du désir — en 1987. Il faut (...)
Vendredi 1 avril 2011 De Wim Wenders (All-Fr, 1h43) documentaire

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X