María Pagès : "Carmen est toutes les femmes"

Yo, Carmen

Théâtres romains de Fourvière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

À 51 ans, María Pagès ose enfin se confronter au mythe de Carmen. Mieux : avec "Yo, Carmen", présenté cette semaine aux Nuits de Fourvière, la Sévillane, au fait de son art du flamenco, parvient à insuffler une profondeur inédite à l’héroïne de Mérimée. Nous l’avons rencontrée à Jerez de la Frontera, au cœur de son Andalousie natale. Nadja Pobel

Votre spectacle s’intitule Yo, Carmen ("Moi, Carmen"). Quelle est votre Carmen ?
María Pagès :
C’est toutes les femmes. Je crois que le mythe de Carmen s’est construit pour de mauvaises raisons. Mérimée a mis en Carmen ses désirs d’homme pour exprimer ses passions. Mais Carmen est le nom le plus commun en Espagne ! Dans ma classe à l’école, il y en avait six ! Carmen c’est donc ma tante, ma cousine, la femme en général, ce n’est pas cette invention masculine. Elle peut bien sûr être sensuelle, mais c’est aussi la femme qui souffre. La situation de la femme a avancé mais pas beaucoup. Il faut toujours démontrer qu’une femme peut être forte, capable… Carmen était une femme sans voix, c’est l’homme qui parlait pour elle et si elle parlait on la tuait.

Votre Carmen se plie d'ailleurs à des tâches ménagères…
Oui, c’est important de montrer que c’est encore la femme qui s’occupe de la base de la société. On dit d’ailleurs "la langue maternelle". Pourquoi ? Parce que c’est la femme qui transmet la communication. Il faut mettre en valeur cela.

Carmen, selon vous, n’est pas qu’espagnole, mais aussi française, russe, américaine…
Oui, elle est le symbole de la parole. Pendant deux ans, j’ai été en tournée et j’ai eu l’opportunité de connaître les femmes d’ailleurs. J’ai parlé avec une geisha de 90 ans. Elle est vieille, mais a une fraîcheur admirable. J’ai parlé avec une femme nigérianne qui a quitté son pays car elle était persécutée. J’ai parlé aux gagnantes et aux perdantes de la vie, une actrice russe qui a vécu sous la période communiste… Et toutes les femmes du monde ont les mêmes désirs, les mêmes peurs, les mêmes blessures.

Vous nous parlez de ce qui vous a nourri. Vous n’auriez pas pu monter ce spectacle il y a vingt ans ?
Non. Comme toutes les personnes, j’ai vécu une transformation. J’ai vécu la mienne comme femme, artiste, directrice d’une compagnie, etc. Avant je n’étais pas prête pour convaincre de tout ce que je veux dire maintenant. Je suis sûre qu’on peut arriver à améliorer la situation des femmes quand on a un dialogue d’égal à égal avec les hommes. Ça commence dans les maisons, dans la vie privée.

Cette égalité existe-t-elle dans le milieu de la danse ?
Dans la profession, je ne connais pas cette inégalité, même si les hommes sont mieux payés que les femmes et que je ne comprends pas pourquoi. C’est vrai aussi que comme la majorité du public de la culture est féminin, un homme star peut être mieux considéré qu’une femme star. Par exemple, au Japon, 90% du public est féminin, c’est complètement fou.

Carmen c’est ma tante, ma cousine, la femme en général, ce n’est pas cette invention masculine. Elle peut bien sûr être sensuelle, mais c’est aussi la femme qui souffre. La situation de la femme a avancé mais pas beaucoup. Il faut toujours démontrer qu’une femme peut être forte, capable…

Vos costumes sont pourpres, alors que le flamenco est associé au rouge et au noir. Pourquoi avoir choisi ces couleurs ?
Le rouge est seulement présent au moment où le mythe prend place. Nos costumes sont comme la peau. Et je me suis demandée de quelle couleur pouvait être l’âme, à ne pas confondre avec la passion. Au Japon, j’ai appris que la passion intérieure, qui n’est pas la passion sexuelle, est violette. Par ailleurs, l’éventail n’est pas un folklore, c’est un instrument que j’adore et dont je me sers depuis toujours à Séville parce qu’il fait chaud. Chaque fois que je l’ouvre, c’est une façon de m'ouvrir moi-même. C’est pour ça que je l’ouvre sur du pourpre, sur moi.

Vous dansez un flamenco de plus en plus moderne. Y a-t-il encore des gens en Espagne qui le considèrent comme trop moderne ?
Bien sûr. C’est normal, car le flamenco c’est la cohabitation entre la tradition et l’évolution. Il faut respecter les deux. On a besoin de la tradition, c’est notre source. En même temps, l’évolution est nécessaire car sinon on meurt. On a besoin des deux.

En dehors du flamenco, quelles sont les chorégraphes contemporains que vous admirez ?
Je travaille avec Sidi Larbi Cherkaoui. C’est un ami. Mais je me souviens que la première danseuse contemporaine que j’ai vue de ma vie est Carolyn Carlson. Et je me suis dit : «Qu’est-ce que c’est que ca ?». J’arrivais à Madrid car il n’y avait pas de danse contemporaine à Séville. Ou si elle existait nous ne la voyions pas car il y a 40 ans, le flamenco prenait toute la place. Quand j’ai vu Pina Bausch, j’ai pleuré, c’était la délicatesse et la force en même temps. J‘aime beaucoup la danse contemporaine, car d’une certaine manière elle est plus proche du flamenco que la danse classique qui est pour nous complètement contraire à notre art. Quand on danse le flamenco, ça doit se faire de la meilleure manière pour soi. Le classique c’est le contraire : la technique commande, on ne peut pas s’exprimer sans technique en classique. Alors que j’ai vu des danseuses de flamenco merveilleuses sans technique. Je crois que la mentalité du contemporain est plus flexible.

Le vent en pourpre

Un jeu d’éventails blancs semble remuer par prestidigitation. Ils entament une danse : la première de cette nouvelle création de María Pagès. Puis arrive un éventail rouge. Carmen est là. Mais la muse de Mérimée perdra vite de cet éclat trop symbolique. Incroyablement soudée avec ses danseuses, la chorégraphe offre une puissante ode aux femmes. Des femmes qui ne sont pas qu’objets de désir, mais aussi travailleuses, exécutant avec art des mouvements de lavage de vitre. Dans une mue permanente, celle qui a su renouveler le flamenco depuis trente ans joue de la superposition des vêtements, approchant au fil du spectacle de sa véritable identité : une femme d’aujourd’hui, multiple – María Pagès a aussi voulu internationaliser sa Carmen via les textes de femmes écrivains, telle Marguerite Yourcenar et ses Mémoires d’Hadrien pour la France – et qui, bien sûr, n’exclut pas la gent masculine, représentée ici par trois danseurs et des musiciens épatants.

Yo, Carmen
Aux Nuits de Fourvière mardi 9 et mercredi 10 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 14 janvier 2020 À 35 ans, la chanteuse et comédienne lyonnaise Carmen Maria Vega publie Le Chant du bouc, récit d'une quête hallucinée, entreprise il y a presque une décennie au Guatemala. Celle de la terrible vérité sur son adoption et ses origines sur fond de...
Mardi 29 mai 2018 Vous êtes resté(e) sur le sable à Lyon pendant le Festival de Cannes ? Pas grave ! Venez surfer sur la Première Vague du Comœdia, en survolant les (...)
Vendredi 3 février 2017 Mathieu Boogaerts, Carmen Maria Vega, Karimouche, Pomme, Adrien Soleiman, Gaël Faye, Rodolphe Burger… Voici quelques-uns des noms qui viendront (...)
Mardi 22 décembre 2015 Quoiqu’un peu fouillis, le "Carmen" de Michel Laubu apparaît comme la somme de tout que ce le créateur de la Turakie a inventé en 30 ans. Où l’on voit que ses marionnettes ont du chien, et même une flamboyance nouvelle.
Mardi 15 décembre 2015 De moins en moins de salles restent ouvertes pour le 31. Les Célestins eux, se tiennent à la tradition, avec un spectacle à destination des grands et (...)
Mardi 10 novembre 2015 Le Ballet de l'Opéra s'aventurant habituellement sur les terres de la danse contemporaine, il est surprenant de le découvrir au milieu d'une (...)
Mercredi 1 juillet 2015 Florence Welch a toujours lorgné vers les grandes voix féminines des années 60 (Candi Staton) à 80 (Kate Bush). Chose étrange sur Ship to Wreck – notons au (...)
Mercredi 24 juin 2015 Après une édition 2014 riche en prises de risques, le festival phare de l'été lyonnais est revenu à ses fondamentaux bankable. On peut le déplorer. On peut, plus prosaïquement, se satisfaire de l'aubaine que constitue la venue d'artistes de haute...
Lundi 29 juin 2015 Avec "Psy", "Traces" et "Séquence 8", le collectif canadien des 7 Doigts de la Main nous avait habitué au meilleur. Avec "Cuisine et confessions", présenté à la Maison de la Danse pour les Nuits de Fourvière, il signe un spectacle tout en...
Mardi 23 juin 2015 You're Never Alone with a Schizo. Le titre du cinquième morceau du vingt-huitième album (selon la police) de Pascal Comelade (une embardée garage avec les (...)
Mardi 23 juin 2015 A 50ans, la danseuse étoile Sylvie Guillem fait ses adieux et débute son ultime tournée au Théâtre antique de Fourvière. Une scène qu'elle a beaucoup fréquentée mais qui n'est malheureusement pas toujours propice à la danse intimiste. Jean-Emmanuel...
Lundi 15 juin 2015 Surprise : la chanteuse franco-israelienne donnera ce soir un concert des plus intimistes au Lavoir Public, ainsi qu'elle l'a annoncé hier soir à (...)
Mardi 5 mai 2015 L’Opéra de Lyon remet à l’affiche un Carmen qui avait pourtant déclenché, il y a 3 saisons, plus d’une mauvaise critique. Et pour cause : la mise en scène d'Olivier Py, guère visionnaire, passe complètement à côté du chef-d’œuvre de Bizet. Pascale...
Mercredi 25 mars 2015 Des adieux, des retrouvailles, des rencontres : bien que moins surprenante que sa prédécesseur, la 22e édition des Nuits de Fourvière promet son lot d'émotions fortes. Benjamin Mialot
Lundi 16 mars 2015 Tout est dans le titre : la diva islandaise fera son grand retour au Grand théâtre le 20 juillet prochain. Le festival en profite pour (...)
Samedi 14 mars 2015 Fort d'un solide casting de nouvelles têtes (Wouajdi Mouawad, Dominique Pitoiset, Jeanne Candel...) et d'habitués (Olivier Py, Laurent Pelly, David Marton...) et fidèle à sa volonté de donner à voir à la fois la modernité du répertoire et la...
Mercredi 17 décembre 2014 Après la famille Chedid (dont une deuxième date est annoncée pour le 23 juin suite au succès foudroyant de la première), c'est au tour de Selah Sue de rejoindre (...)
Mardi 4 novembre 2014 A peine avons-nous fait le deuil de l'été 2014 que les Nuits de Fourvière lèvent le voile sur un premier RDV de leur édition 2015. Ce n'est pas tout à fait une (...)
Mardi 14 octobre 2014 Après un Swan Lake magnifique et unanimement ovationné, dans lequel elle revisitait Le Lac des cygnes façon black power, Dada Masilo, bondissante chorégraphe (...)
Samedi 13 septembre 2014 La manifestation la plus populaire de la Biennale de la danse aura lieu ce dimanche 14 septembre à partir de 14h, et déambulera entre la place des Terreaux et celle de Bellecour. Benjamin Mialot et Nadja Pobel
Lundi 14 avril 2014 Revenu de Dresde sans jamais être parti de Lyon, Serge Dorny a présenté sa douzième saison à la tête de l’Opéra de Lyon, placée sous le thème "Au-delà du réel". Decryptage. Nadja Pobel
Jeudi 2 janvier 2014 Alex de la Iglesia fait de nouveau exploser sa colère dans un film baroque et échevelé, comédie fantastico-horrifique qui règle ses comptes avec la crise espagnole et, mais là le bât blesse, la gente féminine. Christophe Chabert
Mercredi 6 novembre 2013 En trois pièces, la Maison de la Danse légitime un peu plus l'engouement général que suscite la création sud-africaine contemporaine. Retour sur la première, une création post-Apartheid de la compagnie Via Katlehong, et présentation de la deuxième,...
Jeudi 2 mai 2013 Ceci n’est pas un opéra. "Ô Carmen" est le solo cartoonesque d’un acteur fou, Olivier Martin-Salvan, qui endosse tous les rôles d’un spectacle lyrique. Nadja Pobel
Samedi 23 mars 2013 Pour certains, le début du printemps coïncide avec la floraison des crocus et le réveil des hérissons. Pour d'autres, elle s'incarne dans un bouillonnement hormonal, dans une atmosphère révolutionnaire ou dans une recrudescence de la présence de...
Lundi 26 mars 2012 Et voici la programmation complète (ou presque, tant elle est riche) des Nuits de Fourvière 2012 ! Certains événements étaient déjà connus, mais s’y ajoutent d’excellentes surprises, qu’elles soient musicales ou théâtrales… Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !